Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

Articles avec #roman

Delta noir :)

16 Septembre 2013, 21:01pm

Publié par LaSourisJOne

Delta noir :)

"Le printemps est merveilleux, mais c'est un magicien maléfique ! Il glisse dans votre coeur de l'affection pour des gens qui n'ont rien à vous offrir en retour".

J'ai beaucoup aimé l'atmosphère de ce livre, sur fond d'animisme... L'histoire ici nous est racontée par une voix qui est celle de la bourgade "Money Mississipi". Ainsi, comme dans un grand souffle, elle nous mène de la naissance du village, le long du fleuve jusqu'à des générations plus tard... Sachant qu'ici, les âmes se réincarnent parfois. Et on les retrouve alors sous la forme de leur machiavélique esprit, dans le corps d'un tout jeune enfant... La voix nous raconte l'entrecroisement de la vie des noirs avec les blancs, à une époque où il n'était pas commun de se mélanger... Sur fond de réincarnations, de remèdes dignes des croyances populaires et de la sorcellerie et de ségrégation, le récit se déroulant aux alentours de 1900-1920.

De génération en génération, on arrive au cyclone "Katrina", réincarnation de la mauvaise Esther... Et finit ainsi, tel un conte avec sa force et sa morale inattendue : "tandis que vous vivez votre vie, gardez en tête qu'une mauvaise action peut détruire des générations, alors que les gestes d'amour et de gentillesse demeurent et fructifieront à jamais. Choisissez bien, très chers"...

. Delta noir, Bernice L. Mc Fadden, éd. Joëlle Losfeld. Mai 2013.

Voir les commentaires

Je crois que je t'aime :))

3 Septembre 2013, 11:50am

Publié par LaSourisJOne

Je crois que je t'aime :))

Que voici un roman réjouissant ! Frais, un petit bonheur. Autour de la thématique pas si fréquemment exploitée des idôlatries adolescentes.

Pétra en 1974, et en 1998. A 13 ans, une idole du chanteur "de charme" David Cassidy. Avec son amie Sharon, elles traquent tout ce qui les rapprochent de leur idôle, on l'a tous vécu ! Jusqu'au jour où elles participent à un grand quizz sur celui-ci, l'enjeu étant de le rencontrer... Mais n'apprennent qu'elles ont gagné qu'en 1998 ! Au décès de sa mère, rigide et d'origine allemande, qui avait caché le courrier à Petra : elle la retrouve alors dans l'armoire qu'elle vide... On a tout autant de plaisir à suivre les deux Pétra, dans deux temporalités différentes. L'amour, la naissance de l'amour, à travers le rôle joué par l'attachement à une pop-star est vu de façon sensible et drôle. La vision de la constitution de la personnalité par compensation de la distance parentale est une façon de scruter l'adolescence plutôt intéressante. Et il y a ce personnage, que l'on suit parallèlement, le journaliste qui écrit dans le magazine consacré à David Cassidy, et invente les réponses qui le concernent... Une lecture très plaisante et raffraîchissante !

Je crois que je t'aime, Allison Pearson, éd. Plon. Parution mai 2011.

Voir les commentaires

Seule Venise

1 Septembre 2013, 20:23pm

Publié par LaSourisJOne

Seule Venise

L'écriture, le propos, me font penser à Olivier Adam. Histoires de solitudes. D'êtres égarés, confrontés à leurs (petits) tourments mentaux.

Je confesse que je n'ai pas aimé le personnage principal de ce livre, qui trimbale son chagrin d'amour à Venise. Je l'ai trouvée horripilante. Dotée d'un savoir-vivre extrêmement limité...Elle semble ne rien savoir, et elle en est très agaçante et antipathique. Cela dit, même si j'aime assez peu la trop grande simplicité (qui tendrait presque à être simpliste) de l'écriture, et si la narratrice m'a énervée, j'aime assez une histoire dans l'histoire, et à propos de laquelle j'ai pu regretter que ce ne soit pas elle, l'intrigue principale... Celle du prince russe, qu'elle rencontre dans la pension où elle est descendue à Venise, prince russe cloué sur son fauteuil, qui lui livre de larges portions de sa vie passée... Et qui va finalement éveiller la narratrice, au point de vouloir faire revivre ce passé... (Mais on ne peut s'empêcher de se dire... égoïstement... Car elle ne se demande pas une seule seconde si c'est ce dont il a envie, ou non). Le prince russe vit à Venise parce que son amoureuse d'antan y vit dans un monastère, c'est assez touchant...

L'histoire, évoquée par Barbara, m'avait séduite et donné envie de lire ce livre, même si cependant, elle me mettait en garde en me disant "on peut s'en dispenser"... Elle avait peut-être raison...

. Seule Venise, Claudie Gallay, éd. Babel, déc. 2005.

Voir les commentaires

Sublimes créatures :)

1 Septembre 2013, 19:32pm

Publié par LaSourisJOne

Sublimes créatures :)

Roman, fantastique.

C'est l'histoire de Léna, jolie "enchanteresse", sorcière de 15 ans, aux pouvoirs incertains jusqu'à ses 16 ans, racontée par le jeune Ethan, 15 ans aussi. Qui tombe éperduement amoureux d'elle. Elle pourtant maudite, au lycée, car nièce de Ravenwood, oncle mystérieux, caché pour la population de la ville, et incarnant du coup une espèce de mythe négatif et redouté, à l'image du Boo Radley de Ne tirez par sur l'oiseau moqueur, de Harper Lee. Le seul allié qu'Ethan ne perd pas, c'est Link, son meilleur ami. J'avoue que j'ai aimé me plonger dans les aventures de ces deux adolescents, marqués par les réminiscences surnaturelles de leurs deux aïeux, Ethan et Geneviève, amoureux transis déjà, des siècles auparavant ; rencontrer la famille de Léna, son oncle l'élégant, le chien-loup Boo Radley (justement !) et puis la machiavélique cousine. Visiter la chambre de Léna, épisodiquement couverte d'écritures, déclenchées par ses pensées... Malgré les 630 pages, et malgré la lenteur de l'attente de cet anniversaire destiné à tout changer ; on tourne un peu en rond, sur la longueur, mais l'intrigue et les personnages m'ont vraiment plu... Alors, je pense succomber à la tentation de m'atteler au prochain tome, tout aussi épais, 16 lunes !

. Sublimes créatures, Kami Garcia et Margaret Stohl, oct. 2011. 630 pages.

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13