Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

La petite pièce hexagonale :)

11 Mars 2015, 20:47pm

Publié par LaSourisJOne

La petite pièce hexagonale :)

Découverte du hasard, ce petit livre fut vraiment savoureux. C'est une ballade solitaire, qui place destinée et hasard au coeur de la reflexion. Mais avant tout une étonnante histoire, qu'on accepte sans ciller. Sur fond de maux de dos révélateurs de symptômes psychologiques. Tout cela étant suggéré. C'est donc l'histoire de l'héroïne, qui rencontre en sortant de la piscine qu'elle fréquente sur prescription médicale pour cause de maux de dos, deux femmes, qui n'ont aucune raison, à priori, de l'interpeller. Sauf qu'elle va l'être par ce binome. Assez 'aimantée' par la plus jeune, jusqu'au jour où elle les suit jusqu'à un endroit derrière une forêt, entre et...

Dois-je vous en dire plus ? C'est tentant de vous laisser avec ce mystère et de vous laisser entrainer vers cette petite pièce hexagonale... :)

Pour ceux qui insisteront, promis, je raconterai la petite pièce hexagonale... !:)

. La petite pièce hexagonale, Yoko Ogawa, éd. Actes Sud, Babel, 2007.

Voir les commentaires

... 343

9 Mars 2015, 19:28pm

Publié par LaSourisJOne

"Dans la mesure où nous n'avons aucune idée de ce qui va se passer l'instant d'après, nous devons toujours construire notre vie en ne comptant que sur nous-mêmes pour choisir ou décider".

Yoko OGAWA

Voir les commentaires

.... 342

8 Mars 2015, 13:15pm

Publié par LaSourisJOne

"on trouve partout ce genre de personnalité, qui ne change pas son rythme quoi qu'il advienne, insensible à l'embarras qu'elle cause aux autres. Tout en prodiguant ses excuses alentour, elle n'en pense rien à l'intérieur".

Yoko OGAWA

Voir les commentaires

... 341

8 Mars 2015, 08:56am

Publié par LaSourisJOne

"D'où vient le sentiment amoureux ? Du présent, ou du passé ? De ce que le corps éprouve et dont il est irradié, ou de ce dont il a manqué et après quoi il ne cesse de courir ?".

Laurence TARDIEU

Voir les commentaires

... 340

7 Mars 2015, 10:14am

Publié par LaSourisJOne

"Qu'est ce qui est moins dangereux ? Se souvenir ? Oublier ? Qu'est ce qui est plus violent ?"

Laurence TARDIEU

Voir les commentaires

... 339

7 Mars 2015, 09:55am

Publié par LaSourisJOne

"Je me demande s'il en est de même pour les autres, si toutes les vies n'ont pas besoin de se laisser griser pour se délivrer de la peur, l'espace de quelques instants du moins, pour savoir qu'elles sont au monde, vibrantes, éphémères, magnifiques".

Laurence TARDIEU

Voir les commentaires

La petite communiste qui ne souriait jamais :))

4 Mars 2015, 20:49pm

Publié par LaSourisJOne

La petite communiste qui ne souriait jamais :))

D'abord il faut peut-être vous dire que 'la petite communiste qui ne souriait jamais', c'est Nadia Comaneci. La championne olympique de gymnastique, roumaine, aux JO de 1976. Aucune raison pour qu'à priori cette histoire m'intéresse... Et pourtant... J'ai adoré.

Je sais gré à Lola Lafon de nous donner à voir que toute biographie est toujours une fiction ; tant il est vrai que toute vie garde toujours en elle sa part de mystère, de secrets. Il n'en reste pas moins que ce livre est une touchante ôde à la complexité de la nature humaine, qui tisse ses fils de faits historiques, des archives du pays, de témoignages (à priori, mais ils peuvent aussi être de la fiction), des pleins et les creux racontés (à priori) par l'héroïne elle-même... Tout en laissant toujours la part de doutes, d'un doute délicat, respectueux quant aux hypothèses... C'est une touchante réflexion sur l'identité, la confection d'un héros, mais aussi la complexité de la condition féminine, de notre rapport au corps, tant à travers la perception intime que médiatique... En nous donnant à voir cette fillette adulée en tant que telle puis rejetée, salie, parce qu'elle grandit, parce qu'elle change, parce qu'elle devient femme, c'est un récit très fort sur le passage du temps et notre acceptation de celui-ci, qui ici s'est cristallisé dans son rejet le plus extrême... Les passages où elle parle de 'sa maladie', parce qu'elle devient femme (elle a ses règles, prend des formes, et tout cela est un frein à l'exercice pur de la gymnastique dans son excellence) sont très très forts. En nous donnant à voir l'aridité d'un régime, l'inflexibilité de celui-ci, elle nous le donne à voir à travers les commentaires de Nadia par opposition à celui auquel on le compare, qui a, lui aussi, ses déviances qu'on ne voit plus... Il est si facile de juger l'autre, beaucoup moins soi... Le régime de Ceaucescu est donné à voir de façon factuelle, sans jugement, une fois encore, malgré le fait que l'auteur- la narratrice se pose en biographe, occidentale, et qu'elle a forcément son avis. J'adore les réflexions de Nadia qui défend le régime qui l'a façonnée, par opposition à une abondance insensée, et cette conception qu'elle acceptait son destin parce que bien que très dur, il lui donnait la possibilité d'exister dans 'l'extraordinaire', par opposition au destin des femmes, au destin tout tracé, mariage, puis mère, ménagère... Rien ne se pose comme meilleur, tout est à relativiser, elle nous ote le droit de juger, elle donne à voir. Bien écrit, vraiment une très belle réussite.

C'est toi, Luocine, qui m'a donné envie de le lire, alors que j'avais dû le voir quelques dizaines de fois avant sans qu'il me tente. Merci !

Médiathèque de Pleurtuit.

. La petite communiste qui ne souriait jamais, Lola Lafon. Ed. Actes Sud, 2014.

Voir les commentaires

... 338

3 Mars 2015, 21:02pm

Publié par LaSourisJOne

"Tant de jours horizontaux sans événements : habiter l'âge adulte".

Lola LAFON

Voir les commentaires

... 337

3 Mars 2015, 21:00pm

Publié par LaSourisJOne

"Rien n'est jamais assez rien et des ébauches d'ironie surgissent toujours des mots qu'on s'autorise".

Lola LAFON

Voir les commentaires

... 336

1 Mars 2015, 21:01pm

Publié par LaSourisJOne

"Ce sont leurs offres illimitées à eux, qui réduisent l'espace, cette valse occidentale dont on sort nauséeux d'avoir trop tournoyé".

Lola LAFON

Voir les commentaires