Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

L'élixir d'amour

30 Juin 2015, 17:49pm

Publié par LaSourisJOne

L'élixir d'amour

Un roman pas trop long, qui parle d'amour, et sous la forme d'une correspondance : allez, ça se tente. Ce livre a commencé par m'agacer, je dois l'avouer. Propos trop attendus, personnages trop stéréotypés, et un principe 'facile', l'échange de lettres, prétexte pour parler des relations hommes-femmes. D'autant qu'autant être clair : ces lettres, ou présentées comme telles, entre un homme à Paris, et une femme à Montréal, ne sont pas des lettres ! Je sais que je pinaille, mais on a du mal à imaginer ces courriers qui s'échangent par voies d'avion, et ne contenant parfois que quelques lignes... Ce sont plutôt des mails, qui ne se présentent pas comme tels. Premier élément bancal, donc, mais passons.

Puis, quand même, il faut avouer, heureusement, quelques 'rebondissements', quelques retournements de situations qui font retrouver un (léger) regain d'intérêt pour le livre : le séducteur, psy de surcroit, qui se la raconte sur les femmes et son rapport aux femmes finit par tomber dans le piège de l'amour ; et finalement, on découvre que l'écriveuse, l'interlocutrice (ils ont vécu une passion de plusieurs années ensemble avant de se séparer) a tout fomenté pour qu'ils se retrouvent. Bon, c'est assez peu crédible, mais ça fait sourire, un peu.

Je pense toutefois que j'oublierai assez vite ce roman d'Eric-Emmanuel Schmitt...

Médiathèque de Saint-Malo.

L'élixir d'amour, Eric-Emmanuel Shcmitt, éd. Albin Michel, Avril 2014.

Voir les commentaires

Entre mes mains le bonheur se faufile :))

27 Juin 2015, 08:31am

Publié par LaSourisJOne

Entre mes mains le bonheur se faufile :))

L'embellie est venue de ce livre, finalement, que j'avais dans ma bibliothèque depuis un certain temps sans avoir eu envie plus tôt de le lire. Finalement, ce que j'aime le moins dans celui-ci, c'est son titre : certes, le rapport avec le tissu qui passe dans la machine à coudre, mais je ne le trouve absolument pas en adéquation avec le propos ! Peu importe.

Voici un roman que j'ai dévoré ; il n'a pas été sans me rappeler par certains aspects 'Fourrure', d'Adélaïde de Clermont-Tonnerre, même si tous deux sont très différents. Sans doute l'univers (du luxe), et aussi le mystère d'une femme distinguée crucifiée par sa terrible solitude ; il y a de cela dans le personnage de Marthe, cette femme puissante, adulée, propriétaire des Ateliers de couture où débarque l'héroïne. Cette Marthe est loin d'être le personnage principal, bien sûr, il reste donc en second plan, et il y aurait eu matière à le développer davantage, évidemment ; ce personnage trouble, qui se perd dans le besoin de possession, qui n'est décrit que par les autres, son majordome, et puis par les deux personnages principaux. Peu importe. C'est donc l'histoire d'une jeune femme, Iris, la trentaine ; mariée à un fieffé égoïste, un médecin, qui lui ment et la trompe, on le sent longtemps avant de le savoir. Et puis il y a ce deuil mal cicatrisé pour elle qui tente pourtant de vivre malgré tout une vie qui ne lui convient que moyennement, mais qu'elle accepte, parce qu'elle pense que c'est la vie. Ce deuil d'une carrière de couturière, qu'elle n'a pas pu faire, pensant avoir été recalée à une école de couture ; on apprend alors en même temps qu'elle, en plein dîner de famille, qu'en réalité ses parents, bourgeois, voulant la modeler à leur image, bien peu compréhensifs du bonheur de leur enfant finalement, ne lui ont jamais dit, qu'en réalité elle avait été retenue à cette école. Le drame, si longtemps après, et qu'on comprend. Malheureuse dans son métier (elle travaille dans une banque), elle retente, et est reçue. Il faut aller à Paris pour six mois. Sous la coupe de son mari, cela est particulièrement bien décrit : le drame 'individuel' des femmes qui se sacrifient au nom des convenances, de ce qui se fait, pour un supposé bonheur familial, de couple, alors qu'en réalité il s'agit du confort de l'homme... Tant, tant de situations comme celles-là, encore, toujours et même aujourd'hui... Mais bref, jamais de bourreaux sans victimes. Bref : elle, Iris, bien qu'en douceur secoue son joug, et finit par raffler le deal d'aller vivre ces six mois. Six mois qui vont changer sa vie évidemment. Entre Marthe, le 'mentor', celle qui la modèle à son image, son talent révélé, ses doigts de fée, l'univers luxueux qu'elle découvre, et ce magnifique Raphaël, séducteur, sous l'emprise de Marthe, également. Un jeu mortel va se jouer entre ces trois-là, sans que ce soit jamais pesant ; entière jusqu'au bout, naïve mais pas idiote Iris ne va pas se trahir, et c'est ça qu'on aime : même si elle cède une fois, et rentre, brisant son rêve une nouvelle fois et sa carrière sous l'impulsion d'un mari soudain jaloux, elle découvre enfin son adultère, qui dure depuis un an ; alors elle refait ses valises et remonte là où sa vie, celle qui lui ressemble finalement, celle où il y a moins de confort, plus de risques, mais plus vraie, l'attend. J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre !

