Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

Articles avec #difference

Message des hommes vrais au monde mutant :)

24 Juillet 2017, 19:37pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Ce livre raconte, à postériori, l'expérience d'une femme, américaine, installée en Australie, qui expérimente sans l'avoir véritablement choisi quatre mois au sein d'une tribu d'aborigènes. 

On se retrouve, comme elle, dans la peau d'une femme dite 'civilisée', avec son maquillage, ses accessoires, plongée au coeur d'une aventure extrême, mais vécue si naturellement, avec une peuplade aborigène. Elle était certainement à la lisière d'être convaincue, si non elle n'aurait pas supporté tout cela. Mais c'est quand même très intéressant, et propre à faire réfléchir, ce que veut le livre. Réfléchir à nos choix, la limite de nos choix de société, en regard de ce que vivait cette peuplade... Proximité infinie avec la nature, bluffante. Evidemment, on y pense. La peur, disparue, l'acceptation de tout faisant que les facultés de l'homme sont démultipliées... La télépathie, parce que non obstruée, entre deux êtres, à 35 km de distance ! Le fait de vivre de la nature, mais pas à son détriment, en ulilisant uniquement ce dont on a besoin, sans aucun gaspillage... La communion, le retour à des valeurs authentiques... La célébration non des anniversaires, mais des moments où chacun se sent devenu meilleur...

Quatre mois incroyables, de traversée d'un désert australien avec cette peuplade, avec des épisodes forts, auquel on est tentés de croire, même si c'est souvent incroyable. Et on a envie de se dire qu'il faudrait vraiment, changer le monde, en suivant leur voie un peu plus, tellement plus juste... Mais comment faire pour enrayer la machine, pour faire machine arrière, avec toutes nos superficialités acquises ?

Une lecture stimulante, qui interroge. Sur la spiritualité et nos façons de vivre.

. Message des hommes vrais au monde mutant, Marlo Morgan, éd. J'ai Lu Aventure Secrète, 1991 ; 1995 pour la traduction française.

Voir les commentaires

Vivre vite

20 Juillet 2017, 08:17am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Le livre se lit vite, et facilement. Sans doute parce que les chapitres sont très courts, donnant la parole - supposée - aux divers protagonistes de l'histoire, de la vie de James Dean (mère, père, oncle, tante, acteur et actrice croisés, photographe, prêtre, etc.).

Evidemment, je lui reconnais un ton mélancolique, une indiscutable tristesse, mais comment pourrait-il en être autrement, avec le destin que l'on sait ? D'autant que chacun nous écrit comme si c'était 'après'. 

Alors, pas à pas, depuis l'âge de dix ans jusqu'à sa mort, la vie de Jimmy. Du point de vue 'intérieur' de chaque locuteur, sans que ce soit très introspectif, et sensé être 'formulé' après la mort. Même la mère de Jimmy, écrit, du fond de sa mort à elle, et ça donne comme une parole incantatoire assez forte. Toutefois, je me suis dit que cela aurait pu être plus fort, je me suis dit que tout cela fonctionnait bien mais qu'il avait cédé à la facilité en demeurant dans la 'superficialité'. Même si James Dean, finalement, à travers sa propre voix imaginée et celle des autres, est finalement bien rendu, joliment donné à voir, comme à travers une mosaïque qui forme un être. C'est certes, la vision de l'auteur sur ce personnage mythique, mais on a peu de mal à se dire que c'est tout à fait plausible.

Ce qu'on discerne, mais qui n'est jamais formulé, c'est un personnage fragile, marqué dès son enfance. Par... quoi, au juste ? En tout cas, un être marqué par la mort de sa mère à 9 ans, et séparé de son père dans la foulée. Seul avec sa destinée, malgré l'amour sincère de son oncle et sa tante qui l'élèvent. On le sent irrémédiablement écorché. Abusé par un prêtre ? Le James du livre ne le voit pas comme ça, il privilégie le lien précieux de cette relation...

Ce qui m'a frappée en lisant ce livre, c'est l'impatience du jeune homme. Grandissante. Qui ressemble plus à une incapacité de faire face à soi même, à sa solitude. Alors il comble, avec ce qui éloigne de soi, l'alcool notamment, les voitures... Encore qu'avec les voitures, il semble y avoir eu dès le début un goût pour la vitesse et la mise en danger, consciente ou inconsciente, on ne sait pas...

Médiathèque de Saint-Malo.

. Vivre vite, Philippe Besson, éd. Julliard, 2014.

Voir les commentaires

Une fièvre impossible à négocier :))

28 Juin 2017, 09:10am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

J'aime décidément énormément Lola Lafon.

