Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

destin de femme

Le sourire de Marie-Adélaïde :)

17 Février 2024, 17:37pm

Publié par LaSourisJOne

Roman historique ado.

Bon, vous l'aurez compris, je n'ai pas fait de découvertes inoubliables, en matière de livres, depuis mon dernier passage ici, depuis la fin du mois de janvier...

J'ai pris plaisir à lire ce livre-ci, cependant ; il se lit agréablement, même si je ne lui ai trouvé aucune âme dans l'écriture : j'ai apprécié découvrir l'histoire romancée et tout à la fois documentée de Marie-Adélaïde de Savoie, jeune femme ayant marqué la Cour et l'Histoire de France aux alentours de 1700... On lui fait épouser le duc de Bourgogne à 11 ans, enlevée à sa famille de Savoie alors guerroyant contre la France, elle sera un gage de paix, un rouage politique... Elle sait cependant tirer son épingle du jeu, à plus forte raison dans le roman, où pourtant la marge de manoeuvre est mince, puisque toujours surveillée comme le lait sur le feu... Aussi, j'ai aimé voir vivre tous ces personnages à cette époque, et en apprendre encore un peu plus sur celle-ci ; la vision des médecins, par exemple, et leur pratique horrible de la médecine (saignée, lavements, vomitifs...) nous rappellent que nous avons de la chance de ne pas avoir connu ce siècle pour cela...

Je découvre aussi la pratique du paravent, semble-t-il pratiquée à la cour : ainsi, puisque ces messieurs et dames avaient des amants ou maîtresses, parfois presque affichés (comme les favoris des plus hauts personnages du royaume), pour certains, pour d'autres il faut trouver des techniques pour se voir, comme ici Marie-Adélaïde le fait, archi-surveillée : la technique consiste à s'intéresser à un autre, en façade, afin que les soupçons se détournent de l'amant concerné... Habile, habile ! Cependant, malheur parfois aux dits paravents - qui n'ont rien demandé ! - qu'alors le roi n'hésite pas à exiler craignant une aventure avec un proche de sa famille...

. Le sourire de Marie-Adélaïde, Annie Pietri, Bayard Jeunesse, 2013

Voir les commentaires

La sage-femme du roi :)))

29 Janvier 2024, 21:08pm

Publié par LaSourisJOne

BD historique.

C'est rare que j'emprunte et que je lise une bande dessinée ou un roman graphique, encore plus que j'aille au bout. Celle-ci, empruntée totalement par hasard m'a beaucoup intéressée, elle n'est ni verbeuse ni oiseuse, et le dessin était en plus à mon goût, ce qui finalement n'arrive pas si souvent non plus. Je l'ai donc lue en entier avec intérêt, alors même que le sujet n'était pas un sujet qui m'attirait à priori, ou plutôt qui revêtait un intérêt particulier pour moi... Finalement, je suis très contente d'avoir découvert un pan de l'histoire totalement méconnu grâce à cette BD.

C'est le titre et la couverture qui m'ont intrigués et donné envie.

C'est donc l'histoire (vraie) d'Angélique du Coudray, une femme sage-femme au XVIIIe siècle, femme qui a marqué l'Histoire sans que celle-ci la retienne ; alors que les chirurgiens tentaient pour leur gloire de freiner et de minimiser leur place et importance, celle-ci quitte Paris parce qu'on demande une sage-femme en province à Thiers, en Auvergne... Celle-ci se heurte alors aux croyances, aux mentalités reculées des campagnes, ne parvenant pas à gagner la confiance des futures accouchées, et les femmes continuent de mourir en couche, à moins que les enfants ne soient défigurés par les "matronnes accoucheuses", qui accouchaient sans aucune connaissance... Elle a alors l'idée de concevoir une "machine d'accouchement" en tissu, et de dispenser des cours, afin de convaincre et d'enrayer le sort tragique de toutes ces femmes mourant en couche... 

Devenant la sage-femme du roi, également, elle fera aussi le tour de France pour éduquer à l'accouchement un très grand nombre de femmes.

Un humble destin pourtant digne de ne pas être oublié, une lecture très intéressante, BD très réussie !

