Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

Articles avec #bd

Une vie avec Alexandra David-Neel :)

24 Août 2017, 18:26pm

Publié par LaSourisJOne

BD.

Tome 1 sur 2.

La vie d'Alexandra David-Neel habilement racontée, alors qu'on entre dans sa vie quand elle a 90 ans. On a la découvre embauchant une femme de compagnie, Marie-Madeleine, qui resterait/ra à ses côtés jusqu'à la fin de sa vie 11 ans plus tard (c'est aussi vrai). Avec la jeune femme, dévouée à Alexandra, on va découvrir son personnage, et toutes ses facettes, dues à son âge. Son sale caractère, son impatience, son exigence, son humour aussi... 

Et puis plonger dans son passé, entre 1912 et 1923... Sur les traces de Lhassa, au Tibet.

J'aime beaucoup le dessin de cette bande dessinée, fin, ciselé sans être tranchant, tout autant que les textes. Les dialogues sont juste ce qu'il faut, quant à l'histoire devant être racontée, elle l'est non par l'intérmédiaire de bulles, ce qui aurait été très lourd, mais judicieusement dans des bandes de textes au dessus des images. 

J'aime aussi évidemment beaucoup l'idée d'une BD historique, puisque c'était le dessein des auteurs, faire connaître l'une des plus grandes exploratrices du XXè siècle : dessein réussi.

Bibiliothèque d'Evran.

. Une vie d'Alexandra David-Neel, Mathieu Blanchot, Fred Campoy, Tome 1, Grand Angle, février 2016.

Voir les commentaires

Les trois fantômes de Telsa, tome 1 :)

16 Juillet 2017, 10:35am

Publié par LaSourisJOne

BD. 

Premier tome.

C'est rare, que je lise des BD, vous le savez. Certaines parfois me font de l'oeil, et j'essaie de me laisser embarquer, ça marche ou ça marche pas.

Pour celle-ci, c'est le dessin d'illustration de couverture qui m'a donné envie. L'atmosphère, les visages, le mystère, une mère et son fils... Bref. 

J'ai bien aimé.

Bien sûr, il faut vous dire que ce n'est que le tome 1, sur 3, et que l'histoire n'est pas terminée. Amorcée. Toutefois, j'ai aimé l'atmosphère, et le texte, plutôt juste, ainsi que la langue, ce qui, à mon sens, est rare en bande dessinée (en tout cas, souvent elles me tombent des mains pour ces raisons là). Là, le texte est ce qu'il faut. Donc, un très bon point à mon sens aux auteurs, Marazano et Guilhem. J'ai aussi beaucoup aimé le dessin, et l'univers. 

Univers américain des années 40, une femme qui doit se débrouiller seule pour gagner sa vie, et une histoire, du côté de l'enfant, qui nous accroche, et dont on sait bien que tout va venir de là... Avec ce voisin de pallier mystérieux, les gamins qu'il croise dans la rue et qui le mandatent pour être accepté d'aller remettre une lettre à ce fameux voisin... La rencontre tarde à se faire, le suspense est bien entretenu, sans trop en faire, et on subodore l'importance de la science, et la situation historique, comme éléments clés de l'histoire... A suivre, donc.

. Les trois fantômes de Telsa (1), Marazano et Guilhem, Le Lombard, 2016.

Voir les commentaires

Léa ne se souvient plus comment fonctionne l'aspirateur :(

26 Mars 2017, 21:55pm

Publié par LaSourisJOne

Roman graphique.

(BD ?)

Bon, le graphisme est joli, et m'a bien plu dès le départ, ce crayonné noir et blanc avec de jolies nuances dans les visages et silhouettes... Toutefois, ce livre m'a agacée et déçue, je dois l'avouer : le personnage principal est suffisant et ne procure aucune sympathie ; l'auteur cède aux clichés sur les auteurs, et à ceux-ci, il ajoute l'absence de scrupules... Aussi, quand il vole une vie par le biais d'un journal intime, ça m'a beaucoup gênée ; et quand l'issue du livre est finalement de retomber sur cette leçon-là, je me suis dit, ah ouai, tout ça pour ça !

