Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

femme

Manon Lescaut :)))

11 Septembre 2018, 17:16pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Quel bonheur que cette découverte, et cette plongée dans la littérature du XVIIIe siècle !

Voici sans doute un livre que j'avais négligé de lire, au nom de fausses idées, parce que c'était l'oeuvre d'un abbé, et que je l'avais imaginé austère... Alors que c'est tout le contraire !

Eh bien, cela me donne le bonheur de le découvrir aujourd'hui.

Histoire du jeune homme Des Grieux, donc, et de son affection éperdue pour la jeune Manon. Rencontrée par hasard à Paris dans la rue, et qu'il ne lâchera pas, jusqu'au bout... Malgré les infidélités de la belle... Ils vont vivre ensemble, sans être mariés pourtant ; et nous verrons tous les efforts du jeune homme pour la garder, la reprendre quand elle part, et surtout l'entretenir, par tous les moyens, et surtout l'argent facile, le jeu notamment.

Ce sont des pages et un récit narratif splendide que celui-là. Ici on a encore un récit rapporté, à postériori, ce qui renforce la dramaturgie. Les arguments avancés, régulièrement, par les personnages pour convaincre et rallier à leur cause sont efficaces et jamais ennuyeux ; ainsi le portrait de Manon est fabuleusement bien rendu : ses actes donnent à voir une jeune écervelée qui profite et qui n'aime que l'argent, ses mots, ses explications font douter efficacement celui qui les écoute... Là dessus un récit et des péripéties qui nous tiennent en haleine et jusqu'en Amérique, une Amérique de 1730... Le tout écrit par un Abbé qui a lui-même connu des revirements, et de nombreux doutes, probablement, au vu de sa biographie, dans son rapport à la foi. Ce n'en est que plus intéressant encore.

La fin par contre, surprend beaucoup... : c'est comme s'il n'y en avait pas ! 

Ceci dit, une fabuleuse découverte.

Médiathèque de Saint-Malo.

. Manon Lescaut, Abbé Prévost, éd. Le Livre de Poche. Première édition : 1731

Voir les commentaires

L'Alouette :)

23 Août 2018, 22:23pm

Publié par LaSourisJOne

Théâtre.

Ah, retrouver le théâtre d'Anouilh. Quel plaisir ! 

Retrouver des traits de caractère, des répliques approchantes...

J'aime décidément son théâtre. Sa manière de nous donner l'histoire, en densifiant tellement les dialogues bien au delà du simple instant présent.

J'ai aimé sa mise en scène des personnages dans l'histoire, qu'ils soient en scène pendant que l'histoire se joue, se jouant des temporalités par ce biais qui crée de la dramaturgie.

J'ai souvent souri, j'ai trouvé ça interéressant, drôle, intelligent, cette fresque qui donne à voir l'histoire de Jeanne d'Arc, ces réflexions sur la foi, le pouvoir, le courage, la peur, le rôle des hommes et des femmes sans se départir d'une époque.

Les dialogues ne sont jamais vains.

C'est un théâtre profond et sensé que le théâtre d'Anouilh. A lire et à relire.

. L'Alouette, Jean Anouilh, Folio Livre de Poche. 1953.

Voir les commentaires

Battement d'ailes :)

23 Août 2018, 13:11pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Je me suis laissée tenter par ce livre trouvé au hasard sur une braderie. Et finalement j'ai bien fait, cela me permet d'adoucir mon souvenir de l'auteure Milena Agus ! Je n'avais pas du tout adhéré à Mal de pierres

Avec ce livre-là, dans la peau d'une narratrice, jeune, naïve, candide. Une adolescente probablement. Elle raconte sa famille, son grand-père, son père, sa mère dépressive, et la voisine, "Madame", et surtout elle, d'ailleurs. Une femme, seule, qui a choisi d'avoir sa maison d'hôtes, en Sardaigne. Et qui, malgré l'insistance des promoteurs, ne veut pas vendre son domaine pour qu'il soit transformé. On suit la vie en général de ces deux familles, et les choix de chaque membre de ces deux entités. 

Et cette Madame, attachante, avec ses gri-gris, ses robes découpées dans de vieux tissus, ses amours, sa grande solitude ; une femme qui apparaît en transparence plus fragile que la force qu'il faut sans doute pour choisir ce destin. 

Quant au Battement d'ailes, il est associé au père de la narratrice, parti, ou disparu, la condamnant à imaginer... Et lorsque les couvertures se soulèvent dans les airs comme des ailes, elle se projette dans l'idée que c'est son père qui communique avec elle.

. Battement d'ailes, Milena Agus, 2008 pour la traduction française, éd. Liana Levi.

