Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

russie

Michel Strogoff

6 Décembre 2020, 10:40am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Encore une fois les romans contemporains ont fini par me tomber des mains, alors je me suis réfugiée chez Jules Verne. Celui-ci ne sera pas mon préféré ! Il faut aimer beaucoup - et s'y connaître ! - la Russie, et s'intéresser aux faits de guerre, pour ce livre-là, me suis-je dit... Je détesterais dire que c'est un travers de Jules Verne (car comment aller dans le sens de l'appauvrissement !) mais encore une fois, ce livre-là m'a noyée dans les détails de la Russie (descriptions de villes, de moeurs, de costumes...). Il faut aimer. C'est une découverte ! Ce livre-là est quand même aussi souvent le livre des désolations ! Autrement dit, ce n'est guère une partie de plaisir que de traverser la Russie en direction d'Irkoutsk, coûte que coûte, pour un personnage seul en mission, Michel Strogoff, en pleine invasion des tartares ! 

Courrier du tsar (csar), il est mandaté pour aller délivrer une lettre au frère du tsar, le grand-duc, à Irkoutsk... Le vaillant Michel Strogoff compte bien s'acquitter de sa mission coûte que coûte. Sans trop révéler sa couverture. Il va affronter le froid, la faim, les tartares, marcher à pied, courir à cheval, etc, etc... Ignorer sa mère, qu'il aime tant, pour ne pas révéler sa couverture... Subir humiliation et souffrance physique... Ha, on ne rigole pas, avec ce livre-là... Heureusement que les deux journalistes (Alcide, le français), et Harry (l'Anglais), apportent leur touche de légèreté, d'humour - souvent chez Jules Verne on a ainsi des personnages légers qui nous font rire - et qu'il y a Nadia...

Heureuse d'avoir lu ce texte important de la culture française. 

. Michel Strogoff, Jules Verne, 1876.

Voir les commentaires

Le wagon plombé, 'Le voyage en Russie' :))

17 Décembre 2017, 17:49pm

Publié par LaSourisJOne

Essais.

Trois récits courts, autour de l'âme russe. Le premier 'Le wagon plombé', revient sous l'oeil de Zweig par le départ de Suisse de Lénine, en train, au moment de la révolution russe, et analyse ce fait que sans ce train, la face du monde en eût été changée.

Le Voyage en Russie : savoureux. Avec son superbe sens de l'observation, et de la description, il nous fait franchir la frontière et nous fait pénétrer dans le pays si vaste où le temps et l'espace n'ont plus la même valeur... Nous fait visiter Moscou, mais aussi Saint-Pétersbourg, l'énorme musée de l'Ermitage. Et toucher du doigt que, sans l'âme russe, et l'efficacité de quelques directeurs de musées aux moments les plus rudes, sans le communisme aussi, les plus grands tableaux du monde ne se seraient pas retrouvés à disposition de tous, dans ce lieu qu'est l'Ermitage. Et découvrir qu'il compte tant d'oeuvres de nos plus grands artistes ! Au moins n'ont-ils pas été pour le profit d'un seul :)

Enfin, c'est à Maxime Gorki qu'il consacre son troisième récit. A qui il semble vouer une admiration sans bornes. Mettant en regard son travail de poète et les affres de sa vie, cet homme d'une extraction trop simple, qui voulut mettre fin à ses jours, se rata, et écrivit ensuite, tout en apprivoisant la souffrance. C'est tout à la fois un hymne au courage quotidien du peuple russe qui savent affronter la rudesse de chaque jour qu'il rend hommage.

Comme d'habitude, Zweig éveille, et avec talent.

Merci à Marie-France de m'avoir mis entre les mains un Zweig que je n'avais pas encore lu (et comme j'ai beaucoup de chance, un autre d'aileurs, merci Delph,), m'attend bientôt...

. Le wagon plombé suivi du Voyage en Russie, Stefan Zweig, éd. Payot, classiques ; 2017. 

Voir les commentaires