Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

vieillesse

Mrs Palfrey, Hôtel Claremont :)

6 Juin 2020, 11:42am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Encore un livre qui était dans ma bibliothèque et attendait que je l'ouvre ! Aucune idée de l'endroit où j'avais pu le trouver, il y a un an déjà... 

Je l'ai trouvé tout à fait savoureux, charmant, doux, plaisant.

C'est l'histoire comme le titre l'indique, l'histoire simple de Mrs Palfrey, sur ses vieux jours ; elle s'est installée pour y vivre dans un hôtel à Londres, comme il semble être de coutume dans certains hôtels, donc, puisque c'est ce qui est décrit. Elle y vit seule mais entourée d'une petite communauté de personnes âgées ayant leurs petites manies, leurs habitudes, leurs idées fixes... Elle a une fille lointaine, et un petit-fils, tout aussi lointain ; pour garder la face lorsqu'elle arrive à l'hôtel face aux autres, elle soutient que son petit-fils viendra la voir quand il en aura le temps. Un jour, elle tombe, un tout jeune homme l'aide et... elle raconte que c'est son petit-fils. 

J'ai beaucoup, beaucoup aimé suivre ces personnages dépeints avec finesse dans leur vie quotidienne toute simple. Sans pathos, sans caricature, et dans ce milieu de cette société anglaise...

Une lecture très plaisante.

. Mrs Palfrey, Hôtel Claremont, Elizabeth Taylor, 1971 (édition originale) ; 1991 (Rivages) pour la traduction française.

Voir les commentaires

Agathe

30 Janvier 2020, 08:10am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

J'ai eu très envie de lire ce livre, lorsque ma bibliothécaire préférée m'en a parlé : soudain, il fallait que je le lise. Pourtant, j'avais vu ce livre à de nombreuses reprises, il m'intriguait, mais : c'est elle qui a trouvé les mots directs jusqu'à l'envie de lire :)) qu'elle en soit saluée, et grandement remerciée :))

J'aime tout particulièrement les récits où un homme âgé est au coeur du récit, et où celui-ci regarde sa vie avec plus ou moins de finesse, de distance, j'en raffole... C'était un plus à ce livre, puisqu'il y est question : de la dernière patiente d'un psy très pressé de partir à la retraite. Alors il compte les patients... Ca, j'aime bien. Cette dernière patiente prise en dépit de sa volonté (sa secrétaire l'a acceptée alors qu'il avait dit non) change un peu la donne, et soudain, il réfléchit à sa propre vie, et à ce qui l'attend...

Il faut souvent un catalyseur, pour que les choses se passent, sans doute, sans doute... cependant : à celui-ci je n'ai que trop peu réussi à croire, et je suis restée sur ma faim.

On l'a bien compris, ce n'est pas un livre sur Agathe, cette femme qui tente d'éviter l'hospitalisation en le consultant, mais bien sur ce psy de 72 ans à six mois de la retraite. Qui découvre soudain la densité, alors que toute sa vie il serait passé à côté ? Qui voit sa secrétaire parce que soudain elle est en arrêt maladie, il découvre donc sa vie, la tragédie de ce qui lui arrive et accepte de ne pas renier l'attachement qu'il voit naître pour elle, et son époux. Ca c'est beau, bien entendu.

On ne saura que très peu de choses sur Agathe, qu'on observe souvent avec un regard extérieur, évidemment, quitte à la poursuivre dans la rue obscessionnellement...

Soudain, la peur de vieillir. Soudain, découvrir qu'on n'est plus si sûr de vouloir partir à la retraite. Oui, tout se conçoit je crois que pour moi avec ce livre, tout arrive trop rapidement. Il contenait en germe tout pour me plaire.