Voir les commentaires

La délicatesse du homard :)

16 Août 2018, 21:35pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Agréable lecture d'été !

Un roman choral, deux voix, plaisant.

Il aurait pu me sembler un peu long, mais j'ai pris plaisir à le lire.

Axelle échoue sur une plage et un homme à cheval la reccueille. Elle est mal en point psychologiquement, il vit seul et refuse les attaches... Ils vont apprendre à vivre ensemble, et à dépasser le pragmatisme d'un partage du quotidien.

Reconstructions à deux, qui font du bien.

Ce n'est pas qu'une histoire de reconstruction de l'amour de soi et de l'autre, mais aussi pour Axelle une reconstruction plus profonde, plutôt bien sentie et donnée à voir, sensible, quant à un parcours traumatique lié à l'enfance et des parents très maladroits (pour le moins). A ce niveau-là aussi, son parcours est très crédible et plutôt intéressant, et le cheminement de sa résilience aussi.

Merci à Nolwenn pour la découverte et le plaisir de lecture, 

. La délicatesse du homard, Laure Manel, éd. Michel Lafon, décembre 2016.

Voir les commentaires

Une lettre de vous :))

12 Août 2018, 20:25pm

Publié par LaSourisJOne

Roman épistolaire.

Gros coup de coeur pour ce livre sur lequel je suis vraiment tombée par hasard. Seul le titre, véritablement trop passe-partout, aurait pu me retenir de le lire, et freiner mon enthousiasme, qui ne s'est pas démenti tout au long de la lecture de celui-ci.

Deux périodes se chevauchent dans la narration, exclusivement par lettres : 1912 et suivantes, et 1940. Les deux guerres. Une correspondance entre une jeune femme, écrivain, qui vit sur l'ile de Skye, et un étudiant, qui lui écrit pour lui dire qu'il a adoré son reccueil de poèmes. Leur correspondance continue, et quelque chose d'extrêmement fort va naître...

Parallèlement, 1940, lettres de Margaret, une autre femme donc, à un homme... Et l'on comprendra comment ces deux histoires peuvent se rejoindre... Un roman d'amours merveilleux ! 

Médiathèque de Saint-Malo.

. Une lettre de vous, Jessica Brockmole, éd. Les Presses de la Cité, avril 2014.

Voir les commentaires

La tresse :)

7 Août 2018, 14:03pm

Publié par LaSourisJOne

Roman choral.

Voici l'inconvénient d'avoir tant et tant entendu de bien à propos d'un livre, et c'est le paradoxe : on n'est plus complètement vierge en l'abordant, ou l'horizon d'attente est trop grand, alors j'imagine qu'il part avec un handicap... Je concède que je m'étais attendue à autre chose, quelque chose de plus "soutenu", de plus dense. Mais on se fait aussi, parfois, de fausses idées sur des livres, et ça fait aussi partie de la magie de la lecture. 

Bien sûr, impossible ou difficile de ne pas aimer ce livre. Il me fait penser au Prophète, de Khalil Gibran... Un peu un roman à "message" bienheureux, optimiste, chaleureux, universel... 

J'ai mis un peu de temps à entrer dans l'histoire de ces trois personnages, même si (ou justement parce que) le style est très simple. Certains passages m'ont un peu gênée, enfin, j'aurais pu me dire que c'était trop "démonstratif". Cependant, j'y ai trouvé des ingrédients précieux quand même, des personnages féminins qui font face, qui n'abdiquent pas, coûte que coûte, et qui affrontent le poids de leur destinée. Et puis il y a cette structure tressée, sans trop en dire, qui évidemment est chouette et attachante... Les trois histoires sont finalement soutenues par les autres, et c'est un message assez encourageant, une vision du monde qu'on a envie de ne pas occulter.

Médiathèque de Saint-Malo.

. La tresse, Laeticia Colombani, éd. Grasset, mai 2017.

 

Voir les commentaires

Chère brigande, lettre à Marion du Faouët :)

5 Août 2018, 11:02am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Ou Lettre romanesque ?

Balade avec l'auteure sur les traces de la jeune femme Marion du Faouët, aujourd'hui... J'aime être avec l'auteure, dans sa vie de tous les jours, et frappée par cette femme, rousse, SDF à Paris, qui l'intrigue, qu'elle veut aider celle-ci ne se laissant pas faire, et un jour, elle disparaît. Et à sa place, il reste un prénom, Marion... Alors elle partira sur les traces de Marion du Faouët, jeune voleuse dans une Bretagne où tout manque pour les gens pauvres, ayant décidé de ne pas tuer mais de rééquilibrer un peu les richesses, au XVIIIe siècle. 

