Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

... 414

29 Novembre 2015, 13:08pm

Publié par LaSourisJOne

"La vie heureuse est une suite ininterrompue de petits instants".

Boualem SANSAL

Voir les commentaires

... 413

29 Novembre 2015, 12:00pm

Publié par LaSourisJOne

"Chez nous, plus les gens se téléphonent, moins ils se voient. La France, c'est pourtant pas le Texas. Ca te fout la chiasse de penser au jour où l'on mettra les bébés au mobile en même temps qu'au biberon. La solitude démarrera au berceau."

Boualem SANSAL

Voir les commentaires

... 412

28 Novembre 2015, 08:46am

Publié par LaSourisJOne

"Point le coeur ne saigne quand les yeux sont clos. Prends tes aises, le rêve n'a pas de limites connues".

Boualem SANSAL

Voir les commentaires

... 411

28 Novembre 2015, 08:41am

Publié par LaSourisJOne

"Je viens d'un pays où la mesure est au coeur du débat. Où que tu sois, qui que tu sois, on doit savoir quelle heure il est à ta montre, quelle distance te reste à parcourir, où tu en es de ta santé, de ton travail, de tes amis, de ta maison et combien ça coûte tout ça".

Boualem SANSAL

Voir les commentaires

... 410

26 Novembre 2015, 17:04pm

Publié par LaSourisJOne

"Au fond, on porte ses projets à venir sans le savoir. En marchant, on les rencontre devant nous, attendant de pied ferme, comme décidés à se montrer pressants. Quand ils nous savent égarés, ils viennent toquer à la porte".

Boualem SANSAL

Voir les commentaires

Le renversement des pôles

23 Novembre 2015, 22:49pm

Publié par LaSourisJOne

Le renversement des pôles

Je ne sais pas bien si ce livre sera pour moi victime de cette semaine de 'bruit blanc', pour reprendre l'expression de François Busnel, c'est possible. En tout cas, cette petite histoire de vies ordinaires, modernes, ne m'a pas convaincue. Ouai, bof, j'aurais envie de dire. Mais...

Même si les choses sont assez bien croquées, la vie croisée de ces deux familles, les petits travers modernes, les chemins où l'on se fourvoie parce qu'on s'accroche à des faux-semblants, ou à de faux étendards, telle que le besoin d'avoir toujours plus, ou mieux (une nouvelle voiture, un nouveau téléphone, etc.) pour combler ses manques, la course à l'enrichissement, là encore pour combler une vie pleine de vide, cette vie vaine des adultes qui courent après ce qu'il ne savent pas vraiment, ne m'a évidemment, pas conquise. Et ca restera pour moi un énième bouquin sur les petites insatisfactions de la vie conjugale et de famille, quand on a 40 ans, ou à peu près.

Mais c'était peut-être parce que c'était une semaine de 'bruit blanc', et qu'aucun livre, peut-être ne pouvait me séduire.

Aussi, j'aurais peut-être dû laisser Nathalie Côte et son Renversement des pôles sombrer dans l'oubli sans passer par la case de ce blog...

Médiathèque de Saint-Malo.

Le renversement des pôles, Nathalie Côte, sept 2015; Edition Flammarion.

Voir les commentaires

... 409

14 Novembre 2015, 13:02pm

Publié par LaSourisJOne

"Nous assistons présentement à l'effondrement d'une civilisation ; depuis de nombreuses années, les lois, les moeurs, la littérature ont concouru à favoriser le développement de l'individualisme. Jamais on n'a autant parlé des droits de l'Homme, mais jamais on ne s'est aussi peu soucié des devoirs qui en sont le corollaire. Cette idolâtrie de l'individu a porté ses fruits inévitables, et on a vu s'épanouir l'égoïsme féroce, l'hypertrophie du moi, le matérialisme obtus".

Eugène MATHON, 1934.

Voir les commentaires

... 408

13 Novembre 2015, 19:38pm

Publié par LaSourisJOne

"Une simple question sur soi et l'on ne se connaît plus. Dur de passer du connu à l'inconnu, de soi à l'autre, tapi en nous-même comme dans une boîte de Pandore".

Boualem SANSAL

Voir les commentaires

Le nageur

12 Novembre 2015, 18:38pm

Publié par LaSourisJOne

Le nageur

.. J'aurais bien aimé être enthousiaste pour ce livre. Le fait est qu'il m'a ennuyée, souvent, et qu'il m'a fallu tous les efforts de la raison pour ne pas empêcher mon esprit de divaguer quand je me plongeais dans sa lecture.

Il y avait des ingrédients, pourtant. Mais... Rien, dans le style. Oh, certes, des descriptions, des vues de paysages donnés à voir pour produire des effets, en Grande Bretagne, mais qui ne produisent aucune émotion. Et puis ces trois parties du roman, le hic, c'est que rien ne nous accroche aux personnages, malgré la dureté de leur histoire. Malgré sans doute aussi, la cinglante leçon à l'égard de nos sociétés permissives et intolérantes à l'égard de 'l'autre', incarné ici par un migrant. Sans doute, justement, peut-être rendu indigeste par une trop criante leçon. Je ne sais pas. Le fait est que je n'ai pas été conquise, alors même que l'histoire avait tout pour me plaire.

L'histoire se déroule donc sur une bonne quinzaine d'année, par le prisme de trois personnages. Ria, d'abord. 43 ans, vivant seule, dans sa maison de famille, avec un facho comme frère avec lequel elle s'efforce de garder de courtoises relations de surface ; femme poète, qui tente d'écriture des poèmes, qui se font rares depuis une histoire douloureuse, de dépit amoureux : son mari l'a quittée parce qu'elle ne peut avoir d'enfant. Arrive alors, un été, le lumineux, jeune médecin de 28 ans, nageant dans la rivière. Migrant, ayant quitté son pays le Sri Lanka en guerre, parce qu'il voulait sauver des vies et non en prendre. Et Ria, entre culpabilité et désir, renaît. Finalement, cette partie s'arrête trop vite, sur une terrible injustice qui cueille Ben en plein envol et Ria en pleine renaissance. Puis c'est Anula, qui raconte. On découvre que c'est la mère, au terrible destin, de Ben. Pas gai, pas gai. Enfin, Lydia, 16 ans, qu'on découvre en séance de thérapie, jeune Lydia, adolescente aussi légère qu'elle le peut, mais qui porte le lourd passé de son histoire. Lydia donc, qui n'est autre que la fille... de Ria et de Ben, qui n'aura donc pas connu son père...

Eric, le bel ami, père de substitution de Ria est finalement la belle trouée de lumière de ce roman là, même s'il est laissé au second plan.

Médiathèque de Saint-Malo.

Le nageur, Roma Tearne, ed. Albin Michel, 2015.

Voir les commentaires

... 407

12 Novembre 2015, 18:11pm

Publié par LaSourisJOne

"La vieillesse n'affaiblit pas les émotions. Ceux qui croient cela n'ont jamais vieilli !".

Roma TEARNE

Voir les commentaires

1 2 > >>