Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

revolution francaise

Le dernier bain :)

7 Juillet 2019, 10:31am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Le dernier bain, c'est celui de Marat, assassiné en 1793 par Charlotte Corday dans sa baignoire.

Gwenaële Robert nous fait vivre la grande Histoire en nous la racontant par le prisme de la vie quotidienne, rien de mieux pour la ressentir... Aussi elle nous livre ici une galerie de portraits de premier ou second plan, réels ou inventés, tout en faisant avancer son récit jour après jour dans ceux qui ont précédé cette mort.

Elle donne corps, chair à ces personnages de l'Histoire, et sa vision, sa retransposition nous permet de les aimer, ou pas. De les comprendre ou pas, quand ils sont restés trop souvent figés dans un livre d'Histoire. 

Elle crée un bal d'amantes, de groupies autour de ce corps malade qu'est celui de MArat, qu'elle nous donne à voir en permanence dans sa baignoire, et élaborant en permanence une liste de têtes à couper, sur la délation qu'il a encouragée. Et puis ces femmes, qui veillent ; et aussi celles qui souhaitent sa mort, parce qu'il n'y a pas que Charlotte, c'est en tout cas ce que l'auteure imagine. J'aime bien ces "coulisses" d'un homme qui nous sont offertes et que l'Histoire a oubliées pour en faire un mythe. 

Ainsi, elle se sert de son passé de médecin douteux pour imaginer qu'il avait profité de sa position pour mettre enceinte une jeune fille...

Et puis il y a la reine aussi, cloîtrée dans une tour, prisonnière avec sa famille ; elle nous amène à compatir, à ressentir la souffrance infligée d'un côté ou de l'autre, même si la cause est juste...

. Le dernier bain, Gwenaële Robert, éd. Robert Laffont, 2018.

Voir les commentaires

Mme des Bassablons :)

21 Avril 2016, 23:20pm

Publié par LaSourisJOne

Mme des Bassablons :)

Roman historique.

Ce roman-là, je ne suis pas prête de l'avoir à nouveau entre les mains, alors je l'immortalise ici.

Je viens de me plonger dans le destin d'une femme, une Malouine, au temps de la Révolution française, ou plutôt de la Terreur. De 1790 à 1793. Thérèse des Bassablons. Pétrie de foi. J'ai aimé l'écriture, j'ai aimé me couler dans un autre temps, sous la plume d'un homme appartenant également à un autre temps, bien que beaucoup plus récent (1922). Evidemment, c'est un plaidoyer pour cette femme, un plaidoyer convaincu, et surtout au nom de la foi ; mais c'est intéressant, à plus d'un titre. On suit donc cette femme, à qui il n'arrive pas grand chose, mais qui semble de vouer ses jours aux autres, aux plus démunis, aux pauvres ; qui ne ménage jamais sa peine, et qui semble auréolée de la foi, jusqu'à la fin. On la voit arpenter un Saint-Malo d'un autre temps, quant Saint-Malo était trois villes, quand il fallait du temps pour parcourir des distances, quand le Sillon n'avait pas sa digue, était à Paramé, et était une langue de dunes ; quand les corsaires rendaient la ville riche de ses explorations maritimes (avant 1790). Mariée, puis veuve, elle va donc consacrer son temps et son argent aux autres, ainsi qu'à l'édification 'religieuse', pieuse, dès que faire se pourra : et c'est de cela dont elle va périr. En un temps où nobles et religieux sont honnis soudain ; certes le peuple et sa Révolution sont diabolisés, et peut-être y a t-il des accents de vérité dans ce récit ; mais on sait aussi clairement dans quel camp l'auteur se place ; intéressant, comme regard, parce qu'autre, en tout cas.

Les 16 jours en charrette, de Saint-Malo à Paris, avec les futurs condamnés à mort sont décrits avec force, on les voit, on les imagine ; de même que les moments dans les prisons, au milieu de la vermine, et la mort, après un simulacre de procès, par guillotine. Alors même qu'il reste peu de choses, peu de documents historiques sur cette femme ; mais l'auteur a trouvé aux archives nationales les 'minutes' du procès, collectif, des 29 condamnés, et c'est forcément édifiant, parce qu'il les retranscrit telles qu'elles sont, et qu'évidemment, on découvre à quel point la force de l'Histoire décime des destins sans leur laisser la moindre chance...

Vraiment intéressant.

Merci à Eric L. pour la jolie découverte.

. Madame des Bassablons, une Malouine au temps de la Révolution, Ed. Fournier, Librairie Weibel, 1922.

Voir les commentaires