Elle lui écrit cette lettre, où elle s'emploie à la faire revivre, par ce qu'elle sait d'elle, mais aussi en se rendant sur les lieux qui l'ont vue passer. 

Agréable, et je me découvre vraiment attachée à l'écriture de l'auteure, même si peut-être je suis restée un tout petit peu sur ma faim. Cependant, cela n'a pas la prétention d'être un roman historique, bien une lettre et donc un texte incantatoire destiné à cette femme oubliée de l'Histoire.

Médiathèque de Saint-Malo.

. Chère brigande, Lettre à Marion du Faouët, Michèle Lesbre, éd. Sabine Wespieser, 2017.

Voir les commentaires

Le canapé rouge :))

4 Août 2018, 15:56pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Oh, c'est magnifique. 

Une magnifique balade, toute douce et puissante en même temps. Un chant intérieur qui vaut pour baume et tentative de guérison, entre vie et mort, mais toujours plus proche de la vie.

Entre quête d'une page qu'on tourne, et nostalgie d'une autre qui se referme, lié par un voyage, ainsi que de belles figures féminines, des mots d'écrivains, et un canapé rouge...

C'est superbe.

Et évidemment, il aura résonné pour moi de façon toute partculière, faisant étonnamment écho pour moi en ce moment...

La narratrice entreprend donc un voyage en train, qui a vocation à retrouver la trace d'un ancien amour perdu, Gil, dont elle sait qu'il est dans une ville de Russie. Il y a ce temps du voyage, des rencontres fugitives et des introspections, jusqu'au point de chute, et l'entreprise de guérison... Et puis il y a son présent, ou son tout juste passé, sa vie partagée avec sa voisine, une femme âgée de qui elle s'est rapprochée et avec qui elle partage de si beaux moments, à papoter, sur un canapé rouge... Voisine qu'elle a quittée pour son voyage, et qu'elle s'empresse de chercher à retrouver, après celui-ci, mais...

Roman-hymne à la vie, quoi qu'il arrive, et coûte que coûte quels que soient les cailloux qui s'en mêlent...

Une très très belle découverte, que je dois à Luocine, qui m'a donné envie de le lire. Mille mercis, Luocine, mille mercis !!

. Le canapé rouge, Michèle Lesbre, éd. Sabine Wespieser, 2007.

Voir les commentaires

... 560, l'attente de vivre

4 Août 2018, 15:02pm

Publié par LaSourisJOne

"Petite fille, je vivais dans la folle attente de la vie. Je croyais qu'un jour, brusquement, la vie allait commencer, s'ouvrir devant moi, comme un lever de rideau, comme un spectacle qui commence. Il ne se passait rien et il se passait des quantités de choses, mais ce n'était pas ça, on ne pouvait pas dire que c'était la vie, et il faut croire que je persiste à être une petite fille car je continue à attendre cette vie qui va venir". 

Milena JESENSKA

Voir les commentaires

La servante écarlate :)))

24 Juillet 2018, 18:31pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Passionnant.

Une découverte pour moi, je n'avais entendu parler que de la série, je ne connaissais le livre dont elle est tirée, ce livre-phénomène de Margaret Atwood, paru en 1985 ! Saisissant roman qui force à s'interroger sur notre société, ses codes, sa liberté, les rapports hommes-femmes... Et qui véritablement renvoie à la période où on le lit aussi bien sans doute qu'à une autre, compte tenu du fait qu'il est finalement assez peu situé.

Cela ressemble à un roman d'anticipation, au journal d'une femme plongée dans un quotidien aux autres normes. Des normes qui se sont imposées à elle, alors qu'elle a connu une société moderne comme la nôtre...

Dans cette nouvelle société, elle n'a pas eu le choix que d'être 'Servante' habillée de rouge comme toutes les Servantes, et "utérus" ; elle vit chez un couple, elle doit donner un enfant au mari, lors de rapports sexuels très codifiés... D'ailleurs tout est très codifié, chaque geste, chaque déplacement dans cette nouvelle société où pas une once de "liberté" ne perdure...

Entre narration du présent de façon assez pragmatique, conscience d'une nostalgie du passé et des êtres aimés perdus, ennui, peurs, hésitations entre un réseau qui tente de se sauver et acceptation de son destin avec ses "à côtés", le livre est une balade fascinante dans l'humanité telle qu'elle pourrait être "contrariée", amoindrie, limitée...

Très très intéressant, vraiment.

Merci beaucoup à Nolwenn pour cette découverte et cette lecture si dépaysante !

. La Servante écarlate, Margaret Atwood, 1985 (USA), 1987 en France, puis 2005, 2015, 2017.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>