Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

australie

La Maison des hautes falaises :(

26 Juin 2022, 08:49am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Bon, bon, bon. J'avais oublié que je n'aimais pas cette auteure. J'avais déjà, sans m'en souvenir, detesté Le murmure du vent, alors il faut que je m'en souvienne, quand je verrai dorénavant son nom, un titre alléchant, une couverture alléchante... 

J'avais ce livre dans ma bibliothèque depuis un an. Je me suis beaucoup ennuyée en le lisant !

Ca commence par deux histoires lourdes, gorgées de pathos ; aussi, pas de finesse là-dedans, on nous placarde très vite les traumatismes de nos deux personnages, comme si c'était le postulat du roman. 

Je n'ai pas aimé le personnage féminin, Callista, je le trouve bancale, pas authentique, pas abouti, peu franc... Dommage, peut-être ? Le personnage masculin (Lex) est peut-être un peu plus travaillé. Je n'ai pas aimé du tout non plus l'arrière-plan, l'histoire de la chasse à la baleine, l'histoire de cette famille de baleiniers qui porte le roman et l'accompagne. Ca ne m'a pas intéressée du tout. Les personnages secondaires sont plus intéressants...

Bon : Lex vit un traumatisme avec sa femme autour d'une enfant perdue, alors il quitte Sydney et s'installe dans le bush, en rase campagne, rachetant une maison sur la falaise... Maison chargée d'histoire familiale. Dans ce petit village où tout se sait, Callista vit seule, peint... Elle ment, se ment... Enfin, c'est ce que j'en ai retenu ! Leur rencontre suscite tout de suite de l'attirance, et de nombreux ratés faite du fait qu'ils ne se parleront finalement presque jamais réellément...

Bref, un auteur à éviter pour moi ! 

. La Maison des hautes falaises, Karen Viggers, éd. originale 2008 (australien), éd Les Escales 2016.

Voir les commentaires

L'invité du soir :))

21 Décembre 2014, 16:13pm

Publié par LaSourisJOne

L'invité du soir :))

Ce premier roman de Fiona Mc Farlane est incroyable, incroyable de force, étouffant, troublant... L'invité du soir (The Night guest, dans son titre original) est un titre très inspiré ; il contient toute l'ambiguïté du roman, son pouvoir évocateur, son creuset d'angoisses... Il aurait aussi bien pu s'écrire 'L'invitée du soir' et désigner cette Frida chtonienne, qui entre tel un boulet de canon implacable dans la vie tranquille du personnage principal, Ruth, au soir de sa vie. Et bien sûr, l'invité du soir c'est ce qui rôde, ce qui fait peur, ce qui sourd au fond de soi, formidablement incarné par le tigre, le tigre au pas lent, au souffle épais, qui vient à la lisière du réel, visiter la maison.

Ce récit déstabilise, remue : non, on ne veut pas voir cette pauvre vieille femme abusée par cette autre, qui profite de sa fragilité ! Il rend incroyablement compte de la façon dont Ruth bascule, perd pied, 'aidée' par cette adjuvante qui n'en est pas une, Frida. Ruth, originaire des Fidji, vit seule, dans une maison au bord des dunes, au bord de la mer, en Australie ; elle a 75 ans. On est dans sa tête, si bien qu'on sait quand elle a toute sa raison ou quand elle déraille ; et alors que cette femme a, au début de l'histoire toute sa raison, malgré le tigre qui incarne ce soir-là la peur de l'endormissement, la peur de l'autre monde aussi peut-être, bref, on suit le déraillement de Ruth malgré elle, entrainée sur ce chemin par cette femme qui se présente chez elle, Frida, et s'immisce dans sa vie au prétexte de l'aider.

Tel un bulldozer, elle ravage ses repères, accroît sa dépendance, puis ira jusqu'à la dépouiller de son argent. Dans un mélange extraordinaire de confusion des sentiments ; la pauvre Ruth en perd son latin, celle qui l'aide pourrait être une personne malveillante ? La romancière réussit ce tour de force de nous faire suivre ce personnage étrangement lucide, et vaincu tout à la fois ; il y a ce mélange de sentiments, la fragilité des personnes âgées, à la merci de, l'éloignement des fils Jeffrey et Phillip, qui vivent leur vie d'hommes mariés loin de leur mère et de cette Frida. Les plongées dans le passé, les manies incroyables de cette Frida (ses médicaments, son obsession de la propreté et du nettoyage à l'eucalyptus, ses tenues blanches, ses teintures de cheveux...), et puis ce tigre, cet extraordinaire tigre auquel Frida donne de la densité, et la nature, bien sûr, la nature écrin de beauté et à la fois écrin étouffant, de végétation qui étouffe, envahit, emprisonne...

Vraiment étonnant. Savoureux.

L'invité du soir, Fiona Mc Farlane, éd. L'Olivier, 2014 (2013 éd originale). Traduit de l'Anglais (Australie).

Voir les commentaires

Piège nuptial :))

29 Septembre 2013, 20:46pm

Publié par LaSourisJOne

Piège nuptial :))

Y a pas à dire, Douglas Kennedy est une valeur sûre. Mon emballement chaque fois que je me plonge dans ses histoires se confirme encore une fois avec ce Piège nuptial, son premier roman, initialement traduit Cul de sac. Je dois dire que les deux titres conviennent à merveille, et qu'avec celui-là, on n'a pas envie de faire la fine bouche. Dès son premier roman donc, le new-yorkais excellait à nous emporter dans le tourbillon de ses histoires. Et c'est à un rythme haletant qu'il mène celle-là, et dans un style très enlevé qui ajoute sans doute à la jubilation qu'on éprouve à le lire. Je ne sais pas si l'Australie ressemble à ça, mais on peut l'imaginer ainsi, et sa peinture de cette contrée ne manque pas de piment !

On suit donc Nick, le personnage principal, héros médiocre, journaleux aux Etats-Unis, qui décide un jour sur un coup de tête (en tombant sur une carte routière d'Australie) de tout laisser derrière lui et d'y partir à l'aventure. A la rencontre des grands espaces vierges, inexplorés ou presque. Très vite on est plongés dans son road-movie solitaire, et on vit avec une intensité que l'on doit au talent narratif de Douglas Kennedy, ses préparatifs, ses angoisses concrètes, mécaniques, ou liée à un choc avec un kangourou... Jusqu'au jour où il rencontre une auto-stoppeuse... qui va changer sa vie, à son insu ! Drogué, entrainé dans un village sensé être rayé de la carte et où seules vivent trois familles sous leurs propres lois, le voici prisonnier d'une terre hostile, et dont tous ceux qui ont tenté de partir sont morts ! Jusqu'à ce point d'orgue, la fuite en voiture avec Krystal, suivis par trois monstres armés... Le suspense est parfait, vraiment on en redemande. Merci à Sam de m'avoir mis ce Douglas Kennedy entre les mains !

. Piège nuptial, Douglas Kennedy, Pocket. 1994 (Anglais) et 1998 (Fr).

Voir les commentaires