Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

solitude

Selon Faustin

8 Février 2015, 10:50am

Publié par LaSourisJOne

Selon Faustin

Roman ado.

(A partir de la 3ème).

Faustin est un ado qui habite quelque part où il fait toujours beau (sic), et où on fait toujours du surf. Où les garçons sont tous blonds, aux cheveux décolorés, et bronzés, voire cramés par le soleil. Ah, en France. Quelque part donc aux alentours de l'Aquitaine et de la Côte basque, genre Hossegor... Il a 15 ans.

Les thématiques abordées sont intéressantes : comment fait-on pour vivre dans un univers qui nous marque malgré soi, comment fait-on pour y échapper, peut-on y échapper ? (En l'occurence, le surf, et le conditionnement à la norme, le fait de faire du surf, y compris dans les têtes des parents, qui ne conçoivent rien autrement, notamment pour leurs enfants). Très intéressant aussi, cette complexité des rapports avec les parents, la difficulté des mots, de la compréhension intergénération, la nécessité qu'on a parfois, de creuser son sillon tout seul, ou avec un frère... Et puis le prisme que l'on incarne parfois, à ses dépens, pour ses parents, et qui est source de souffrance est assez bien donné à voir, notamment via les rapports au père.

Et puis, le désamour. Comment fait-on pour vivre quand on croyait aimer de toutes ses forces, quand l'autre ne veut pas de nous, vit sa vie hors de nous ? Comment cesser d'aimer ? Faustin traverse toutes ces étapes. D'abord la croyance que si, de toute façon, Lise lui reviendra ; puis la fuite, loin de tous les lieux où il risque de la croiser, et puis enfin la désillusion, l'acceptation que nous ne l'aimons plus, et que nos chemins sont distincts. Intéressant, l'exploitation de ce chemin dans la peau d'un ado.

Cela dit, je n'ai pas tellement aimé la narration, avec beaucoup de 'on', le style... Et cela ne m'a personnellement, pas passionné. Je lui reconnais cela dit des thèmes originaux, et je pense qu'il peut plaire aux ados.

Médiathèque de Pleurtuit.

. Selon Faustin, Emmanuelle Richard, éd. L'Ecole des Loisirs, Médium. 2010

Voir les commentaires

... 311

27 Octobre 2014, 08:32am

Publié par LaSourisJOne

"Le labyrinthe : rien que le monde souterrain, sans forme, que chacun porte en soi, et où il tremble de descendre parce qu'il y fait noir et qu'il a peur, terriblement peur, qu'il y ait en effet, tout au fond, un minotaure. Et chacun tâtonne dans le noir et crie : "Ariane, ma soeur, ton fil, où est ton fil ?".

Philippe BEAUSSANT

Voir les commentaires

Je ne retrouve personne

9 Août 2014, 19:25pm

Publié par LaSourisJOne

Je ne retrouve personne

Le postulat de départ est assez classique : Aurélien, la trentaine, parisien, écrivain, retourne dans sa Normandie d'origine le temps de mettre en vente la maison de ses parents, qui se sont exilés à Nice. Et évidemment, arrive la remontée des souvenirs. Cela dit, le style est enlevé, les propos justes, sans 'gras', sans superflu ; la lecture est agréable.

Quant on se tourne vers le passé, qu'on accepte de regarder de près ce qu'on a laissé en plan des années, voire des décennies pour se construire adulte, se réagence, nécessairement. Le temps a passé, et la compréhension des êtres qu'on croyait connaître se peaufine. L'épreuve de la solitude que le narrateur accueille comme une lourde nécessité, contraint à ça. Un bilan passager, à cet instant de vie. Finalement, le personnage principal ne va pas forcément faire beaucoup bouger ses rapports à sa famille (ses parents et leurs préjugés, son grand frère tyranique), davantage son appréhension du monde d'adolescent, ses 'amis', ou fréquentations de l'époque, qu'il avait sans doute approché parce que tout les opposait, et que ces différences (de milieu social plus bas) l'attirait. L'un d'entre eux le touchait malgré lui, après l'avoir exclu et fait souffrir, ce Benoît dont il va s'inspirer comme personnage de roman... Jusqu'à ce qu'il apprenne la part manquante, sur ce garçon, qu'il ne savait pas...

La solitude lui permet aussi de prendre conscience de ses fuites, de ses croyances, et peut-être de cette errreur : Junon l'a quittée parce qu'elle voulait un enfant, et qu'il n'en voulait pas... Cet enfant, elle l'a fait sans lui, et lui, contre toute attente, découvre à quel point il est attaché à cette enfant, qu'il a pourtant choisi de ne pas garder dans sa vie...

