Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

enfance

Ma reine :)

21 Décembre 2020, 10:57am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Alors, alors. Ma Reine. LE premier roman de Jean-Baptiste Andréa, que j'ai découvert sur un coup de coeur absolu, total, avec Cent millions d'années et un jour. J'ai attendu avant de le trouver, attendu avant de l'avoir enfin dans les mains grâce à ma bibliothécaire préférée, et à le lire... Alors l'horizon d'attente s'élargit, et puis... Bref. J'ai aimé, oui, bien sûr. Mais ce n'est pas forcément un coup de coeur sans que je sache pourquoi. J'ai aimé l'écriture, bien sûr, évidemment, belle, poétique et juste, au plus près de cet enfant simple de 13 ans. J'ai aimé la rencontre, bien sûr, avec Viviane. Mais j'ai sans doute naïvement, stupidement un peu souffert des raisonnements de cet enfant naïf, qui pourraient faire sourire mais qui, en ce qui me concerne, déchire... Et je n'ai pas aimé la fin, cette fin qui fait mal parce qu'on crie quelque chose (que je ne peux pas vous dire) au héros pour qu'il ne fasse pas quelque chose et il ne nous entend pas... 

Je suis quand même contente d'avoir lu Ma reine, et j'attends avec impatience la prochaine oeuvre de Jean-Baptiste Andréa !

. Ma Reine, Jean-Baptiste Andréa, édition l'Iconoclaste, 2017.

Voir les commentaires

Petit pays :))

17 Février 2019, 09:51am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Prix Goncourt des lycéens 2016.

Qu'écrire sur ce livre... Les mots arrivent souvent en deça. C'est évidemment le cas ici. Gaby, Gabriel, évoque son retour dans son pays, 20 ans après l'avoir quitté. D'ailleurs il ne l'a pas quitté, il l'a fui, comme il l'explique lui-même. Il nous raconte alors son enfance là-bas avant de partir, ses 10 ans et 11 ans au Burundi, en lisière du Rwanda. Alors que la haine, incompréhensible pour le narrateur, entre les hutu et les tutsi est en train de naître, et dans le cadre de ce génocide... D'abord des anecdotes d'enfant, d'enfant simple, qui vit dans une impasse et retrouve ses copains pour attraper les mangues, à l'aide d'une perche, dans les jardins... Et puis l'irruption de la haine, des gangs, l'incompréhensible obligation de soudain choisir un camp... Et puis il reste sa voisine d'origine grecque, qui lui ouvre sa maison, où il découvre une vaste bibliothèque, et où soudain, son réel si dur se teinte d'imaginaire.

Alors 20 ans plus tard, justement, quand il retourne sur place, il y retourne parce que, décidée, elle lui a légué ses livres... 

Il y a la figure de la mère, terrible figure marquée par le génocide de sa famille, et qui ne s'en sortira plus... Le narrateur a cette comparaison forte du génocide à une marée noire, si on s'en sort on est mazouté à vie. C'est le cas de sa pauvre maman... 

Quand l'innoncence de l'enfance se mèle à l'horreur de la haine et de la guerre, ce livre donne envie d'aimer encore plus ses proches...

Bibliothèque d'Evran.

Merci à Delphine pour ce prêt précieux.

. Petit pays, Gaël Faye, 2016.

Voir les commentaires

Neverland :)

11 Novembre 2017, 22:27pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

C'est un hasard, deux récits qui touchent à l'enfance, moi qui n'en suis vraiment pas fan d'habitude... En même temps, je dirais que 'Le baron perché' n'en est pas un, quant à celui-ci, ce que j'avais pu en lire m'avait attiré, qui plus est sous la plume de Timothée de Fombelle...

Je pense que ce livre mérite deux lectures. Ce que je peux en dire, c'est qu'il est superbement maîtrisé, très joliment écrit ; les images frappent juste et sont très évocatrices. Mais il mèle deux temporalités qu'il faut digérer. L'adulte qui part à la recherche de l'enfant qu'il était. C'est donc très habile, parce que très bien structuré. Les souvenirs d'enfance sont donc amenés par cette recherche formalisée, et les souvenirs sont très évocateurs. Compliqué, cependant, d'imaginer les deux qui se rejoignent, ce à quoi il veut aboutir sans doute, et d'imaginer l'un à côté de l'autre deux 'soi' m'a fait mal au crâne sur la fin : j'avoue, quand j'y pense me concernant que je parviens à repenser à celle que j'étais, mais que je ne parviens pas à nous imaginer l'une à côté de l'autre, je pense que c'est ce que l'auteur voulait faire... Pourtant, à mon sens, l'une a laissé la place à l'autre, même si l'autre contient l'autre.

Je pense cependant que l'on garde une certaine mélancolie de cette lecture. Pas une joie, en tout cas.

Médiathèque de Saint-Malo.

. Neverland, Timothée de Fombelle, éd. L'Iconoclaste, sept. 2017.

Voir les commentaires

... 486

4 Juin 2017, 15:55pm

Publié par LaSourisJOne

"Quand vos enfants grandissent et deviennent de petits êtres pensants, il serait absurde de nier que, comme le reste de l'espèce humaine, ils se forgent leur propre personnalité et qu'on n'y peut pas grand chose".

William BOYD

Voir les commentaires