Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

...152

29 Juin 2012, 21:14pm

Publié par la souris jaune

"Même quand on se perd on arrive toujours quelque part".

Katarina MAZETTI

Voir les commentaires

Alabama Song :)

25 Juin 2012, 21:07pm

Publié par la souris jaune

9782715226456FS-1-.gifCe bouquin me disait quelque chose... Il m'était très familier, mais de là à dire que je l'avais déjà lu... Et pourtant si !! Recherches effectuées, c'était il y a trois ans et demi... Damned ! C'est dingue... J'ai donc RELU Alabama Song, mais on peut considérer que c'est une première lecture !

Pourtant, je l'ai aimé ce livre ! Au tout début j'ai pensé à un autre très beau livre sur une femme (imaginée) d'un grand écrivain, le livre d'Anca Visdéi, Madame Shakespeare ou la dame de Stratford, mais au début seulement.

Ici on est dans la peau de Zelda Scott Fitgérald, forte femme, belle, tête brulée, garçon manqué, se jouant des moeurs de son époque... à ses dépens. Dans ce récit narrant la jeunesse dorée de la jeune femme qui semble invicible, s'intercale l'autre récit, toujours de la narratrice, vingt ans plus tard ; une femme rompue, vaincue par un mari médiocre, qui lui pique ses idées, qui l'aura condamnée, par fierté et jalousie, à l'asile psychiatrique. La luminosité de la première période de vie ne fait que rendre plus cruelle encore la seconde partie de sa vie ; et on comprend pourquoi une espèce de rage, de rancoeur se mèle à sa narration lorsqu'elle évoque son mari alcoolique... Ce jusqu'à la mort de celui-ci, où elle ne peut s'empêcher de ressentir de la tendresse pour celui qui l'a pourtant brisée... J'ai été touchée par ce beau personnage, privé de sa passion pour un aviateur, et du fils qu'elle aurait pu avoir avec lui...

Et il y a encore dans ce roman, ce qui me touche toujours énormément : l'incapacité de l'héroïne à convaincre ses médecins, psychiatres de sa bonne foi, quoi qu'elle dise, et qui la condamnent toujours à la folie. Combien de destins de femmes ont été brisés par des familles, des maris qui se sont arrogés la toute-puissance sur un autre être, parce que de sexe féminin !

Et c'est joliment écrit, ce qui ne gâche rien...

 

. Alabama Song, Gilles Leroy, Mercure de France, 2007.

Voir les commentaires

...151

24 Juin 2012, 19:24pm

Publié par la souris jaune

"Les hommes : d'eux-mêmes ils disent qu'ils sont "tourmentés", et c'est si élégant, si romantique, le signe de leur distinction supérieure. De nous, à peine nous déraillons, ils disent que nous sommes hystériques, schizophrènes - bonnes à enfermer, c'est sûr".

Gilles LEROY

Voir les commentaires

Un garçon parfait

23 Juin 2012, 19:29pm

Publié par la souris jaune

9782330006600-1-.jpgC'est l'histoire d'un homme immobile. Englué dans son passé, et vivant dans son présent, et s'en contentant, agrémenté de tout petits rituels, en 1966.

Un homme qui est le narrateur de cette histoire, et dont on comprend petit à petit que "le garçon parfait" désigné par le titre, c'est lui.

Même si au début du livre, l'expression est utilisée pour un autre, celui même qu' Ernest veut modeler pour qu'il devienne "un garçon parfait"... Ernest nous livre en même temps qu'il la vit, l'issue de son histoire d'amour, un amour qui a marqué sa vie pour toujours, et en fonction duquel il aura fait ses choix, ou plutôt ses "non-choix". Garçon d'hôtel, il s'entiche à une vingtaine d'années du jeune Jacob, beau jeune homme sûr de lui, et ambitieux qui marquera la vie de trois hommes, aux destins entremelés : Ernest, donc, qu'il quitte un jour pour suivre un écrivain Allemand exhilé en Suisse (où se passe la rencontre initiale entre Ernest et Jacob) en Amérique, et puis le fils de cet écrivain, qui s'éprend de Jacob à son tour, jusqu'au jour où il découvre l'histoire cachée entre son père et Jacob...

Détruit par la perte de son ami, qu'il subit, Ernest a poursuivi sa vie, versant des sédiments d'oubli sur sa plaie et son souvenir. Jusqu'au jour où le passé se rappelle à lui, la plaie se réouvrant comme si elle n'avait jamais été refermée, Jacob se rappelant à lui par une lettre 30 ans plus tard...

Epoques enchâssées, histoire livrée par bribes, et emmêlée, le suspense nous tenant jusqu'au bout ; avec des passages assez beaux, notamment dans la description des émois amoureux des deux protagonistes... Tous les ingrédients du bon roman ? Pourtant, je n'ai pas été hâppée par ce livre. J'ai été beaucoup gênée (surtout dans toute la première moitié du livre) par son écriture, en me demandant si la traduction, qui me paraissait très maladroite souvent, était responsable de cette narration chargée de retours en arrière entrainant des répétitions malheureuses... En outre, quelques coquilles trouvées dans ce livre m'ont agaçée, me faisant me dire que le plus grand soin n'avait pas été accordé non plus au travail d'édition...

 

. Un garçon parfait, Alain-Claude SULZER, éd. Actes Sud (Babel), traduit de l'Allemand par Johannes Honigmann (2008). Allemagne : 2004.

