Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

Articles avec #amour

L'ami de jeunesse :))

7 Octobre 2015, 15:46pm

Publié par LaSourisJOne

L'ami de jeunesse :))

J'avoue avoir pris plaisir à me couler dans ce livre. L'histoire d'un psychiatre de 48 ans, entouré de deux pieds nichelés - son meilleur ami de toujours, et son frère -, marié à Elisabeth. En pleine crise de vie sans doute, en plein creux de la vague sans doute, qui décide qu'il va changer de voie, et poursuivre celle qu'il n'a jamais osé poursuivre, celle du professorat. Et qui pour cela, s'inscrit à la Sorbonne, pour reprendre des études d'histoire. Où il rencontre, homme sorti de la séduction depuis longtemps, Charlotte, professeure d'histoire qui ne le laissera pas indifférent.

Tout dans ce livre est drôle. Certes, certes, le narrateur est un ronchon de première, et il fait preuve d'une acidité, d'une aigreur sans pareilles. Mais c'est tellement raffraichissant, en ces temps il est de bon temps d'être toujours consensuel ! Alors même si c'est sans doute excessif, sans doute injuste, j'avoue que j'ai beaucoup ri. Tout en prend plein son grade. Les rugbymen ! J'adore :) Les profs à la Sorbonne ! Ses malades ! La vie, la mort, ceux qui rient... Il y a à la fois une dureté sans nom et une certaine finesse de vue. L'écriture est habile, il ne cède à aucune facilité dans la façon d'écrire, à aucune évidence, et ça c'est plutôt agréable.

Le personnage principal est plein de failles, plein de défauts, il se regarde avec une sincérité touchante. Il avance comme il peut, malgré sa vie bien rangée, établie, son statut de psychiatre... La vision de l'amour est assez belle, loin d'être elle, dénigrée pour le coup, c'est finalement la seule qui échappe au laminage général. Et ces deux pieds nichelés ! Le frangin qui vit en parasite chez lui, et le copain ado attardé qui tient pourtant son resto... Le trio est savoureux. Et sans doute assez proche d'un trio amical de garçons comme on peut en connaître. Certaines scènes sont désopilantes !

Comme quoi le hasard (en l'ocurrence le stand d'une braderie) réserve parfois de belles surprises.

L'ami de jeunesse, Antoine Sénanque, éd. Grasset. Septembre 2008.

Voir les commentaires

Le sourire des femmes :))

20 Août 2015, 10:34am

Publié par LaSourisJOne

Le sourire des femmes :))

Pur bonheur que ce livre-là. Peut-être renforcé par le fait que je quittais un livre qui m'avait véritablement horripilée, mais véritablement réjouissant. Je ne l'ai pas lâché. Un peu dans l'esprit de Gilles Legardinier ; en tout cas, j'ai beaucoup ri en lisant ce livre. J'ai aimé chaque personnage. Ils sonnent 'vrai', ils ont leurs fragilités, leur sensibilité, leur caractère... C'est drôle, enlevé, sans temps morts. Et c'est un très joli livre sur l'amour... Ou ce que l'on peut faire pour un coup de foudre...

Pour André Chambenais, donc, la réponse est... beaucoup, et même à la folie ! Tout commence par un bobard entre amis, avec un de ses amis anglais, puisque les Français sont friands d'auteurs anglais qui écrivent sur Paris, qu'à cela ne tienne : on leur en invente un ! Le trentenaire écrit un livre, et ils camouflent leur supercherie en prêtant au faux auteur anglais une identité, celle du frère, d'ailleurs, dentiste... Seulement voila : Aurélie Bredin, qui travaille dans un joli petit restaurant parisien 'Au temps des Cerises', qui ne lit jamais va tomber par hasard sur ce livre, le dévorer, s'y reconnaître et vouloir à tout prix rencontrer l'auteur, pour comprendre... Et c'est le début d'une aventure cocasse, avec un personnage qui s'enferre dans ses mensonges... J'ai adoré.

Et finalement, seul le titre est assez 'niais', mais l'ensemble est tellement joli et attachant que franchement, on va pas pinailler.

Merci à Nolwenn pour ce prêt !

Le sourire des femmes, Nicolas Barreau, éd. Héloïse d'Ormesson, février 2014, Le Livre de Poche janvier 2015.

