Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

... 592, se construire contre

27 Octobre 2018, 11:36am

Publié par LaSourisJOne

"Se construire contre quelqu'un signifie aussi qu'on s'y appuie et dans les mois suivants sa disparition ma sensation la plus nette a été le déséquilibre".

Julia KERNINON

Voir les commentaires

Adolphe :))

15 Octobre 2018, 22:28pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Quel bonheur de redécouvrir un pan de la littérature française qu'on avait occulté, et que l'on dévore. J'avais donc fait l'impasse sur certains auteurs (un grand nombre, en fait !) du romantisme ; et j'ai beaucoup aimé cet Adolphe, de Benjamin Constant.

Sans doute parce qu'une fois encore (comme Manon Lescaut, et bien que pas du tout contemporains, j'y vois des rapprochements possibles), il y est question de passion, d'amour, de sentiments. Et que c'est même là, le seul sujet du livre.

Il s'agit donc d'un jeune homme, Adolphe, qui fréquente un couple un peu illégétime, recomposé ; par jeu, par désoeuvrement sans doute au début, il s'entiche de la femme, Ellénore. Il la traque, en se leurrant lui-même parfois à demi, parfois complètement, en tout cas, il finit pas la séduire, elle par céder, eux par se croire heureux, puis amoureux, et... ne plus savoir se quitter. Car comment vivre l'un sans l'autre ? Sans cette passion qui les anime, les occupe, les habite ? De sacrifices en pertes, de croyances en incapacités de mettre un terme à cette histoire, l'un n'en réchappera pas. 

"Les circonstances sont bien peu de choses, le caractère est tout ; c'est en vain qu'on brise avec les objets et les êtres extérieurs, on ne saurait briser avec soi-même".

Profondeur des sentiments, justesse et profondeur de la narration, ah quel bonheur de lire cet auteur romantique !

Benjamin Constant aurait écrit ce livre en 1806 en réalité (publié en 1816), alors que sa relation avec Mme de Stael s'étiolait...

. Adolphe, Benjamin Constant, 1816.

Voir les commentaires

... 591, la vie du bon côté ?

14 Octobre 2018, 21:39pm

Publié par LaSourisJOne

"Il y a le tragique de l'existence, qu'on ne peut pas changer, et il y a tout le psychodrame qu'on greffe sur le tragique, et là heureusement, se dessine une certaine liberté".

Alexandre JOLLIEN 

Voir les commentaires

... 590, la joie

14 Octobre 2018, 21:35pm

Publié par LaSourisJOne

"La joie ne s'arrache pas aux forceps".

Alexandre JOLLIEN

Voir les commentaires

... 589, la vérité sur la liberté

14 Octobre 2018, 21:24pm

Publié par LaSourisJOne

"On peut être dépendant et libre. Ce qui nous prive de la grande santé c'est d'opposer le mal, le bien, l'agréable, le désagréable, la liberté, l'aliénation, on peut être aliénés dans une partie de sa biologie et avoir le coeur ouvert et une générosité".

Alexandre JOLLIEN 

Voir les commentaires

... 588, l'homme d'aujourd'hui

14 Octobre 2018, 20:39pm

Publié par LaSourisJOne

"Ce qui est en train de nous rendre malade, tous profondément malades,c'est justement nos habiletés entre autres, techniques, technologiques. Si on regarde les technologies d'aujourd'hui, leur dogme souterrain, le dogme qui glisse dans les cables, qui serpente autour du monde et qui le couvre, et qui le réchauffe faussement, c'est le dogme de l'efficace. Que tout soit lisse, qu'il n'y ait plus d'obstacle, plus de heurts, plus de concret, au bout du compte plus d'humain".

Christian BOBIN

Voir les commentaires

... 587, la timidité

14 Octobre 2018, 17:29pm

Publié par LaSourisJOne

"La timidité : cette souffrance intérieure qui nous poursuit jusque dans l'âge le plus avancé, qui refoule sur notre coeur nos impressions les plus profondes, qui glace nos paroles, qui dénature dans notre bouche tout ce que nous essayons de dire, et ne nous permet de nous exprimer que par des mots vagues ou une ironie plus ou moins amère, comme si nous voulions nous venger sur nos sentiments mêmes de la douleur que nous éprouvons à ne pouvoir les faire connaître".

Benjamin CONSTANT (1816)

Voir les commentaires

Sous les pavés :))

13 Octobre 2018, 20:49pm

Publié par LaSourisJOne

BD.

Découverte que je dois au hasard et aux stands de Quai des Bulles.

J'ai découvert cet opus acheté ce jour "Sous les pavés", sur mai 1968.

Et la bonne nouvelle, c'est qu'il semble qu'il y ait toute une série, d'exemplaires rattachés ainsi à des événements historiques. 

Là, vraiment conquise. Tant par le dessin que par l'histoire, très habilement enchassée. On s'attache à Jay, cet américain ténébreux blond qui fait de la photo, son coup de coeur, la jeune blonde Françoise, la décomplexée et libérée Sarah... Plusieurs personnages principaux, six, auxquels on s'attache tout autant, parce que leur personnalité est réussie, à tous. Et puis l'histoire de mars à juin 1968, qu'on revit par les planches de cette BD. 

Une sacrée réussite.

Hâte de découvrir les autres livres du même genre, notamment Les jours heureux, je crois ?

. Sous les pavés, Warnauts, Raives, éd. le Lombard. Avril 2018.

Voir les commentaires

... 586, remède à la souffrance

12 Octobre 2018, 14:32pm

Publié par LaSourisJOne

"Je suis parvenue avec assez d'efforts à me faire une existence qui me préserve des chagrins vifs ; j'ai des occupations pour chaque heure, quoique rien ne remplisse mon existence entière ; j'unis les jours aux jours, et cela fait un an, puis deux, puis la vie".

Mme de STAEL

Voir les commentaires

... 585, souffrance morale

12 Octobre 2018, 14:26pm

Publié par LaSourisJOne

"Les peines d'imagination dépendent presque entièrement des circonstances qui nous les retracent ; elles s'effacent d'elles-mêmes, lorsqu'on ne voit ni n'entend rien qui en réveille le souvenir, mais leur puissance devient terrible et profonde quand l'esprit est forcé de combattre à chaque instant contre des impressions nouvelles".

Mme de STAEL

Voir les commentaires

1 2 > >>