. La sage-femme du roi, Adeline Laffitte et Hervé Duphot, éd. Delcourt/Mirages, avril 2023

 

Voir les commentaires

Suzon :)))

25 Janvier 2024, 13:12pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Voici une découverte rafraichissante, pour moi qui lis finalement bien peu de romans d'aventure ou de cape et d'épée ! C'est ainsi que je le présenterais, pour commencer.

Découvert tout à fait par hasard, je ne connaissais pas du tout ni ce livre (premier d'une trilogie), ni l'autrice.

J'en ai aimé le style et le lexique ; il ne se prétend pas roman historique mais ne néglige aucun détail du siècle concerné, à saluer.

L'histoire se déroule donc à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle. Nous suivons la vie de la jeune Suzanne, Suzon, fille d'un drapier, naissant à Paris dans les conditions de l'époque, d'une mère qui meurt en couche. Elle sera rapidement expédiée au couvent, où elle passera neuf ans. Une rencontre qu'elle y fait entretien sa soif d'aventure, et de culture ; plutôt que de plier une personnalité, ces neuf années donneront une fille impatiente de vivre et de prendre sa part de liberté en ce monde taillé pour les hommes... Elle rêve de naviguer, ce qu'elle fera, sous la peau d'un homme... Voyages en mer, rencontres avec des pirates, coups de coeur, lutte pour l'égalité des races à une époque où tout cela commençait à faire débat... Tout à fait passionnant et souvent palpitant ! J'ai aimé la personnalité de la jeune femme telle qu'elle est donnée à voir : ne renonçant jamais, sans cesse allant de l'avant, et emplie d'une si belle soif de vivre...

Vraiment une belle découverte, qui me donne évidemment envie de lire très vite le deuxième opus, Louise...

. Suzon, Louise Bachellerie, éd. Delpierre, 2014 ; Points, 2015

Voir les commentaires

La Maison aux sortilèges :))

4 Janvier 2024, 14:36pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Trois femmes, à plusieurs décennies ou siècles d'écart. Trois voix, trois histoires, de femmes victimes des hommes ou de la folie des hommes.

Ce livre est présenté comme un "best-seller internationnal". Cela m'intrigue beaucoup et j'avoue que j'ai du mal à comprendre pourquoi. Certes, ce livre m'a plu, mais j'ai des bémols...

Donc, on se laisse entraîner par l'histoire de Kate, de nos jours, aux prises avec un homme qui la possède comme une chose et n'hésite pas à utiliser la violence pour la garder sous sa coupe ; et par l'histoire de Violet, cette jeune Violet malmenée par un homme à 16 ans puis par son père qui n'a franchement rien pour rattraper les hommes ; (heureusement, Graham, le frère, est celui qui sauve la gent masculine dans ce livre, de même que le père de Kate... Ca va, vous suivez ?). Bon, et puis 3e voix, Altha. Jeune femme que l'on rencontre alors qu'elle va être jugée pour sorcellerie en 1619. Les points communs entre ces trois femmes sont des liens familiaux, ainsi qu'un certain rapport à la nature, et aussi aux animaux. Aux animaux, aux insectes, à la terre, très bien ; je me suis demandé pourquoi il était besoin que le lien le plus fort soit avec une corneille, justement l'animal qu'on associe aux sorcières... M'enfin, on dira que c'est l'élément qui donne une teneur de conte au roman... Entre autres. 

Certaines incohérences, m'ont parfois gêné ; le fait que l'électricité s'allume sans problème après qu'une maison ait été longtemps abandonnée (je sais, c'est un détail, mais ça gêne la lecture je trouve)...

J'ai trouvé en outre que ce livre s'étirait un peu trop en longueur et j'ai détesté le dernier chapitre qui à mon sens n'était pas nécessaire, il donne des "explications", un éclairage dont le livre aurait profité en ne les ayant pas. Dommage, parce que les ingrédients étaient vraiment très bons pour faire un très bon roman.

Ca reste une lecture très agréable, et je remercie Yvan de me l'avoir permise.