Voir les commentaires

Chambre à part :)

3 Août 2015, 10:35am

Publié par LaSourisJOne

Chambre à part :)

Je suis entrée dans ce livre en toute innocence. Parce qu'il m'a fait de l'oeil dans un rayon de médiathèque et qu'en lisant la 4ème de couverture, cela m'a intrigué, séduit : c'était tout un programme, une gageure : comment faire pour que l'amour survive, vive toujours fort, né de/en 68 et toujours trente ans plus tard ? Comment un couple se construisait au quotidien avec succès ? Ca a suffi à me donner envie de lire ce livre. Etrangement, je n'avais pas identifié le nom de l'auteur, qui pour moi restait inconnu. Petit à petit... le dessinateur de presse brillant et génial dont la narratrice s'éprend en 1968 n'est-il pas... Wolinski ? Evidemment, la coïncidence serait trop grande... Le témoignage, beau en soi, prenait plus de force encore,compte tenu de ce destin injuste qui lui ôta la vie le 7 janvier dernier. Ce livre ayant été écrit bien avant, il y a au moins 13 ans par sa femme, journaliste et écrivain.

C'est une jolie voix, que celle de Maryse Wolinski. Une singulière trajectoire, qu'elle nous livre là, qui ne cherche pas à dissimuler. Une trajectoire habitée par une présence à ses côtés, celle de Georges Wolinski, qu'elle ne nomme pas dans son livre, comme en une dernière pudeur respectueuse. Il est 'Il', 'lui', on sait... Ce qui marque, ce qui frappe, c'est l'extraordinaire histoire de ce couple, demeuré amoureux malgré les tourments, malgré les rencontres, malgré les milieux, malgré l'époque, en une beauté très touchante. Une incroyable ode à l'amour, réel.

Enserrée par un incipit où elle raconte une soirée chez des amis, et la noble fragilité soudaine ressentie par son mari, qu'elle doit emmener à l'hôpital avant de lui dire : "toi tu ne vieilliras jamais ; je t'interdis de vieillir", et le retour narratif à l'hôpital à la toute fin du livre, l'écriture de ce livre résonne comme la mise en mots d'une peur, le défi à la mort, en faisant revivre par les mots la trajectoire touchante ; un livre qui résonne comme un acte d'amour.

On sait, pourtant, elle ne nous le cache pas, que cet amour commence par une admiration sans borne, une fascination éperdue pour cet homme ; qu'elle aurait pu se perdre, s'oublier, dans cet amour, face à cet homme... Mais le joli objet, "la petite jeune fille blonde" va devenir sujet, affirmer sa personnalité et l'un l'autre évoluer dans les méandres de l'amour, plus fort que tout. Elle s'affirmera féministe face à un personnage qui croquait les femmes comme des objets ; son attachement au communisme est passé au crible aussi, sans complaisance, objectivement, sous tous les angles ; leurs relations mondaines... L'un et l'autre deviennent touchants, parce qu'ils sont généreux, et qu'ils aiment, clé merveilleuse.

Médiathèque de Dinard.

. Chambre à part, Maryse Wolinski, éd. Albin Michel, 2002, Le Livre de Poche.

Voir les commentaires

... 378

1 Août 2015, 19:27pm

Publié par LaSourisJOne

"Le désir amoureux comme l'amour, finalement, échappe à toute analyse, à toute définition. Ils vous tombent dessus. Il faut croire qu'ils se vivent, mais ne se décortiquent pas".

Maryse WOLINSKI

Voir les commentaires

La vie est facile, ne t'inquiète pas

4 Juillet 2015, 21:23pm

Publié par LaSourisJOne

La vie est facile, ne t'inquiète pas

Décidément, ce que j'aime le moins avec cette auteure, ce sont ses titres. Que je trouve vraiment peu apropriés. Celui-là, encore...

