Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

initiation

Comment Thomas Leclerc, 10 ans 3 mois et 4 jours est devenu Tom l’éclair :)

14 Avril 2015, 16:00pm

Publié par LaSourisJOne

Comment Thomas Leclerc, 10 ans 3 mois et 4 jours est devenu Tom l’éclair :)

L'embellie est donc venue de Paul Vacca ! Avec ce 'Comment Thomas Leclerc, 10 ans'... le plaisir de lire est revenu, quel soulagement ! C'est tout d'abord avec un peu de réserve que j'ai abordé ce livre, parce que les histoires d'enfants ne sont pas forcément ce que je préfère lire ; et puis je n'ai plus lâché ce livre. J'avais cela dit adoré 'La Petite cloche au son grêle", du même auteur, et j'en garde un souvenir ému, tant était belle cette histoire simple de rencontre de gens simples avec la littérature... Et ce livre-là, donc, fut une belle gourmandise.

C'est l'histoire de Tom, donc, Thomas, 10 ans et quelques mois, au collège ; dont on sait, surtout par sa mère qui le décrit perpétuellement comme tel, "qu'il n'est pas un enfant comme les autres". Mais à aucun moment dans le livre, l'enfant est "étiqueté", estampillé; et ça nous va bien ; c'est un garçon plutôt solitaire, plutôt mental, et c'est dans ses pensées et sa vie quotidienne au milieu des années 60 que nous vadrouillons agréablement. Empirique, ce petit bonhomme. Il a comme références ses 'héros de BD'. A partir d'une réflexion construite, il se trouve des similitudes avec ces héros solitaires, qui sauvent le monde. On entrera tout autant dans la vie et les états d'âme de Serge et Pauline, ses parents ; on expérimentera les dégâts du silence, sans jugements ; les parents pour protéger leurs enfants souvent se taisent ; condamnant les enfants à errer dans un monde compliqué, sans clé pour l'apprivoiser.

Touchants, ces parents aussi qui se débattent avec leur existence, leur vie professionnelle ou leur non-vie professionnelle. A une époque en 'technicolor', où il est d'usage que la femme soit femme au foyer... Mais comment s'épanouir ? C'est la problématique de Pauline, prise dans les contraintes de son époque. Mais qui va tout faire pour travailler, et rencontrer la reconnaissance, via le regard des autres, et des hommes, à Paris, et via le travail. Même chose pour Serge, plus spontané, moins réfléchi, mais qui finalement, d'erreurs en erreurs qui auraient pu faire sombrer la famille, finira par trouver sa voie, inattendue, épanouissante.

Et puis il y a la petite Palma. On est toujours "l'étrange" d'un autre, finalement... Palma, cette étrange gamine pour Tom, qui réalise trop tard, lui dont l'expression des sentiments est compliquée, lui qui a besoin de rituels, qu'elle avait besoin de lui.

On a donc aussi la dérive d'une ado, en marge, laissée seule à elle-même et qui finira victime d'un fait-divers...

Avec toujours l'univers de référence des héros de 'comics' amércains comme référence, la psychanalyse aussi découverte par ce garçon de 10 ans (trop) intelligent, un peu comme un conte, ce petit bonhomme qui tentera de sauver le monde, ses parents, ceux qu'il aime... C'est touchant.

Merci à Anny, pour la jolie découverte. :)

Comment Thomas Leclerc..., Paul Vacca, éd. Belfond. Avril 2015.

Voir les commentaires

Un garçon singulier :)

28 Septembre 2014, 15:24pm

Publié par LaSourisJOne

Un garçon singulier :)

Entrer dans un Grimbert me demande, je ne sais pourquoi, un effort particulier. C'est une impression que j'avais déjà ressentie en lisant 'Un secret' (dont je ne garde d'ailleurs aucun souvenir), et force est de constater qu'une fois encore, entrer dans celui-ci m'a demandé le même effort. Je ne sais pas pourquoi, au fil de la lecture, surtout au début, les mots ne s'impregnent pas en moi, ne font pas sens, si bien que je suis obligée de relire plusieurs fois les phrases pour les incorporer, et que 'ça fasse histoire'. Je ne me l'explique pas. Peut-être les descriptions 'extérieures' y sont pour quelque chose ? Je ne sais pas. En tout cas, je ne regrette pas ma persévérance, car j'ai beaucoup aimé celui-ci. Peut-être mes trois heures de train n'y sont pas étrangères, le fait est que j'ai lu ce petit livre dans son intégralité ou presque pendant ce trajet... Qu'en garderai-je ? J'espère plus quelque chose, et en tout cas plus qu'Un secret ! Mais de cela nous n'avons pas le pouvoir de décider...

Bref. Ici se tissent le portrait, en plein ou en creux, de plusieurs 'garçons singuliers', dont les visages, la réalité se superposent... Et nous mènent à plusieurs histoires d'attachements, pour au final, sortir le narrateur de sa 'singularité' douloureuse... C'est donc l'histoire d'un étudiant, qui, confronté à la nécessité de gagner sa vie, et ne sachant qu'en faire, répond à une annonce, où il est demandé d'officier comme garde d'un enfant singulier... Il se trouve que cette mission a lieu exactement sur les lieux où il passa tous les étés de son enfance, et où il connut une amitié masculine, forte, enfouie en lui, intranquille, et un peu nostalgique. Une incroyable relation va se tisser entre ce jeune homme, et le jeune garçon qu'il est chargé de garder ; un garçon sensible, et qui perçoit bien plus qu'il n'y paraît. Sans parler du couple, qui se débat comme ils peuvent avec cet enfant difficile ; très juste et belle peinture, des choix parentaux, tels qu'ils se sont matérialisés là : le père, loin, qui gagne sa vie en haut d'une tour de la Défense, la mère, qui vit difficilement, sombre dans la dépression, puis reprend son activité d'écrivain ; elle aussi aura une personnalité marquante, et non négligeable, absolument pas dans la bienveillance, mais constitutive, pour le narrateur... Une agréable lecture.

