Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

L'idée ridicule de ne plus jamais te revoir :)))

18 Octobre 2015, 09:22am

Publié par LaSourisJOne

L'idée ridicule de ne plus jamais te revoir :)))

Magistral. J'ai dévoré ce livre de bout en bout, de la première à la dernière ligne, avec avidité, désir, passion, joie... On entre de plain-pied dans la vie et tout à la fois l'histoire de l'auteur, Rosa Montero, et celle de Marie-Curie, on s'attache aux deux. Ce, avec légèreté, et gravité tout à la fois. Sans l'attirail habituel d'une biographie, sans apesanteur. C'est très, très beau. Avec cette phrase, 'L'idée ridicule de ne plus jamais te revoir', si belle aussi, qui semble l'alibi du livre en quelque sorte. L'auteure a perdu son mari, Pablo, trois ans auparavant. On entre dans son processus d'écriture, dans les coulisses de son cheminement d'auteure, elle nous explique comment en 2004 elle a laissé en plan un ouvrage sur le Moyen-Age, un roman, à cause d'une histoire de mot impossible à trouver (à l'époque il n'y avait pas la magie d'internet qui vous le trouve instantanément), et finalement sortir de ce récit de cette jungle, pour le lâcher. Et puis alors on lui demande une note biographique, sur Marie Curie. Ce sera Marie Curie. Et une façon de panser son propre deuil, sa perte de Pablo. Ainsi, on a les attachements, les similutdes entre les attitudes, celle de Rosa, celle de Marie ; et donc : "l'idée ridicule de ne plus jamais te revoir", cette phrase qui va aux deux, à l'adresse de l'aimé, parti, pourtant. On entre du côté intime, dans la compréhension pragmatique de la perte de quelqu'un. C'est une belle, lumineuse réflexion sur le deuil, l'amour, la perte de l'être cher, la mort. Et Rosa Montero y va avec finesse, clarté, et non sans humour parfois, au bazooka, à la manière de certains auteurs espagnols qui n'envoient pas dire ce qu'ils ont à dire, ni ne mégottent sur la manière.

La vie de Marie Curie vue par le prisme de Rosa Montero est évidemment touchante, on entre dans les arcanes d'un destin, celui du premier prix Nobel de physique (avec son mari). Retour sur la dureté d'un monde à l'égard des femmes, qui rend cette destinée encore plus forte. Cette femme iradiée, Marie Curie, ce couple iradié, la perte de Pierre, les prix, les recherches, l'amant un peu plus tard, Paul Langevin. Et puis comme un manuel de vie, lumineux toujours, sans être de guimauve, qu'elle semble nous tendre : disons 'Je t'aime', tant qu'il est encore temps. Et si la mort arrive avant que nous ayons pu le dire, disons le quand même, au mort, et au monde, pour terminer l'histoire. J'ai adoré. Formidable et réjouissant récit.

Médiathèque de Saint-Malo.

L'idée ridicule de ne plus jamais te revoir, Rosa Montero, (publié en 2013 en Espagne), traduit de l'espagnol par Myriam Chirousse. Editions Métailié, 2015.

Commenter cet article

delph 21/10/2015 18:41

coucou, c'est marrant c'est la première fois, je crois, que je n'ai pas envie de le lire, alors que tu as l'air d'avoir adoré!!..Tiens tiens étrange, va savoir pourquoi...

LSJ 24/10/2015 20:33

... Ca fait un de moins à ajouter sur ta PAL !! :)) Bisous !:)

Luocine 18/10/2015 13:05

contrairement à toi, je ne suis pas à l'aise avec les auteurs espagnols, dans un club de lecture (ah souvenirs, souvenirs : c'est là que nous nous sommes connues!) une jeune et adorable lectrice hispanique a fait tous ses efforts pour nous faire découvrir cette littérature : ratage complet pour moi et pourtant , cette lectrice est si sympa que j'ai tout fait pour aimer. Mais ici le sujet me plaît , mais j'ai beaucoup beaucoup lu sur cette femme merveilleuse : Marie Curie (si peu espagnole) t j'ai lu des critiques beaucoup moins positives alors j'hésite encore! mais j'aime bien cette auteure bien qu'elle soit espagnole (deux livres chroniqués sur Luocine) contradiction quand tu nous tiens!

LSJ 18/10/2015 13:49

... Tiens, je vais aller voir, ces autres livres d'elle dont tu parles, sur ton blog. En tout cas, il y a une vitalité, dans ce livre ! Et la femme austère qu'on imagine, Marie Curie, prend toute sa profondeur, sans qu'on soit empêtrée dans une biographie. C'est top. !