Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

... 791, inverser la tendance...

30 Août 2023, 09:52am

Publié par LaSourisJOne

"Les temps sont mauvais, les temps sont difficiles : c'est ce que disent les hommes. Vivons bien, et les temps seront bons : c'est nous qui sommes le temps ; tels sommes-nous, tels sont les temps".

SAINT-AUGUSTIN

Voir les commentaires

... 790, vivre ensemble

26 Août 2023, 12:52pm

Publié par LaSourisJOne

"Pour rassembler les hommes, il faut commencer par en exclure certains : les mécréants, les hérétiques, les exploiteurs".

Pascal BRUCKNER

Voir les commentaires

... 789, unicité de chaque être

26 Août 2023, 12:05pm

Publié par LaSourisJOne

"Je ne suis fait comme aucun des hommes que j'ai vus ; j'ose croire n'être fait comme aucun de ceux qui existent. Si je ne vaux pas mieux, au moins je suis autre".

Jean-Jacques ROUSSEAU, Les Confessions

Voir les commentaires

Itawapa :))

21 Août 2023, 09:06am

Publié par LaSourisJOne

Roman - roman ado.

Encore un coup de coeur pour ce deuxième livre de Xavier-Laurent Petit que je découvre après Un monde sauvage

Dans celui-ci, l'histoire se déroule en Amérique du Sud, dans une contrée à l'est de Rio et dans la forêt, la vaste forêt. La narratrice est encore une adolescente de 14 ans dont la mère travaille au plus près de l'environnement ; elle est anthropologue et travaille sur la préservation des indiens. Pour cela, elle se rend dans un endroit nommé Itawapa qui ne comporte qu'une cabane, au coeur de la forêt. Car c'est là que le dernier indien, qu'elle surnomme Ultimo, est sensé être, vivre... Elle laisse sa fille derrière elle plus ou moins gardée par un vieux fou de grand-père qui fait un commerce lucratif de prédiction plus ou moins farfelues de l'avenir... 

Bref, bientôt le temps passe, plus long que d'habitude, et la mère ne revient toujours pas. Le dernier mail qu'elle a été en mesure d'envoyer indique que le groupe électrogène grâce auquel elle peut envoyer ses mails est en train de lâcher, mais... que lui est-elle arrivé ?

Imaginez-vous, en outre, un lieu uniquement accessible par voie d'air, via le coucou vétuste d'un homme qui connaît les lieux comme sa poche, à l'issue d'un voyage de plusieurs heures... 

Et pourtant, il faut savoir, il faut y aller...

Commence alors la recherche, et une aventure palpitante dans une forêt hostile... Que vont-ils trouver ?

. Itawapa, Xavier-Laurent Petit, 2013, L'Ecole des Loisirs.

Voir les commentaires

Un monde sauvage :)))

19 Août 2023, 15:16pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Gros coup de coeur pour ce livre-ci. Je dois la découverte de cet auteur à un jeune homme que j'avais covoituré en Bla-BlaCar et qui m'avait parlé de son livre préféré, Les yeux de Rose Andersen. Je n'ai pas encore trouvé celui-ci (j'aime bien l'idée qu'il me reste à découvrir), j'ai emprunté celui-là, pour voir.

Quel coup de coeur ! Il se lit d'une traite ou presque, et j'ai tout aimé dans ce livre.

Vu par le prisme d'une jeune fille de 13 ans (qui paraît beaucoup plus mûre !). 

L'histoire d'un petit village, d'une communauté de vie dans un village de Sibérie. Sa mère est garde forestier, chargée de veiller sur la réserve et de protéger les animaux qui y vivent des braconniers, notamment, nombreux à le faire pour de l'argent. Les tigres, notamment, y sont mis à mal et nous ressentons une grande révolte contre ces humains stupides qui ne pensent qu'à remplir leur bourse de façon copieuse quitte à tuer ou à massacrer. Nous allons donc suivre en même temps une tigresse, et ses deux petits.

Et nous voyons l'outrecuidance des humains, quels qu'ils soient, en tout cas c'est ce que j'ai ressenti : car à cette lecture, on ne peut que se dire : mais laissons les tranquilles ! 