Un grand merci à ma passeuse :)

. Agathe, Anne Cathrine BOMANN, éd. La Peuplade, sept 2019

Voir les commentaires

Les Nuits de laitue :))

3 Octobre 2019, 22:28pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Quelle belle découverte, que ce livre ! 

C'est très plaisant, drôle, touchant, humain. Un "Tom, tout petit Tom Tom" de Barbara Constantine, en quelque sorte. En un peu plus dense ?

Nous voici dans une bourgade où l'on suit les habitants étranges, où chacun a ses petites manies. Autour de ce couple central, Otto et Ada, âgés d'environ 78 ans... On les aime vite... Et tout s'entend, dans cette bourgade ; on aime ce ronchon d'Otto qui nous raconte et voit tous ses voisins ; ils ont tous de quoi être attachants, et leurs vies s'emmèlent, pour notre plus grande joie, on le voit de chapitre en chapitre... Le pharmacien, passionné de natation et d'effets secondaires de médicaments... Le facteur, très mauvais distributeur de courrier, mais chanteur émérite... Térésa et ses trois chiens... Ah, ils sont chouettes, tout ce petit monde ! Ainsi que les liens qu'on voit entre eux. Jusqu'à ce très touchant M. tanegashi, qui a fait la guerre trente ans parce qu'on ne l'a pas démobilisé... 

Vraiment, j'adore...

Je ne vous en dis pas plus, mais c'est vraiment une lecture très plaisante !

Quant aux Nuits de la laitue... C'est touchant, encore... C'est Otto, par le biais duquel on comprend que cela signifie solitude totale et rude...

Très belle découverte.

. Les Nuits de laitue, Vanessa Barbara, édition Zulma, 2013, et traduit du Portugais (Brésil) en 2015 pour la France.

Voir les commentaires

Le canapé rouge :))

4 Août 2018, 15:56pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Oh, c'est magnifique. 

Une magnifique balade, toute douce et puissante en même temps. Un chant intérieur qui vaut pour baume et tentative de guérison, entre vie et mort, mais toujours plus proche de la vie.

Entre quête d'une page qu'on tourne, et nostalgie d'une autre qui se referme, lié par un voyage, ainsi que de belles figures féminines, des mots d'écrivains, et un canapé rouge...

C'est superbe.

Et évidemment, il aura résonné pour moi de façon toute partculière, faisant étonnamment écho pour moi en ce moment...

La narratrice entreprend donc un voyage en train, qui a vocation à retrouver la trace d'un ancien amour perdu, Gil, dont elle sait qu'il est dans une ville de Russie. Il y a ce temps du voyage, des rencontres fugitives et des introspections, jusqu'au point de chute, et l'entreprise de guérison... Et puis il y a son présent, ou son tout juste passé, sa vie partagée avec sa voisine, une femme âgée de qui elle s'est rapprochée et avec qui elle partage de si beaux moments, à papoter, sur un canapé rouge... Voisine qu'elle a quittée pour son voyage, et qu'elle s'empresse de chercher à retrouver, après celui-ci, mais...

Roman-hymne à la vie, quoi qu'il arrive, et coûte que coûte quels que soient les cailloux qui s'en mêlent...

Une très très belle découverte, que je dois à Luocine, qui m'a donné envie de le lire. Mille mercis, Luocine, mille mercis !!

. Le canapé rouge, Michèle Lesbre, éd. Sabine Wespieser, 2007.

Voir les commentaires

La petite fille de Monsieur Linh :))

2 Juin 2018, 21:21pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Qu'il est beau, simple, pur, ce roman ! Un petit bonheur.

Empreint d'une mélancolie lumineuse, d'une candeur forte. Profondément humain. 

C'est l'histoire d'un vieil homme, tragiquement condamné à l'exil, ou plutôt qui choisit l'exil, parce qu'il a perdu son fils et sa belle-fille dans la guerre, et qu'il ne lui reste que le bébé de ceux-ci à sauver. Alors il prend le bateau, le bébé de quelques jours serrés contre lui, et l'amour qu'il lui porte est beau et touchant. C'est la bouée à laquelle il s'accroche, il trouve les forces pour continuer, pour elle. Elle, Sang Diu. Pour affronter ce monde nouveau, froid, inconnu d'un nouveau pays, dont il ne comprend pas les codes, la langue, les moeurs...