. La Maison aux sortilèges, Emilia Hart, éd. Les Escales, sept 2023

 

Voir les commentaires

La vierge en bleu

9 Décembre 2023, 17:57pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Difficile de trancher un avis sur ce livre. Rappeler d'abord à quel point j'aime Tracy Chevalier et ses sujets originaux, ces destins de femmes singuliers. Comme évidemment Prodigieuses créatures, grand coup de coeur, et La dernière fugitive que j'avais énormément aimé lorsque je le lus en 2020 - mais je pourrais bien relire car je ne m'en souviens plus vraiment. 

Là, après un petit temps d'adaptation qui m'avait valu de lacher une première fois ce livre (rebutée par l'une des deux histoires, celle qui entame le roman, se passant au XVIe siècle), j'ai été d'abord tout à fait enthousiaste ; et puis mon enthousiasme a décru sur la fin, la trouvant vraiment longue, comme si l'auteure ne parvenait pas à dénouer les fils, et même regrettant certains aspects de l'histoire, celle de nos jours...

Donc : la double histoire d'une jeune femme suivant son mari pour s'installer dans le Tarn, des Américains ; et celle de la famille de celle-ci, il y a quatre cents ans, sur fond de guerre de religion et d'intolérance à la rousseur des cheveux... 

La maternité n'est jamais loin, dans ce livre-là, une maternité qui s'impose et qu'il faut apprivoiser ; maternité aussi à travers le métier d'Ella (l'héroïne de nos jours) aux Etats-Unis, entre autres... Et puisqu'il est question de générations qui se font écho à travers les temps...

Quand les cauchemars hurlent par delà les temps passés des histoires qu'il est temps de réparer... 

Ella en se cherchant devra se perdre un peu ; j'ai aimé son voyage sur les traces de sa famille en Suisse.

Beaucoup de coïncidences surprenantes dans ce livre-là, quand même, pour parvenir à reconstituer une histoire vieille de si longtemps... 

Dommage, un peu long, car les personnages et l'histoire est très attachante.

. La Vierge en bleu, Tracy Chevalier, 1997 ; traduit de l'américain en 2004, La Table Ronde.

Voir les commentaires

Vous ne connaissez rien de moi :)))

2 Décembre 2023, 17:05pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Ce roman de Julie Héraclès a fait couler beaucoup d'encre, semble t-il. Je l'ai pour ma part dévoré. C'est l'histoire de la femme tondue de Chartres en 1944, au sortir de la seconde guerre mondiale, d'après une photo célèbre - réalisée alors par le photographe Robert Capa, histoire qu'elle imagine.

Je me suis beaucoup demandé pourquoi le parti-pris de ce titre, depuis le premier moment où j'ai eu ce livre entre les mains et tout au long de la lecture ; c'est vrai que ce titre me surprenait, et puis finalement, même si je ne l'aime pas énormément, eh bien il dit tout, il résume tout, y compris à l'encontre sans doute des jugements d'aujourd'hui, à sa lecture... 

Car oui, en effet : on ne sait jamais rien de quelqu'un, on ne sait jamais rien de quelqu'un d'après une photo... alors même si elle a choisi une version, une voie et même une voix, eh bien, nous ne pourrons jamais savoir ce qu'elle a pu vivre, ressentir, ni les causes profondes... 

Alors l'auteure imagine et dessine le portrait d'une jeune fille, d'une jeune femme (c'est important !) juste désireuse de vivre sa vie, comme le seraient les jeunes gens... impatients avec les choses qui ne changent pas ou n'avancent pas... Elle opte pour un choix pragmatique, regarde par le prisme de la vie quotidienne cette photo en en imaginant toute l'histoire... Loin de tout héroïsme, le choix pragmatique de la vie quotidienne.

L'histoire très efficacement menée à travers une double narration temporelle - début de la guerre et passage de ce temps-là et une journée, celle en 1944 où elle va être tondue... Les deux temporalités se rapprochant évidemment et l'une éclairer l'autre... 

Simone veut vivre : engluée dans une histoire familiale qui l'étrangle, elle veut avancer quitte à travailler pour l'ennemi (même si l'on sait qu'il se trouve que depuis ses études, elle a toujours aimé l'allemand).