Je vais essayer de ne pas trop en dire, pour ne pas divulgacher, mais ici, le mal à l'encontre de ces tigres arrive... par le biais de ceux même qui sont sensés les protéger, et qui à force de trop en faire, font pire que bien, mine de rien ! On peste, on peste contre ce qui arrive aux tigres dans toute cette histoire, on retient son souffle, on veut savoir...

De très beaux personnages, encore, dans ce livre, comme le jeune frère de la narratrice, Pavka, tellement attachant ; et puis bien sûr, l'institutrice, au destin si rude, qu'on apprendra grâce au rapprochement de la narratrice avec celle-ci...

A lire, vraiment.

. Un Monde sauvage, Xavier-Laurent Petit, éd. L'Ecole des Loisirs, 2015

Voir les commentaires

Les loyautés :))

16 Août 2023, 21:31pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Je n'aime pas tout Delphine De Vigan, j'avais aimé No et moi ; voici longtemps que je n'en avais pas lu.

J'ai beaucoup aimé celui-ci. 

Il est tranché, dur, sans concession. Il mèle plusieurs personnages tous reliés par des "loyautés", nos loyautés intimes, ce qui fait qu'on se tait pour ne pas détruire, pour protéger, d'après nos croyances... 

Alors c'est très bien construit, haletant.

L'histoire d'un jeune garçon, de 12 ans et demis, dont les parents se sont séparés. Son père s'enfonce dans une dépression profonde, mais comme il ne doit rien dire à sa mère, le fils Théo souffre pour son père, ne dit rien, voit son père sombrer et se met à rechercher l'alcool pour ne plus souffrir... Entrainant son meilleur copain dans l'aventure, pris à son tour dans la "loyauté" à son copain, et donc décidé à ne pas parler, pour le "préserver"... Et puis il y a l'enseignante, Hélène, qui voit Théo, sent qu'il se passe quelque chose, veut l'aider à tout prix, victime elle aussi lors de son enfance d'une histoire douloureuse... Et puis il y a les parents de Mathis, ce couple qui tient mais... quel personnage est véritablement William, le mari ? Jusqu'à quel point peut-on, doit-on rester loyale ? C'est un récit très très fort, très intéressant, philosophique tout en étant très psychologique, haletant donc, efficace...

Une réussite.

. Les loyautés, Delphine de Vigan, éd. JC Lattès, 2018.

Voir les commentaires

Dix heures et demie du soir en été

14 Août 2023, 09:41am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Régulièrement, les livres modernes cessent de m'intéresser et j'ai besoin de me replonger dans un "classique". Alors, là, Duras, et ce Dix heures et demie du soir en été que j'avais dans ma bibliothèque et que je n'avais encore jamais lu. 

Alors, c'est du Duras. Comme un synopsis avec quelques visions de paysages nettes, tranchées, presque géométriques qui nous rappellent que c'est Duras ; et puis, un trio amoureux, ou plutôt deux trios.

Maria, Pierre et Claire, et Judith, la fille de Maria et Pierre. Ils sont partis tous quatre de France en Espagne, en voiture, et on les croise sur les routes d'Espagne. Le désir est venu entre Pierre et Claire, et entre Claire et Pierre, et Maria le sait, le sent. Et puis il y a cette chaleur, et les orages de l'été, qui obligent le petit groupe comme beaucoup d'autres à faire escale dans une ville et un hôtel bondé pour la nuit ; là où précisément on recherche un meurtrier, Rodrigo Puestra, qui a tué sa jeune épouse de 19 ans et son amant et est activement recherché par la police. Toute cette atmosphère de la traque, vécue par Maria, ses pensées obsédées, et puis la rencontre avec Rodriguo... Il y a on l'imagine, comme une projection de ce qu'elle pourrait ressentir sur l'acte de Rodriguo, elle qui souffre de voir son mari se rapprocher de Claire, elle qui boit, qui boit, pour calmer sa douleur...

C'est un récit de l'obscession, de la répétition, très cinématographique, évidemment, comme toujours avec Duras. Assez court mais finalement suffisamment long ; j'avais préféré Un barrage contre le Pacifique.