Entre mes mains le bonheur se faufile, Agnès Martin-Lugand, éd. Michel Lafon. Juin 2014.

Voir les commentaires

... 366

16 Juin 2015, 13:05pm

Publié par LaSourisJOne

"Dans les familles de femmes, les traits de caractère n'avaient-ils pas tendance à sauter une génération ? Ma mère, en réaction à sa propre mère trop sobre, avait pris son contre-pied en choisissant une existence mouvementée ; moi qu'elle avait élevée, je m'étais juré de ne pas lui ressembler et je menais une vie frugale, à son opposé".

Ito OGAWA

Voir les commentaires

Complètement cramé :)

14 Juin 2015, 21:08pm

Publié par LaSourisJOne

Complètement cramé :)

On n'a pas envie de chercher la petite bête avec ce livre-là, tant il est vrai qu'il donne du plaisir, et réchauffe. C'est l'opus 2 de Legardinier, après son succès de librairies et de blogueuses avec 'Demain j'arrête'. Je l'avais lu, j'avoue avoir préféré celui-ci, très réjouissant.

On ne mégottera donc pas sur le postulat de départ : ce type, ce Andrew Blake qui plusieurs années après la mot de sa femme, n'ayant toujours pas goût à la vie, chef d'entreprise, décide de changer de vie, de partir en France, et d'y devenir majordome. Postulat un peu bancal, pas forcément argumenté, mais peu importe. Il fallait ce manoir, ces personnages, et ce meilleur ami, resté en Angleterre... Donc, on prend ! Et on sourit, et on rit. Et on est bien avec ces personnages. Souvent solitaires, se débattant dans leur vie ; et qui, une fois qu'ils lachent prise, et parviennent à s'ouvrir aux autres, gagnent une vie belle ou douce. Ils sont touchants, donc, tous ces personnages ; Odile, la cuisinière, madame, la patronne pour qui il doit repasser les journaux, et Manon la feune fille que son chéri abandonne quand elle annonce qu'elle est enceinte, et le régisseur, Philippe, sa ciboulette écrasée, son chien Youpla et le jeune Yanis. Alors oui, ce personnage principal fait un peu bon samaritain, mais c'est pas grave, on prend, parce que c'est que du bonheur. Le jeune gamin découragé par les études à qui on va remettre le pied à l'étrier comme si c'était Noël, parce que les deux amis lui promettent, après un pari, qu'il pourra offrir la télé de ses rêves à sa mère... Le don, le partage, la générosité, à la louche certes, mais c'est pas grave, on rit ; et puis aussi, faire, dire, tant qu'il est encore temps, sans attendre, parce qu'un jour il est trop tard. :) Ca me va. :)

Ah : merci Cynthia qui m'a mis un couteau sous la gorge pour que j'emprunte ce livre, elle a bien fait :)))

Médiathèque de Pleurtuit.

