Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

...196

17 Mars 2013, 15:13pm

Publié par la souris jaune

"La peur du désastre fait partie de l'aventure. On peut sauver ou ruiner toute une vie quand on prend le risque".

Jeanne BENAMEUR

Voir les commentaires

...195

17 Mars 2013, 10:59am

Publié par la souris jaune

"J'ai besoin d'autres êtres humains, comme moi, doutant, s'égarant, pour m'approcher de ce que c'est que la vie".

Jeanne BENAMEUR

Voir les commentaires

...194

16 Mars 2013, 10:12am

Publié par la souris jaune

"C'est l'arrêt du désir qui fait le nid à tout ce qui crève. Plus d'élan, plus de vie".

Jeanne BENAMEUR

Voir les commentaires

Des illusions :)

6 Mars 2013, 10:02am

Publié par la souris jaune

des_illusions.jpgEt dire que j'ai failli laisser glisser ce livre, et passer à autre chose : cela aurait été vraiment dommage ! Zapper, parce que sa quatrième de couverture est un extrait du premier texte qui le constitue, celui qui me parle le moins, parce que j'aime si peu les récits d'enfance... Pourtant cette voix d'enfant trouve sa place dans ce joli ensemble.

Un recueil de nouvelles pas comme les autres, puisque les nouvelles se succèdent malicieusement et sont reliées toutes ensembles comme un collier de perles, par un clin d'oeil discret, qu'on voit ou qu'on ne voit pas, mais qu'on se surprend à chercher, d'un texte à l'autre... Ainsi, tel personnage si secondaire dans l'un des textes va soudain prendre la plus grande place dans le texte qui suit... et tous ces personnages se retrouver comme en un bouquet final au dernier (avant-dernier ?) chapitre, pour la fête des voisins... Chaque texte se lit comme un seul, mais fait partie d'un tout. Et c'est finalement une jolie métaphore de nos vies d'humains : elles se conçoivent dans leur solitude, mais aussi dans un ensemble, notre quartier, notre village, notre réseau d'amitiés, et revêtent un éclairage autre, parce que moins intime...

L'auteur nous offre une promenade dans une galerie de "portraits" ou plutôt une galerie de vies modernes... Etats d'âme d'une mère de famille, interrogations sur l'absurdité d'un monde administratif, souffrances des solitudes, après-rupture amoureuse, passion destructrice qui laisse exhangue... Chaque texte nous touche avec force. Tout y est juste, authentique, et bien écrit. J'avoue qu'il m'a souvent rendue mélancolique, tant ce qu'il vient interroger chez nous (notre rapport au passage du temps, nos changements, nos alliances et mésalliances) est juste... Coup de coeur pour Marthe et Georges, ce couple âgé indissociable l'un de l'autre, malgré Alzheimer ("Dans leurs regards délavés par le temps, reste l'incandescence des ultimes rendez-vous, là où les âmes se rejoignent, à l'origine de la vérité") ; Des illusions, ou le paradoxe de la recherche amoureuse alors même qu'on ne tricote plus les efforts d'échanges avec ses propres voisins, ou encore Hors Circuit, l'histoire de Ludo, au chômage, confronté à l'absurdité d'une inscriptions à l'agence pour l'Emploi... 

Quant aux petits dessins qui jalonnent le livre, chapitre après chapitre, vifs et aériens, ils sont une jolie respiration dans le livre. Une jolie découverte. Merci Arnaud ! 

 

. Des illusions, Elisabeth Berlan-Mary, illustrations Jeanne du Tertre, éd. Yellow concept, 2012.

Voir les commentaires

Le confident

4 Mars 2013, 21:10pm

Publié par la souris jaune

confidentCamille vient de perdre sa mère. Dans son courrier, chaque jour, des lettres de condoléances, auxquelles elle répond, un peu automatiquement. Et parmi tous ces petits mots, une lettre, plus longue, et puis d'autres, d'un mystérieux correspondant... Elle croit d'abord à une erreur, ces lettres ne lui sont pas destinées. Et puis peut-être que si, puisqu'elle travaille dans une maison d'édition, peut-être sont-elles celles d'un écrivain en demande de publication, qui utilise ce moyen original, pour lui adresser son manuscrit, et le lui faire lire... Et puis comme les lettres arrivent toujours et le récit avance, elle comprend, elle qui attend à son tour un enfant et vit une histoire d'amour torturée, que ces lettres parlent de son histoire, de sa mère... Elle apprend ainsi petit à petit la vérité sur son passé. 

