Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

bd

La cosmologie du futur :)

7 Avril 2019, 17:02pm

Publié par LaSourisJOne

BD.

Quelle bande dessinée surprenante que celle-ci !

Je regrette que le dessin de couverture soit si pastel, je trouve qu'il freine, ne donne pas envie d'y entrer, et surtout, ne reflète pas du tout son contenu. 

Car on est loin du pastel, là.

J'adore ce jeu avec les codes ; 

jeu avec les codes de la BD, d'abord : des planches entières de dessins similaires se succèdent, seules les bulles changent pour une séquence : on a l'impression de voir le dessin bouger, il prend tout son sens justement, il se densifie ; 

et bien sûr jeu avec les univers, souvent mélangés, souvent inversés, et c'est drôle (même si c'est évidemment un "drôle" grinçant : ici, les mésanges, paisibles sur leurs branches, sont par leurs dialogues des combattantes, des révolutionnaires qui fument du shit et déplace une rame de RER ; et commentent l'actualité politique, aussi ; 

Sur les plateaux télé, personne n'a envie d'être, ni le journaliste/présentateur, ni les invités ; 

les élections présidentielles sont à mourir de rire, où ne restent que Mélenchon et Hamon parce que les autres ont tous eu des accidents ou se sont retirés ; mais même ces deux-là n'ont surtout pas envie de présider - ou alors à mi-temps, et c'est la solution qui sera retenue - parce qu'ils préfèrent aller cultiver leur jardin (au sens propre !)...

Les parties de pêche au trident entre Emmanuel Macron et Trump...

Un petit bonheur, destiné à faire réfléchir sur une certaine conception de la nature.

Qui se lit avec gourmandise en tout cas.

L'auteur est aussi un ancien chercheur en sciences cognitives et en philosophie.

Merci à Sandrine pour la découverte, et ma bibliothécaire préférée d'en avoir fait l'acquisition à Evran.

. La cosmologie du futur, petit traité d'écologie sauvage, Alessandro Pignocchi, éd. Steinkis, 

Voir les commentaires

Au pied de la falaise :))

5 Décembre 2018, 16:23pm

Publié par LaSourisJOne

BD.

Quelle tranquille et sereine balade au gré des pages de cette BD ! 

J'ai aimé l'univers, le dessin, la poésie qui ne cède rien au réel ; en Afrique, un petit village pétri des rituels, traditions, séculaires du peuple ; on va suivre Akou, l'enfant Akou, le fils du chef du village. Le temps d'histoires représentatives d'un événement estimé comme fort. Le temps passe sans qu'on s'en aperçoive, et le temps passe aussi dans la BD, pour Akou. Akou devient grand, prend femme, a des enfants, travaille la terre pour faire vivre sa famille... La sagesse qui se dégage de ces pages fait du bien. De petites phrases très justes se glanent, au fil des "leçons de vie" que le quotidien nous donne, le quotidien auquel se frotte Akou, Akou qui ne manque pas de bonté, d'authenticité et de sagesse...

C'est très beau, à tous points de vue.

Un livre qui fait du bien, à mettre entre toutes les mains pour le meilleur...

Médiathèque de Saint-Malo.

. Au pied de la falaise, ByMöko, éd. Noctambule, mai 2017.

Voir les commentaires

Sous les pavés :))

13 Octobre 2018, 20:49pm

Publié par LaSourisJOne

BD.

Découverte que je dois au hasard et aux stands de Quai des Bulles.

J'ai découvert cet opus acheté ce jour "Sous les pavés", sur mai 1968.

Et la bonne nouvelle, c'est qu'il semble qu'il y ait toute une série, d'exemplaires rattachés ainsi à des événements historiques. 

Là, vraiment conquise. Tant par le dessin que par l'histoire, très habilement enchassée. On s'attache à Jay, cet américain ténébreux blond qui fait de la photo, son coup de coeur, la jeune blonde Françoise, la décomplexée et libérée Sarah... Plusieurs personnages principaux, six, auxquels on s'attache tout autant, parce que leur personnalité est réussie, à tous. Et puis l'histoire de mars à juin 1968, qu'on revit par les planches de cette BD. 

Une sacrée réussite.

Hâte de découvrir les autres livres du même genre, notamment Les jours heureux, je crois ?

. Sous les pavés, Warnauts, Raives, éd. le Lombard. Avril 2018.

Voir les commentaires

Don Quichotte

11 Octobre 2018, 09:57am

Publié par LaSourisJOne

BD.

Je sais gré à Rob Davis, d'avoir aimé et voulu nous donner Don Quichotte en BD. Ainsi, bien sûr il faudra qu'un jour j'aille voir du côté de Cervantès et de son style, pour connaître cette grande oeuvre qui fait référence dans l'histoire littéraire, cependant, en attendant, eh bien... Je ne suis pas mécontente de l'avoir découverte ainsi. 