J'avais littéralement adoré La petite communiste qui ne souriait jamais, j'avais trouvé très fort son Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s'annonce, puissant, qui bouscule, dérangeant ; j'ai encore aimé ce premier livre, et plus, parce qu'il est un véritable manifeste.

C'est évidemment plus qu'un roman. Un cri.

Elle est revenue sur ce sujet du viol dans 'Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s'annonce', et l'a poussé à son paroxisme, jusqu'à la folie. 

Là, problématiques centrales. Abordées sur fond de révolte, de rébellion, de contestation, d'incompréhension sociale ; tellement juste, souvent. Cet extrêmisme-là sonne tellement juste. Avec le questionnement des idéaux, et celui du sens, l'interrogation quant à notre projet de société, par l'expérience du personnage principal, qu'on sent brûlant de vérité, d'authenticité et impossible à séparer de celle qui l'a créée.

Donc, Loundra, un jour, un 14 septembre, est violée par un type, qu'elle connaît, et qui est connu. Sa vie, évidemment, bascule. La narratrice nous raconte un quotidien de hargne, pour tenter de rester debout, quand on nous a 'forcée' agenouillée. Comment on détruit, déconstruit, fait avec parce qu'on n'a pas le choix. 

C'est au coeur de mouvements d'extrême gauche, Etoile Noire Express, qu'elle va trouver sa place ; ce livre est plein de rencontres du quotidien, de phrases fortes, qui coulent, qui frappent ; il y a aussi le surf, la passion de Loundra, fascinée par la capacité des plus forts à tenir debout face à des vagues monstrueuses. Et puis, la justice en prend plein son grade, avec sa nullité crasse quand il s'agit de juger des affaires de viol, qui laisse le champ libre au coupable, et humilie s'il était possible encore plus, la victime déjà crucifiée. 

Ca parle de résistance, malgré soi. 

C'est très fort.

. Une fièvre impossible à négocier, Lola Lafon, 2003, Actes Sud.

Voir les commentaires

En attendant Bojangles :)))

6 Août 2016, 08:38am

Publié par LaSourisJOne

En attendant Bojangles :)))

Roman.

Ah, quel plaisir j'ai eu, du début jusqu'à la fin, à la lecture de cet En attendant Bojangles ! Il m'avait fait saliver à sa sortie en janvier 2016, j'en avais encore entendu parler il y a quelques mois au moment des prix qu'il a rafllé : prix du roman des étudiants France Culture Télérama 2016, prix France Télévision, et grand prix RTL Lire.

Mais je n'avais pas l'avoir entre les mains.

Enfin, c'est fait. J'ai tout aimé dans ce premier roman d'Olivier Bourdeaut, qui se lit avec le sourire, parce que c'est beau, parce que c'est bien écrit, parce que c'est fin, et raffiné. Ce n'est pas toujours crédible ? Alors là, on s'en fout mais alors comme d'une guigne. C'est d'ailleurs la dernière question qu'on se pose.

Bojangles, vous savez ce que c'est ? Moi je ne le savais pas. Le titre d'une chanson de Nina Simone, M. Bojangles. Or, l'un des trois personnages principaux du livre, la mère, qui écoute des chansons et danse si souvent, a son préféré, et son rituel, avec ce morceau précis. 'En attendant Bojangles', c'est ce qui représente cette femme...

Je vais essayer de vous en parler sans trop en dire : on lit, raconté avec grâce et innoncence par le fils, l'histoire de ses parents. Des parents hors du commun, à la personnalité hors du commun, qui semblent avoir choisi cette voie pour exister, pour défier le quotidien. Alors l'excès est souvent au bout du chemin, un excès raffiné et on aime. On aime la rencontre de ces deux-là ; puis leur vie aux côtés de Mademoiselle Superfetatoire, ce grand échassier qui vit avec eux dans leur appartement, et de l'Ordure, leur ami sénateur. Où l'expression chateau en Espagne est prise au pied de la lettre ! C'est un manuel qui semble militer contre la morosité possible d'une vie, pour la fantaisie, parce qu'on a qu'une vie, et qu'il vaut mieux la rendre belle, pour ce qui nous appartient. Un hymne à l'amour, et la différence. Il y a ce chancellement, au coeur de la mère, jusqu'à un dénouement d'abord épique puis bouleversant, je dois m'arrêter là pour ne rien déflorer, mais ce livre est beau, si beau, et il finit avec une explosion d'émotion qui prolonge la magie de ce livre.

Je pense que je l'achèterai, pour pouvoir le relire.

En attendant, mille mercis à Delphine d'avoir sacrifié une de ses lectures d'été pour me le prêter !

En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut, édition Finitude, janvier 2016.