On laisse le personnage en cours d'évolution, avec des pistes de réflexion...

Merci à Ronan pour ce cadeau. :)

. Je ne retrouve personne, Arnaud Cathrine, éd. Verticales, août 2013.

Voir les commentaires

L'histoire de Pi :(

20 Mars 2014, 12:24pm

Publié par LaSourisJOne

L'histoire de Pi :(

Quel avis peut-on avoir d'un livre que l'on a dévoré avec appétit pendant les 180 premières pages, puis qui nous a plongé dans un profond ennui pendant les 220 pages suivantes ? J'avoue que l'histoire de Pi m'a vraiment fait pétiller, à la lecture de la 4ème de couverture, et pendant toute cette première partie du récit. Pour ceux qui n'en auraient jamais entendu parler (il a aussi donné lieu à une adaptation cinématographique, semble t-il), Piscine Molitor Patel, 15 ans, vit à Pondichéry où son père est directeur de zoo. Jusqu'au jour où la famille décide de tout plaquer pour partir au Canada, par bateau, avec une partie des animaux, vendus sur le continent américain. Au bout de quatre jours... Le bateau fait naufrage, et Pi est le seul survivant... humain. Bientôt il découvre qu'il a survécu au même titre qu'une hyène, un zèbre, un orang-outang, et un tigre du Bengale de 200 kg... Sur son canot de fortune, Pi va passer 227 jours en mer, avec bientôt pour seul compagnon Richard Parker, le tigre du Bengale...

En fait, j'ai été très excitée par ce livre jusqu'à à peu près les cinq premiers jours de Pi en mer avec son tigre. Après... Eh bien c'est très très long, très répétitif, l'auteur ne nous épargne aucun des détails techniques, aquatiques de la faune et la flore qui environnent le personnage principal, le récit se répète, revient sur ses pas, est maladroit... Bref, ça lasse. Pour ma défense, jamais dans Le mur invisible, d'un autre genre mais qui raconte aussi l'histoire d'un personnage solitaire au milieu de la nature avec forcément des gestes et des actions répétitifs, jamais la lecture de ce livre ne m'avait lassée, bien au contraire...

J'ai trouvé que le propos était délayé... Pourtant, j'ai aimé le personnage ; sa philosophie de la vie ; son rapport naïf à la religion (lui qui trouve son compte auprès de trois religions différentes) m'a fait rire ; de même que ce récit soit enchassé dans quelque chose qui fait appel à la mémoire, m'a plu, autrement dit de savoir que c'est un Pi adulte, marié, qui raconte son histoire (qui pourtant tant d'années après paraît si précise) à un journaliste... J'en garderai sans doute un souvenir mitigé, noirci par ces longueurs...

. L'Histoire de Pi, Yann Martel. 2001. Ed. 2003 pour l'édition française, chez Denoël. Paru en 2005 chez Folio.

Voir les commentaires

Seule Venise

1 Septembre 2013, 20:23pm

Publié par LaSourisJOne

Seule Venise

L'écriture, le propos, me font penser à Olivier Adam. Histoires de solitudes. D'êtres égarés, confrontés à leurs (petits) tourments mentaux.

Je confesse que je n'ai pas aimé le personnage principal de ce livre, qui trimbale son chagrin d'amour à Venise. Je l'ai trouvée horripilante. Dotée d'un savoir-vivre extrêmement limité...Elle semble ne rien savoir, et elle en est très agaçante et antipathique. Cela dit, même si j'aime assez peu la trop grande simplicité (qui tendrait presque à être simpliste) de l'écriture, et si la narratrice m'a énervée, j'aime assez une histoire dans l'histoire, et à propos de laquelle j'ai pu regretter que ce ne soit pas elle, l'intrigue principale... Celle du prince russe, qu'elle rencontre dans la pension où elle est descendue à Venise, prince russe cloué sur son fauteuil, qui lui livre de larges portions de sa vie passée... Et qui va finalement éveiller la narratrice, au point de vouloir faire revivre ce passé... (Mais on ne peut s'empêcher de se dire... égoïstement... Car elle ne se demande pas une seule seconde si c'est ce dont il a envie, ou non). Le prince russe vit à Venise parce que son amoureuse d'antan y vit dans un monastère, c'est assez touchant...

L'histoire, évoquée par Barbara, m'avait séduite et donné envie de lire ce livre, même si cependant, elle me mettait en garde en me disant "on peut s'en dispenser"... Elle avait peut-être raison...

. Seule Venise, Claudie Gallay, éd. Babel, déc. 2005.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4