Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

destin, choix

Le professeur :)))

22 Mai 2022, 10:02am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Je sais que ce roman est présenté comme malhabile, "de jeunesse"...

C'est en effet le premier roman (même s'il est publié après sa mort en 1857) de Charlotte Bronté, qu'elle écrit avant Jane Eyre. Pourtant, j'ai éprouvé un profond plaisir à lire ce livre, sans doute du même ordre qu'en lisant le Delphine de Mme de Stael. J'ai beaucoup aimé suivre ces personnages à pas lents, tout près de leur psychologie, à travers des analyses de caractères denses. 

J'ai aimé aussi trouver les traces du 19e siècle dans cette oeuvre, "même" chez une auteure anglaise : ainsi le Romantisme s'exprime à plein ici : la nature n'est jamais en ce qu'elle exprime de l'homme n'est jamais très éloignée dans cet ouvrage ; les personnages ne manquent pas de lyrisme et d'exaltation des sentiments.

Le narrateur est donc un jeune homme anglais ayant perdu ses parents, et qui doit se débrouiller au monde avec ce handicap. En premier lieu pour gagner sa vie. Il commence par rompre ses attaches de famille encombrantes, ce qui n'est pas pour faciliter sa tâche, puis ira travailler chez un irascible et odieux frère aîné... C'est à Bruxelles que cette ultime rupture lui vaudra de poursuivre son chemin, encore une fois pour essayer de survivre en trouvant un emploi. Le hasard des événements finit par le faire professeur, dans un, puis deux pensionnats, de jeunes garçons puis de jeunes filles. Là, des rencontres... Le directeur du premier lieu, la directrice du second.. Une élève-professeure méritante... Des scènes, des tranches de narrations qu'on aime... Les balades au jardin... Une fenêtre obstruée qui nous rappelle des morceaux de Stendhal...

J'oublie un étrange ami anglais, étrange, vraiment, ambivalent, Hudsen, dont on ne saura finalement tout au long du roman s'il est bénéfique, machiavélique, manipulateur ou bienveillant... La force de la romancière sans doute résidera entre autre dans la conception d'un tel personnage complexe...

Quant à l'écriture de ce roman... Moi qui lis abondamment Jules Verne... Je dirais que Charlotte n'aurait pas à rougir de son écriture ! 

Une savoureuse découverte.

. Le Professeur, Charlotte Bronté, 1857.

 

Voir les commentaires

Novecento : pianiste :))

5 Février 2018, 13:07pm

Publié par LaSourisJOne

Roman-monologue ?

C'est une superbe découverte sur les flots que ce livre-là :)

Une balade incantatoire, une histoire portée par la voix du trompettiste qui vous la raconte et que vous croyez entendre pour la raconter. Justement parce que l'oralité s'introduit dans la narration, ainsi que les 'apostrophes', à vous, lecteur. 

C'est très très joliment écrit, d'un style qui ne manque pas de poésie.

Et évidemment, l'histoire, qui ressemble à un petit conte. Il y a du Garcia Marquez dans la demesure de l'histoire et la vision des personnages, du Olivier Bourdeault aussi, dans la singularité des personnalités. 

Bienvenue à bord du Virginian, et rencontrez le pianiste, l'homme qui ne mit jamais un pied à terre...

On aime aussi la genèse et l'histoire de ce livre, la découverte de cet auteur qui fait sensation semble-t-il en Italie.

Le récit est court, et se lit avidemment.

Merci à Charles, à qui je dois cette découverte !

. Novecento : pianiste, Alessandro Baricco, éd. Folio. 1994, et 1997 pour la traduction française.

Voir les commentaires