. Dix heures et demie du soir en été, Marguerite Duras, 1960.

Voir les commentaires

Le courage qu'il faut aux rivières :))

6 Août 2023, 13:49pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

J'ai hésité un peu sur le nombre de sourires ; c'est un livre sombre, dur ; cependant, parce que je l'ai lu d'une traite ou presque, j'ai pensé qu'il valait ses 2 sourires. 

Ce livre m'a fait de l'oeil pour son titre, et sa couverture. Il est spécial, très singulier. 

Pas forcément facile à suivre, parfois, entre les différents personnages, la chronologie, et surtout les sexes mélangés qui font que parfois, au cours de la narration, on peut se perdre ; 

le récit est écrit de façon poétique, dans une langue souvent soutenue, qui fait appel à un vocabulaire peu connu ; mais il décrit des réalités rudes, apres bien souvent, où le sombre et la neige se taillent leur part.

La question du genre est au coeur du récit. La dureté d'être une femme, qui contraint certaines à adopter une identité masculine : sans jamais que le pays ne soit nommé, on sait que l'histoire se passe aux confins des pays froids européens ; en Albanie, existent les vierges jurées, ou vierges sous serment ; des femmes, parce qu'elles ont refusé de se marier, pour rester libres s'engagent à être homme, d'aspect, à rester vierge et à ne pas devenir mère... Manushe est l'une de ces femmes. Nous la suivons dans sa vie au village, elle bénéficie d'un statut privilégié, respectée, de par la force de son serment. Et puis il y a Adrian, dans une autre vie, un autre lieu, qui à sa naissance a dû pour contenter son père n'ayant pas eu de fils, endosser l'identité masculine.

Ces deux vies sont entrechoquées par les événements, la dureté sociale, sociétale... Il faudrait rester bien à sa place... Ces deux vies vont se croiser... Le destin ou le récit se montre très (trop ?) cruel avec celle qui n'a pas fait ce choix, et qui pour être libre a choisi de vendre son corps... 

La fraternité, la sororité, l'amitié, l'amour pour se donner chaud malgré l'extrême noirceur de la vie (à laquelle fait écho celle de la nature, dans ce roman) sont au coeur de l'histoire.

. Le courage qu'il faut aux rivières, Emmanuelle Favier, éd. Albin Michel, 2017

Voir les commentaires

... 788, la vie

6 Août 2023, 10:43am

Publié par LaSourisJOne

"Toute étrange qu'elle fût, cette existence la tenait droite".

Emmanuelle FAVIER

Voir les commentaires

Café sans filtre :))

5 Août 2023, 15:12pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

J'aime tellement Jean-Philippe Blondel, sa sensibilité, son écriture, ses univers, sa justesse ! Ca m'a fait plaisir de le retrouver à travers ce roman qui est une ôde aux cafés en tant que croisements humains... après que nous en ayons été privés pendant cette folle période de Covid. 

J'ai beaucoup aimé lire ce livre (paru en 2022) qui situe l'action en 2021 et qui donne à voir des êtres marqués par ces événements Covid. Dans la vie de ceux-ci, un coup d'arrêt. Un changement de cap. Quelque chose évidemment de non anodin, et ça fait du bien de lire ça, de se dire qu'on n'est pas seuls à avoir souffert de ça, de tout ce qui nous a été imposé de la manière qu'on connaît.

Bref. L'histoire se déroule en 2021, après le confinement, dans un café qui rouvre, dans une période incertaine. Nous rencontrons chacun des clients du café, mais aussi le serveur, le propriétaire, l'ancienne propriétaire... Et nous plongeons avec bonheur dans la vie de chacun. C'est un format non habituel pour Jean-Philippe Blondel, mais il s'en sort très bien, car les personnages prennent vie, une fois encore.

Peut-être que je pourrais en regretter la fin ou la non-fin, mais c'est vraiment un détail, car la lecture est plaisante et intéressante.

. Café sans filtre, Jean-Philippe Blondel, éd. L'Iconoclaste, 2022.

Voir les commentaires

1 2 > >>