Le voir vivre, avancer simplement est touchant. Puis, il y a ce banc, où il va s'asseoir, toujours avec sa petite-fille. Et où il rencontre un autre homme, seul, lui aussi, gentil, qui lui cause, dans sa langue qu'il ne comprend pas. Pourtant, les deux hommes se comprennent si bien...

C'est beau, beau, beau... Puissant, sur ce qui compte vraiment, le sens des liens, qui peut suffire à continuer à vivre.

Sans jamais être mièvre, au contraire.

Une très belle découverte, que je dois à Eric L. Merci, Eric.

. La petite fille de Monsieur Linh, Philippe Claudel, Editions Stock, 2005.

Voir les commentaires

Un baume pour le coeur :))

19 Octobre 2017, 20:53pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Un soir de Noël avec Monsieur Mackenzie. Un vieil homme, qui marche difficilement, et dont on apprend au fil du récit qu'il a perdu sa femme puis que sa maison a brûlé dans un incendie. Mais c'est un livre qui, peut-être comme son titre le suggère, réchauffe le coeur. Il vit chez sa fille, Agnès, à son corps défendant, avec le mari de celle-ci, et son petit-fils. C'est drôle, et émouvant, de voir à travers ses mots combien ces mondes-là sont étrangers les uns aux autres. Combien il pourrait se suffire de peu, et notamment de son chez soi, qu'il n'a plus. Il va aussi rendre visite à sa soeur, qui est atteinte d'Alzheimer, le comprend-t-on, sans que jamais on nous le dise. Autrement dit, la maladie, ou l'absence de mémoire est donnée à voir non sans profondeur mais en tout cas sans pathos, et en prenant le parti de la gaieté. 

Le narrateur égrène ses souvenirs, qui s'intercalent dans un fin dosage avec son présent, comme si on était dans les pensées de ce vieil homme. Ainsi on rencontre avec un vrai plaisir sa femme, sa chère Mary, les amies de sa femme, son vieux voisin qui l'agace mais qui va pourtant lui sauver la vie... C'est un récit dense et beau sur l'âge, le temps qui passe, et ce qui fait nos vies.

Merci à Marie-France M., c'est à elle que je dois d'avoir découvert et lu ce livre.

. Un baume pour le coeur, Neil Bissoondath, éd. Gallimard Folio, 2001 puis 2003. Traduit de l'anglais (Canada).

Voir les commentaires

Nos âmes la nuit :)

25 Août 2017, 09:28am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Une femme âgée de 75 ans (quelle horreur, de la transformer en un chiffre !), vivant seule dans la bourgade de Holt (Michigan) va un jour trouver son voisin pour lui faire une proposition raffraîchissante : qu'il vienne dormir à ses côtés la nuit.

Pour apprivoiser cette rude solitude.

Ce livre avait tout pour me plaire, sauf peut-être une, à laquelle pourtant je n'ôte rien : son écriture. Il sourd dans ce livre une mélancolie profonde. Que ne réveillent jamais les dialogues, puisqu'ils sont enfouis dans le corps du texte. 

Par certains côtés, il m'a fait penser au Tom, Petit Tom, tout petit homme, Tom, de Barbara Constantine. Ce rapprochement salvateur des générations, autour des choses simples et essentielles à côté desquelles les adultes mal grandis, exangues dans leurs vies d'adultes, passent en gachant la vie de leurs enfants.