Alors j'ai pris l'histoire en cours, puisque ce troisième livre d'Agnès Martin-Lugand est la suite du premier, 'Les Gens heureux lisent et boivent du café'. Après avoir compris ce qu'étaient 'Les Gens', le nom du café littéraire créé par l'héroïne, vraisemblablement avec son mari de l'époque Colin, et sa fille, décédés dans un accident de voiture, on entre bien dans l'histoire. Qui se fait un peu fleuve, un peu trainante, pour nous emmener exactement là où sait assez vite qu'elle va nous emmener. Et même si l'expression 'river les yeux dans ceux de' finit par profondément nous agacer à force d'être utilisée trop de fois, eh bien, on accroche quand même. Bon. Les personnages ne sont pas très fouillés, un peu basiques ; peu importe, l'histoire prend quand même. Donc, Diane se reconstruit, dans et avec son café, et son meilleur ami Félix. Et puis elle rencontre Olivier, qui tombe amoureux d'elle, et elle se dit qu'elle aussi. Renaissance amoureuse, sentimentale, après ce traumatisme de la perte et du deuil de son mari et de sa fille. Mais l'Irlande, où elle semble qu'elle soit allée pour se retrouver un an auparavant, après la perte de mari et fille ; un homme, Edward, dont on comprend que leur histoire a été passionnelle. On sait d'emblée qu'en se revoyant d'abord par hasard, l'histoire va nous mener là. Bon. Plaisir de voir la lutte contre soi (euh, pas longue), et la reconnaissance de l'inclinaison qui nous fait basculer dans une autre vie. Plaisir de ces liens qui comptent, de la chaleur qu'ils procurent, et qui passent à la lecture. Plaisir de la lecture, malgré tout.

Merci à Samuel de m'avoir permis de lire ce livre.

La vie est facile, ne t'inquiète pas, Agnès Martin-Lugand, éd. Michel Lafon, avril 2015.

Voir les commentaires

L'élixir d'amour

30 Juin 2015, 17:49pm

Publié par LaSourisJOne

L'élixir d'amour

Un roman pas trop long, qui parle d'amour, et sous la forme d'une correspondance : allez, ça se tente. Ce livre a commencé par m'agacer, je dois l'avouer. Propos trop attendus, personnages trop stéréotypés, et un principe 'facile', l'échange de lettres, prétexte pour parler des relations hommes-femmes. D'autant qu'autant être clair : ces lettres, ou présentées comme telles, entre un homme à Paris, et une femme à Montréal, ne sont pas des lettres ! Je sais que je pinaille, mais on a du mal à imaginer ces courriers qui s'échangent par voies d'avion, et ne contenant parfois que quelques lignes... Ce sont plutôt des mails, qui ne se présentent pas comme tels. Premier élément bancal, donc, mais passons.

Puis, quand même, il faut avouer, heureusement, quelques 'rebondissements', quelques retournements de situations qui font retrouver un (léger) regain d'intérêt pour le livre : le séducteur, psy de surcroit, qui se la raconte sur les femmes et son rapport aux femmes finit par tomber dans le piège de l'amour ; et finalement, on découvre que l'écriveuse, l'interlocutrice (ils ont vécu une passion de plusieurs années ensemble avant de se séparer) a tout fomenté pour qu'ils se retrouvent. Bon, c'est assez peu crédible, mais ça fait sourire, un peu.

Je pense toutefois que j'oublierai assez vite ce roman d'Eric-Emmanuel Schmitt...

Médiathèque de Saint-Malo.

L'élixir d'amour, Eric-Emmanuel Shcmitt, éd. Albin Michel, Avril 2014.

Voir les commentaires

Entre mes mains le bonheur se faufile :))

27 Juin 2015, 08:31am

Publié par LaSourisJOne

Entre mes mains le bonheur se faufile :))

L'embellie est venue de ce livre, finalement, que j'avais dans ma bibliothèque depuis un certain temps sans avoir eu envie plus tôt de le lire. Finalement, ce que j'aime le moins dans celui-ci, c'est son titre : certes, le rapport avec le tissu qui passe dans la machine à coudre, mais je ne le trouve absolument pas en adéquation avec le propos ! Peu importe.