Voir les commentaires

Notre petite vie cernée de rêves :)

7 Mai 2015, 13:17pm

Publié par LaSourisJOne

Notre petite vie cernée de rêves :)

J'ai dû emprunter ce livre pour son titre que j'ai adoré, et sa couverture. Pas de regrêt. On est plongé dans la vie du jeune Albert Scully, 17 ans, qui entreprend de nous raconter son histoire. Non sans humour, et sensibilité. C'est un Albert différent des autres, et dieu sait que la différence, adolescent, n'est pas facile à vivre. Alors voila, lui, bien que très intelligent, il est nul à l'école, solitaire, et ne s'intéresse qu'à des sujets 'qui ne sont pas dans le manuel' : il aime jardiner, il aime la Nouvelle Zélande, Shakespeare et les remorqueurs.

Il vit au sein d'un couple qui subit son existence d'adulte : elle, jusqu'à la caricature vivant par procuration gavée de séries américaines à l'eau de rose, emplie de clichés, mais touchante, lui, l'assureur raté, qui passe son temps et éreinte sa vie à trimer pour acheter des robots-ménagers à n'en plus finir à madame... Et qui boit, sans doute pour oublier tout ça.

Ca se passe probablement dans les années 60 ou quelque chose comme ça...

Un jour, le jeune homme fait la connaissance de sa voisine, une vieille femme de 80 ans qui brûle ses déchets dans son jardin, vit comme une clocharde, et qu'il commence par juger 'foldingue', avant de tomber sous le charme d'une véritable rencontre. Lui aura-t-elle menti sur elle ? Est-ce l'important ? Ou ce qui compte n'est-il pas qu'il ait pu grandir, changer, s'accepter, aimer la vie grâce à la rencontre de l'autre et l'échange ?

C'est un joli livre, plutôt aérien, pas plombé, pas dans le pathos. Un livre sur la différence, bien sûr, mais aussi sur l'amour au sens large, le partage, les rencontres humaines qui changent une vie, et évidemment sur les concessions qu'on doit faire ou pas, pour être bien avec soi et dans sa peau.

Médiathèque de Saint-Malo.

Notre petite vie cernée de rêves, Barbara Wersba, éd. Thierry Magnier, 2008.

Voir les commentaires

Au moins un :)

3 Mai 2015, 22:30pm

Publié par LaSourisJOne

Au moins un :)

Roman ado.

Voici un joli roman qu'on pourrait prendre pour un petit livre insignifiant et qui n'en n'est pas un. Il parle de la différence, de la façon d'être soi et de la valeur que cela a, même si c'est difficile. De l'importance de réaliser ses rêves, même simples, mais nécessaires. Et du monde du travail. D'un monde du travail formaté, en open-space, via un emploi de télévendeuse que l'héroïne accepte parce qu'il faut bien travailler. De sa prise de conscience que cela ne lui convient pas, de la souffrance que cela engendre chez elle, et puis aussi d'un tout petit conseil d'une prof de 6ème, qu'elle n'a pas oubliée, et ce passage est très chouette : celui d'avoir 'au moins un' poème qu'on connaisse pas coeur dans sa vie. Parce que du fond d'un cachot ou au milieu d'un désert, on aura toujours ce poème, en soi, au fond de soi, pour y puiser un peu de lumière. Je trouve ça très beau.

Son rêve à elle, c'était d'être coiffeuse, au contact direct avec les autres. Et tant pis si ça ne correspond pas au souhait de sa mère ! Elle veut du vrai, un petit bout de rêve, déjà, qu'on donne aux clientes, qui viennent chercher souvent bien autre chose qu'une nouvelle coupe.

Une jolie découverte. :)

Médiathèque de Pleurtuit.

Au moins un, Irène Cohen-Janca, éd. d'une seule voix Actes Sud Junior, mai 2014.

Voir les commentaires

Comment Thomas Leclerc, 10 ans 3 mois et 4 jours est devenu Tom l’éclair :)

14 Avril 2015, 16:00pm

Publié par LaSourisJOne

Comment Thomas Leclerc, 10 ans 3 mois et 4 jours est devenu Tom l’éclair :)

L'embellie est donc venue de Paul Vacca ! Avec ce 'Comment Thomas Leclerc, 10 ans'... le plaisir de lire est revenu, quel soulagement ! C'est tout d'abord avec un peu de réserve que j'ai abordé ce livre, parce que les histoires d'enfants ne sont pas forcément ce que je préfère lire ; et puis je n'ai plus lâché ce livre. J'avais cela dit adoré 'La Petite cloche au son grêle", du même auteur, et j'en garde un souvenir ému, tant était belle cette histoire simple de rencontre de gens simples avec la littérature... Et ce livre-là, donc, fut une belle gourmandise.

