Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

... 728, ma place en ce monde

24 Avril 2021, 09:45am

Publié par LaSourisJOne

"Je suis la seule personne, absolument la seule, capable de déterminer ma place en ce monde. J'exige qu'on m'accepte sur cette base. Et je refuse que quiconque me dicte qui je suis, ou qui je devrais être".

Alexandra LAPIERRE

Voir les commentaires

A trop aimer :))

22 Avril 2021, 22:45pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Ce livre-là m'a fait de l'oeil avec sa couverture rouge et rose, moderne, stylisée évoquant un pas de tango entre un homme et une femme, alors j'ai eu envie de tenter... Et je l'ai dévoré, sans avoir envie de le lâcher ! Il parle d'un amour destructeur, auto-destructeur, même, je dirais... D'un amour qui entraine au fond... 

Par l'histoire, un peu, il m'a un peu fait penser à L'Amour et les forêts, d'Eric Reinhardt. Pas par le style, car celui d'Eric Reinhardt est plus dense, plus fouillé, moins brut... Difficile de ne pas voir de la perversité, quand même, dans certains êtres qui vont si loin dans la destruction de l'autre... Et puis il m'a aussi évoqué le Tenir jusqu'à l'aube de Carole Fives, sans doute plus dans l'écriture, dans l'urgence qu'il décrit, comme une logorrhée narrative, même si l'histoire est autre, j'y ai trouvé des liens : c'est la part de liberté qu'on concède à l'autre, ou la part d'aliénation qu'on prend, qu'on subit... 

Là, donc, l'héroïne raconte une rencontre avec Tristan, un coup de foudre, une belle histoire qui se détériore et devient un cauchemar pour la jeune femme... C'est leur histoire de couple, leur histoire quotidienne, durant la durée de leur histoire : cinq ans... On voit comment elle est aux prises avec cette histoire, comment elle s'y accroche, puisqu'elle aime ce garçon, pourquoi partirait-elle ? Et pourtant tout à la fois on voit aussi l'horreur, l'ambivalence terrible de ce jeune homme qui se révèle un type odieux, même s'il a un passé difficile, même si un diagnostic se pose... Odieux tout en même temps qu'il est poétique par moments, mais tellement odieux... L'héroïne va nous raconter cette histoire "d'amour" qui l'amène aux portes de l'enfer, tâcher de nous montrer pourquoi elle ne parvient pas à partir, puis sa très très lente prise de conscience, et reconstruction... Finalement, on se dit que lorsqu'on se trompe, une histoire n'a rien d'une histoire d'amour, elle peut tellement être cela et son contraire...

J'ai dévoré ! Pas loin d'être un coup de coeur, et par les temps qui courent cela ne m'arrive pas si souvent.

Merci à ma bibliothécaire préférée d'avoir mis ce livre en avant, sans elle il ne serait pas tombé entre mes mains.

Bibliothèque de Lanvallay.

. A trop aimer, Alissa Wenz, éd. Denoël, 2020.

Voir les commentaires

Sans nouvelles de Gurb

19 Avril 2021, 21:58pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

J'aime bien de temps en temps, m'offrir un plaisir de lecture loufoque... J'ai trouvé celui-ci par hasard, mais il n'atteindra pas le niveau pour moi du Grand n'importe quoi, dont j'avais été si fan, de JM Erre. 

Sur le papier, c'était prometteur, et même dés le début du livre, je dois dire :  

deux extra-terrestres sont en mission sur terre. L'un d'entre eux, Gurb, part en reconnaissance. Dans le catalogue des apparences physiques, il a choisi... Madonna ! C'est donc en Madonna qu'il part, en plein Barcelonne... C'est évidemment très excitant à imaginer, le hic, c'est qu'on va plutôt se retrouver en duo avec son acolythe, qui l'attend, et le cherche, même, sans savoir comment le trouver... Car il a disparu ! Alors oui, on va vivre au rythme des incohérences, des découvertes de la terre de celui-ci, mais j'aurais bien aimé suivre d'un peu plus près Madonna et ses rencontres ! Quelques passages savoureux, évidemment, qui tirent quelques sourires, notamment la réflexion/comparaison sur le ramassage des poubelles, tellement bruyant qu'il fait penser au narrateur-extra-terrestre dans la peau d'un humain que les hommes ont voulu imiter le big-bang, par ce bruit sous leurs fenêtres... Ca, ça m'a bien fait sourire !!

Sinon, je l'ai trouvé plus extrême que loufoque, ce livre, et je n'ai pas tenu la distance : disons que le coeur du livre m'a un peu ennuyée, j'ai été un peu lassée du principe, que j'ai trouvé un peu répétitif... L'idée était bonne, pourtant ! la narration enlevée... En outre, on perd un peu, nous lecteur non-hispanique, car les incarnations du narrateur sont souvent des personnalités espagnoles, j'ai regretté de ne pas les connaître toutes ! (J'aurais pu les googleliser, c'est vrai, mais bon...)

Trouvé par hasard lorsque c'était possible dans les rayons d'un bouquiniste au Conquet (29)...

. Sans nouvelles de Gurb, Eduardo Mendoza, 1991. Traduit de l'espagnol.

Voir les commentaires

... 727... ah bon ?

17 Avril 2021, 11:16am

Publié par LaSourisJOne

"C'est quelque chose qui m'amuse, la patience"...

