Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

Articles avec #blondel

Un hiver à Paris

6 Avril 2015, 16:18pm

Publié par LaSourisJOne

Un hiver à Paris

Je vais être très prudente dans la rédaction de ce billet, parce que Blondel, quand même. Traversant une crise de désamour pour la lecture, tout ce que je peux dire c'est que Blondel, dont je suis si fan, et qui a d'habitude le pouvoir de me relancer vers les cimes du plaisir de la lecture n'y est, cette fois-ci, pas parvenu. Alors je me garderai bien de tirer de conclusions hâtives, parce que, Blondel... Mais le fait est que je n'ai pas été emportée comme j'aurais pu m'y attendre. Est-ce que dans celui-ci, Jean-Philippe Blondel a cédé aux sirènes trop faciles, trop fréquentes, de l'autobiographie ? Je ne pourrai le dire, et après tout peu importe. Cela pourrait. Cela dit, le narrateur a une quarantaine d'années, il a deux grandes filles, il revient de vacances à Arcachon, il est écrivain, et... il reçoit une lettre. Une lettre qui le replonge dans ses souvenirs, des souvenirs marquants, pour le reste de sa vie.

Je n'ai pas ressenti de conviction, d'urgence, moins de sincérité que d'habitude avec Blondel. J'espère que c'est parce que les romans m'échappent, en ce moment. Mais bref : ce postulat de départ pour raconter une histoire rappelle d'autres auteurs, mais peu importe. Le fait est que je n'ai pas accroché. Pourtant l'histoire est forte, pourrait l'être : le jeune homme, à 19 ans, s'est hissé jusqu'à une classe préparatoire, une prépa lettres. Et il y a ce prof, odieux, comme on en a tous connu, et cet élève, qui saute, après un cours avec celui-ci, dans le vide, et se suicide. Le jeune homme puis l'homme restera marqué par cette histoire.

Je n'ai pas été plongée au coeur des choses, au coeur des êtres comme d'habitude avec Blondel. Même finalement l'ancrage du jeune homme, social, familial, important pour ses choix, je l'ai trouvé trop peu 'ressenti'.

Pourtant, il y avait des germes : quelque chose dans cet échange entre cet ado et le père du fils suicidé, quelque chose dans le cheminement du personnage principal mais qui reste, à mon goût, inabouti. Mais... Blondel. Alors je veux croire que j'étais une mauvaise lectrice, cette fois-ci.

Un hiver à Paris, Jean-Philippe Blondel. Ed. Buchet-Chastel, janvier 2015.

Voir les commentaires