Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

construction de mondes

La passe-miroir, La mémoire de Babel, tome 3 :))

1 Janvier 2018, 08:53am

Publié par LaSourisJOne

Roman jeunesse.

J'ai retrouvé ici le même plaisir qu'à la lecture du tome 1.

Qu'est-ce que c'est jouissif d'arpenter ce nouveau monde né de l'imagination efficace et infinie de Christelle Dabos ! Je la salue pour cela : elle crée avec aisance un monde qui entraine sans heurts pour le lecteur nouveaux mots, autre conception de l'espace, autre monde, autres codes... Elle fait naître sous nos yeux et le plus naturellement du monde pour ne vous citer que quelques exemples tramoiseaux (sorte de tramways qui se déplacent dans les airs tirés par des gros oiseaux qui sont des chimères), illusions plus vraies que le vrai, dédoublements de personnages, pouvoirs géniaux avec lesquels les personnages vivent au quotidien comme s'il s'agissait d'une partie d'eux (ainsi cette Zen qui diminue et agrandit à l'envi chaque objet qu'elle touche)... Bref : c'est infini, et on en jubile, parce qu'on se balade grâce à elle dans un univers qui nous emplissent d'images et qui sont une source d'étonnement, de surprise et de découverte infinie. 

Et puis on retrouve les personnages, bien sûr. Les personnages principaux, évidemment qui nous préoccupent le plus, et qui, là, il faut l'avouer, ne cessent de se chercher. Là cependant, l'auteure a levé d'elle-même les reproches que j'aurais pu faire quant à ce livre, aux mots non prononcés : cela faisait partie de l'apprentissage d'Ophélie. Ainsi, sa phase de compréhension, lorsqu'elle est cloîtrée dans l'isoloir, sensé vous rendre fou en une heure quand elle y restera une semaine est très intéressant : c'est là, seule avec elle-même (le lieu est entouré de miroirs, elle la passe-miroirs !) qu'elle va chercher au fond d'elle même mais aussi, sans doute parce qu'elle ne sera plus dans l'action, comprendre ce qu'elle aurait dû faire, ou dire à ce Thorn à qui elle reproche d'être si distant...

Quant à la vision de l'amour, puisque c'est un roman destiné aux ados, je dirais que je reste mitigée : à mon sens, l'acceptation de tout pour l'autre, y compris ce qui torture est quelque chose qui ne devrait pas être... Et là, elle va très très loin dans l'acceptation de ce qui la fait souffrir. Certes, on voit le courage qu'elle y met, la pugnacité, et ce dans un objectif : profiter à Thorn, le retrouver et le secourir. Mais je me demande si - ça restera une pensée très personnelle - le fait d'avoir dit 'non', 'stop', à l'occasion de quelques épisodes n'auraient pas pu déclencher le respect, la compréhension, et peut-être mener au même but. Et être plus riche d'enseignements pour les jeunes lecteurs. Bon, mais ça c'est mon avis : cette jeune Ophélie se laisse trop faire, prend trop sur elle. 

Cela n'en reste pas moins formidable, entraînés que nous sommes dans un troisième monde, Babel. Je me vois bien le relire un jour, ainsi que le tome 1, juste pour me promener encore dans ces rues où l'ont croise des oppossums, ou me rendre dans les bas-fonds du 'Sans Peur et presque Sans reproche'.... 

Merci à ma mère d'avoir exaucé mon souhait en me l'offrant à Noël :))

Et j'attendrai le tome 4, dernier de la série, avec impatience !

. La passe-miroir, La mémoire de Babel, (Tome 3) Christelle Dabos, éd. Gallimard Jeunesse.

Voir les commentaires

La passe-miroir, Les disparus du Clairdelune, tome 2

23 Août 2017, 10:33am

Publié par LaSourisJOne

Roman jeunesse.

Bon, je le sais, je le sais : je suis généralement déçue par les tomes 2.

Eh bien, celui-ci ne déroge pas à la règle... Ces 550 pages ne m'ont tenue en haleine que parce que le premier tome a suffisament été bien amorcé pour qu'on aie envie d'en connaître la suite, enfin, la fin... Là, grande déception : il ne se passe rien ! Bon, j'exagère : je sauve les cinquante premières pages, intéressantes, lorsqu'elle est vice-conteuse bien malgré elle, et chargée de raconter des histoires, ce qu'elle ne sait pas faire, devant Farouk, cet esprit de famille 'déifié' ou presque et devant toute la cour. Ca c'est chouette. Convoquer ses ressources, se dépasser, croire en soi, en sa différence : ça j'ai beaucoup aimé.

