Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

couple

Mon mari :)

9 Novembre 2023, 16:31pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Emprunté totalement par hasard, petit plaisir de légèreté pour une histoire pas si commune que ça !

Histoire d'une femme mariée depuis 13 ans, toujours follement amoureuse de son mari et qui vit avec la hantise qu'il la quitte, ou qu'il l'oublie, ou qu'il l'aime moins... 

Prof et traductrice, elle a millimétré sa vie en fonction de son mari et tous ses efforts sont tendus vers cet unique objectif : garder son mari. On découvre petit à petit et non sans une surprise chaque fois renouvelée l'étendue de ses procédés... l'élaboration de nombreux carnets de notes dans divers domaines notamment, telle une vraie scientifique ou une criminelle... ! 

Des pans entiers d'une personnalité se révèlent petit à petit, j'ai regretté de découvrir finalement deux personnages un peu machiavéliques à la fin (même si l'objectif reste celui de garder l'autre, et soustendu par l'amour, mais quel amour, s'il implique de faire souffrir ?)

Satirique, parfois pathétique mais également tout à la fois touchant, c'est assez drôle non sans faire réfléchir, c'est bourré d'imagination, ça se lit vraiment bien, je ne regrette pas !

. Mon mari, Maud Ventura, 2021, éd. L'Iconoclaste

Voir les commentaires

Dix heures et demie du soir en été

14 Août 2023, 09:41am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Régulièrement, les livres modernes cessent de m'intéresser et j'ai besoin de me replonger dans un "classique". Alors, là, Duras, et ce Dix heures et demie du soir en été que j'avais dans ma bibliothèque et que je n'avais encore jamais lu. 

Alors, c'est du Duras. Comme un synopsis avec quelques visions de paysages nettes, tranchées, presque géométriques qui nous rappellent que c'est Duras ; et puis, un trio amoureux, ou plutôt deux trios.

Maria, Pierre et Claire, et Judith, la fille de Maria et Pierre. Ils sont partis tous quatre de France en Espagne, en voiture, et on les croise sur les routes d'Espagne. Le désir est venu entre Pierre et Claire, et entre Claire et Pierre, et Maria le sait, le sent. Et puis il y a cette chaleur, et les orages de l'été, qui obligent le petit groupe comme beaucoup d'autres à faire escale dans une ville et un hôtel bondé pour la nuit ; là où précisément on recherche un meurtrier, Rodrigo Puestra, qui a tué sa jeune épouse de 19 ans et son amant et est activement recherché par la police. Toute cette atmosphère de la traque, vécue par Maria, ses pensées obsédées, et puis la rencontre avec Rodriguo... Il y a on l'imagine, comme une projection de ce qu'elle pourrait ressentir sur l'acte de Rodriguo, elle qui souffre de voir son mari se rapprocher de Claire, elle qui boit, qui boit, pour calmer sa douleur...

C'est un récit de l'obscession, de la répétition, très cinématographique, évidemment, comme toujours avec Duras. Assez court mais finalement suffisamment long ; j'avais préféré Un barrage contre le Pacifique.

. Dix heures et demie du soir en été, Marguerite Duras, 1960.

Voir les commentaires

L'intervention :)

6 Avril 2019, 20:33pm

Publié par LaSourisJOne

Théâtre.

Pièce en un acte, cinq scènes (relativement courte).

C'est à Delphine que je dois cette découverte totale, qu'elle en soit remerciée.

Je connais très mal Victor Hugo, et encore moins son théâtre.

Découverte surprenante que celle-ci, je ne m'attendais pas du tout à ce genre de pièce sous sa plume (mais je le répète, je ne connais mal). Donc, pièce sociale et de moeurs. Intime.

Quatre personnages. Deux ouvriers, d'extraction et de vie modeste, deux "parvenus" au sens premier, en tout cas gens aisés. Deux hommes, deux femmes.

Histoires de couples, mis à mal par la tentation incarnée par l'autre milieu social : le baron trouve Marcinelle très attirante avec sa simple robe de toile, l'ouvrier trouve Eurydice très désirable, avec ses très belles robes, idem pour les femmes, tentées par l'autre, l'opposé à sa condition sociale...

Parfois technique, notamment avec le baron et le champ lexical des courses hippiques et surtout des tissus, cependant, attachante découverte...

Merci à Delphine.

. L'Intervention, Victor Hugo, 1866.

Voir les commentaires

La guerre d'hiver :)

3 Septembre 2015, 13:26pm

Publié par LaSourisJOne

La guerre d'hiver :)

Une tasse de café qui gicle, 'La guerre d'hiver' un titre qui intrigue un peu, et le macaron, un peu étonnant sur la couverture : 'roman conjugal' : assez pour me donner envie de tenter le coup. D'autant que l'auteur était filandais, et que ça fleurait bon le dépaysement, voir la découverte de moeurs d'ailleurs. Je n'ai pas regretté, car ce livre m'a plu. Il m'a parfois pensé à ces livres avec un narrateur très vieux que j'aime généralement ; en tout cas, ici, on suit la vie quotidienne d'une famille au sens large, au plus près de chacun des protagonistes. Tous ont des traits de 'couples' bien particuliers (j'alais dire shématiques) ; cela dit, ils sont assez bien campés, on s'attache à ces personnages. Parfois les réflexions nous laissent sur notre faim, mais globalement la lecture est satisfaisante. Ainsi, un coupe d'âge mur (60 ans), Max et Katrina ; usé par de trop nombreuses années de vie communes et les travers de fonctionnement qu'ils n'ont pas soigné, ils se déchirent, et c'est particulièrement donné à voir. Lui ne fait plus d'efforts, même s'il dit l'aimer tendrement et ne pouvoir vivre sans elle, elle passe son temps à le chercher (et le trouver)... Et puis il y a Helen, la fille aînée, mariée avec deux enfants, dont on va suivre aussi la vie résignée des trentenaires-quadra avec enfants, calée sur le rythme des enfants, et la petite dernière, Eva, 27 ans, qui se cherche, y compris sentimentalement, dans son approche du couple... Elle part à Londres étudier les arts et se cherche, donc...

Le roman se déroule sur six mois, où certaines choses bougent. Notamment pour Max, qui, flatté de l'attention d'une jeune femme va céder à l'infidélité unique, presque vitale, maladroite...

Il y a aussi le personnage de la grand-mère, en maison de retraite, et son rapport aux autres. Comment chacun se définit par rapport à soi et dans cet ensemble familial, c'est un livre intéressant...

Quant au titre, il désigne en réalité une période historique de l'histoire de la Finlande, mais fait bien sûr, allusion à l'hiver, la dernière période d'une histoire d'amour, celle plus fraîche, éloignée de sa naissance ou de son bel âge...

Médiathèque de Dinard.

La guerre d'hiver, Philip Teir, éd. Albin Michel. Paru en 2013 en Finlande, et en 2015 chez Albin Michel.

Voir les commentaires