Le choix de la langue pourrait surprendre (vif, proche du familier) mais il est cohérent avec le choix de la personnalité et il ne freine pas la lecture, au contraire, le livre donne envie d'être lu d'une traite.

Et puis il y a la vindicte populaire, toujours tellement odieuse et inhumaine, comment l'imaginer...

Un grand merci à Samuel d'avoir mis ce livre entre mes mains.

. Vous ne connaissez rien de moi, Julie Héraclès, éd. JC Lattès, août 2023

Voir les commentaires

Soumise :))

4 Novembre 2023, 21:05pm

Publié par LaSourisJOne

Roman/documentaire.

C'est l'histoire - après celle du frère d'Arthur Rimbaud ! - de la soeur de Blaise Pascal. Emprunté tout à fait par hasard ! Le titre, associé au visage, m'a intrigué. Je ne suis pas sûre que ce titre dise la femme dont il est question, je le trouve trop réducteur ; ou alors il faudrait parler de soumission à son siècle ? 

En tout cas, Jacqueline est la petite soeur de Blaise Pascal (17e siècle). Ce qui est marquant dans ce livre, c'est surtout la place de la religion, l'histoire des filles, ainsi que la tragédie des maladies, avec lesquelles il faut bien alors composer ! Ainsi, Blaise souffrait de multiples maux, d'une santé fragile, quant à Jacqueline, elle est frappée par la petite vérole, qui défigure ou emporte... Quelle rudesse ! Elle survivra... 

Le livre traite du rapport entre ce frère et cette soeur, très attachés l'un à l'autre. Elevés par un père seul (la mère est décédée) qui s'efforce de donner la même possibilité d'éducation à l'un comme à l'autre, la fille comme au garçon (en cela il est donc très moderne). Jacqueline a un talent hors du commun pour faire des vers, Blaise pour les mathématiques... Les deux enfants vont briller à leur manière de façon époustouflante, Jacqueline sera reçue par la reine désireuse d'entendre cette petite prodige qui fait des vers spontanément... Et puis... la famille reçoit des jansénistes pour tenter de venir au secours de la santé de Blaise, pendant plusieurs jours. Et... Jacqueline adoptera cette religion. On découvre avec terreur ce qu'elle implique : l'oubli total de soi, se fustiger est l'objectif car plus on se fustige, plus Dieu sera satisfait... Jacqueline ira au bout de cet objectif, jusqu'à rejeter les vers, faire don de son argent à Port-Royal, se faire religieuse et ne plus avoir le droit de sortir ni de voir en toute liberté ses proches... 

C'est assez passionnant à découvrir, même si j'ai trouvé à ce livre des longueurs.

. Soumise, Christine Orban, éd. Albin Michel, 2023

Voir les commentaires

Anguille sous roche :)

17 Septembre 2023, 12:02pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Il faut du souffle et du temps pour cette lecture-là, car elle se déroule sans un point. Il faut donc se couler dans ce rythme et prendre le fil ininterrompu ou presque...

C'est un livre que j'avais dans ma bibliothèque et que je n'avais pas encore lu.

Il laisse quand même une trace plus amère que douce, car c'est un drame humain terriblement d'actualité auquel on assiste, un drame qui ne devrait pas être, celui d'un naufrage de clandestins...

L'histoire d'une jeune fille de 17 ans. L'histoire tragique d'un peuple, aussi, éparpillé sur ces confettis d'îles que sont les Comores et Mayotte ; le roman date de 2016, il est malheureusement toujours d'actualité. 

La langue est celle, fleurie, de ces îles, à commencer par les prénoms des protagonistes (l'auteur est originaire des Comores) ; l'héroïne s'appelle Anguille, sa soeur Crotale, leur père Connaît-Tout les a appelées ainsi en se disant que si elles avaient les qualités du crotale et de l'anguille elles s'en sortiraient dans la vie.

Anguille l'année de son bac est une adolescente vivant sur un des îlots des Comores, elle se laisse emmouracher par un marin beau-parleur, Vorace... Et puis tout s'enchaîne, le drame se noue, la tragédie d'une fille qui abandonne le lycée pour quelqu'un qui n'en valait pas la peine, jusqu'à son choix de quitter l'île par tous les moyens et...

