Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

...14

29 Novembre 2008, 12:17pm

Publié par la souris jaune

"Les nouvelles formes de violence (sont) le diktat de la bonne humeur et de la convivialité, la fausse liberté qu'offre la flexibilité, la folie de l'évaluation et de l'autoévaluation, le manque de reconnaissance, bref, l'envers du décor de ce néo management qui avait tout pour plaire mais qui, à l'usage, ne consiste qu'à rendre cool cette réalité : nous sommes des ressources interchangeables".

 

Alexandre DES ISNARDS &Thomas ZUBER

Voir les commentaires

:( :) Disgrâce

23 Novembre 2008, 20:26pm

Publié par la souris jaune

Bof. L'auteur, Coetzee, est prix Nobel de Littérature 2003. Je dois dire que je ne comprends pas vraiment pourquoi. En même temps, c'est traduit de l'anglais (Afrique du Sud), alors il reste un espoir côté style... ?

C'est un parcours initiatique. Le personnage principal David Lurie vit sa vie d'universitaire-chercheur sans trop se poser de question, prépare une monographie sur Byron. Abuse de son statut de professeur pour puiser dans sa réserve d'étudiantes et en faire des conquêtes très passagères, lui l'homme divorcé, père d'une jeune femme lesbienne. Jusqu'au jour où une aventure avec une très jeune femme tourne mal : l'affaire est révélée, il passe en conseil de discipline, récolte l'opprobe de ses pairs, perd son emploi. Il tombe en disgrâce. Va se réfugier chez sa fille, auprès de laquelle il découvre un autre univers, une autre vie : la campagne, en Afrique, le danger, l'incertitude des jours... Combinés à une vieillesse rampante. C'est peut-être l'intérêt du livre : découvrir ce sourd changement, cette modification de soi malgré soi, à son insu, qui fait basculer d'homme tout puissant à un statut de faible, décharné... Quelle place pour les désirs ? Quelle légitimité à ses désirs, qui ne changent pas, et qui deviennent pourtant monstrueux, lorsque le vieux se met à aimer la très jeune ? Parallèlement à ce sourd questionnement, pas vraiment traité sur le mode introspectif mais plus dans le registre des faits, il y a le drame, qui le touche et touche sa fille, là-bas, chez elle. Le sordide fait-divers. Comment vivre avec, et surtout, vivre après ? Il y a aussi sa rencontre avec le monde animal, qui le rapproche sans doute de notre vraie nature d'homme. Sa fille tient un refuge pour chiens et chats, parfois, la nécessité oblige à tuer ces animaux, tout en les accompagnant jusqu'à leur dernier souffle... Il découvre l'humilité et peut-être l'humanité, d'abord inconcevable, de tels actes. Et son impuissance face aux événements sur lequel il n'a aucune emprise... Mais on a tellement de mal à s'attacher à ce personnage anti-héros, que ça rend difficile l'attachement au livre...

 

. Disgrâce, John Maxwell Coetzee, éditions du Seuil, collection Points. 272 pages.

Voir les commentaires

...13

22 Novembre 2008, 20:26pm

Publié par la souris jaune

"Dans un procès, il ne s'agit pas de principes. Il s'agit de l'image que tu projettes".

COETZEE, prix Nobel de littérature 2003

Voir les commentaires

...12

17 Novembre 2008, 22:43pm

Publié par la souris jaune

"L'estime de soi est de temps en temps brillante, luisante, éclatante ; à d'autres moments un peu terne, un peu morne, fatiguée. Elle est variable parce que dépendante des événements que nous vivons, de l'environnement, notre humeur".
Marcel RUFO

Voir les commentaires

...11

17 Novembre 2008, 22:40pm

Publié par la souris jaune

"On ne sait jamais rien de ce qui se noue entre les êtres, eux-mêmes souvent l'ignorent, et le découvrent en se perdant".
Olivier ADAM

Voir les commentaires

...10

17 Novembre 2008, 22:22pm

Publié par la souris jaune

"Il faut sans cesse reconstruire son identité d'adulte, cet assemblage bancal et éphémère, si fragile, qui habille de désespoir".
Muriel BARBERY

