Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

histoire

... 516, Ce qui gouverne le monde ?

25 Janvier 2018, 13:22pm

Publié par LaSourisJOne

"Même le monde le plus sérieux, le plus rigide, même le vieil ordre, s'il ne cède jamais à l'exigence de justice, s'il ne plie jamais devant le peuple qui s'insurge, plie devant le bluff". 

Eric VUILLARD, (in 2017)

Voir les commentaires

Dans les arcanes de notre vie...

18 Janvier 2018, 17:16pm

Publié par LaSourisJOne

Bon, bon, Jeanne d'Arc et Molière autour d'un feu de bois... qui se demandent ce que la postérité garde, ou gardera de tout ça... Moi j'aime bien, parce que, la question se pose, toujours, et pour tous ! Merci E. Davodeau (et Sylvain Venayre), et spéciale dédicace à Delphine ! :)

 

Voir les commentaires

grotte de Lascaux vs usage du téléphone portable...

1 Janvier 2018, 17:34pm

Publié par LaSourisJOne

J'l'aime bien, celui-là...

Le doigt de la ptite dame est un peu accusateur, mais bon, il faut vous dire qu'il appartient à Marie Curie (si), dans La Balade nationale, de Venayre et Davodeau... 

Alors cadeau ! Et bonne année 2018 à tous !!

 

Voir les commentaires

La valse inachevée :))

2 Novembre 2017, 22:42pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

J'ai failli écrire : roman historique. On y est. Ce roman commence en 1876, en Autriche, à Vienne ; dans la peau de l'Impératrice, Elisabeth, dite Sissi... A l'étroit dans les règles imposées par l'étiquette, celle-ci va s'arroger le droit de se rendre, incognito, accompagnée de sa dame de compagnie elle-aussi jouant à être une autre, au fameux Bal de la Redoute, où l'on se presse, déguisés, et absolument pas reconnaissables : un moment de liberté qu'elle s'octroie. Là, elle croise la route d'un jeune homme, de dix ans son cadet (elle a alors 36 ans), et va se nouer un partage presque silencieux, tendre, mais fort : l'un et l'autre ne s'oublieront jamais, tout au fil de leur vie, que l'on va suivre au fil de ce livre ; seulement l'un est un jeune homme inconnu, elle est Impératrice ; elle lui cachera son identité tout au long de sa vie, malgré les lettres qu'ils ne peuvent éviter de s'adresser, de loin en loin ; toute sa vie il se demandera, si elle n'était pas l'Impératrice, oscillant entre deux possibilités. Entre dissimulation, rancoeur amoureuse, sentiments d'agacement provoqués par l'insatisfaction du sentiment amoureux insatisfait, ce roman nous mène au fil des ans qui passe, au coeur de l'Histoire, de l'éclosion de la guerre et la montée du nazisme bientôt. Arrières-plans politiques, personnalités de l'histoire nous sont livrés ici transfigurés par le prisme de l'intime ;je l'ai autant aimé pour l'époque retracée que la force des personnages, quels qu'ils soient.

. La valse inachevée, Catherine Clément, 1994, éd. Calmann-Lévy.

Voir les commentaires

Le dernier amour d'Attila Kiss :))

16 Juillet 2017, 23:18pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

C'est un très beau roman d'amour que celui-là. Plus que cela, d'ailleurs. Un roman sur une lutte, sur la résilience, sur l'histoire, sur ce qui sépare deux êtres et sur ce qui les unit, plus fort que tout, l'amour. 

C'est une belle voix, mélancolique, forte qui nous susurre à l'oreille cette histoire. Attila, sa vie, ses duretés. Son chemin aride, mais il n'en a pas d'autre. Alors son premier mariage, sa vie parallèle, ses trois filles, sa vie illégale auprès de son beau-père, son départ ; son nouveau départ, et sa vie de travail, dix ans dans une usine pour gaver des poussins. Et la peinture, pour garder, immortaliser ce qu'il n'a plus. Et une jour, comme une tornade, une rencontre, à la terrasse d'un café. La jeune femme ne le quittera plus. Malgré tout ce qui les sépare. Malgré leur passé historique, qui le remplit de haine, parce qu'elle est viennoise, riche, et qu'il est pauvre, et hongrois. Il va lutter, lutter, contre cet amour. Dire ses douleurs, tenter de détruire. Mais... Elle est forte, elle l'aime et...

C'est un beau roman que ce Dernier amour d'Attila Kiss. Un beau roman, bien écrit, sensible, fort. 

Je vous le recommande.

Médiathèque de Saint-Malo.

. Le dernier amour d'Attila Kiss, Julia Kerninon, éd. La Brune Le Rouergue, 2016.

Voir les commentaires

Bugaled Breizh, 37 secondes :)

8 Octobre 2016, 11:38am

Publié par LaSourisJOne

Bugaled Breizh, 37 secondes :)

BD.

