Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

humour

Sans nouvelles de Gurb

19 Avril 2021, 21:58pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

J'aime bien de temps en temps, m'offrir un plaisir de lecture loufoque... J'ai trouvé celui-ci par hasard, mais il n'atteindra pas le niveau pour moi du Grand n'importe quoi, dont j'avais été si fan, de JM Erre. 

Sur le papier, c'était prometteur, et même dés le début du livre, je dois dire :  

deux extra-terrestres sont en mission sur terre. L'un d'entre eux, Gurb, part en reconnaissance. Dans le catalogue des apparences physiques, il a choisi... Madonna ! C'est donc en Madonna qu'il part, en plein Barcelonne... C'est évidemment très excitant à imaginer, le hic, c'est qu'on va plutôt se retrouver en duo avec son acolythe, qui l'attend, et le cherche, même, sans savoir comment le trouver... Car il a disparu ! Alors oui, on va vivre au rythme des incohérences, des découvertes de la terre de celui-ci, mais j'aurais bien aimé suivre d'un peu plus près Madonna et ses rencontres ! Quelques passages savoureux, évidemment, qui tirent quelques sourires, notamment la réflexion/comparaison sur le ramassage des poubelles, tellement bruyant qu'il fait penser au narrateur-extra-terrestre dans la peau d'un humain que les hommes ont voulu imiter le big-bang, par ce bruit sous leurs fenêtres... Ca, ça m'a bien fait sourire !!

Sinon, je l'ai trouvé plus extrême que loufoque, ce livre, et je n'ai pas tenu la distance : disons que le coeur du livre m'a un peu ennuyée, j'ai été un peu lassée du principe, que j'ai trouvé un peu répétitif... L'idée était bonne, pourtant ! la narration enlevée... En outre, on perd un peu, nous lecteur non-hispanique, car les incarnations du narrateur sont souvent des personnalités espagnoles, j'ai regretté de ne pas les connaître toutes ! (J'aurais pu les googleliser, c'est vrai, mais bon...)

Trouvé par hasard lorsque c'était possible dans les rayons d'un bouquiniste au Conquet (29)...

. Sans nouvelles de Gurb, Eduardo Mendoza, 1991. Traduit de l'espagnol.

Voir les commentaires

Le grand n'importe quoi :))

1 Mai 2016, 11:56am

Publié par LaSourisJOne

Le grand n'importe quoi :))

Roman.

Ah, qu'est ce que ça fait du bien ! Pour ce livre, ça ne peut être que le coup de coeur, ou le rejet absolu, je préfère vous le dire. Pour moi ça a été le vrai coup de coeur. J'ai adoré, et vraiment beaucoup ri.

C'est comme son nom l'indique, un "grand n'importe quoi", mais pas que ; sinon ce ne serait pas drôle. C'est plutôt bien fichu, bourré de références littéraires en tout genre, plein de pieds de nez à tous les niveaux ; le livre prend souvent les codes narratifs à rebrousse-poil, il s'en joue, et ça fait du bien.

Donc : comment vous dire de quoi il s'agit... Un roman de science-fiction ? Sans doute, puisque ça se passe en 2042, le 7 juin 2042 plus précisément... Et la réflexion sur la science-fiction, avec toujours une tonne d'humour et de distance est au coeur du roman, avec surtout la réflexion sur 'Les Autres' ; aussi l'auteur développe t-il, en marge de son histoire, qu'il mèle au grand n'importe quoi, et qui est elle aussi considérée comme du grand n'importe quoi, une réflexion sur notre rapport à l'Autre depuis la genèse de l'humanité (les mythes, la religion - Dieu, la science, et aujourd'hui, c'est quoi ?? Mystère, mais... il va vous le révéler dans 'L'Incroyable Révélation', Editions Betelgeuse, 2042, dont on lit des extraits on ne peut plus sérieux, et ça devrait vous plaire !!).

Il joue avec les codes narratifs, et de science fiction, mais tout cela est donc extrêmement bien structuré ; et il faut dire que nous, on joue avec lui. C'est jubilatoire !

Extrait, pour le plaisir : 1998, vous savez, la coupe du monde de foot :

"1998, époque mythique dont son grand-père, grand amateur de football, lui parlait toujours avec des trémolos dans la voix. Le vieil homme affirmait d'ailleurs ne plus croire en Dieu depuis que le sport préféré des Français était devenu le beach-volley suite à la disparition des pelouses à cause du réchauffement climatique".