Voici un roman que j'ai dévoré ; il n'a pas été sans me rappeler par certains aspects 'Fourrure', d'Adélaïde de Clermont-Tonnerre, même si tous deux sont très différents. Sans doute l'univers (du luxe), et aussi le mystère d'une femme distinguée crucifiée par sa terrible solitude ; il y a de cela dans le personnage de Marthe, cette femme puissante, adulée, propriétaire des Ateliers de couture où débarque l'héroïne. Cette Marthe est loin d'être le personnage principal, bien sûr, il reste donc en second plan, et il y aurait eu matière à le développer davantage, évidemment ; ce personnage trouble, qui se perd dans le besoin de possession, qui n'est décrit que par les autres, son majordome, et puis par les deux personnages principaux. Peu importe. C'est donc l'histoire d'une jeune femme, Iris, la trentaine ; mariée à un fieffé égoïste, un médecin, qui lui ment et la trompe, on le sent longtemps avant de le savoir. Et puis il y a ce deuil mal cicatrisé pour elle qui tente pourtant de vivre malgré tout une vie qui ne lui convient que moyennement, mais qu'elle accepte, parce qu'elle pense que c'est la vie. Ce deuil d'une carrière de couturière, qu'elle n'a pas pu faire, pensant avoir été recalée à une école de couture ; on apprend alors en même temps qu'elle, en plein dîner de famille, qu'en réalité ses parents, bourgeois, voulant la modeler à leur image, bien peu compréhensifs du bonheur de leur enfant finalement, ne lui ont jamais dit, qu'en réalité elle avait été retenue à cette école. Le drame, si longtemps après, et qu'on comprend. Malheureuse dans son métier (elle travaille dans une banque), elle retente, et est reçue. Il faut aller à Paris pour six mois. Sous la coupe de son mari, cela est particulièrement bien décrit : le drame 'individuel' des femmes qui se sacrifient au nom des convenances, de ce qui se fait, pour un supposé bonheur familial, de couple, alors qu'en réalité il s'agit du confort de l'homme... Tant, tant de situations comme celles-là, encore, toujours et même aujourd'hui... Mais bref, jamais de bourreaux sans victimes. Bref : elle, Iris, bien qu'en douceur secoue son joug, et finit par raffler le deal d'aller vivre ces six mois. Six mois qui vont changer sa vie évidemment. Entre Marthe, le 'mentor', celle qui la modèle à son image, son talent révélé, ses doigts de fée, l'univers luxueux qu'elle découvre, et ce magnifique Raphaël, séducteur, sous l'emprise de Marthe, également. Un jeu mortel va se jouer entre ces trois-là, sans que ce soit jamais pesant ; entière jusqu'au bout, naïve mais pas idiote Iris ne va pas se trahir, et c'est ça qu'on aime : même si elle cède une fois, et rentre, brisant son rêve une nouvelle fois et sa carrière sous l'impulsion d'un mari soudain jaloux, elle découvre enfin son adultère, qui dure depuis un an ; alors elle refait ses valises et remonte là où sa vie, celle qui lui ressemble finalement, celle où il y a moins de confort, plus de risques, mais plus vraie, l'attend. J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre !

Entre mes mains le bonheur se faufile, Agnès Martin-Lugand, éd. Michel Lafon. Juin 2014.

Voir les commentaires

La fin d'une liaison :)

16 Janvier 2015, 21:58pm

Publié par LaSourisJOne

La fin d'une liaison :)

J'ai beaucoup aimé ce livre. L'ambiance de celui-ci. Etre plongée dans les sentiments de trois personnages principaux, autour d'une passion amoureuse, dévastatrice. Décriptée, passée au crible comme un kaléidoscope, sous toutes ses faces ou presque. Avec la retenue des temps passés, et les limites de l'époque. Pendant la seconde guerre mondiale. Les bombardements sont là, ont leur place sur l'avenue des Allées à Londres, mais ils sont presque comme en retrait, tant on est 'à l'intérieur' des personnages. Et même si l'un des bombardements a des conséquences cruciales, sur l'histoire des protagonistes, même si c'est de façon inattendue (via le serment à Dieu que si son amant s'en sort, elle le laissera vivre sa vie, et ne le reverra plus).

