Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

... 787, valeur discrète des êtres

28 Mai 2023, 09:40am

Publié par LaSourisJOne

"Il y a des êtres qui ne sont jamais décevants, alors que d'autres le sont toujours. 

Pour les premiers, on ne s'étonne jamais. Pour les seconds, on s'étonne chaque fois. 

Alors que ce devrait être l'inverse".

Anne BEREST

Voir les commentaires

... 786, héritages familiaux

27 Mai 2023, 09:54am

Publié par LaSourisJOne

"Nous trouvons dans l'arbre généalogique des endroits traumatisés, non digérés, qui cherchent indéfiniment à se soulager. De ces endroits sont lancées des flèches vers les générations futures. Ce qui n'a pas pu être résolu devra être répété et atteindre quelqu'un d'autre, une cible située une ou plusieurs générations plus loin".

Alejandro JODOROWSKY

Voir les commentaires

... 785, recréer le passé

27 Mai 2023, 09:49am

Publié par LaSourisJOne

"Si vous ne pouvez pas vous résoudre à abandonner le passé, alors vous devez le recréer".

Louise BOURGEOIS

Voir les commentaires

La papeterie Tsubaki :)))

20 Mai 2023, 19:25pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Moi qui ne suis pas une très grande fan des auteurs et livres japonais, j'ai pris un infini plaisir à lire celui-là. C'est un roman très doux, une belle balade dans le quotidien d'une femme seule, une jeune femme qui a dû se construire sans mère, sans père, élevée par sa grand-mère, un peu à la dure, qu'elle appelle "L'Aînée". Une éllipse nous apprend qu'elle est revenue après une absence et un rejet de cet héritage, et nous la voyons dans son travail d'écrivain public, dans sa boutique, dans son quotidien tout simple, au fil des rencontrent qui émaillent sa vie sur 4 saisons. Ses rencontres rituelles avec sa voisine, plus âgée, Madame Barbara, ses rencontres avec ses clients, inattendus, venant faire appel à ses services en tant qu'écrivain public... Les relations qui se nouent, qu'elle garde... Et puis il y a la nourriture, ses repas du soir qu'elle s'accorde à l'extérieur, son travail, le choix de chaque "outil", instrument, papier, encre pour mener à bien sa mission...

Ce qu'elle apprend pas à pas, doucement, entourée d'un amour qu'elle ne soupçonnait pas.

C'est un livre discret, doux et beau.

Je pourrais le relire.

. La papeterie Tsubaki, Ogawa Ito, 2016, éd. Philippe Picquier, 2018.

Voir les commentaires

... 784, la formule secrète du bonheur

18 Mai 2023, 17:14pm

Publié par LaSourisJOne

"La formule secrète du bonheur ? Il faut se dire à l'intérieur "brille, brille." Tu fermes les yeux et tu répètes "Brille, brille", c'est tout. Et alors, des étoiles se mettent à briller les unes après les autres dans les ténèbres qui t'habitent, et un peu ciel étoilé se déploie. Et ça fonctionne n'importe où. Quand tu fais ça, les problèmes, les chagrins, tout s'efface sous un joli ciel plein d'étoiles".

Ogawa ITO

Voir les commentaires

En cas de forte chaleur :)

18 Mai 2023, 09:10am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Bon, eh bien, je ne sais pas si c'est rassurant ou inquiétant !:)  j'avais lu ce livre En cas de forte chaleur, il a y a neuf ans, et aimé semble-t-il, et il ne m'en restait aucun souvenir. Et aucun qui revienne à la lecture ! hi hi, du coup, le territoire est infini, si on peut même relire comme des livres "neufs", ceux qu'on a déjà lus !

Au moins me souvenais-je que j'aimais l'auteure... :)

En cas de forte chaleur, donc, parce que se déroulant à Londres en 1976, l'année de la sécheresse. Et que chaque geste du quotidien est conditionné par une épaisse chaleur qui rend folles les bêtes, et... 

en tout cas, Robert, un matin, part chercher son journal comme chaque jour et ne revient pas.

Jamais l'histoire ne nous sera livrée du point de vue de Robert, qui nous reste un étranger, dont les autres nous donnent des bribes... J'ai bien aimé, cette narration presque cacophonique, brouillée par ce qui ressemble à des envols d'insectes dans tous les sens... en l'occurence, les pensées des personnages concernés par cette histoire se croisent en tous sens, c'est bien mené... Les personnages : Gretta, donc, la femme de Robert, très catholique, qui s'efforce de ne pas dire/voire la vérité, ses trois grands enfants. Monica, le fils Michael-Francis et la petite dernière, qui vit à New-York, Aoife. On va entrer dans la vie de chacun de ces trois enfants, leurs rapports, leurs choix, etc que vient bouleverser cette annonce, donc : leur père a disparu. Il va bien falloir se retrouver pour tenter de comprendre ce qui se passe.

J'ai vraiment beaucoup aimé, même si je l'ai lu très lentement ; sans doute parce que j'étais un peu partout à la fois par ailleurs, je pense que c'est lecture aurait profité à être lue plus d'une traite, mais peu importe, il est fouillé sur les détails du quotidien, il peut supporter d'être lu lentement.

. En cas de forte chaleur, Maggie O'Farrel, éditions Belfond, 2013 pour la traduction française. 

Voir les commentaires

Les correspondants :))

1 Mai 2023, 19:23pm

Publié par LaSourisJOne

Correspondance.

Voici un moment que je n'ai pas écrit ici, j'ai un peu de mal ces temps-ci à tenir mon blog à jour ! Alors je vais me forcer un peu, car j'ai trouvé que ce livre le mérite pour la bonne bouffée d'élan vital qu'il apporte. Il s'agit donc d'un échange de lettres entre Grands Corps Malade (que j'aime beaucoup, tant comme cinéaste que comme chanteur, et je dirais même comme personnalité) et Ben Mazué (que je ne connais pas) en 2021, donc il n'y a pas si longtemps, et pendant environ un an. Je dirais que c'est la première fois que je lis quelque chose sur ce fichu covid et sur ce que nous avons traversé au cours de ces douloureux mois, à travers les propos de ces deux artistes qui tentent d'avoir de l'humour, mais dont la vie d'artiste fut suspendue à tout ce que nous avons traversé, aux décisions successives... Cela m'a beaucoup parlé. J'ai aimé lire leur ressenti, à ce propos. Entre autres. Ils nous parlent de leur vie professionnelle, de leur rapport à la création, de leur vie quotidienne et de leur famille, et finalement ça parle à tout le monde, je trouve. Enfin, à moi ça m'a beaucoup parlé. J'ai trouvé cet échange épistolaire agréable à lire, il donne envie de faire des projets, de vivre pleinement et artistiquement... Qu'ils en soient remerciés.

. Les correspondants, Grand Corps Malade et Ben Mazué, JC Lattès, octobre 2022.

Voir les commentaires