Eric SARNER

Voir les commentaires

Expiation

16 Avril 2021, 13:13pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Roman en trois parties, je devrais même dire quatre, puisque c'est cette dernière, la plus courte qui m'a décidé à ne pas mettre de sourire du tout, quand peut-être je m'apprêtais à en mettre un. 

Une famille, en Angleterre. Milieu aisé, en 1935. La première partie se concentre sur une seule soirée ou presque, une journée tout au plus. C'est ciselé, et la narration, vous l'aurez compris très lente, me plaît beaucoup. Il faut évidemment faire preuve d'une patience à laquelle il est triste de dire que nous ne sommes plus habitués (je devrais dire "je", et en matière de livres). Mais j'aime beau la narration de McEwan, il ne manque rien j'ai envie de dire, ni description ni introspection. Au cours de ce dîner, sentiments, désirs, amours vont engendrer des situations et événements qui laisseront trace pour longtemps. Nous sommes au plus près de plusieurs personnages, Briony, bien sûr, la fille cadette, 9 ans, écriveuse en herbe... la grande soeur, Cécilia, qu'on aime tant... Robbie, l'ami de la famille, modeste, et que la famille a pris sous son aile... Un événement, un drame ce soir-là, un témoignage et des vies qui basculent... Puis la guerre. Malheureusement, McEwan ne nous épargne rien. Je dirais donc que McEwan excelle encore, mais il faut avoir envie de lire ces pages (la deuxième partie) et c'est éprouvant. On y voit Robbie, essentiellement, donc. Et puis les troisièmes chapitres nous rapprochent de Briony... Et bien sûr il est question d'expiation... J'ai très peu aimé ce personnage de Briony, et encore moins le dénouement que McEwan fomente, après nous avoir manipulé... Enfin, c'est mon ressenti quand je tombe sur ce genre de fins. 

Bref, c'est mystérieux, je sais, mais j'essaie de ne pas divulgacher !

J'avais beaucoup aimé Opération Sweet Tooth,  du même auteur. Je continue à le percevoir comme un auteur plutôt brillant notamment en matière de narration d'une histoire.

. Expiation, Ian McEwan, 2001 ; 2003 pour la traduction française (traduction de l'anglais, Royaume-Uni).

 

Voir les commentaires

... 726, ne pas chercher à comprendre

11 Avril 2021, 15:51pm

Publié par LaSourisJOne

"Il n'y avait pas nécessairement de cause à tout, et prétendre qu'il en fût autrement, c'était vouloir s'immiscer dans les rouages de l'univers, futilité qui pouvait conduire à la désolation. Certaines choses existaient, voila tout".

Ian McEWAN

Voir les commentaires

Et il me parla de cerisiers, de poussières et d'une montagne... :)

1 Avril 2021, 19:03pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

C'est un roman, mais qui ressemble à un témoignage. Un livre qui m'a fait penser aux livres de Laurent Gounelle ou de Paolo Coelho. Sans finesse d'écriture, donc, autant être clair, et pour dire les choses de façon sympathique. Mais qui m'a beaucoup intéressée. J'ai aimé.

C'est donc l'histoire d'un "Je" qui raconte son expérience vers la fin de la peur. Vers le bonheur, aussi. Ainsi, le narrateur vit en robot (et un peu sans réflexion, avec beaucoup de mimétisme), et puis un jour il rencontre un personnage hors du commun, dans des circonstances très particulières (en prison)... Un personnage dont il a d'abord peur avant de comprendre... qu'il avait eu tort d'avoir peur. C'est le premier petit "gravier" de son chemin vers la compréhension de soi qui durera 8 ans. C'est très très intéressant... 

Plus précisément : le narrateur est un homme qui s'accroche à des préoccupations futiles, pétri dans le moule des conventions et de ce qu'il est sans doute pour certains de bon ton de souhaiter : grosses voitures, gros revenus... C'est pour cela qu'il monte une affaire avec son meilleur ami, aux Etats-Unis, en lien avec la santé, mais sans que ce soit des valeurs qui le pousse à le faire : autrement dit et pour dire les choses brutalement : pour faire de l'argent. Inutile de dire que ce personnage ne nous est guère sympathique ! Une nuit arrosée là-bas va alors le mener, lui l'homme d'affaires, une semaine en prison comme n'importe quel petit malfrat... Un homme baraqué de couleur noire partage sa cellule, et évidemment il redoute que celui-ci ne s'en prenne à sa personne par toutes les manières qu'on connaît des films et livres dans les prisons... Il a peur... Se surveille... Jusqu'à ce qu'enfin ces deux-là parlent, et qu'il se rend compte de la véritable identité de son compagnon de cellule. C'est une belle rencontre, un bel échange alors ! (Que j'espère ne pas trop divulgacher !). Cette rencontre va rester comme un "petit caillou" sur son chemin, un petit caillou qui finira par faire chemin au bout d'un certain temps, avant le changement, le réel changement et de se trouver lui-même... 

Donc plus tard, plus loin il y aura cette femme qu'il rencontre, et là encore la rencontre est donnée à voir de façon très intéressante : lui le coureur de jupons ne sait pas pourquoi il succombe, mais c'est là, incontestablement, cette femme qui n'a pas peur, qui est présente au monde le cueille malgré lui... Ca parle d'amour véritable au delà des clichés.

A méditer très certainement pour un certain nombre d'aspects... Peut très certainement faire réfléchir et aider beaucoup...

. Et il me parla de cerisiers, de poussières et d'une montagne... Antoine Paje, Pocket. 2014.

Voir les commentaires