Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

homme

Le pouvoir du chien :))

24 Juin 2018, 09:47am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Quelle force souterraine, ce livre ! 

Il avance, il rampe comme un mauvais serpent.

Il est d'un incroyable richesse et dextérité narrative : les points de vue sont emmêlés sûrement, loin d'être plaqués les uns après les autres, ils vous tombent dessus.

C'est une espèce de huis clos au milieu de grands espaces sauvages aux Etats-Unis, en tout cas ce qui se passe entre les personnages est de l'ordre du huis clos. 

Ce ranch est le ranch des Burbanks. Le père et la mère (Le Vieux Monsieur et La Vieille Dame, dans le récit) sont partis vivre ailleurs ; les deux fils, d'une quarantaine d'années probablement, y vivent tous les deux, et dans les baraquements à côté les cow-boys qui travaillent au ranch.

On commence dans la tête de Phil très probablement, qui se réjouit de sa vie identique à toujours aux côtés de son frère... Frère taiseux qui va pourtant aller au village et tomber amoureux de Rose, qu'il va épouser. Et le couple va revenir habiter au ranch, avec le fils unique d'un autre lit de Rose. C'est là que commence le huis clos, les rouages d'une vie de cohabitation forcée...

Imaginez une Emma Bovary transposée chez David Vann ! C'est un peu à cela que m'a fait penser cette pauvre Rose. 

Pulsions enfouies et transformées en haines, manières d'affronter et de survivre au quotidien... C'est vraiment, vraiment très fort, et le dénouement, qui vient de loin et souterrain est lui aussi extraordinairement percutant.

Je crois bien que c'est chez Luocine, qui l'avait adoré, que je l'ai découvert, alors, merci Luocine !

. Le pouvoir du chien, Thomas Savage, 10/18 domaine étranger (américain) ; 1967 ; 2002 pour la traduction française chez Belfond.

Voir les commentaires

Le grand marin :)

3 Avril 2016, 11:00am

Publié par LaSourisJOne

Le grand marin :)

Roman.

J'avais beaucoup entendu parler de ce roman, de ce premier roman de cette femme Catherine Poulain, Le Grand marin ; j'ai fini par avoir envie de le lire et d'entrer dans son histoire de mer au bout de la terre.

Incontestablement, il y a une certaine force, un style, une écriture. Une atmosphère.

C'est l'histoire de Lili, dont on ne sait pas grand chose, si ce n'est qu'elle quitte sa bourgade de Manosque-les-Couteaux pour aller pêcher la morue en Alaska. Son départ ressemble à une fuite, ça on le comprend très vite entre les lignes, derrière les mots, une fuite pour oublier. Ou pour s'oublier. Ce petit bout de femme qui rêve de s'abîmer dans un milieu d'homme, il y a quelque chose de l'expiation, d'une volonté de se faire payer, d'une volonté de se faire mal pour remplacer un mal plus violent ; c'est l'impression que ça m'a donné.

En tout cas, bienvenue dans un monde où les marins sont des hommes qui braillent ou parlent peu, boivent. Mais pour être juste avec son tableau, elle nous donne en effet le versant 'intérieur' (très très loin de la psychologie) de ce profil, étant donné qu'elle est comme eux. Et qu'elle veut être comme eux. On dirait qu'elle veut punir sa condition de femme. Evidemment la question que je me suis posée tout au long du livre c'est, si c'est à cause de ce traumatisme de Manosque-les-Couteaux, ou si c'est la nature du personnage qui ne s'estime guère, c'est peu de le dire. Dans le livre, attention à ne pas le sauter, quelques bribes de réponses, ou ce qu'on peut voir comme tel, par le biais d'un paragraphe.

Elle semble vouloir à tout prix se prouver qu'elle peut faire aussi bien que les hommes en la matière : avec son petit corps fluet, mais ses grandes mains de marin, on est avec elle dans la cale, au corps à corps avec les poissons qu'elle éviscère, quand elle mange les coeurs encore chauds des poissons crus, dans la houle, les lois de la mer et des hommes de la mer.

Et puis dans les bars. Très souvent dans les bars. Avec ce bout de femme qui lutte durement contre sa fragilité de femme, naïve, innocente souvent, mais dont on sent une détermination hors du commun.

