Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

inde

Le pays des marées :))

25 Juillet 2019, 21:51pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Eh bien, eh bien, voici longtemps que je n'avais pas pris autant de plaisir à lire un livre !

Gratitude, donc, pour celui-ci, qui me ramène vers les grandes joies de la lecture d'un bon roman.

Ce roman alterne les points de vue.

Il se déroule dans une partie de l'Inde, aux alentours du Bangladesh. C'est une zone rurale, où l'on voit que le fleuve, l'eau, domine et impose sa loi, naturellement. Avec force. On est saisis, souvent, par la peur que peuvent nous inspirer les éléments.

Et surtout, on aime les personnages ! Certains, tellement attachants. J'avoue mon gros coup de coeur pour cette jeune femme, scientifique, qui ne vit de rien parce qu'elle sacrifie tout à sa passion pour l'étude des dauphins. Et puis Fokir, ce pêcheur rencontré par hasard, sans instruction, mais dont la connaissance du fleuve est tellement extraordinaire et charnellement ressentie par Pyia, la scientifique. Ceux-là qui ne parlent pas la même langue sont si proches...

Et puis il y a ceux qui gravitent autour, les très proches, et qui ne les comprennent pas. De possibles obstacles, mais tellement là, tellement proches de ce qui existe dans la vraie vie...

Et puis les éléments, la tempête, le souvenir, l'attachement familial, la transmission, la loyauté... C'est un superbe roman. Proche de la nature brute, sauvage, authentique.

Un superbe roman.

Ah, et puis il y a aussi, bien sûr, toujours, qui nous fait frissonner de frayeur, la menace en filigrane du tigre du Bengale. Celui dont on apprend qu'il tue un nombre d'humains inconsidéré chaque année ; fascinant, effrayant, comme l'histoire d'un peuple, comme un témoignage sensible.

Superbe (et rare) découverte du hasard.

Médiathèque de Saint-Malo.

. Le pays des marées, Amithav GHOSH, éd. Robert Laffont, 2004.

 

Voir les commentaires

Journal d'une accoucheuse

28 Janvier 2015, 20:40pm

Publié par LaSourisJOne

Journal d'une accoucheuse

C'est un journal au sens où c'est un récit relativement introspectif, pas un journal intime au sens classique du mot, avec les jours et leur écoulement matérialisé par leur date... Les repères de temporalité sont beaucoup plus flous, plus imprécis, et je serai bien en peine de vous dire sur combien de temps l'histoire s'écoule. Ou alors mes repères ne viendront justement pas de la narratrice, mais me seront donnés par le fait que les personnages dont elle parle ont vieilli un peu, que leur vie a changé, et donc que le temps a passé...

J'ai eu beaucoup de mal à suivre les personnages, parce que j'ai été extrêmement perdue avec la multiplicité des prénoms indiens ; Pooja, Zubeida, Sid, etc, etc... Toutes ont pour point commun de graviter dans le sillage de la gynécologue, personnage principale qui exerce son métier avec conviction et pragmatisme ; le temps passe aussi pour elle, elle qui aime Sid depuis toujours, mais qu'elle a laissé filé, parce qu'elle n'a pas osé lui dire, et que l'un et l'autre ne se rendent pas compte que le temps passe et qu'il passe sans eux...

Bref. Vies de femmes. Vies de femmes parfois dirigées par le poids des croyances, des héritages familiaux, et ça dessine des tragédies. Dans un pays où annoncer le sexe de l'enfant est interdit, où le sexe de l'enfant fait l'objet d'une réglementation, et où la contraception de la femme loin d'une évidence... Intéressant, pour cet aspect des choses. Intéressant aussi d'être dans la peau de cette gynécologue, avec un parti-pris, culturel je pense, de légereté, dans lequel je me retrouve moins.

Mille mercis à Clotilde pour son cadeau, et d'avoir pris le soin de choisir ce livre pour moi, pour son exploration kaléidoscopique du monde féminin.

. Journal d'une accoucheuse, Priyamvada Purushotham, éd. Actes Sud, 2014.

Voir les commentaires