Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

amour

... 569, l'amour

26 Août 2018, 19:06pm

Publié par LaSourisJOne

"Ce serait le pire échec. Je ne te détesterai jamais, je te le jure. Quoi qu'il arrive".

Michèle MANCEAUX

Voir les commentaires

La délicatesse du homard :)

16 Août 2018, 21:35pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Agréable lecture d'été !

Un roman choral, deux voix, plaisant.

Il aurait pu me sembler un peu long, mais j'ai pris plaisir à le lire.

Axelle échoue sur une plage et un homme à cheval la reccueille. Elle est mal en point psychologiquement, il vit seul et refuse les attaches... Ils vont apprendre à vivre ensemble, et à dépasser le pragmatisme d'un partage du quotidien.

Reconstructions à deux, qui font du bien.

Ce n'est pas qu'une histoire de reconstruction de l'amour de soi et de l'autre, mais aussi pour Axelle une reconstruction plus profonde, plutôt bien sentie et donnée à voir, sensible, quant à un parcours traumatique lié à l'enfance et des parents très maladroits (pour le moins). A ce niveau-là aussi, son parcours est très crédible et plutôt intéressant, et le cheminement de sa résilience aussi.

Merci à Nolwenn pour la découverte et le plaisir de lecture, 

. La délicatesse du homard, Laure Manel, éd. Michel Lafon, décembre 2016.

Voir les commentaires

Une lettre de vous :))

12 Août 2018, 20:25pm

Publié par LaSourisJOne

Roman épistolaire.

Gros coup de coeur pour ce livre sur lequel je suis vraiment tombée par hasard. Seul le titre, véritablement trop passe-partout, aurait pu me retenir de le lire, et freiner mon enthousiasme, qui ne s'est pas démenti tout au long de la lecture de celui-ci.

Deux périodes se chevauchent dans la narration, exclusivement par lettres : 1912 et suivantes, et 1940. Les deux guerres. Une correspondance entre une jeune femme, écrivain, qui vit sur l'ile de Skye, et un étudiant, qui lui écrit pour lui dire qu'il a adoré son reccueil de poèmes. Leur correspondance continue, et quelque chose d'extrêmement fort va naître...

Parallèlement, 1940, lettres de Margaret, une autre femme donc, à un homme... Et l'on comprendra comment ces deux histoires peuvent se rejoindre... Un roman d'amours merveilleux ! 

Médiathèque de Saint-Malo.

. Une lettre de vous, Jessica Brockmole, éd. Les Presses de la Cité, avril 2014.

Voir les commentaires

... 557, l'amour

24 Juillet 2018, 08:50am

Publié par LaSourisJOne

"Les sensations de l'amour ne sont jamais qu'approximatives".

Margaret ATWOOD

Voir les commentaires

Une dernière danse :))

7 Juillet 2018, 09:34am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

J'avais déjà lu avec un grand bonheur L'île des oubliés, de cette auteure. 

Deuxième coup de coeur pour Victoria Hislop avec ce livre-là, qui est rudement efficace pour faire naître sous nos yeux les personnages d'une famille, les liens d'attachement qui les unissent, et l'absolue injustice d'un sort induit par le contexte, pour les séparer. (La peste, avec l'île des oubliés, la guerre civile ici).

En outre, j'avais déjà lu plusieurs livres autour de la guerre civile en Espagne, lu un certain nombre de choses, apprécié le Guernica de Picasso... Et pourtant, jamais je n'ai compris aussi bien ce qui s'était passé dans ces années-là, avant 1936 et pendant ces trois ans d'horreur où sous l'impulsion de Franco une partie des Espagnols se sont retournés contre les intellectuels de gauche, les ouvriers, les communistes, la danse... Mon Dieu, je n'imaginais pas que cela avait pu être à ce point. Saga d'une famille pendant cette période, dont le père tient un café ; la saga arrive par le biais de photos dans ce bar que la narratrice découvre par hasard lors d'un voyage à Grenade.. Bien sûr, certains "coïncidences" peuvent faire tiquer, bien sûr ; mais ça ne gâche rien au plaisir que j'ai eu d'entrer dans les deux époques, les deux vies celle de Sonia la narratrice, et son gougeat de mari, et la magnifique famille de Mercedes, la jeune danseuse de flamenco... J'adore cette idée que c'est la danse qui sauve, le fait d'exprimer par son corps ses sentiments, et de s'oublier par ce biais, qui préserve de la rudesse de la vie. Et les frères, le torrerro, et puis les deux autres... Et Javier, le beau Javier...

J'ai aussi découvert la force du flamenco. 

Juste, le titre français ne me paraît pas du tout approprié, je trouve que ce roman n'a rien à voir avec "Une dernière danse", bien au contraire, ce serait plutôt "une première danse", en tout cas quelque chose qui ouvre... Le titre anglais The Return était beaucoup plus approprié.

En tout cas vraiment un roman dans lequel se plonger cet été !

Médiathèque de Saint-Malo.

. Une dernière danse, Victoria Hislop, 2008 ; France, éd. Les Escales mai 2014. 

Voir les commentaires

... 552, l'amour

18 Juin 2018, 13:15pm

Publié par LaSourisJOne

"Il savait tout ce qu'il y a à savoir de l'amour : c'est un régal de se trouver en présence de la personne qu'on aime".

Thomas SAVAGE

Voir les commentaires

This is not a love song :)

10 Juin 2018, 10:02am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Retrouver Jean-Philippe Blondel. Se couler avec toujours autant de plaisir dans son écriture, dans ses récits sensibles, qui nous font ressentir ce qu'ils veulent nous faire ressentir. 