Alors nous avons le personnage principal, écrivain, qui semble s'ennuyer, finalement. Ecrit des livres qui sont souvent des commandes. Rencontre Sarah, la femme d'un dignitaire de l'Etat anglais, et se met en tête de capter des éléments sur lui, ou sur sa fonction, pour ses romans. Et finalement, on ne sait pas si c'est l'amour, le désoeuvrement ou l'intérêt qui l'emporte ; toutefois, il vit petit à petit une passion amoureuse avec elle. Elle, bien que mariée, mais extraordinairement loin de son époux par la pensée, s'éprend semble-t-il plus sincèrement de cet amant. Et avec une grande naïveté, sincérité, humilité quant à elle même, elle entre dans sa vie. L'autre (l'amant) est rongé de jalousie (sans doute par orgueil), très vite, jalousie destructrice de leur idylle cachée.

Et puis il y a cet homme qui donne des conférences sur l'avenue des Allées, là où tout le monde se croise; et puis le détective privé, chargé d'enquêter finalement d'étrange manière sur Sarah. Beaucoup de lâcheté de beaucoup de personnages, de faiblesse aussi, comme chez ce mari, donné à voir comme peu aimable, tant il est veule, et dépendant (malgré ses hautes fonctions) ; et puis ces attachements naissants de tous, à l'égard de Sarah, qui se dévalorise tant, et s'accroche à son sermon fait à un Dieu auquel elle ne croit pourtant pas. La question de la foi, est finalement assez centrale dans ce livre, tout autant que celle de l'amour, la passion, l'amour de soi, la vie, ses choix, et la mort. Des réflexions nourries qui viennent étayer et donner une densité supplémentaire à ce roman, sans que ce ne soit jamais indigeste.

La fin d'une liaison, Graham Greene (Anglais). éd. 10/18. 1951.

Voir les commentaires

Le rendez-vous de Venise :))

29 Octobre 2014, 23:11pm

Publié par LaSourisJOne

Le rendez-vous de Venise  :))

Ce livre est une petite pépite. Je l'ai découvert par hasard, ainsi que son auteur. Quel régal, quelle belle promenade avec cette poignée de personnages en miroir, et surtout au gré de la peinture, que ce livre nous amène à regarder différemment, avec tant d'humanité ! J'ai adoré. Dans la peau d'un homme, d'une trentaine d'année, qui vit dans l'aura de son oncle, érudit, savant connaisseur, extrêmement pointu, et reconnu de la peinture et des peintres italiens et flamands... Déjà celui-ci, l'oncle, nous offre des voyages savoureux au gré de ces peintures qu'il nous invite à revisiter et à regarder à nouveau comme il les voit, et ce, par le prisme du neveu, qui trace sa route dans les pas de son oncle, sans douter, sans ciller, pétri d'admiration. Lui donc, aussi, va devenir connaisseur de peinture. Vivant, accompagnant l'oncle au gré de ses déplacements, qui à Venise, qui à Rome... Et à son décès, il trouve un carnet. Carnet qu'il se met à lire, et dont il nous livre la lecture, entremélée de ses commentaires, carnet qui lui révéle... une femme dans la vie de son oncle. Quoi ? Mais il ne le savait pas. C'est savoureusement jaloux ; on s'amuse de son énervement à découvrir un autre (une en l'occurrence !) privilégié, dans les secrets de cet oncle... Il résiste, refuse, réfute, non ce n'est pas son oncle, et puis il va bien devoir se rendre à l'évidence, son oncle a aimé, à son insu, et n'était-ce pas son droit ? Le neveu va rencontrer cette femme, par hasard, leur entrevue est vraiment savoureuse ; quelle vision, croisement des regards, autour de cet oncle, absent, mais pourtant tellement là, ayant marqué leurs deux vies ! Et puis il y a cette histoire en miroir, que vivre le neveu, avec la fille de Judith, l'aimée de son oncle. C'est drôle, touchant, vraiment vraiment bien. Brillant.

. Le rendez-vous de Venise, Philippe Beaussant, éd. Fayard, 2003. Paru en Poche en 2005.

Voir les commentaires

... 311

27 Octobre 2014, 08:32am

Publié par LaSourisJOne

"Le labyrinthe : rien que le monde souterrain, sans forme, que chacun porte en soi, et où il tremble de descendre parce qu'il y fait noir et qu'il a peur, terriblement peur, qu'il y ait en effet, tout au fond, un minotaure. Et chacun tâtonne dans le noir et crie : "Ariane, ma soeur, ton fil, où est ton fil ?".

Philippe BEAUSSANT

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>