Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

... 696, la lecture

11 Avril 2020, 12:34pm

Publié par LaSourisJOne

"La lecture est un luxe qu'on peut découvrir tout le temps"

Marie DESPLECHIN

Voir les commentaires

... 695, le savoir-vivre

9 Avril 2020, 18:14pm

Publié par LaSourisJOne

"Il se rendit compte combien un homme bien élevé est agréable car au fond, ce n'est que quelqu'un qui élimine les manifestations toujours déplaisantes d'une grande partie de la condition humaine et exerce une sorte d'altruisme profitable".

G. TOMASI DI LAMPEDUSA

Voir les commentaires

La Religieuse :)))

7 Avril 2020, 09:56am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Formidable roman de Diderot, plongée au coeur des couvents, comme un écho bien antérieur au Bal des Folles... Même histoire (de départ) écrite quelques siècles auparavant, entre 1760 et 1780 : une jeune femme, Suzanne Simonin, est envoyée malgré soi dans un couvent pour y être religieuse, sous la pression de son père et de sa mère. Alors qu'elle rêve d'une autre vie, telle que celles de ses soeurs, qui, elles, vont se marier. Alors sa résistance, sa révolte une fois à l'intérieur, et son épopée et ses péripéties dans trois couvents différents... Ses rencontres, à l'intérieur ; son courage, sa force mentale, pour tenir, malgré tout ; sa respectabilité, sa vertu ; les petites et grandes mesquineries des autres, lorsqu'on vit enfermées dans un univers claustral ainsi tout le temps, et nous y voila, ce que dénonce Diderot... Et puis les tendresses, quelles tendresses ?, de certaines soeurs, ou supérieures... On est dans la peau de cette jeune soeur Suzanne, et c'est merveilleusement raconté, en narration interne...

Une effroyable satire des couvents, comme Diderot le dira lui-même, cet auteur du XVIIIe siècle où les grands écrivains se sont élevés pour la tolérance et la liberté. Ainsi, là, le refus de voir l'épanouissement humain entravé par l'enfermement, les familles, l'Eglise, surtout contre le gré d'êtres humains ! Tellement fou.....

En réalité, l'écriture de ce roman s'entoure d'un contexte qui ne manque pas de surprendre, m'enfin, ce qui compte, c'est qu'il ait existé !? En fait, tout est parti d'une "blague" à un ami qu'il s'agissait de faire revenir de Caen à Paris, un ami un peu souffrant... Alors pour l'occuper et l'intéresser, alors qu'on savait qu'il s'était intéressé au sort d'une femme qui réclamait la proclamation de sa sortie et l'annulation de ses voeux, des amis dont Diderot se sont mis à écrire des lettres, des fausses lettres émanant de divers interlocuteurs, autour de cette histoire... Et pour tenir son histoire, Diderot a fini par en écrire un roman ! Les lettres font partie du livre, à la fin de celui-ci, évidemment cela ne manque pas d'interroger les historiens de la littérature sur le genre final de tout cela....

En tout cas, c'est un livre passionnant, qui se dévore ! 

. La Religieuse, Denis Diderot, 1780, publié à titre posthume en 1796.... (Le Livre de poche, Classiques).

Voir les commentaires

... 694, le pardon

5 Avril 2020, 21:59pm

Publié par LaSourisJOne

"Je puis tout pardonner aux hommes, excepté l'injustice, l'ingratitude et l'inhumanité".

Denis DIDEROT

Voir les commentaires

... 693, vertu

5 Avril 2020, 10:41am

Publié par LaSourisJOne

"Plus la vertu est rare parmi les hommes, plus elle doit y être considérée".

Denis DIDEROT

Voir les commentaires

L'Embellie

4 Avril 2020, 16:07pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Enfin.

J'ai lu ce livre sans grande passion... Avec un peu d'impatience... Mais le contexte est-il neutre ? J'ai la sensation cependant que j'aurais tout aussi bien l'avoir déjà lu, je ne suis pas sûre que je m'en rappelerais... Et pourtant, il est sans doute tout sauf commun ? Mais peut-être justement... Il nous emmène en Islande, dans de tout petits villages, au pied de champs de lave, noirs... Dans la peau d'une trentenaire (elle a 33 ans) qui dit toujours oui. Non, pardon, c'est pas ça. M'enfin c'est sans doute ça qui a fini par me taper sur les nerfs, même si, on se doute bien que tout cela fait partie du processus initiatique. Bref, elle divorce d'avec son ancien mari, un fieffé con, radin, égoïste... A chaque fois qu'il revient pleurer dans son giron, elle ne l'envoie jamais bouler... J'en rêvais ! M'enfin, bref, on s'en fout, c'est pas ça l'histoire. L'histoire c'est qu'elle décide de partir plusieurs semaines faire un grand périple pour tout laisser derrière elle, avancer, réfléchir... Elle se retrouve avec le fils de sa meilleure amie dans l'aventure (il a 4 ans), et heureusement, cela se révèle une chose fabuleuse (car c'était loin d'être ce qu'elle souhaitait).... Les rencontres sont très improbables, ça a fini par me fatiguer tout ça... Même si j'ai souri parfois...

J'ai trouvé ma lecture un peu vaine, en fait... Mais, encore une fois, difficile de s'affranchir du contexte de lecture !!

. L'Embellie, Audur Ava Olafsdottir, Zulma 2012, en Poche, collection Points.

Voir les commentaires

... 692, ah ah ah probabilités

31 Mars 2020, 11:22am

Publié par LaSourisJOne

"Les probabilités statistiques qu'une femme maîtrisant onze langues, dont plusieurs slaves, puisse gagner à deux loteries à la fois sont infimes, d'un ordre comparable à celles de rencontrer un elfe dans un récent éboulis rocheux sur la Nationale 1".

Audur Ava OLAFSDOTTIR

Voir les commentaires

... 691, adjuvants

30 Mars 2020, 14:59pm

Publié par LaSourisJOne

"Les trois grands tranquillisants c'est l'action, l'attachement, qui est notre vrai tranquillisant naturel (dès l'instant où quelqu'un d'autre nous sécurise on peut affronter le réel) et puis le troisième c'est la création".

Boris CYRULNIK

Voir les commentaires

... 690, et les oignons, on en parle ?

29 Mars 2020, 12:56pm

Publié par LaSourisJOne

"Ma vulnérabilité à l'égard de l'oignon n'est comparable à rien de ce que je peux éprouver en d'autres circonstances de la vie".

Audur Ava OLAFSDOTTIR

Voir les commentaires

... 689, S'adapter

27 Mars 2020, 16:58pm

Publié par LaSourisJOne

"On ne peut pas changer le flot des vagues, mais on peut apprendre à surfer".

Nicolas ENGELSTEIN

Voir les commentaires