Il faut vous dire que le récit est sa voix qui résonne comme un flot-flux ininterrompu alors qu'elle est en train de se noyer et qu'elle décide de nous raconter toute sa vie en attendant la fin...

La force de ce récit-là réside évidemment dans sa langue...

Je sais par le biais de la dédicade en première page de la part de son auteur que c'est Bertrand qui m'a offert ce livre, qu'il en soit remercié.

. Anguille sous roche, Ali Zamir, éd. Le Tripode, 2016

Voir les commentaires

Le courage qu'il faut aux rivières :))

6 Août 2023, 13:49pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

J'ai hésité un peu sur le nombre de sourires ; c'est un livre sombre, dur ; cependant, parce que je l'ai lu d'une traite ou presque, j'ai pensé qu'il valait ses 2 sourires. 

Ce livre m'a fait de l'oeil pour son titre, et sa couverture. Il est spécial, très singulier. 

Pas forcément facile à suivre, parfois, entre les différents personnages, la chronologie, et surtout les sexes mélangés qui font que parfois, au cours de la narration, on peut se perdre ; 

le récit est écrit de façon poétique, dans une langue souvent soutenue, qui fait appel à un vocabulaire peu connu ; mais il décrit des réalités rudes, apres bien souvent, où le sombre et la neige se taillent leur part.

La question du genre est au coeur du récit. La dureté d'être une femme, qui contraint certaines à adopter une identité masculine : sans jamais que le pays ne soit nommé, on sait que l'histoire se passe aux confins des pays froids européens ; en Albanie, existent les vierges jurées, ou vierges sous serment ; des femmes, parce qu'elles ont refusé de se marier, pour rester libres s'engagent à être homme, d'aspect, à rester vierge et à ne pas devenir mère... Manushe est l'une de ces femmes. Nous la suivons dans sa vie au village, elle bénéficie d'un statut privilégié, respectée, de par la force de son serment. Et puis il y a Adrian, dans une autre vie, un autre lieu, qui à sa naissance a dû pour contenter son père n'ayant pas eu de fils, endosser l'identité masculine.

Ces deux vies sont entrechoquées par les événements, la dureté sociale, sociétale... Il faudrait rester bien à sa place... Ces deux vies vont se croiser... Le destin ou le récit se montre très (trop ?) cruel avec celle qui n'a pas fait ce choix, et qui pour être libre a choisi de vendre son corps... 

La fraternité, la sororité, l'amitié, l'amour pour se donner chaud malgré l'extrême noirceur de la vie (à laquelle fait écho celle de la nature, dans ce roman) sont au coeur de l'histoire.

. Le courage qu'il faut aux rivières, Emmanuelle Favier, éd. Albin Michel, 2017

Voir les commentaires

Wild :))

1 Juillet 2023, 21:11pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Il me semble que c'est un film, aussi. 

J'ai pris un grand plaisir à suivre cette jeune femme au fil de son périple (initiatique). Une jeune femme qui a perdu sa mère dans la douleur, qui ne s'en remet pas, et qui par hasard, tombe sur un guide de randonnée d'un circuit mythique (ça se passe aux Etats-Unis) : le tour des sommets de la côte du Pacifique, le PCT Pacific Crew Trail. Elle achète le guide, et soudain se prend d'envie de le faire... Alors qu'elle est loin de tout ça... Et pas préparée...

Elle prépare son sac à dos au cordeau, avec force éléments nécessaires à la marche, à la rando ; elle a un sac "obèse" qu'elle ne tarde pas à appeler "Monster", et à propos duquel on se demande souvent pourquoi elle ne l'allège pas, mais, justement... 

Et donc... L'aventure commence. Nous la suivons pas-à-pas, c'est le cas de le dire. Pas-à-pas, en toute humilité, et on est passionnés... Car elle est épatante, résiliente, elle ne lâche rien, elle avance... Elle nous fait part de ses souffrances, de ses peurs, et ce chemin exceptionnellement dur elle le fait, et on le fait avec elle...

C'est tout à fait passionnant, sur le dépassement de soi comme métaphore de la connaissance de soi...

. Wild, Cheryl Strayed, 2012. Livre de Poche.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>