D'autant qu'il faut vous dire qu'il ne vole pas une vie qui appartiendrait au passé, même pas : découvrant que le journal intime appartient à ses ex-voisins, des jeunes gens, qui ont déménagé la semaine qui précède, il pompe allègrement la matière de son futur roman à succès dans l'histoire de cette jeune femme. Va même jusqu'à visiter l'appartement, intercepter le mari et porter un carton juste pour lui soutirer des informations et continuer son roman sur le dos de cette femme... J'ai trouvé ça vraiment choquant, et de plus en plus antipathique cet auteur que les deux auteurs de la BD tentent pourtant de nous présenter comme sympathique. Et c'est d'autant plus énervant.

L'idée de départ était intrigante, intéressante, cette jeune femme qui soudain ne sait plus se servir des appareils ménagers... Cependant, ce que ces auteurs en font est tiré par les cheveux. Je n'y ai pas cru deux secondes, à cette histoire qui dans ce cas aurait valu d'être développée pour qu'on y croie, quatre mois de femme sous le joug d'un homme qu'elle vient d'épouser... 

Je ne regrette pas de l'avoir lu, et je remercie Delphine de m'avoir vraimé donné envie de rentrer dans cette histoire, moi qui ne lis jamais (ou très rarement) de roman graphique, toutefois, j'ai été déçue par le sinopsis... 

. Léa ne se souvient plus commment fonctionne l'aspirateur, Gwangio et Corbevran, éd. Dargaud, juillet 2010.

Voir les commentaires

Marilyn, de l'autre côté du miroir :)

24 Décembre 2016, 07:03am

Publié par LaSourisJOne

Roman graphique.

Aperçue par hasard à la médiathèque, je ne pouvais qu'être intriguée, et curieuse : une bande dessinée sur Marilyn Monroe, qui s'appelle De l'autre côté du miroir ? Je prends !

Et j'ai beaucoup aimé. Beaucoup le dessin, et le fait qu'il y ait peu de texte, juste ce qu'il faut pour l'histoire, sans fioritures. Le dessin est assez troublant parfois, entre peinture et photographie. Ce qui est touchant aussi, et très réussi de la part de l'auteur, c'est qu'on a l'impression de voir tous les visages de Marilyn. Tous. D'une image à l'autre, le visage est changeant, on la reconnaît à peine, et puis l'image qui suit c'est l'image qu'on connaît d'elle... C'est particulièrement juste, et on voit que ça repose sur une vraie connaissance de la personnalité et de la vie de Marliyn. Le récit se situe donc en 1959, et l'auteur a choisi de le situer dans cette période de solitude, tout juste après Yves Montand. On voit ses fragilités, sa cassure, il nous la donne comme un personnage lucide et beau. J'aime l'entame de ce récit, déjà : la ville, en 1959, la rue, un bar. Et celui qui raconte ou qui voit est juste à côté d'un homme que notre narrateur reconnaît et qui n'est autre que Truman Capote. Déçu parce qu'une femme brune arrive à sa table et qu'il ne va pas pouvoir lui parler, une certaine Zelda Zonk... Ceux qui connaissent la vie comprennent : ce n'est autre que Marilyn Monroe, déguisée, pour sortir incognito, et prenant un pseudonyme, pour être tranquille. C'est drôle, la manière dont il apprend finalement que c'est Marilyn, ce personnage masculin/narrateur est un homme sensible, intelligent, naïf, authentique. On s'attache autant à ce personnage qu'à Marilyn et à toute cette intrigue dans laquelle il nous emmène, cette petite parenthèse improbable dans la vie de Marliyn, qui l'emmèneront dans un étrange manoir sous la neige... Et pourquoi pas ?!

Une très belle BD, bien documentée qui se lit comme un roman, surtout quand on s'intéresse à la personnalité de Marilyn, une jolie découverte.

Médiathèque de Saint-Malo.

. Marilyn, De l'autre côté du miroir, Christian de Metter, éd. Casterman, 2009

Voir les commentaires

Bugaled Breizh, 37 secondes :)

8 Octobre 2016, 11:38am

Publié par LaSourisJOne

Bugaled Breizh, 37 secondes :)

BD.

Je sais que je ne lis que très rarement des bandes dessinées. Mais j'ai eu envie de me plonger dans l'histoire tragique de ces marins disparus en mer du Bugaled Breizh. Et j'ai beaucoup aimé. Evidemment, c'est un formidable hommage, engagement, de la part de deux artistes pour ces familles endeuillées, comme un cadeau témoignage qui grave dans l'histoire les cinq marins et leur bateau mystérieusement enseveli par les eaux un certain jour de 2004 ; je trouve déjà la démarche puissamment touchante.