Voir les commentaires

:)) Quartier Lointain

6 Novembre 2008, 22:46pm

Publié par la souris jaune

Encore beaucoup de plaisir. On m'a offert ce cadeau pour que j'en aie autant de plaisir de lecture que cette personne avait pu en avoir : double cadeau, non ? Et en effet...
C'est un roman graphique, d'un format très agréable, d'un livre épais. On y entre très vite, et on ne s'arrête plus. Les dessins fixent le décor, empreint d'une douce nostalgie... Pourtant, c'est un ailleurs inconnu, puisque l'histoire se passe dans une autre culture, au Japon. Pourtant, on se sent très familier de toute cette histoire. Pourquoi ? Difficile à expliquer. L'histoire nous fait suivre un homme d'âge mûr, 48 ans, qui croit rentrer chez lui mais se trompe de train. Ce train l'amène non dans la ville où il vit, mais là où il a grandi. Alors, ayant un peu de temps, il se dit qu'il ira rendre visite à sa mère, sur sa tombe. Et là, l'atmosphère change, et tout d'un coup, on retrouve notre personnage... dans la peau de ses 14 ans ! Il a ses interrogations actuelles, mais son corps de jeune homme. N'ayant pas d'autre choix que de rentrer chez soi, il y retrouve sa mère bien vivante, sa jeune soeur, et son père, qui n'a pas encore décidé de s'enfuir... Avec une prescience de ce qui va survenir, des questionnements pour tenter de changer le cours des choses, le jeune homme va revivre son quotidien de l'époque d'une toute autre manière. Avec plus d'assurance, et un regard nouveau sur ses parents... Il vivra des événements différents, et comprendra pourquoi son père est parti... S'il nous était donné de voir une seconde fois les événements de notre enfance, avec nos expérience d'adulte, qu'est ce que cela donnerait ?

. Quartier Lointain, Jirô Taniguchi, Ed. Casterman.

Voir les commentaires

...9

6 Novembre 2008, 22:38pm

Publié par la souris jaune

"Prendre le pouvoir pour donner de la dignité aux autres".

Louis CHOPIER, maire de Saint-Malo de 1977 à 1983.

Voir les commentaires

:)) Le Secret du Mont Saint-Michel

6 Novembre 2008, 22:19pm

Publié par la souris jaune

Un vrai bonheur ! Une vraie bouffée d'air frais que ce livre qui change de tous les romans que j'ai pu lire ces temps-ci. Ca commence au temps des Templiers, par un chapitre unique sur un combat pour sauver quelque chose de précieux. Et puis bond dans le temps au deuxième chapitre, 1890, encore des armures de métal, mais celles de scaphandriers cette fois-ci. Scaphandrier amené à plonger en baie du Mont, et à Cancale, dans le périmètre d'épaves... On va suivre alors un récit plein de rebondissements, suivre une enquête et les secrets qu'elle véhicule. Avec un personnage principal attachant, revenu de tout, qui mène une vie simple qui lui convient, jusqu'au jour où cette enquête précisément va l'amener à rencontrer une jeune femme dont tout la sépare mais dont il va tomber, malgré lui, amoureux. Les plongées sous l'eau, avec le scaphandrier, sont elles aussi savoureuses, en un temps où les équipements sont lourds, et toute immersion profonde très périlleuse. L'auteur nous fait bien ressentir les affres et les plaisirs d'une plongée en eau profonde, et les dangers qu'il y trouve, renforcés par ceux de mystérieux personnages qui veulent l'empêcher de mener à bien sa mission. Pérégriner dans les rues du Mont, manger une omelette chez celle qui n'est pas encore devenue la célébrissime Mère Poulard, découvrir les métiers de l'époque tout cela est véritablement savoureux. Je vous le recommande !


. Le Secret du Mont Saint-Michel, Vincent Roc Roussey, Pascal Galode Editeurs.

Voir les commentaires