Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

Articles avec #afrique

La tête ne sert pas qu'à retenir les cheveux :)

21 Février 2016, 22:55pm

Publié par LaSourisJOne

La tête ne sert pas qu'à retenir les cheveux :)

Roman ado.

Ah, les éditions Thierry Magnier, bénies soient-elles. J'y ai vraiment lu des pépites. Encore une lecture que je ne regrette pas, par leur biais.

Un livre sur l'excision. Qui cherche à informer, plutôt qu'à condamner de façon radicale. Informer pour faire cesser cette coutume barbare qui consiste à "mutiler" les fillettes pour maîtriser le plaisir des femmes. Enfin, ce que raconte une des protagonistes (du Sénégal), cette coutume est perpétuée par les femmes pour être dans la norme, parce que les femmes non excisées seraient ostracisées et malheureuses parce que non dans la norme ; mais les mères souffrent dans leur chair de faire subir cela à leurs filles...

C'est donc l'histoire d'Awa, 16 ans, qui vit en France, à Villepinte. Un jour, se plaignant de douleurs au sexe, elle ose aller au Planning familial et ... apprend qu'elle a été excisée. Choc. Révolte. Et peur, pour ses deux jeunes soeurs : l'ont-elles été aussi ? Pourrait-elle les sauver si cela n'avait pas été le cas ? Suit alors une histoire, menée avec un certain suspense, autour des deux soeurs ; avec rouages des services de protection mis en branle, surveillance pour protéger la toute jeune soeur, traque du réseau d'exciseuses qui perdurerait dans la région parisienne... Avec des passages hauts en couleur, parfois drôles, car le roman est traité aussi sur le mode de l'humour. Bien que didactique (on a parfois du mal à croire à l'âge des jeunes protagonistes tant ils paraissent dotés d'une maturité hors norme), le roman est séduisant, et amène aussi les réflexions sur le racisme, à partir là encore d'éléments concrets, scientifiques qui balaient la conception des races et donc du racisme. Ainsi, la tante, Dado, émancipée, enfin, vivant à l'européenne (mais elle aussi excisée), universitaire, amène des réflexions qui font rire mais font mouche, toujours basées sur des études sérieuses qui plus est. Les sentiments, la souffrance intime des protagonistes, les réminiscences d'un passé oublié sont là aussi joliment bien amenés et bien rendus. Tout cela sur fond de modernité, et donc entre modernité et tradition, à l'époque du web mais aussi avec l'apport de l'Afrique dans les moeurs de la banlieue, notamment la cuisine. En voulant éloigner les écueils des clichés, tournés en dérision par le biais notamment des scénarii cinémtographiques proposés à la jeune Ernestine, qui veut faire du cinéma, et qui finalement... ne se laissera pas enfermer dans les stéréotypes.

Entre légèreté et sérieux, sur un sujet grave, un joli roman, qui aborde un sujet fort avec une vraie histoire de fiction, et sans tabou.

Médiathèque de Saint-Malo.

. La tête ne sert pas qu'à retenir les cheveux, Pauline Penot et Sabine Panet, éd. Thierry Magnier, août 2015.

Voir les commentaires

La confession de la lionne

9 Février 2016, 11:48am

Publié par LaSourisJOne

La confession de la lionne

Que dire de ce livre-là... Qu'il ne m'a pas emportée. Que peut-être, ce n'est pas de la faute du livre. Je sais que je l'ai emprunté pour la couverture, cette lionne altière et ce titre. Il m'a donné envie d'entrer dans un changement de peau, dans un ailleurs, un autre monde.

Et finalement, le voyage ne s'est pas opéré. Je suis restée moi, et j'ai eu beaucoup de mal à m'émouvoir de ce que je lisais. Est-ce la narration qui n'a pas pu me prendre, et pourquoi ? Etais-je trop loin de ces pratiques, croyances, rituels qui façonnent irrémédiablement les êtres, au Mozambique ? Je n'ai rien ressenti, en tout cas, et je le regrette.

Car c'est le destin des femmes, là-bas, qui nous est donné à voir, dans les villages de brousse retirés de tout. Des femmes fantôme, à qui les hommes, les usages, et du coup la transmission, les filiations ont retiré toute existence. Parce qu'elles sont des femmes à la merci des hommes, dont le destin appartient aux hommes, et aussi tout autant aux sorciers, et aux croyances les plus folles ; ainsi, elles sont à la merci des rites les plus aberrants, mais puisqu'il y a le poids du passé, des usages, le danger que représente la nature et les animaux sauvages, on s'y plie. Quitte à sacrifier un être, une femme.

Ici, la part de sauvagerie de l'homme, sa part de bestialité est au coeur du récit. Et puis il y a la part de mal faite aux femmes ; ce récit est un interstice entre la violence subie et la rébellion. Et nous avons deux récits qui se 'répondent', non, se mèlent ; celui du 'chasseur', qui n'a de chasseur que le nom : il est plus aux prises avec ses insomnies, ses maux, son manque d'amour ; il va partir au Mozambique, comme pour une dernière chasse, chasser le lion qui tue les humains. Et l'autre voix, celle de Mariamar, jeune femme dont on ne sait à peine, où dont on peut imaginer tour à tour plein de destins, si elle est vive, morte, sacrifiée, ou lionne. Tout à la fois, peut-être. Sa destinée est tragique, en tout cas, sans que personne ne s'en émeuve, et l'on découvre qui sont les véritables lions, là-bas : les hommes, les pères, qui boivent, frappent, et violent leurs filles. Quant aux lionnes (les femmes), elles subissent ou se défendent, sacrifient leur fille parce qu'elles même ont payé, ou alors, comme Mariamar, sacrifie toutes les femmes alentour, pour qu'enfin, la race s'éteigne et que les femmes cessent de souffrir.

La question de la mort et de la folie sont deux questions mélées dans ce livre également, et évidemment, sur la part sombre et qui nous dévore de l'humain, c'est très intéressant.

Médiathèque de Saint-Malo.

La confession de la lionne, Mia Couto, éd. Métailié. Janvier 2015. Traduit du portugais (Mozambique) par E. Monteiro Rodrigues.

Voir les commentaires