Les thématiques abordées sont intéressantes, peut-être parce que souvent trop taboues : la solitude destructrice des nuits, l'âge et la sexualité, les sentiments après avoir partagé une vie d'amour pendant 40 ans... Je reconnais à cet auteur le mérite d'aborder de front une part si importante de nos vies, et qui reste pourtant dans le secret de nos intimités : notre sommeil, et nos nuits. Ici sommeil et insomnies, sommeil marqué par une profonde solitude des personnes âgées, sommeil aussi et cauchemars, marqué par la souffrance due à un abandon, ou aux tracas du quotidien chez l'enfant (le petit-fils Jamie).

J'ai aimé les deux protagonistes Addie et Louis, leur fraîcheur, leurs conversations ; ils sont si touchants, lorsqu'ils affrontent le regard des autres, dans leur petite bourgade, et qu'ils bravent le qu'en-dira-t-on ! Ce qui les abat, et qui interpelle évidemment, c'est la famille : le fils, dont on connaît l'histoire, fait frémir par ses certitudes, ses carquans, la tyrannie qu'il impose au nom du 'bien-penser' ; alors qu'on le voit enfermé dans ses erreurs, dans ses tracas... Cette partie de l'histoire m'a beaucoup touchée, interpellée : ce renoncement à ce qui compte plus que tout dans le présent, au nom de 'la famille', et pour l'avenir... Cependant, je sais que l'écriture contribuera à me rendre cette lecture volatile.

Je suis contente d'avoir enfin lu ce livre, malgré tout ! Et c'est à Delphine que je le dois, merci, Delphine !

Médiathèque de Saint-Malo.

. Nos âmes la nuit, Kent Haruf, 2015 (Etats-Unis) ; 2016 pour la traduction française aux éditions Robert Laffont.

Voir les commentaires

... 456

23 Novembre 2016, 07:58am

Publié par LaSourisJOne

"Vieillir n'est, au fond, pas autre chose que n'avoir plus peur de son passé".

Stefan ZWEIG

Voir les commentaires

Etta et Otto (Et Russel et James) :(

2 Janvier 2016, 11:02am

Publié par LaSourisJOne

Etta et Otto (Et Russel et James) :(

Bon alors. Ce roman-là m'avait drôlement donné envie. Une femme, sur la fin de sa vie, à 83 ans, décide qu'elle n'a jamais vu la mer et qu'elle veut la voir, qu'elle ira, à pied, pour cela jusqu'à elle. Elle part, un matin, subrepticement, sans prévenir son mari, Otto. On va suivre Etta dans son avancée, et Otto dans sa solitude, son attente ; une attente qu'il transforme avec courage en quelque chose de beau, j'avoue que j'ai adoré le voir aménager sa solitude ; petit à petit ; par les recettes de cuisine d'Etta qu'il va tenter de faire, on va trouver les traces de l'amour ou de la prévenance d'Etta pour Otto dans les recettes elles-mêmes, et puis il y a ces journaux qu'il achète en grand nombre parce qu'Etta (dont il ne peut qu'imaginer l'avancée) y est, photographiée par un curieux à son insu ; et ce qu'il va trouver pour habiter sa solitude pour utiliser tout ce papier : il va se mettre à sculpter, à confectionner tous ces animaux un peu partout, en papier maché. A l'image de ses artistes d'art brut, artistes sans le savoir, l'abbé Fouré, le facteur Cheval... Dans son avancée, Etta rencontre un coyotte, qu'elle appelle James, et qui va la suivre, et lui parler au long de son avancée. Mythe ou réel, déjà ? En tout cas, pourquoi pas. Ce livre m'a fait penser à tout un courant de littérature où la nature est chantre, personnage autant que les humains... Pourquoi pas... En tout cas, James ne m'a pas dérangée. Cela dit...

Les nombreux retour dans leur passé m'ont saoulée. La jeunesse d'Etta et d'Otto pendant la guerre 14-18, eh bien j'avoue que ça ne m'intéressait pas, je ne m'attendais pas à lire ça ici, et ça nous éloigne de l'épopée. Ah oui, si : on croit deviner avec cette narration quelque chose de profondément triste si tel est le cas : Etta a choisi Otto parce qu'ils se sont écrits pendant qu'il était à la guerre ; Russel aimait terriblement Etta, croyant mort Otto ils entreprennent une histoire, Otto revient et il semble qu'il s'installe dans la vie d'Etta. On a l'impression que c'est ainsi. Et en même temps, ce qui est frappant c'est l'absence de 'sentiments', dans le récit du passé ; il n'y en a pas, il n'y a que des faits, bruts.