Il est parvenu avec celui-ci à densifier de manière très inattendue et totale la phrase, dans une conversation mondaine et apparemment superficielle : "ah j'ai vu un reportage sur les SDS, c'est terrible". Evidemment, convenu. Et c'est ce qu'on se dit de celle qui la prononce. Et soudain, le récit se poursuit et les personnages sont éclairés d'un jour nouveau, vif et cru, brut très intéressant. Ces personnages qu'on croyait connaître et avoir rangé dans des cases, il faut bien les en sortir, et les redessiner, tous ou presque. Au moins le frère du narrateur, et la belle-soeur. Pas si simple, de ne pas les aimer. Finalement...

Histoire d'attaches familiales, de famille qu'on quitte pour survivre, et se reconstruire ailleurs. En l'occurence en Angleterre pour le narrateur. Histoire d'un passé qui nous rattrappe quand on retourne au plus près de son passé, parce que peut-être on ne peut rester installé dans le déni toujours. Alors savoir, souffrir. Souffrir, vivre avec et accepter, puis reprendre son chemin, en sachant, plus tout à fait le même. Mais en ayant aggloméré son passé recomposé.

. This is not a love song, Jean-PHilippe Blondel, Pocket. 2007.

Voir les commentaires

La chair :))

1 Mai 2018, 12:35pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Ah, Rosa Montero, une de mes valeurs sûres.

Un sans faute, avec cet opus numéro trois, et toujours aussi convaincue, et aussi fan. 

Elle aborde donc ici le sujet de l'âge pour une femme, sans faux-semblant, déterminée.

Une femme, Soledad, seule, bien dans sa peau, enchaine les relations, enfin, disons qu'elle vit seule, mais tombe amoureuse, et vit ses histoires, souvent avec des hommes mariés. Mario l'a quittée, et elle veut se venger, alors elle engage un "escort" pour aller au théâtre et se donner à voir en la compagnie de ce magnifique bêlatre. 

Mais ce qui ne devait être qu'une soirée... Avec la légèreté, la finesse, la justesse de vue dont elle sait faire preuve, elle nous entraine au gré du quotidien de cette femme, qui a réussi sa vie professionnelle, et vit plutôt aisément.

Elle sait toujours nous surprendre, nous cueillir ; mais les livres de Rosa Montero se lisent, véritablement, les mots qu'on peut en dire ne sont jamais à sa hauteur !

Ah, j'allais oublier, un des plaisir avec cet auteur, encore : celui de découvrir, grâce à elle. Car Rosa Montero ouvre sur le monde. Ainsi, ses livres vous donnent envie de découvrir des artistes dont elle sait vous parler à merveille... Je lui devrai, merci à elle, ma découverte de Ludovico Einaudi que depuis j'écoute en boucle :)

Médiathèque de Saint-Malo.

. La Chair, Rosa Montero, éd. Métaillié, 2016.

Voir les commentaires

Les années douces :))

22 Avril 2018, 20:53pm

Publié par LaSourisJOne

BD.

Emprunté par hasard, sans avoir fait le lien avec cette BD, Quartier lointain, que j'avais lu et aimé il y a longtemps.

Beaucoup aimé celle-ci. Sans doute déjà parce que c'est un manga "à l'occidentale", qui ne me fait pas pester à l'encontre du sens de lecture ; 

J'ai aimé le rythme, lent, de cette histoire; les dessins posés.

J'ai été admirative du talent qui se dégage du trait de l'auteur, particulièrement frappant dans ces deux tomes des années douces : avec quelques traits, il peint avec justesse une palette très large de ressentis humains féminins, son personnage principal étant une femme.

J'ai aimé le rendu de son vague à l'âme, son rapport quotidien à la solitude, la façon qu'elle a de s'accrocher à ce professeur, leur histoire, simple, la poésie, la féérie des planches...

J'ai moins aimé l'intrusion de la grande féérie, ou de l'imaginaire total, mais après tout, cela faisant partie de cette histoire, allons y pour les Tengus, nous trop/si rationnels, pauvres de nous...

Les scènes au bar, les plats commandés par les deux personnages, la nourriture qui devient un art de vivre du quotidien, un rythme de vie, 

vraiment, une respiration délicieuse.

Médiathèque de Saint-Malo.

. Les années douces, BD, 1 et 2, Tanigushi, Casterman, 2010.

Voir les commentaires

Amours :))

17 Avril 2018, 18:48pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Deuxième découverte, réussie de Leonor de Recondo, après Rêves oubliés (paru en 2012) pour moi.

Charme de ce livre-ci, qui nous invite à plonger dans une époque, un siècle en arrière, si rude et si cruelle pour les femmes.

On mesure le chemin effectué, même s'il en reste à faire...

Le statut de domestique détermine bien souvent une condition, et prédestine assurément. Ainsi, les femmes peuvent se faire engrosser comme si c'était normal par l'homme de la maison... Après, il s'agit de cacher l'histoire sous le tapis, et elle, et l'enfant qui en naît parfois, en sont les dommages colatéraux !...

Ici, Victoire est la jeune femme de la maison. Naïve, évidemment, pure, forcément. 

Son mari, pas jugé, pas condamné fait sa petite affaire dans le lit de la bonne...

Mais un détournement inattendu des événements va apporter sa touche extrêmement lumineuse à cette histoire : les deux femmes se trouvent, entre culpabilité et difficulté à assumer évidemment, mais cette histoire est belle. La fin, bien que tragique (on peste, on peste, on aurait tellement voulu que ça puisse finir autrement !) est elle aussi très poignante et belle.

Médiathèque de Saint-Malo.

. Amours, Léonor de Recondo, éd. Sabine Wespieser, janvier 2015.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>