Voir les commentaires

...150

23 Juin 2012, 18:07pm

Publié par la souris jaune

"On se contemple soi-même depuis son propre centre, on ne voit pas ce que les autres voient".

Alain-Claude SULZER

Voir les commentaires

Homo Erectus :)

15 Juin 2012, 21:32pm

Publié par la souris jaune

9782070132928[1]C'était ma rencontre avec cet auteur, par le biais d'un livre dont j'avais beaucoup entendu parler, sans savoir si j'avais envie de le lire ou pas. Chose faite avec plaisir : j'ai finalement beaucoup aimé ce roman de Tonino Benacquista. D'autant que tout ce qu'on peut en dire ne rend pas forcément compte de ce que l'on y trouve, je trouve. Essayons : chaque jeudi, se retrouvent dans un lieu secret, des hommes (la réunion n'est pas mixte) pour évoquer leur vie sentimentale, sexuelle, amoureuse... "Pour certains, il s'agissait d'un rendez-vous réservé aux hommes, où il était question de femmes. D'autres, en mal de solidarité, y voyaient le dernier refuge des grands blessés d'une guerre éternelle". Pour tous, il s'agit d'un lieu, donc, où raconter son histoire.

Le roman nous amène à rencontrer trois personnages masculins, et leur compagne ou ex-compagne, donc. Il s'agira de Denis, Yves et Philippe Saint-Jean. Chacun livrera son histoire devant l'auditoire, et le petit noyau se liera d'amitié de circonstances ; de même, on les suit, sans jamais qu'ils ne nous lassent, sans que jamais on peine à savoir de qui l'on parle, tout au long du roman. J'ai aimé chaque histoire, ainsi que les réflexions jamais lourdes qui les accompagnent. Les relations humaines sont données à voir dans leur complexité, avec une assez rare perspicacité. Et sans schématisme. Le sexe n'est jamais graveleux, jamais sali par le fait de le raconter ; les personnages ne sont pas monolitiques, ils se retrouvent souvent confrontés à leurs limites, issues du réel. J'ai aussi beaucoup aimé la surprise de fin, le dernier chapitre, et "l'autre regard"... Très intéressant, et très plaisant.

 

. Homo Erectus, Tonino Benacquista, éd. Gallimard. 2011.

 

A lire aussi chez : Luocine, inconditionnelle de Benacquista

Voir les commentaires

...149

13 Juin 2012, 20:28pm

Publié par la souris jaune

"Chaque douleur qu'un corps ou une âme subit est la fin d'un cycle et le début d'un autre".

Tonino BENACQUISTA

Voir les commentaires

...148

10 Juin 2012, 13:57pm

Publié par la souris jaune

"La passion est une maladie grave, une drogue dure. Après les premières exultations s'installent le travail obsessionnel puis la dépendance".

Tonino BENACQUISTA

Voir les commentaires

Numéros masqués

7 Juin 2012, 22:29pm

Publié par la souris jaune

9782363710321-1-.jpgIl y a les livres qu'on va chercher, qu'on a le temps de désirer, et ceux qui vous tombent entre les mains. Celui-là appartient à la deuxième catégorie pour moi, et je ne pense pas que je l'aurais lu si l'auteur ne me l'avait pas gentiment confié. J'avais beaucoup aimé White Noise, de l'auteur, un récit très vif et joliment structuré sur un jeune homme au coeur d'une histoire sombre, un jeune homme ayant la particularité d'être autiste. J'ai retrouvé ici le talent de Yolaine Destremau pour la structuration des récits, son talent à ménager le suspense, à le travailler, et à révéler l'histoire habilement, au goutte à goutte ou presque. Je n'ai pu m'empêcher de penser avec ce livre-là qu'il était structuré comme un tableau de Picasso (ce qui est plutôt brillant, puisque l'histoire porte sur un tableau de Picasso), un assemblage habile de parties d'un tout. Et là où c'est réussi, c'est que la lecture n'en est pas alourdie, elle coule.

Cela dit, je ne peux pas dire, malheureusement que j'ai aimé. Les personnages sont très peu attachants, et même assez antipathiques ; leur histoire personnelle et leur passé ne suffisent guère à les racheter. Leurs trajectoires sont jalonnés d'abandons, de renoncements et de trahisons. Il y a une espèce de facilité à abdiquer, et à passer "de l'autre côté", sans état d'âmes, soudain. Souvent au nom de l'argent, même si ça peut être un tout petit peu plus complexe que ça. Le récit prend ancrage dans le milieu parallèle du trafic des oeuvres d'art, autour d'un mystérieux tableau de Picasso, Femme à la mandoline, et dont l'héroïne découvre que la poseuse, nue, devait être sa grand-mère : d'où découle son obsession de le retrouver. Et avec cette idée récurrente dans le récit selon laquelle 5 secondes suffisent dans la vie de chacun pour faire basculer son existence. Certes, possible oui... Il manque sans doute des rouages pour qu'on accepte que ça bascule ; et si c'était aussi simple que ça, me direz-vous ? Peut-être.... Alors je dirai juste ça : moi je n'ai pas véritablement accroché...

 

. Numéros masqués, Yolaine Destremau, éd. Pierre Guillaume de Roux. Mai 2012.

Voir les commentaires

...147

7 Juin 2012, 21:16pm

Publié par la souris jaune

"Il y a des moments dans la vie, des circonstances, des occasions qu'il ne faut pas manquer, qui éclairent les années à venir'.

Yolaine DESTREMAU

Voir les commentaires

1 2 > >>