Alors on rencontre un veil homme, qui lit des romans de chevalerie, toute la journée. Jusqu'au jour où brutalement, il décide que lui aussi doit enfourcher son destrier et sa tenue de chevalier, se transformer en chevalier errant et aller occire les méchants, pour sauver ce monde... Les femmes qu'il rencontre, souvent peu à leur avantage, sont transfigurée par son esprit, il y voit de jeunes femmes respectables, les moulins à vent qu'il voit il les prend pour des armés de géants contre lesquels il faut se battre...

Il s'est prénommé Don Quichotte de la Manche, son cheval Rossinante. Et il va les routes avec Sancho Pança, qui lui, rêve de faire fortune... Et il y a son voisin et son notaire, qui tentent de les rattraper pour le ramener à la raison...

. Don Quichotte, Livre 1, Cervantès et Rob Davis, éd. Warum (BD). 

Voir les commentaires

Gérard, cinq années dans les pattes de Depardieu :))

5 Septembre 2018, 21:31pm

Publié par LaSourisJOne

BD.

Il faut le reconnaître, j'ai vraiment beaucoup aimé cette BD.

Outre que j'ai trouvé le dessin très juste, plutôt agréable et bien que simple, proche d'une certaine réalité des personnages, j'ai beaucoup aimé la BD, la rencontre entre Mathieu Sapin et Gérard Depardieu. 

Ca le rend quand même très attachant ; on découvre un personnage très solitaire, isolé par son incroyable popularité, unique popularité à travers le monde. Je trouve sa solitude, de fait, extrêmement bien rendue. Intéressant d'imaginer cet être excessif, qui apparaît véritablement à part, par sa démesure, sa profonde angoisse de l'ennui, sa boulimie d'être avec d'autres ou de lire, pour tuer cet ennui. Ce sont ces aspects que j'ai trouvé touchants. Ainsi que son approbation sans faille de ce qui constitue sa popularité : il se plie toujours, de bonne grâce aux selfies qu'on lui demande. Parce que c'est sa vie.

On sent l'attachement du dessinateur (qui se dessine à ses côtés) à celui-ci, un attachement qu'on mesure d'autant plus qu'il s'est plutôt livré à des portraits d'hommes de gauche, ou politiques, tel François Hollande.

Une réussite.

Merci à Samuel de m'avoir permis de lire cette BD que j'avais bien envie de découvrir.

. Gérard, cinq années dans les pattes de Depardieu, éd. Dargaud, 2017.

Voir les commentaires

Emma G. Wildford :)

7 Juillet 2018, 19:53pm

Publié par LaSourisJOne

Bande dessinée.

Comment ne pas tomber sous le charme... Un livre-coffret, que vous ouvrez précautionneusement, comme un bel objet... Une lettre, dont vous savez bien qu'elle est la clé de l'histoire, ostensiblement accrochée à l'intérieur de la 4è de couverture... Une lettre que vous pouvez décider de lire, là, maintenant, tout de suite, ou plus tard... C'est assez sympathique, évidemment, comme procédé de narration....

Alors, moi je l'ai lue - non sans me dire qu'après, tout serait changé ! - assez vite, cette lettre. Et tant mieux, sinon j'aurai ragé ! Et même si évidemment, on lit la BD différemment, si...

J'aime évidemment l'époque, le style désuet, le style... la personnalité d'Emma, son "féminisme" avant l'heure tout en restant l'amoureuse romantique qui fait l'histoire... J'ai aimé l'aventure qu'on nous donne à lire, le périple de l'Angleterre à la Laponie, les vers de la poète... Et bien sûr (mais ce n'est pas grave !) comme souvent avec les BD, j'ai regretté la fin... Trop tôt, queue de poisson, insuffisante, les fins me déçoivent toujours je crois bien.

M'enfin, je garderai en tête le plaisir d'une chouette découverte.

Bibliothèque de Lanvallay. :))

. Emma G. Wildford, Zidrou et Edith, Noctambule ; 2017.

Voir les commentaires

Les années douces :))

22 Avril 2018, 20:53pm

Publié par LaSourisJOne

BD.

Emprunté par hasard, sans avoir fait le lien avec cette BD, Quartier lointain, que j'avais lu et aimé il y a longtemps.

Beaucoup aimé celle-ci. Sans doute déjà parce que c'est un manga "à l'occidentale", qui ne me fait pas pester à l'encontre du sens de lecture ; 

J'ai aimé le rythme, lent, de cette histoire; les dessins posés.

J'ai été admirative du talent qui se dégage du trait de l'auteur, particulièrement frappant dans ces deux tomes des années douces : avec quelques traits, il peint avec justesse une palette très large de ressentis humains féminins, son personnage principal étant une femme.

J'ai aimé le rendu de son vague à l'âme, son rapport quotidien à la solitude, la façon qu'elle a de s'accrocher à ce professeur, leur histoire, simple, la poésie, la féérie des planches...