C'est l'histoire de Tom, donc, Thomas, 10 ans et quelques mois, au collège ; dont on sait, surtout par sa mère qui le décrit perpétuellement comme tel, "qu'il n'est pas un enfant comme les autres". Mais à aucun moment dans le livre, l'enfant est "étiqueté", estampillé; et ça nous va bien ; c'est un garçon plutôt solitaire, plutôt mental, et c'est dans ses pensées et sa vie quotidienne au milieu des années 60 que nous vadrouillons agréablement. Empirique, ce petit bonhomme. Il a comme références ses 'héros de BD'. A partir d'une réflexion construite, il se trouve des similitudes avec ces héros solitaires, qui sauvent le monde. On entrera tout autant dans la vie et les états d'âme de Serge et Pauline, ses parents ; on expérimentera les dégâts du silence, sans jugements ; les parents pour protéger leurs enfants souvent se taisent ; condamnant les enfants à errer dans un monde compliqué, sans clé pour l'apprivoiser.

Touchants, ces parents aussi qui se débattent avec leur existence, leur vie professionnelle ou leur non-vie professionnelle. A une époque en 'technicolor', où il est d'usage que la femme soit femme au foyer... Mais comment s'épanouir ? C'est la problématique de Pauline, prise dans les contraintes de son époque. Mais qui va tout faire pour travailler, et rencontrer la reconnaissance, via le regard des autres, et des hommes, à Paris, et via le travail. Même chose pour Serge, plus spontané, moins réfléchi, mais qui finalement, d'erreurs en erreurs qui auraient pu faire sombrer la famille, finira par trouver sa voie, inattendue, épanouissante.

Et puis il y a la petite Palma. On est toujours "l'étrange" d'un autre, finalement... Palma, cette étrange gamine pour Tom, qui réalise trop tard, lui dont l'expression des sentiments est compliquée, lui qui a besoin de rituels, qu'elle avait besoin de lui.

On a donc aussi la dérive d'une ado, en marge, laissée seule à elle-même et qui finira victime d'un fait-divers...

Avec toujours l'univers de référence des héros de 'comics' amércains comme référence, la psychanalyse aussi découverte par ce garçon de 10 ans (trop) intelligent, un peu comme un conte, ce petit bonhomme qui tentera de sauver le monde, ses parents, ceux qu'il aime... C'est touchant.

Merci à Anny, pour la jolie découverte. :)

Comment Thomas Leclerc..., Paul Vacca, éd. Belfond. Avril 2015.

Voir les commentaires

Sous la piscine :(

26 Octobre 2014, 14:43pm

Publié par LaSourisJOne

Sous la piscine :(

Roman ado (enfin, classé roman ado, mais que je ne recommande pas en tant que tel).

Que voici un livre étrange... qui veut nous dire quoi ?? Avec quel message ??

C'est un roman pour ados que je ne recommanderais pas, en tout cas. Message positif, guère !

Donc, Wolfgang a 16 ans, et cet été-là, dans une ville appelée 'New Lourdes' à cause de sa piscine réputée miraculeuse, en Australie, Wofgang, donc, travaille donc à cette piscine comme guichetier.

Sous les poivriers, chaque jour ou presque, une jeune aveugle se rend, avec son chien. Loin de se baigner, ou de se méler aux autres, victime de sa différence. Bref. Les deux ados vont échanger quelques mots, attirés par leur solitude respective ; il ne la trouve pas spécialement jolie, il ne l'est pas non plus, trop grand et souffrant d'un bec de lièvre recousu (c'est lui qui le dit), et se rapprocher, passer un peu de temps 'trainer' ensemble... Ils tuent leurs solitudes et croient qu'ils s'aiment au prétexte que leurs solitudes s'imbriquent, qu'ils se sont embrassés, et qu'ils 'trainent ensemble'. L'auteur ne nous aide pas à penser autrement. Suicide, incompréhension des êtres différents qui feraient mieux de retourner d'où ils viennent, ce livre est étonnant dans le mauvais sens, ce livre est assez moche. Il y a cette passion des papillons du jeune homme qui aurait pu être quelque chose de chouette, mais qui semble encore servir cette cause que parfois, on naît, et on perd. Berk. Pas de morale positive. Un livre sur le deuil, on oublie quand le temps passe ? Je ne vois rien qui soit à mettre entre les mains d'ados. Ce n'est pas parce que les personnages principaux en sont que c'est un roman pour ceux-ci ! Et là, on est, à mon sens, en plein dedans...

. Sous la piscine, Justin d'Ath, Actes Sud Junior, 2007, 2010 pour la traduction française.

Voir les commentaires