Je sais que je ne lis que très rarement des bandes dessinées. Mais j'ai eu envie de me plonger dans l'histoire tragique de ces marins disparus en mer du Bugaled Breizh. Et j'ai beaucoup aimé. Evidemment, c'est un formidable hommage, engagement, de la part de deux artistes pour ces familles endeuillées, comme un cadeau témoignage qui grave dans l'histoire les cinq marins et leur bateau mystérieusement enseveli par les eaux un certain jour de 2004 ; je trouve déjà la démarche puissamment touchante.

Après m'être étonnée que cette bande dessinée soit en noir et blanc, j'avoue m'être laissée emporter par l'histoire et les dessins. La bande dessinée ne manque pas de rythme, je trouve les dessins très habiles, justes, non verbeux, efficaces ; de même pour le texte. Lorsque des BDs me tombent des mains c'est qu'une image, ou une bulle sont inutiles, lorsqu'une bulle fait la paraphrase du dessin par exemple (autant ne rien écrire dans la bulle !!). Ici, on est loin de cela, c'est percutant, et jamais inutile. Parfois technique pour les non-marins, cela dit, c'est un aspect absolument nécessaire compte tenu du propos, et on le comprend aisément.

Evidemment, le parti-pris de la personnalité du journaliste-enquêteur (souvent adoptée pour incarner des enquêteurs !) revenu de tout, en deuil éperdu de sa femme et donc s'alcoolisant, n'aurait pas manqué de m'agacer si la BD ne m'avait pas complètement séduite. Donc, fi du cliché.

Je n'ai pas non plus été très fan de la fin, oh, juste la dernière page avec le bateau en papier et l'enfant, comme s'il n'était pas facile de trouver une chute à une histoire comme celle-là, et ma foi, on peut vraiment l'imaginer. Ce sont cependant les rares minuscules bémols, car j'ai été convaincue par les images et les textes efficacement mariés. Je trouve aussi le titre '37 secondes' très fort et absolument bien trouvé : 37 secondes, c'est si court, et pourtant, dans la vie de cinq familles, ces 37 secondes-là, elles sont si cruelles...

. Bugaled Breizh, 37 secondes, Pascal Bresson et Erwan Le Saëc, éd. Locus Solus. Octobre 2016.

Voir les commentaires

Le naufragé de la méduse :)

2 Octobre 2016, 12:12pm

Publié par LaSourisJOne

Le naufragé de la méduse :)

Roman ado (A partir de 13 ans).

Ce roman de Catherine Cuenca nous plonge, entre fiction et réalité, dans le cercle proche du peintre Géricault, fameux peintre du XIXème à l'origine de Scène de naufrage (titre originel réel du tableau), ou plutôt du célèbre Radeau de la Méduse. On va suivre, par le prisme d'une jeune fille qui est la fille de la concierge de Géricault, amoureuse de l'apprenti-peintre Jamar du grand maître, toutes les péripéties autour de la genèse de ce tableau (romancées), et aussi, l'histoire passionnante du naufrage de la Méduse, survenu en 1816. Et si dans tous les esprits de l'époque ce fait-divers terrible, autour d'un mauvais choix monarchique d'un commandant qui n'avait pas navigué depuis 20 ans, le naufrage était toujours bien présent, sans le tableau de Géricault, qui sait ce que l'Histoire en aurait véritablement gardé ?

On est donc entrainés au coeur de la genèse (imaginée) du tableau, avec des enjeux de vie et de mort, car il n'est pas du goût de tous de laisser parler un tableau... En outre, Géricault a pris le parti-pris de représenter sur sa toile des hommes blancs et des hommes noirs se donnant la main, ce qui était clairement à contre-courant à l'époque, puisque l'esclavage était encore au coeur de l'économie, qu'il ne fut aboli qu'en 1848...

Ce n'est pas merveilleusement écrit, on n'évite pas certains clichés de caractères, mais l'histoire est efficacement menée, le suspense très bien ménagé, les issues irrémédiablement cruelles, parfois ! Dur de nous donner l'espoir, et de nous le retirer aussi vite, vous comprendrez si vous lisez le livre, on vit exactement - et même plus, d'ailleurs - ce que peut ressentir l'héroïne), dont j'ai oublié de vous dire que le père est l'un des marins portés disparus en mer sur ce fameux radeau de la Méduse... Quinze naufragés auraient survécu à ce naufrage, avec des version discordantes, c'est ce qui sans doute a accentué la fascination pour cette histoire...

Cela donne envie de se précipiter au Louvre et de contempler longuement ce Radeau de la Méduse, merveilleux témoin, à sa manière, d'une tranche du passé.

En cela l'objectif est formidablement atteint !

Médiathèque de Saint-Malo.

. Le naufragé de la Méduse, Catherine CUENCA, éd. Bulles de Savon, février 2016.