Je crois que sans cette partie du passé le livre m'aurait beaucoup plus plu. Du coup, plus associé au fait que l'épopée s'effiloche sans qu'on comprenne bien comment (Otto se confond avec Etta, une journaliste sortie de nulle part en mal de vie concrète finit sa marche avec elle, James disparaît, on pense qu'il est mort, et puis il réapparaît...), c'est une tristesse insidieuse, une mélancolie diffuse que ce récit nous apporte. Pas de lumière, comme je l'avais imaginé, mais plus une fermeture. Finissent-ils en maison de retraite ? Les blouses qu'on voit sur la fin, sont-ce celles des maisons de retraite ? Ou l'auteur a t-elle finit par méler les deux temporalités (la blessure de guerre d'Otto, l'oreille, l'hôpital et l'hôpital pour Otto en fin de vie, et Etta au bout de son voyage) ? Je ne sais pas, et j'avoue que je n'ai pas vraiment envie de le savoir.

Si je suis contente d'avoir connu cette auteure, je suis avant tout contente d'avoir quitté son univers et son histoire.

Etta et Otto (Et Russel et James), Emma Hooper, traduit de l'anglais (Canada) par Carole Hanna, éd. Les Escales, octobre 2015.

Voir les commentaires

Notre petite vie cernée de rêves :)

7 Mai 2015, 13:17pm

Publié par LaSourisJOne

Notre petite vie cernée de rêves :)

J'ai dû emprunter ce livre pour son titre que j'ai adoré, et sa couverture. Pas de regrêt. On est plongé dans la vie du jeune Albert Scully, 17 ans, qui entreprend de nous raconter son histoire. Non sans humour, et sensibilité. C'est un Albert différent des autres, et dieu sait que la différence, adolescent, n'est pas facile à vivre. Alors voila, lui, bien que très intelligent, il est nul à l'école, solitaire, et ne s'intéresse qu'à des sujets 'qui ne sont pas dans le manuel' : il aime jardiner, il aime la Nouvelle Zélande, Shakespeare et les remorqueurs.

Il vit au sein d'un couple qui subit son existence d'adulte : elle, jusqu'à la caricature vivant par procuration gavée de séries américaines à l'eau de rose, emplie de clichés, mais touchante, lui, l'assureur raté, qui passe son temps et éreinte sa vie à trimer pour acheter des robots-ménagers à n'en plus finir à madame... Et qui boit, sans doute pour oublier tout ça.

Ca se passe probablement dans les années 60 ou quelque chose comme ça...

Un jour, le jeune homme fait la connaissance de sa voisine, une vieille femme de 80 ans qui brûle ses déchets dans son jardin, vit comme une clocharde, et qu'il commence par juger 'foldingue', avant de tomber sous le charme d'une véritable rencontre. Lui aura-t-elle menti sur elle ? Est-ce l'important ? Ou ce qui compte n'est-il pas qu'il ait pu grandir, changer, s'accepter, aimer la vie grâce à la rencontre de l'autre et l'échange ?

C'est un joli livre, plutôt aérien, pas plombé, pas dans le pathos. Un livre sur la différence, bien sûr, mais aussi sur l'amour au sens large, le partage, les rencontres humaines qui changent une vie, et évidemment sur les concessions qu'on doit faire ou pas, pour être bien avec soi et dans sa peau.

Médiathèque de Saint-Malo.

Notre petite vie cernée de rêves, Barbara Wersba, éd. Thierry Magnier, 2008.

Voir les commentaires

1 2 > >>