Le récit est emberlificoté, plusieurs narrateurs peuvent un peu compliquer la lecture.

Pourtant, bien que terrible, il frappe. Il y a ce lien, fort, entre ces deux femmes. Celle qu'elle croit être sa mère, et celle qui l'a réellement portée. Leur destin intrinsèquement lié par un serment terrifiant, et qui détruit l'une et l'autre. Il y a les trahisons qu'on fait pour ne pas perdre ce que l'on a de plus cher, ce en quoi l'on croit... 

Et puis il y a la guerre, l'Histoire, grave, au regard des destins individuels, qui enserre ces destins : comment fait-on pour ressentir la puissance de sa vie dans tout ce qu'elle a de fort, alors même qu'on vit déjà une époque tourmentée ?

Ca interroge aussi sur les promesses qu'on fait, un jour, et leur devenir : comment concilier une promesse d'un temps avec celle/celui qu'on est devenu(e) ? Avec des aspirations qui peut-être n'iront plus, ne seront plus conciliables avec ce que l'on a pourtant accepté, choisi ? Peut-on revenir en arrière, ou reste-t-on prisonnier de ces serments ? La narratrice/l'auteur tranche pour la seconde option : on reste prisonnier, et aliéné, par ces serments dont on ne veut plus, et sans doute marquent-ils à jamais notre destinée...

C'est assez bouleversant, et peut-être même trop fort à concevoir... 

 

. Le Confident, Hélène Grémillon, éd. Plon, 2010 ; Livre de Poche.

Voir les commentaires

...193

2 Mars 2013, 10:33am

Publié par la souris jaune

"Rares sont les individus capables d'entendre que l'autre n'est pas ce qu'ils imaginent".

Elisabeth BERLAN-MARY

Voir les commentaires

Le journal secret d'Amy Wingate :)

28 Février 2013, 13:22pm

Publié par la souris jaune

9782746714496.jpgJ'adore les livres journaux ou carnets intimes, alors j'ai été comblée avec ce Journal secret d'Amy Wingate. On rencontre Amy via son journal, qui est pour elle nouveau, et en quelque sorte une posologie de son médecin. Commandité, l'acte devient réflexe pour Amy, qui devient de plus en plus accro à son journal. 

On entre donc de plein pied dans la vie de cette femme mûre, distinguée, d'à peu près 55 ans, vivant seule, et sans enfants. Femme forte et de caractère. Elle habite une belle et fière demeure au bord de la mer, dont la vue nous saisit souvent, tant on la voit, par ses yeux. Sa maison est un bonheur en soi. Très heureuse dans son quotidien, qu'elle partage entre ses précieux moments de solitude, et quelques concessions à la vie sociale, sa voisine la bourgeoise pseudo femme parfaite, mère de plusieurs enfants, à propos de laquelle elle ne ménage pas les commentaires... On aime : pas de duplicité, juste du silence, de l'acceptation et beaucoup d'abnégation pour cette femme qui fait la part des choses et accepte les petits défauts de son amie... Et de jouer le rôle qu'on attend d'elle, en toute lucidité. J'aime beaucoup.

Il y a aussi ses échappées chez une vieille amie, quelques fois l'an.

Et puis bien sûr, l'histoire. La rencontre. Dans la petite épicerie de son village. Le petit jeune, délinquant, qu'elle surprend en train de voler, et qui la nargue... Fabuleux, ce qui se passe après, entre ces deux-là. L'un est révélateur de l'autre, il réveille le passé enfoui, tandis que l'autre lui ouvre un futur. Il y a ce formidable échange, entre ces deux-là, les apports réciproques, troublants de justesse. Car c'est assez juste de ce que cela dit de nos rencontres : on ne sait pas, bien souvent, pourquoi une rencontre se produit, pourquoi on l'entretient, mais ça se passe ; et bien souvent cela nous dépasse, c'est bien au delà de notre volonté ; ça vient juste nous susurrer quelque chose de ce que nous sommes, nous rappeler ce que nous ne voulons pas voir... Ce que les autres nous révèlent de nous, souvent à notre insu.