. Complètement cramé, Gilles Legardinier, Fleuve Noir, oct 2012 ; Pocket, 2014.

Voir les commentaires

... 365

13 Juin 2015, 21:01pm

Publié par LaSourisJOne

"Même étrangers, les humains qui partagent ne font qu'un et sont superbes".

Gilles LEGARDINIER

Voir les commentaires

... 364

8 Juin 2015, 21:41pm

Publié par LaSourisJOne

"L'unique ampoule à économie d'énergie de sa chambre déversait une lumière froide à vous faire passer la maison de Barbie pour un frigo de poissonnerie industrielle". :)

Gilles LEGARDINIER

Voir les commentaires

Hôtel Iris

4 Juin 2015, 22:41pm

Publié par LaSourisJOne

Hôtel Iris

Je ne suis pas mécontente de quitter cet univers. J'avais lu, et aimé, La petite pièce hexagonale, de cette même auteure japonaise écrit deux ans avant cet 'Hôtel Iris'. Les prémisses étaient contenus dans ce petit livre, mais la lisière n'était pas franchie. Ou en tout cas, la bienveillance de cette petite pièce cachait... Mais cachait quoi ? Ici, on n'est pas loin de tout ce qui peut servir à la psychanalyse... Comment parler d'une histoire qui a tout pour révolter, tout pour choquer, mais que l'héroïne ne vit pas comme cela ? Très jeune, sans doute 16 ans, elle travaille à l'hôtel avec sa mère, propriétaire de l'Hôtel Iris. Une mère rude, complexe, ambivalente, comme souvent ce qui sourd chez Yoko Ogawa. L'ambivalence. Ce qui pourrait être bon, mais ne l'est pas. On est dans une réalité glissante, peu commune... A la limite de la souffrance absolue, mais qui bascule sans cesse dans une autre dimension, parce que l'histoire n'est pas transformée, n'est pas bonifiée, ni passée au crible du regard critique du personnage qui la vit. Mari, un jour, entend une phrase et assiste à une scène forte entre un client et une cliente, sans doute une prostituée, au sortir d'une chambre d'hôtel. Elle intériorise cette phrase, elle en garde une espèce d'admiration, alors même que la phrase a tout pour être rejetée. Alors elle va revoir cet homme, appelé 'Le traducteur', marqué aussi par son ambivalence... Doux et cruel. D'une cruauté sans nom, allant jusqu'à l'humiliation. Cette jeune fille qui a grandi sans père va accepter, et aimer tout ce qu'il va lui faire subir, des horreurs, si on est tout à fait honnête, les pires horreurs. Mais elle n'a pas le pouvoir du recul, de la distance... Entourée d'une mère qui l'utilise plus qu'elle ne l'aime, d'une femme de ménage qui lui vole ses objets elle va se repaître de cette relation avec cet homme, étrange, sur son île, qui ne se nourrit que d'aliments liquides. Ici, la mort guette, jamais loin, comme quelque chose qui se tend jusqu'à son paroxisme et l'atteint parfois. Et il y a ce neveu étrange, qui n'a plus de langue, et qui parle en écrivant de petits mots de papier pendus à son cou à un pendentif. Atmosphère au bord de la tension, de l'étrange, du malaise, sans que jamais cela ne soit présenté comme tel.

Déroutant, bien sûr... Mais on est contents de refermer la dernière page et de laisser derrière soi cet univers tendu, ambivalant...

Médiathèque de Saint-Malo.

Hôtel Iris, Yoko Ogawa, éd. Actes Sud. 1996 ; 2000 pour l'édition française.

Voir les commentaires