Voir les commentaires

La chaise numéro 14 :))

12 Septembre 2016, 21:59pm

Publié par LaSourisJOne

La chaise numéro 14 :))

Roman.

Un roman sur une période de l'histoire terrible, la libération qui suivit l'occupation par les Allemands, et celle des règlements de compte, des basses et iniques vengeances. La libération de toutes les mauvaises pulsions, et des mauvais instincts. Le sujet de ce livre c'est ça, une femme, tondue. Des moments qui précèdent ce douloureux événement, aux semaines qui suivent, et ce qu'elle en fait. C'est très beau, très fort. J'ai aimé suivre ce personnage et sa détermination, la voie qu'elle emprunte pour laver cet affront qu'on lui a fait. Ce courage qu'elle a d'affirmer qu'elle n'est coupable de rien (elle a aimé un officier allemand, passionément, ils se sont aimés), que l'amour n'est pas une raison suffisante pour induire cette honte qu'on inflige à un être d'être tondue en public et de perdre le symbole de sa féminité. Alors, avec une sourde détermination, elle va établir une liste des personnes qu'elle va vouloir voir 'plier', abdiquer devant elle pour ce qu'ils ont fait. Une liste, un nombre, cinq ; cinq, et l'on retrouve cette fascination du personnage pour les chiffres, dont elle se dit dépendante ; ainsi, le numéro de la chaise, correspond au numéro qu'on donne aux chaises de bistrot alors, chaise numéro 14, parce qu'il faut six pièces de bois et huit vis pour la faire tenir. La chaise de l'auberge tenue par son père, qu'on est allée chercher pour la tondre, en public. Une chaise, qui fait partie d'un rituel, d'une cérémonie qui l'accompagnent pour aller au bout de ce qu'elle s'est fixée ; cette chaise, qui se décolore avec le temps mais qu'elle emporte avec elle, cette robe, blanche, immaculée, celle que sa mère porta avant sa mort, d'un autre temps, qu'elle portait pour être tondue et qu'elle remet chaque fois qu'elle va à la rencontre de l'un des cinq.

Elle ira voir le coiffeur, celui qu'on impulse d'agir, et par la force de son regard, fier, impulse sa demande de pardon ; le maire, les religieuses pétries de mauvaises croyances qui l'ont accablée toute son enfance, les deux GI qui l'ont vue tondre sans rien dire, et Antoine, l'auteur de l'acte... Pour de si mauvaises raisons. L'amoureux éconduit, jaloux, qui se venge par cette blessure qu'il lui inflige. Antoine et son jeune frère. Les personnages sont vraiment joliment campés, on se laisse emporter par ce beau roman, cette voix, cette détermination ; et il y a ce très beau personnage, ce Louis, qui devient son ami bienveillant, qui veille sur elle comme un grand frère ou un père, la soutient. C'est très très beau, bien plus même que ce que j'avais imaginé ; la narration est lumineuse.

Merci à Samuel de l'avoir mis entre mes mains.

. La chaise numéro 14, Fabienne Juhel, éd. du Rouergue, mars 2015.

Voir les commentaires

Le roman de Louise :)

19 Mai 2016, 22:23pm

Publié par LaSourisJOne

Le roman de Louise :)

Ce roman d'Henri Gougaud nous donne à voir la vie, sous la forme d'un roman, de Louise Michel. Un roman biographique, on s'en doute, où se mèlent sa voix, ses écrits, les faits historiques de l'époque en un livre qui se lit comme un roman.

Décrite comme un beau personnage exalté, entier, viscéralement attaché aux autres, et principalement les plus pauvres, Louise Michel à travers le prisme de cet auteur suscite l'admiration, la fascination : on se demande déjà, en premier lieu, comment elle fit pour traverser une période aussi tumultueuse politiquement, et vivre jusqu'à l'âge de 75 ans, décédant d'une pneumonie ; il y a dans ce personnage une hargne au combat, à la révolution, au delà de toute peur. Seuls ses attachements peuvent la fragiliser (et la fortifier parfois) : celui à sa mère, Marianne, par dessus tout, ou à Théophile Ferré, dont elle est vraisemenblablement éperdument amoureuse, et qui tombera, victime de la révolution, quand elle ne choit pas. Malgré les procès, les emprisonnements nombreux, l'exil forcé à Cayenne... Et ce n'est pas lorsqu'elle est emprisonnée qu'elle semble le plus malheureuse ; elle nous apparaît parfois à la lisière de la folie, mais jamais sans ressources, culturelles, essentiellement. Sa résistance, sa verve provocante, sans jamais se trahir forcent le respect. C'est un beau personnage, et une histoire forte qui nous est livrée là, et qui ne manque pas de résonner aujourd'hui, alors qu'une société bascule, sans qu'on se demande de laquelle on accouchera. Louise Michel l'attendait de ses voeux pour un monde meilleur, au profit égalitaire de tous, cette révolution. Mais y est-on enfin, à la révolution qu'elle escomptait, le meilleur à la portée de tous ? Rien n'est moins sûr...