Ce partage entre ces deux-là est très très beau. Et il nous donne à voir tout en finesse un aspect caché de la vie d'Amy, son passé et autour duquel elle s'est construite ; troublante vision de ce que le passé façonne de nous... On est loin de la thérapie, et pourtant... C'est fort, parce que ça parle du quotidien, et de ses catalyseurs... 

J'allais oublier de mentionner que j'ai lu ce livre grâce à mon indétronnable club de lecture passé, toujours dans mon coeur : voila longtemps que je cherchais à lire ce livre, j'ai fini par l'acheter, et je ne le regrette pas ! Merci Yveline !

 

. Le journal secret d'Amy Wingate, Willa Marsh, éd. Autrement, oct 2010.

Voir les commentaires

...192

24 Février 2013, 17:05pm

Publié par la souris jaune

"Il y a des gens qui sont doués pour ça, pour dégoter la beauté partout où ils sont".

Hélène GREMILLON

Voir les commentaires

...191

17 Février 2013, 16:05pm

Publié par la souris jaune

"Le chant est pareil au rire, on peut tout y mettre, même la mélancolie".

Hélène GREMILLON

Voir les commentaires

La Belle aux oranges

16 Février 2013, 09:26am

Publié par la souris jaune


9782757816585Je suppose que l'effet recherché était de faire ressentir une certaine magie avec ce livre-là, tel un conte qui envoûterait... En tout cas moi, je n'ai pas succombé.

L'idée était intéressante pourtant : le personnage principal, un jeune garçon de 15 ans vivant à Oslo, reçoit une lettre écrite par son père sur la fin de sa vie onze ans plus tôt. Cette lettre, qui lui était adressée, vient d'être retrouvée dans une vieille poussette rouge dans un apenti de jardin par la grand-mère...

Bref. Ca commence pas si mal. Mais ce qui nous amuse au début finit par nous agaçer un peu, voire beaucoup : l'auteur use et abuse du suspense, ainsi que du principe du secret... Il délaye son histoire, distillant trop régulièrement à mon goût un "je vais te confier un secret" : trop c'est trop ! Ainsi il éreinte un peu son lecteur (moi, en tout cas) à force non d'entretenir le suspense (car il ne l'entretient pas vraiment) mais en différant sans cesse le moment de nous dire pourquoi la Belle aux oranges ?? (Attendre 130 pages pour savoir enfin pourquoi la belle se promène avec 5 kg d'oranges alors que c'est le coeur même du récit, ouai, bon...).

Quant à son propos destiné à remettre en perspective une vie dans le vaste univers, il est intéressant, mais il m'a donné le vertige ! Nous sommes poussière, nous sommes miracle, car notre existence elle même est conditionnée par tant de paramètres qui s'ils avaient été modifié, auraient pu faire qu'on n'existe pas... C'est intéressant, comme idée. Mais aussi un peu stressant !

Je n'ai guère aimé LA grande question du livre, celle que ce père, du fond de sa tombe, pose à son fils ; le contraindre à réfléchir à cette question-là (si tu avais su que tu devais mourir, qu'on t'ôterait la vie en même temps qu'on te la donnait, aurais-tu choisi de ne pas vivre ?), sachant que le père répond oui... Est-ce un très beau cadeau à faire à un fils, je n'en suis pas persuadée...

Sinon, la construction du récit est intéressante. Moi j'ai trouvé tout cela longuet et, finalement, j'ai plutôt été gênée par la vie du fils qui ne nous intéresse pas du tout en fin de compte, ainsi que par le téléscope Hubble... Mais la construction est habile. En tout cas, pour moi le côté "conte avec des règles" à respecter, sinon on prend le risque de tout faire basculer ne m'a pas non plus beaucoup parlé... Etranges et fortes superstitions pour conditionner une vision des choses, sans doute pour rendre acceptable ce qui ne l'est pas... Cela dit, je ne regrette pas d'avoir découvert l'univers de Jostein Gaarder, que je connaissais pas, l'auteur du Monde de Sophie. Merci à Olivier.

 

. La Belle aux oranges, Jostein Gaarder, éd. du Seuil, 2003 pour la tractuction française. 

Voir les commentaires