Vous serez plongé au coeur d'une soirée épique dans le village de Gourdiflot-le-Bombé, une soirée d'anniversaire chez des bodybuldés qui commence mal, vous connaîtrez la grande souffrance d'Alain Delon qui a créé l'association des Homonymes anonymes tant c'est dur de porter le même nom que d'anciens hommes célèbres, vous trinquerez au Dernier Bistrot avant la fin du monde, vous rencontrerez des extra-terrestres (enfin, peut-être)... Bref, moi j'ai complètement adhéré. Je vous le recommande !

Médiathèque de Saint-Malo.

. Le grand n'importe quoi, JM Erre, éd. Buchet-Chastel, janvier 2016.

Voir les commentaires

Complètement cramé :)

14 Juin 2015, 21:08pm

Publié par LaSourisJOne

Complètement cramé :)

On n'a pas envie de chercher la petite bête avec ce livre-là, tant il est vrai qu'il donne du plaisir, et réchauffe. C'est l'opus 2 de Legardinier, après son succès de librairies et de blogueuses avec 'Demain j'arrête'. Je l'avais lu, j'avoue avoir préféré celui-ci, très réjouissant.

On ne mégottera donc pas sur le postulat de départ : ce type, ce Andrew Blake qui plusieurs années après la mot de sa femme, n'ayant toujours pas goût à la vie, chef d'entreprise, décide de changer de vie, de partir en France, et d'y devenir majordome. Postulat un peu bancal, pas forcément argumenté, mais peu importe. Il fallait ce manoir, ces personnages, et ce meilleur ami, resté en Angleterre... Donc, on prend ! Et on sourit, et on rit. Et on est bien avec ces personnages. Souvent solitaires, se débattant dans leur vie ; et qui, une fois qu'ils lachent prise, et parviennent à s'ouvrir aux autres, gagnent une vie belle ou douce. Ils sont touchants, donc, tous ces personnages ; Odile, la cuisinière, madame, la patronne pour qui il doit repasser les journaux, et Manon la feune fille que son chéri abandonne quand elle annonce qu'elle est enceinte, et le régisseur, Philippe, sa ciboulette écrasée, son chien Youpla et le jeune Yanis. Alors oui, ce personnage principal fait un peu bon samaritain, mais c'est pas grave, on prend, parce que c'est que du bonheur. Le jeune gamin découragé par les études à qui on va remettre le pied à l'étrier comme si c'était Noël, parce que les deux amis lui promettent, après un pari, qu'il pourra offrir la télé de ses rêves à sa mère... Le don, le partage, la générosité, à la louche certes, mais c'est pas grave, on rit ; et puis aussi, faire, dire, tant qu'il est encore temps, sans attendre, parce qu'un jour il est trop tard. :) Ca me va. :)

Ah : merci Cynthia qui m'a mis un couteau sous la gorge pour que j'emprunte ce livre, elle a bien fait :)))

Médiathèque de Pleurtuit.

. Complètement cramé, Gilles Legardinier, Fleuve Noir, oct 2012 ; Pocket, 2014.

Voir les commentaires

Je crois que je t'aime :))

3 Septembre 2013, 11:50am

Publié par LaSourisJOne

Je crois que je t'aime :))

Que voici un roman réjouissant ! Frais, un petit bonheur. Autour de la thématique pas si fréquemment exploitée des idôlatries adolescentes.

Pétra en 1974, et en 1998. A 13 ans, une idole du chanteur "de charme" David Cassidy. Avec son amie Sharon, elles traquent tout ce qui les rapprochent de leur idôle, on l'a tous vécu ! Jusqu'au jour où elles participent à un grand quizz sur celui-ci, l'enjeu étant de le rencontrer... Mais n'apprennent qu'elles ont gagné qu'en 1998 ! Au décès de sa mère, rigide et d'origine allemande, qui avait caché le courrier à Petra : elle la retrouve alors dans l'armoire qu'elle vide... On a tout autant de plaisir à suivre les deux Pétra, dans deux temporalités différentes. L'amour, la naissance de l'amour, à travers le rôle joué par l'attachement à une pop-star est vu de façon sensible et drôle. La vision de la constitution de la personnalité par compensation de la distance parentale est une façon de scruter l'adolescence plutôt intéressante. Et il y a ce personnage, que l'on suit parallèlement, le journaliste qui écrit dans le magazine consacré à David Cassidy, et invente les réponses qui le concernent... Une lecture très plaisante et raffraîchissante !

Je crois que je t'aime, Allison Pearson, éd. Plon. Parution mai 2011.

Voir les commentaires