Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

... 578, ses mots et les autres

25 Septembre 2018, 08:21am

Publié par LaSourisJOne

"Je n'aime pas à parler des vivants, parce qu'on est de temps en temps exposé à rougir du bien et du mal qu'on en dit ; du bien qu'ils gâtent, du mal qu'ils réparent".

DIDEROT

Voir les commentaires

... 577, la prudence

20 Septembre 2018, 13:43pm

Publié par LaSourisJOne

"La prudence ne nous assur[e] point un bon succès, mais elle nous consol[e] et nous excuse d'un mauvais".

DIDEROT

Voir les commentaires

... 576, succès aléatoire

20 Septembre 2018, 13:37pm

Publié par LaSourisJOne

"Combien de projets sagement concertés ont manqué, et combien manqueront ! Combien de projets insensés ont réussi, et combien réussiront !"

DIDEROT

Voir les commentaires

... 575, le mal des autres

16 Septembre 2018, 18:25pm

Publié par LaSourisJOne

"Laisse à mes ennemis leurs interprétations malignes : je suis trop heureux que ce soit le seul mal qu'ils me puissent faire".

MONTESQUIEU

Voir les commentaires

... 574, être aimé

15 Septembre 2018, 10:04am

Publié par LaSourisJOne

"C'est un malheur de n'être point aimée ; mais c'est un affront de ne l'être plus".

MONTESQUIEU

Voir les commentaires

... 573, la vie

12 Septembre 2018, 13:19pm

Publié par LaSourisJOne

"La vie est un chemin instable bâti sur des rencontres qui sont comme des pilotis. Il faudrait garder tous les noms en mémoire".

Erik ORSENNA

Voir les commentaires

Manon Lescaut :)))

11 Septembre 2018, 17:16pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Quel bonheur que cette découverte, et cette plongée dans la littérature du XVIIIe siècle !

Voici sans doute un livre que j'avais négligé de lire, au nom de fausses idées, parce que c'était l'oeuvre d'un abbé, et que je l'avais imaginé austère... Alors que c'est tout le contraire !

Eh bien, cela me donne le bonheur de le découvrir aujourd'hui.

Histoire du jeune homme Des Grieux, donc, et de son affection éperdue pour la jeune Manon. Rencontrée par hasard à Paris dans la rue, et qu'il ne lâchera pas, jusqu'au bout... Malgré les infidélités de la belle... Ils vont vivre ensemble, sans être mariés pourtant ; et nous verrons tous les efforts du jeune homme pour la garder, la reprendre quand elle part, et surtout l'entretenir, par tous les moyens, et surtout l'argent facile, le jeu notamment.

Ce sont des pages et un récit narratif splendide que celui-là. Ici on a encore un récit rapporté, à postériori, ce qui renforce la dramaturgie. Les arguments avancés, régulièrement, par les personnages pour convaincre et rallier à leur cause sont efficaces et jamais ennuyeux ; ainsi le portrait de Manon est fabuleusement bien rendu : ses actes donnent à voir une jeune écervelée qui profite et qui n'aime que l'argent, ses mots, ses explications font douter efficacement celui qui les écoute... Là dessus un récit et des péripéties qui nous tiennent en haleine et jusqu'en Amérique, une Amérique de 1730... Le tout écrit par un Abbé qui a lui-même connu des revirements, et de nombreux doutes, probablement, au vu de sa biographie, dans son rapport à la foi. Ce n'en est que plus intéressant encore.

La fin par contre, surprend beaucoup... : c'est comme s'il n'y en avait pas ! 

Ceci dit, une fabuleuse découverte.

Médiathèque de Saint-Malo.

. Manon Lescaut, Abbé Prévost, éd. Le Livre de Poche. Première édition : 1731

Voir les commentaires

... 572, le bon sens

9 Septembre 2018, 21:06pm

Publié par LaSourisJOne

"L'on se demande la raison de cette bizarrerie du coeur humain, qui lui fait goûter des idées de bien et de perfection, dont il s'éloigne dans la pratique".

Antoine-François PREVOST

Voir les commentaires

Gérard, cinq années dans les pattes de Depardieu :))

5 Septembre 2018, 21:31pm

Publié par LaSourisJOne

BD.

Il faut le reconnaître, j'ai vraiment beaucoup aimé cette BD.

Outre que j'ai trouvé le dessin très juste, plutôt agréable et bien que simple, proche d'une certaine réalité des personnages, j'ai beaucoup aimé la BD, la rencontre entre Mathieu Sapin et Gérard Depardieu. 

Ca le rend quand même très attachant ; on découvre un personnage très solitaire, isolé par son incroyable popularité, unique popularité à travers le monde. Je trouve sa solitude, de fait, extrêmement bien rendue. Intéressant d'imaginer cet être excessif, qui apparaît véritablement à part, par sa démesure, sa profonde angoisse de l'ennui, sa boulimie d'être avec d'autres ou de lire, pour tuer cet ennui. Ce sont ces aspects que j'ai trouvé touchants. Ainsi que son approbation sans faille de ce qui constitue sa popularité : il se plie toujours, de bonne grâce aux selfies qu'on lui demande. Parce que c'est sa vie.

On sent l'attachement du dessinateur (qui se dessine à ses côtés) à celui-ci, un attachement qu'on mesure d'autant plus qu'il s'est plutôt livré à des portraits d'hommes de gauche, ou politiques, tel François Hollande.

Une réussite.

Merci à Samuel de m'avoir permis de lire cette BD que j'avais bien envie de découvrir.

. Gérard, cinq années dans les pattes de Depardieu, éd. Dargaud, 2017.

Voir les commentaires

... 571, de l'inutilité de la pelouse !

29 Août 2018, 18:50pm

Publié par LaSourisJOne

"Elle n'a jamais compris l'intérêt des pelouses. Si elle avait le choix, elle opterait pour un fossé avec un pont-levis et des crocodiles". !

Margaret ATWOOD

Voir les commentaires