Après m'être étonnée que cette bande dessinée soit en noir et blanc, j'avoue m'être laissée emporter par l'histoire et les dessins. La bande dessinée ne manque pas de rythme, je trouve les dessins très habiles, justes, non verbeux, efficaces ; de même pour le texte. Lorsque des BDs me tombent des mains c'est qu'une image, ou une bulle sont inutiles, lorsqu'une bulle fait la paraphrase du dessin par exemple (autant ne rien écrire dans la bulle !!). Ici, on est loin de cela, c'est percutant, et jamais inutile. Parfois technique pour les non-marins, cela dit, c'est un aspect absolument nécessaire compte tenu du propos, et on le comprend aisément.

Evidemment, le parti-pris de la personnalité du journaliste-enquêteur (souvent adoptée pour incarner des enquêteurs !) revenu de tout, en deuil éperdu de sa femme et donc s'alcoolisant, n'aurait pas manqué de m'agacer si la BD ne m'avait pas complètement séduite. Donc, fi du cliché.

Je n'ai pas non plus été très fan de la fin, oh, juste la dernière page avec le bateau en papier et l'enfant, comme s'il n'était pas facile de trouver une chute à une histoire comme celle-là, et ma foi, on peut vraiment l'imaginer. Ce sont cependant les rares minuscules bémols, car j'ai été convaincue par les images et les textes efficacement mariés. Je trouve aussi le titre '37 secondes' très fort et absolument bien trouvé : 37 secondes, c'est si court, et pourtant, dans la vie de cinq familles, ces 37 secondes-là, elles sont si cruelles...

. Bugaled Breizh, 37 secondes, Pascal Bresson et Erwan Le Saëc, éd. Locus Solus. Octobre 2016.

Voir les commentaires

Elinor Jones :)

10 Août 2013, 13:31pm

Publié par LaSourisJOne

Elinor Jones :)

BD.

Je suis tombée par hasard sur cette BD. Le dessin de couverture (le costume, l'atmosphère, le regard de la jeune femme) m'a donné envie de la feuilleter, puis de lire quelques pages, pour voir, puis de la finir, et d'avaler les trois tomes... Bref : j'ai été surprise, agréablement surprise, par cette bande dessinée, moi qui suis si peu fan du genre. Enfin un univers FEMININ, me disais-je, des personnages féminins qui ne sont pas des faire-valoirs ou des stéréotypes, et un huis-clos au XIXème, dans une maison de couture, où les questionnements se déroulent sur fond de soie, de satin, de tissus somptueux... Un plaisir pour les yeux ! Le trait est d'une finesse... J'avoue avoir été conquise par cet univers chatoyant...

La pauvre Elinor Jones se tue à la tâche, contrainte par elle-même et son histoire familiale, entre amour du travail bien fait et passion pour une tâche... Le Bal d'hiver, le bal de printemps et le bal d'été sont donc les trois tomes de la série qui nous amènent jusqu'au dénouement... C'est léger, mais l'intrigue est assez fine, le ressort est psychologisant, une petite sucrerie pour moi...

. Elinor Jones, Algésiras et Aurore, éd. Soleil Productions, 2010, 2012.

Voir les commentaires

Alice au pays des singes :)

27 Juillet 2013, 18:22pm

Publié par LaSourisJOne

Alice au pays des singes :)

BD

Ca commençait un tout petit peu mal, mais ça n'a pas duré longtemps, heureusement : ça m'agace toujours dans une bande dessinée la paraphrase de dessins, quand l'auteur se met à écrire des trucs que le personnage n'aurait jamais prononcé au prétexte que peut-être le dessin ne va pas suffire à nous faire comprendre (genre : "oh, je chute !!" ; j'ai toujours dans ma tête une petite voix qui s'énerve un peu, et répond "ben oui, j'le vois bien !")... Mais ça ne dure pas, et très vite, je me laisse emporter dans cette histoire loufoque ; les conversations, les décalages m'ont bien fait rire.

On suit donc le plus naturellement du monde Alice, égarée du pays des merveilles au pays des singes, guidée par Mandrill et son gun, accompagnés de la plante carnivore Ella devenue végétarienne, à la recherche de l'arbre migrateur...

Naturellement déjanté. :)

. Alice au pays des singes, Tebo et Keramidas, éd. Glénat. 2012.

Voir les commentaires