Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

Neverland :)

11 Novembre 2017, 22:27pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

C'est un hasard, deux récits qui touchent à l'enfance, moi qui n'en suis vraiment pas fan d'habitude... En même temps, je dirais que 'Le baron perché' n'en est pas un, quant à celui-ci, ce que j'avais pu en lire m'avait attiré, qui plus est sous la plume de Timothée de Fombelle...

Je pense que ce livre mérite deux lectures. Ce que je peux en dire, c'est qu'il est superbement maîtrisé, très joliment écrit ; les images frappent juste et sont très évocatrices. Mais il mèle deux temporalités qu'il faut digérer. L'adulte qui part à la recherche de l'enfant qu'il était. C'est donc très habile, parce que très bien structuré. Les souvenirs d'enfance sont donc amenés par cette recherche formalisée, et les souvenirs sont très évocateurs. Compliqué, cependant, d'imaginer les deux qui se rejoignent, ce à quoi il veut aboutir sans doute, et d'imaginer l'un à côté de l'autre deux 'soi' m'a fait mal au crâne sur la fin : j'avoue, quand j'y pense me concernant que je parviens à repenser à celle que j'étais, mais que je ne parviens pas à nous imaginer l'une à côté de l'autre, je pense que c'est ce que l'auteur voulait faire... Pourtant, à mon sens, l'une a laissé la place à l'autre, même si l'autre contient l'autre.

Je pense cependant que l'on garde une certaine mélancolie de cette lecture. Pas une joie, en tout cas.

Médiathèque de Saint-Malo.

. Neverland, Timothée de Fombelle, éd. L'Iconoclaste, sept. 2017.

Voir les commentaires

Le baron perché :))

10 Novembre 2017, 13:07pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Aaahhhh, le retour aux classiques fait du bien !

Quel bonheur de lecture que ce livre-là. Je sais qu'il est parfois étudié en classes de collège, je me suis dit que c'est sans doute dommage, parce que c'est forcément trop tôt. Même si on prend toujours d'une oeuvre ce qu'on est prêt à en prendre !:)

En tout cas, j'ai vraiment savouré chaque page, chaque épisode ; ça a tout d'un conte philosophique, évidemment ! Donc, l'histoire se passe dans les années 1700 et quelque : bienvenue au sein d'une famille où chacun a ses petits travers, mais surtout, famille de nobles, de barons. Bon, le père, la mère, et les trois enfants, dont la fille aînée qui fait des plats atroces sans doute pour dégouter ses frères, des innovations avec des ingrédients très improbables, mais qu'il faut manger.

Alors un jour, Côme, alors qu'on lui propose de manger un plat d'escargots bizarrement mis en scène (tiens, tiens, ça me rappelle quelqu'un, ou plutôt quelqu'une...) refuse, et décrète qu'il ne mettra plus les pieds à cette table. Et même : qu'il se réfugiera dans un arbre, et n'en descendra plus. Il a douze ans. 

Et c'est ce qui va se produire ! Alors on va suivre, narrés par le petit frère, les épisodes de la vie de ce 'baron', perché. Une décision qui ne l'empêche en rien de vivre, bien au contraire : il vit tout en l'air, mais il a des engagements, il lit beaucoup, il réfléchit... Il fait des rencontres... C'est épatant. Et j'ai adoré la narration par le prisme du frère cadet.

Même l'amour n'échappe pas aux réflexions de l'auteur : alors l'histoire d'amour avec Violette, extraordinaire ! Ils se rencontrent à 12 ans, et ne se connaissent pas longtemps. Se chamaillent mais s'attirent. Violette part vite, mais des années plus tard, elle revient ! Et c'est un feu d'artifice de rencontres physiques, charnelles, dont seules les images que nous pouvons nous en faire peuvent nous faire nous dire : eh bien, pas piqué des hânnetons ! 

Génial !

Médiathèque de Saint-Malo.

. Le baron perché, Italo Calvino, Folio Poche. Paru en 1957 en Italie, 1960 en France.

Voir les commentaires

... 509, rester soi-même

10 Novembre 2017, 08:43am

Publié par LaSourisJOne

"C'est en restant impitoyablement lui-même, comme il le fit jusqu'à la mort, qu'il pouvait donner quelque chose à tous les hommes".

Italo CALVINO

Voir les commentaires

... 508

10 Novembre 2017, 07:38am

Publié par LaSourisJOne

"Les armées font toujours des dégats, quelles que soient les idées qu'elles apportent".

Italo CALVINO

 

Voir les commentaires

... 507, d'inégales enfances

4 Novembre 2017, 13:50pm

Publié par LaSourisJOne

"Je sais que pour une seule enfance intacte, un jardin suspendu comme le mien, il y en a des dizaines qui tombent en éboulis vers la plaine ou sont mangés par le désert".

Timothée de FOMBELLE

Voir les commentaires

... 506, perte du territoire de l'enfance

4 Novembre 2017, 10:47am

Publié par LaSourisJOne

"Je suis parti un matin d'hiver en chasse de l'enfance. J'avais décidé de la capturer entière et vivante. 'Regarde, elle est là, tu la vois ?' Je l'avais toujours sentie battre en moi, elle ne m'avait jamais quitté. Mais c'était le vol d'un papillon obscur à l'intérieur, le frôlement d'ailes invisibles dont je ne retrouverais qu'un peu de poudre sur mes bras au réveil".

Timothée de FOMBELLE

Voir les commentaires

La valse inachevée :))

2 Novembre 2017, 22:42pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

J'ai failli écrire : roman historique. On y est. Ce roman commence en 1876, en Autriche, à Vienne ; dans la peau de l'Impératrice, Elisabeth, dite Sissi... A l'étroit dans les règles imposées par l'étiquette, celle-ci va s'arroger le droit de se rendre, incognito, accompagnée de sa dame de compagnie elle-aussi jouant à être une autre, au fameux Bal de la Redoute, où l'on se presse, déguisés, et absolument pas reconnaissables : un moment de liberté qu'elle s'octroie. Là, elle croise la route d'un jeune homme, de dix ans son cadet (elle a alors 36 ans), et va se nouer un partage presque silencieux, tendre, mais fort : l'un et l'autre ne s'oublieront jamais, tout au fil de leur vie, que l'on va suivre au fil de ce livre ; seulement l'un est un jeune homme inconnu, elle est Impératrice ; elle lui cachera son identité tout au long de sa vie, malgré les lettres qu'ils ne peuvent éviter de s'adresser, de loin en loin ; toute sa vie il se demandera, si elle n'était pas l'Impératrice, oscillant entre deux possibilités. Entre dissimulation, rancoeur amoureuse, sentiments d'agacement provoqués par l'insatisfaction du sentiment amoureux insatisfait, ce roman nous mène au fil des ans qui passe, au coeur de l'Histoire, de l'éclosion de la guerre et la montée du nazisme bientôt. Arrières-plans politiques, personnalités de l'histoire nous sont livrés ici transfigurés par le prisme de l'intime ;je l'ai autant aimé pour l'époque retracée que la force des personnages, quels qu'ils soient.

. La valse inachevée, Catherine Clément, 1994, éd. Calmann-Lévy.

Voir les commentaires