Tous ces hommes qui rôdent surtout dans la deuxième partie autour d'elle, des hommes paumés, épris d'un extrême noir, comme des mouches autour d'une charogne, c'est encore comme une part d'elle même qu'on sent en tension avec un danger imminent encore ; et puis il y a le Grand marin, dont elle semble tomber amoureuse, sans pour autant être prête à concéder sa liberté.

La finitude de ces personnages, ce rapport au monde 'brut', cette façon de se positionner dans la souffrance, dans la dureté, leur côté désabusé, le monceau d'écorchure qu'ils trainent dans la vie m'a fait penser aux personnages d'Olivier Adam, je l'avoue.

Mais j'ai mangé des embrums, j'ai baigné sur le pont, dans la cale, avec les poissons qu'on éviscère. J'y serais restée un tout petit peu moins longtemps que les 400 pages, j'avoue que j'ai peiné sur les 100 dernières, toutefois, il y a évidemment quelque chose de fort dans ce texte qu'il est difficile d'égratigner.

. Le grand marin, Catherine Poulain, éd. de l'Olivier. Février 2016.

Voir les commentaires

... 420 !

15 Janvier 2016, 13:43pm

Publié par LaSourisJOne

"Mesdemoiselles, prenez n'importe quoi, mais pas un niais ; que dis-je ? Soyez n'importe quoi, restez même vieille fille, ce qui est la pire des malédictions, plutôt que de vous mettre en ménage avec un niais".

Daniel DEFOE !

Voir les commentaires

La bête

30 Juillet 2015, 19:39pm

Publié par LaSourisJOne

La bête

Je ne peux pas dire que j'ai aimé ce livre, ni surtout le personnage central, et ce n'est rien de le dire. Evidemment je me dis que l'on peut toujours 'cérébrer' et lui trouver un intérêt de lecture, évidemment, parce qu'ici c'est le mal, brut, l'expression de la souffrance à vif avant sans doute qu'on ait trouvé le pouvoir de la parole pour l'appaiser ? Avec un être humain victime de son destin, de ses rêves, dont l'amertume va s'incarner dans une vie solitaire, où il s'emploie à se faire souffrir, croyant jouir, et à faire souffrir les autres surtout, dans la plus grande cruauté... Enfants, femmes, jeunes femmes, jeunes garçons, égorgés ou pire comme des bêtes ne le seraient pas. Alors évidemment, on est dans le Gévaudan, à une époque lointaine, puisqu'il y est question de rois de France ; que les paysans doivent donc peiner sur leurs terres et se faire rafler les trois quarts de leur sueur, de leurs revenus, par les hommes des rois, et que donc la cruauté semble ne pas être que du côté qu'on croit. N'empêche. J'ai eu beaucoup, beaucoup de mal à comprendre, même en essayant de me replonger des siècles en arrière, autant de bestialité qui ne peut me paraître que fantasmée. Enfin mon entendement s'obstine à ne pouvoir y voir qu'un cas d'école, une histoire théorique pour laquelle il est bien difficile de trouver de l'empathie. Même si le destin de cet homme est effroyable, du fait qu'il a subi, en faisant le choix de suivre son rêve, une castration physique atroce qui lui ôte sa nature d'homme. J'ai du mal à imaginer qu'un homme privé de sa faculté de faire l'amour à une femme devienne une bête. Mais c'est sans doute parce que je ne suis pas un homme, et que j'ai forcément plus d'empathie pour ces jeunes femmes qui n'ont rien demandé à personne et paient pour ce sale type qui croise leur chemin.

Certes, ça pourrait contraindre à s'interroger sur les monstruosités que notre époque génère aussi, en matière de cruauté et de terrorrisme. Je m'obstine à ne pas le comprendre, ça reste, pour moi, incompréhensible, et inexcusable.

Cela dit, ce livre me ramène à des sources de lectures bénies, celles de Dinard, et de son club lecture, bénis soient-ils.

Médiathèque de Dinard.

La bête, Catherine Hermary-Vieille, éd. Albin Michel, 2014.

Voir les commentaires