J'ai moins aimé l'intrusion de la grande féérie, ou de l'imaginaire total, mais après tout, cela faisant partie de cette histoire, allons y pour les Tengus, nous trop/si rationnels, pauvres de nous...

Les scènes au bar, les plats commandés par les deux personnages, la nourriture qui devient un art de vivre du quotidien, un rythme de vie, 

vraiment, une respiration délicieuse.

Médiathèque de Saint-Malo.

. Les années douces, BD, 1 et 2, Tanigushi, Casterman, 2010.

Voir les commentaires

Ralentir :))

24 Mars 2018, 21:01pm

Publié par LaSourisJOne

BD.

Belle découverte que celle-ci, et qui tombe fort à propos juste après Elena Ferrante !

Je l'ai lu d'une traite, comme une balade simple et vivifiante. C'est l'histoire de David, à bloc, qui bosse comme un fou depuis dix ans, et prend un jour sans le vouloir une auto-stoppeuse aux antipodes de son mode et de ses choix de vie. S'ensuit un échange, une conversation dans la voiture, et un certain nombre de péripéties qui vont l'inciter à... ralentir (un peu).

A re-considérer sa vie, avec des yeux neufs, et à re-penser l'essentiel.

Confrontation de choix de vies. Avec de belles rencontres, de personnes ayant fait le choix de vivre dans la simplicité, en retrouvant le sens des choses. Les conversations font mouche, interrogent, posent le vrai et le sens. Le dessin fonctionne bien. 

Merci à la bibliothèque d'Evran et à sa bibliothécaire pour la découverte !

Bibliothèque d'Evran.

. Ralentir, Delphine Le Lay, Alexis Horellou, éd. Le Lombard, mars 2017

Voir les commentaires

Une vie avec Alexandra David-Neel :)

24 Août 2017, 18:26pm

Publié par LaSourisJOne

BD.

Tome 1 sur 2.

La vie d'Alexandra David-Neel habilement racontée, alors qu'on entre dans sa vie quand elle a 90 ans. On a la découvre embauchant une femme de compagnie, Marie-Madeleine, qui resterait/ra à ses côtés jusqu'à la fin de sa vie 11 ans plus tard (c'est aussi vrai). Avec la jeune femme, dévouée à Alexandra, on va découvrir son personnage, et toutes ses facettes, dues à son âge. Son sale caractère, son impatience, son exigence, son humour aussi... 

Et puis plonger dans son passé, entre 1912 et 1923... Sur les traces de Lhassa, au Tibet.

J'aime beaucoup le dessin de cette bande dessinée, fin, ciselé sans être tranchant, tout autant que les textes. Les dialogues sont juste ce qu'il faut, quant à l'histoire devant être racontée, elle l'est non par l'intérmédiaire de bulles, ce qui aurait été très lourd, mais judicieusement dans des bandes de textes au dessus des images. 

J'aime aussi évidemment beaucoup l'idée d'une BD historique, puisque c'était le dessein des auteurs, faire connaître l'une des plus grandes exploratrices du XXè siècle : dessein réussi.

Bibiliothèque d'Evran.

. Une vie d'Alexandra David-Neel, Mathieu Blanchot, Fred Campoy, Tome 1, Grand Angle, février 2016.

Voir les commentaires

Les trois fantômes de Telsa, tome 1 :)

16 Juillet 2017, 10:35am

Publié par LaSourisJOne

BD. 

Premier tome.

C'est rare, que je lise des BD, vous le savez. Certaines parfois me font de l'oeil, et j'essaie de me laisser embarquer, ça marche ou ça marche pas.

Pour celle-ci, c'est le dessin d'illustration de couverture qui m'a donné envie. L'atmosphère, les visages, le mystère, une mère et son fils... Bref. 

J'ai bien aimé.

Bien sûr, il faut vous dire que ce n'est que le tome 1, sur 3, et que l'histoire n'est pas terminée. Amorcée. Toutefois, j'ai aimé l'atmosphère, et le texte, plutôt juste, ainsi que la langue, ce qui, à mon sens, est rare en bande dessinée (en tout cas, souvent elles me tombent des mains pour ces raisons là). Là, le texte est ce qu'il faut. Donc, un très bon point à mon sens aux auteurs, Marazano et Guilhem. J'ai aussi beaucoup aimé le dessin, et l'univers. 

Univers américain des années 40, une femme qui doit se débrouiller seule pour gagner sa vie, et une histoire, du côté de l'enfant, qui nous accroche, et dont on sait bien que tout va venir de là... Avec ce voisin de pallier mystérieux, les gamins qu'il croise dans la rue et qui le mandatent pour être accepté d'aller remettre une lettre à ce fameux voisin... La rencontre tarde à se faire, le suspense est bien entretenu, sans trop en faire, et on subodore l'importance de la science, et la situation historique, comme éléments clés de l'histoire... A suivre, donc.

. Les trois fantômes de Telsa (1), Marazano et Guilhem, Le Lombard, 2016.

Voir les commentaires

1 2 > >>