Merci à Clotilde pour cette transmission !

Un garçon singulier, Philippe Grimbert, Poche. Paru en mars 2011;

Voir les commentaires

L'histoire de Pi :(

20 Mars 2014, 12:24pm

Publié par LaSourisJOne

L'histoire de Pi :(

Quel avis peut-on avoir d'un livre que l'on a dévoré avec appétit pendant les 180 premières pages, puis qui nous a plongé dans un profond ennui pendant les 220 pages suivantes ? J'avoue que l'histoire de Pi m'a vraiment fait pétiller, à la lecture de la 4ème de couverture, et pendant toute cette première partie du récit. Pour ceux qui n'en auraient jamais entendu parler (il a aussi donné lieu à une adaptation cinématographique, semble t-il), Piscine Molitor Patel, 15 ans, vit à Pondichéry où son père est directeur de zoo. Jusqu'au jour où la famille décide de tout plaquer pour partir au Canada, par bateau, avec une partie des animaux, vendus sur le continent américain. Au bout de quatre jours... Le bateau fait naufrage, et Pi est le seul survivant... humain. Bientôt il découvre qu'il a survécu au même titre qu'une hyène, un zèbre, un orang-outang, et un tigre du Bengale de 200 kg... Sur son canot de fortune, Pi va passer 227 jours en mer, avec bientôt pour seul compagnon Richard Parker, le tigre du Bengale...

En fait, j'ai été très excitée par ce livre jusqu'à à peu près les cinq premiers jours de Pi en mer avec son tigre. Après... Eh bien c'est très très long, très répétitif, l'auteur ne nous épargne aucun des détails techniques, aquatiques de la faune et la flore qui environnent le personnage principal, le récit se répète, revient sur ses pas, est maladroit... Bref, ça lasse. Pour ma défense, jamais dans Le mur invisible, d'un autre genre mais qui raconte aussi l'histoire d'un personnage solitaire au milieu de la nature avec forcément des gestes et des actions répétitifs, jamais la lecture de ce livre ne m'avait lassée, bien au contraire...

J'ai trouvé que le propos était délayé... Pourtant, j'ai aimé le personnage ; sa philosophie de la vie ; son rapport naïf à la religion (lui qui trouve son compte auprès de trois religions différentes) m'a fait rire ; de même que ce récit soit enchassé dans quelque chose qui fait appel à la mémoire, m'a plu, autrement dit de savoir que c'est un Pi adulte, marié, qui raconte son histoire (qui pourtant tant d'années après paraît si précise) à un journaliste... J'en garderai sans doute un souvenir mitigé, noirci par ces longueurs...

. L'Histoire de Pi, Yann Martel. 2001. Ed. 2003 pour l'édition française, chez Denoël. Paru en 2005 chez Folio.

Voir les commentaires

Un oiseau blanc dans le blizzard

27 Janvier 2014, 12:41pm

Publié par LaSourisJOne

Un oiseau blanc dans le blizzard

Une couleur : le blanc. Mais ce n'est pas ici le blanc de la pureté qui prévaut, mais le blanc froid, dur, qui coupe, qui heurte. La glace. Le blanc qui étouffe (le coton). L'univers de Laura Kasischke n'est pas un univers de confort, il est comme une lumière crue en plein visage... C'est un univers d'images, et de symboles avec lequel il faut se familiariser. Si tant est qu'on s'y familiarise. En tout cas, on évolue ici sur plusieurs années dans l'univers d'une adolescente, lycéenne, qui voit soudainement sa famille se disloquer : du jour au lendemain, sa mère disparaît. Une mère qu'au fil du récit il nous est donné de découvrir, à travers les souvenirs expurgés de l'héroïne, une mère au foyer qui s'ennuie, tranchante et sans concession avec sa fille.

La jeune fille vit donc avec cette disparition. Cette situation est donnée à voir comme une nouvelle inquiétude structurelle plus que comme un traumatisme. Même si elle va voir, un peu comme un rituel, une psychologue, qui l'aide pourtant, le récit n'est surtout pas donné à voir dans son aspect psychologique. Les personnages font avec. Avancent. Se cotoient plus qu'ils n'échangent. Finalement, assez remarquablement à l'image d'un univers d'adolescent(e). Et c'est sans doute en cela que c'est fort : la puissance de Laura Kasischke à retraduire par son récit le malaise, le "en cours de construction", le "à l'état brut" de l'adolescence ; toute tentative de glose est superflue, l'adolescent se débat comme il peut. Point. Exit la psychologisation. Et c'est ce qu'il en ressort de ce livre. Sur fond quand même de traumatisme familial, et d'intrigue qui se noue l'air de ne pas y toucher, mais sûrement, autour de quelque chose de glauque, de profondément symbolique, sans doute, mais de glauque... Puisqu'on finira par savoir où est la mère... Et bien sûr, sur fond de construction d'une personnalité dans l'âge de l'entre-deux, qui se bricole, contraint de se bricoler, car ado, dans un univers d'adultes, quel autre choix ? L'habileté de Laura Kasischke est incontestable ; cela dit, je confesse que ce n'est pas du tout ma tasse de thé...

. Un oiseau blanc dans le blizzard, Laura Kasischke, Christian Bourgois éditeur. Parution : août 2012.

Voir les commentaires