Institutrice, elle met son énergie à éduquer parce que c'est la valeur en laquelle elle croit, apporter la culture à tous ; de même qu'elle est toujours avide d'apprendre, de partages, d'écoute, comme avec le peuple canaque autour de Nouméa lorsqu'elle est exilée à Cayenne.

Une belle page d'Histoire même romancée, une leçon de courage et d'abnégation.

Médiathèque de Saint-Malo.

Le roman de Louise, Henri Gougaud, éd. Albin Michel, 2014.

Voir les commentaires

Lady Roxane :)

26 Janvier 2016, 22:03pm

Publié par LaSourisJOne

Lady Roxane :)

Roman.

C'est le dernier roman de l'Anglais Daniel Defoe (auteur de Robinson Crusoe), publié en 1724. Bond dans un autre temps, des siècles en arrière, et j'avoue que j'ai apprécié de me frotter à une autre langue, une autre époque, d'autres moeurs... Mentionné par un invité dans une émission de France Culture il y a peu de temps, j'avais noté la référence, et ai pu l'emprunter en édition 'La Pléiade', ce qui m'a évité de me rendre compte que c'était un pavé d'environ 400 pages. C'est raffraîchissant, malgré la narration relativement ampoulée, et les nombreux détails d'une histoire fleuve. Impossible cela dit, et c'est étonnant, d'en sauter quelques uns, le livre se lit comme un roman foisonnant dont il ne faut rater une ligne. C'est l'histoire d'une vie singulière, narrée par le personnage féminin principal, Lady Roxana. Tout est à replacer dans l'époque, et m'a paru intéressant : ce destin d'une femme qui choisit sa vie, avec grand pragmatisme, grand sens des affaires, après un mariage malheureux et choisit une grande partie de sa vie de ne pas transiger avec sa liberté. Aussi, il y a ce premier mariage qui la marque, parce que l'époux inconséquent la laisse avec plusieurs enfants sans le sou, et dans la misère. Pour sauver sa peau, et celle de ses enfants elle les quitte et les fait confier à une partie de sa famille plus fortunée, même si l'on verra que le rapport aux enfants, pour cette femme, ou pour cette époque, est tout autre, puisqu'ils arrivent sans que l'on puisse en maîtriser la venue, que la mortalité est sans doute élevée on imagine et l'on voit ici un attachement très très relatif. Reconstituant sa fortune, profitant de la vie et de son physique avantageux, ne rechignant pas aux honneurs et à être courtisée, sans toutefois jamais céder aux sentiments, elle mène ses affaires financières, assure ses placements financiers et associe son destin à des hommes dont elle pense ne rien avoir à craindre en matière de revers de fortune. Il y a aussi l'amie, la servante Amy, confidente, qui la sert presque jusque la fin ; finalement elle va tout de même, - et on lit là un véritable contrat bourré de garanties - épouser à nouveau un homme, après avoir juré qu'il n'en serait plus jamais le cas : le destin des femmes à cette époque est intéressant à contempler, celle que l'on surnomma Lady Roxane explique qu'une fois mariée, tout pouvoir appartient au mari, et il en est fini de son libre-arbitre. Elle se gardera de cela jusqu'à la fin. Mue par une peur d'y concéder plus forte que tout. Puis viennent les remords, quant aux enfants, les tractations qu'elle établit pour leur venir en aide sans ruiner sa réputation, car à l'époque aussi, grandement, et pour elle, il y a au coeur de tout, la préoccupation d'une réputation. Ces remords l'accompagnent, la minent, et finalement, la fin est quand même très étonnante (voire un peu courte ?) : cinq lignes, et elle qui roulait sur l'or et avait tout fait pour, essuie des revers de fortune - à nouveau, malgré ses précautions extrêmes - dont elle ne nous dit rien. Mais qui la plongent à nouveau dans la misère. Comme s'il y avait une "morale" ? Evidemment, il y a ici encore des excès dont on s'amuse parfois, qui peuvent être lourds, mais qui font partie du charme du récit : les flots de larmes, les défaillances en cas de bouleversements, les conversations très longues pour en arriver à convaincre un interlocuteur, mais tous ces excès restent charmants. Je ne dirais pas que c'est un grand livre dans sa forme et dans son écriture, redondant souvent, toutefois, je trouve le témoignage vraiment précieux quant à un destin féminin, qui en dit beaucoup sur lui et sur celui des autres, d'un autre temps, où la femme était si peu maître -normalement - de son destin.

Médiathèque de Saint-Malo.

Lady Roxane, Daniel Defoe, 1724.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>