Je sauve aussi allez, les cinquante dernières pages. C'est tout ! Je trouve que l'intrigue de ce tome-là est un alibi. Il ne sert pas l'histoire principale : Ophélie et Thorn doivent se marier, non ? Ils n'ont rien en commun, et ce n'est rien de le dire... Certes, Ophélie va découvrir petit à petit, et là je dirais que c'est l'unique intêrét du livre, qu'elle est sans doute entrain d'aimer Thorn : c'est assez beau, parce qu'il n'y a aucune raison 'classique' pour que cela arrive. Mais, oui c'est beau : il se soucie d'elle, ses actes, souvent incompréhensibles, sont, elle le découvre, destinés à la protéger, même si cela doit lui nuire fondamentalement à lui...

Avec tout ça, ces histoires de disparitions n'ont eu pour moi, aucun intérêt. Je trouve que c'est vraiment tiré par les cheveux, et c'est rien de le dire ; en outre, j'ai trouvé pénible que l'auteure nous prenne soudain pour amnésique et nous résume en quelques phrases régulièrement les événements vécus dans le tome 1 quand elle est amenée à évoquer un personnage, ou un fait qui pourrait nécessiter qu'on sache ce qui s'est passé préalablement. 

Je n'ai pas aimé non plus sa propre amnésie, ou ses incohérences quant à sa propre caractérisation psychologique de personnages (par exemple la vieille Hildegarde). Ca n'arrive pas souvent, mais ses tendances à la simplification, dans ce deuxième tome, tendent à modifier la perception qu'on avait pu en avoir.

Vous l'aurez compris, je ne précipiterai pas sur le tome 3, à cause de l'inertie et de la déception du tome 2, même s'il est évident que j'aurai envie de connaître l'issue de cette histoire !

. La passe-miroir, Les disparus du Clairdelune. Gallimard Jeunesse, 2015.

Voir les commentaires

La passe-miroir, les fiancés dé l'hiver - Tome 1 :))

19 Août 2017, 19:55pm

Publié par LaSourisJOne

Roman jeunesse.

Les fiancés de l'hiver : c'est le premier tome de la trilogie de Christelle Dabos La passe-miroir. Un univers en soi, puisque tout repose sur la construction d'un univers, d'un monde, de mondes... On apprend tout dans ce premier tome, et ça ressemble à de l'héroïc fantasy pour filles, si tant est que cela ne soit pas mixte ! 

L'héroïne est une jeune fille qui vit dans son monde, préservé, tranquille, où elle a tous ses repères, les Animistes. On découvre la construction de ce monde-là, construction qui fonde la construction de chacun des mondes. Prédomine une espèce de "chef de clan", ici une femme, qui est en réalité une ancêtre, très belle, très puissante... Tous ont des pouvoirs particuliers. Notre héroïne est peu jolie, empruntée, maladroite, mais elle est dotée d'une personnalité sincère, authentique, et qui ne demandera qu'à s'affirmer, ce qu'on va voir tout au long de ce livre... 

Car, elle qui est parfaitement heureuse en tant que liseuse dans un musée (elle a le pouvoir de 'lire', de pénétrer l'histoire des objets et donc d'identifier un peu de l'histoire de ceux qui l'ont possédé à travers le temps, elle qui a refusé deux époux, elle va se retrouver sans autre choix possible fiancée à un jeune homme, Thorn, dans un autre monde... 

Transférée là bas à son corps défendant, avec sa tante sensée la chaperonner jusqu'à son mariage six mois plus tard, elle va vivre des moments très tourmentés, difficiles, âpres, et faire l'apprentissage de ce nouveau monde, et notamment d'une cour, où tous les faux-semblants et les chausse-trappes sont permis... 

Grandir, évoluer dans un univers hostile, se sauver, essayer d'avancer et de se préserver, faire attention à la confiance qu'on peut accorder : tel est le lot d'Ophélie. Très maladroite, elle ne va pas être au bout de ses peines, et se voir imposer bien au delà des limites qui auraient dû être les siennes... Mais elle tient. Se disant qu'elle serait radiée de ses deux univers si tel n'est pas le cas... Mais elle est aussi très attachante, par son authenticité, malgré sa maladresse, et les rapports qu'elle entretient avec ce Thorn honni de tous, y compris d'elle, sont intéressants dans leurs toutes petites évolutions progressives, psychologiquement très intéressantes, au fil du livre. 

On retiendra quelques personnages très marquants, comme le Chevalier, le détestable enfant de 10 ans qui martirise son entourage de ses pouvoirs pour s'octroyer l'attention exclusive de Bérénilde, la somptueuse tante de Thorn, ou encore Gaëlle, la mécanicienne, personnage très secondaire, mais attachant, de même que la vieille Hildegarde... 

Un monde véritablement intéressant et captivant à découvrir, une prouesse imaginaire à saluer, vraiment.

Je m'empresse de me ruer sur le tome 2 !

. La passe-miroir, les fiancés de l'hiver, (Tome 1), éd. Jeunesse Gallimard, 2013 ; Livre de Poche.

Voir les commentaires