Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

Résultat pour “La petite pièce hexagonale”

Au moins un :)

3 Mai 2015, 22:30pm

Publié par LaSourisJOne

Au moins un :)

Roman ado.

Voici un joli roman qu'on pourrait prendre pour un petit livre insignifiant et qui n'en n'est pas un. Il parle de la différence, de la façon d'être soi et de la valeur que cela a, même si c'est difficile. De l'importance de réaliser ses rêves, même simples, mais nécessaires. Et du monde du travail. D'un monde du travail formaté, en open-space, via un emploi de télévendeuse que l'héroïne accepte parce qu'il faut bien travailler. De sa prise de conscience que cela ne lui convient pas, de la souffrance que cela engendre chez elle, et puis aussi d'un tout petit conseil d'une prof de 6ème, qu'elle n'a pas oubliée, et ce passage est très chouette : celui d'avoir 'au moins un' poème qu'on connaisse pas coeur dans sa vie. Parce que du fond d'un cachot ou au milieu d'un désert, on aura toujours ce poème, en soi, au fond de soi, pour y puiser un peu de lumière. Je trouve ça très beau.

Son rêve à elle, c'était d'être coiffeuse, au contact direct avec les autres. Et tant pis si ça ne correspond pas au souhait de sa mère ! Elle veut du vrai, un petit bout de rêve, déjà, qu'on donne aux clientes, qui viennent chercher souvent bien autre chose qu'une nouvelle coupe.

Une jolie découverte. :)

Médiathèque de Pleurtuit.

Au moins un, Irène Cohen-Janca, éd. d'une seule voix Actes Sud Junior, mai 2014.

Voir les commentaires

Le renversement des pôles

23 Novembre 2015, 22:49pm

Publié par LaSourisJOne

Le renversement des pôles

Je ne sais pas bien si ce livre sera pour moi victime de cette semaine de 'bruit blanc', pour reprendre l'expression de François Busnel, c'est possible. En tout cas, cette petite histoire de vies ordinaires, modernes, ne m'a pas convaincue. Ouai, bof, j'aurais envie de dire. Mais...

Même si les choses sont assez bien croquées, la vie croisée de ces deux familles, les petits travers modernes, les chemins où l'on se fourvoie parce qu'on s'accroche à des faux-semblants, ou à de faux étendards, telle que le besoin d'avoir toujours plus, ou mieux (une nouvelle voiture, un nouveau téléphone, etc.) pour combler ses manques, la course à l'enrichissement, là encore pour combler une vie pleine de vide, cette vie vaine des adultes qui courent après ce qu'il ne savent pas vraiment, ne m'a évidemment, pas conquise. Et ca restera pour moi un énième bouquin sur les petites insatisfactions de la vie conjugale et de famille, quand on a 40 ans, ou à peu près.

Mais c'était peut-être parce que c'était une semaine de 'bruit blanc', et qu'aucun livre, peut-être ne pouvait me séduire.

Aussi, j'aurais peut-être dû laisser Nathalie Côte et son Renversement des pôles sombrer dans l'oubli sans passer par la case de ce blog...

Médiathèque de Saint-Malo.

Le renversement des pôles, Nathalie Côte, sept 2015; Edition Flammarion.

Voir les commentaires

La délicatesse

2 Novembre 2011, 21:02pm

Publié par la souris jaune

34846591_8133674-1-.jpgCe n'est pas mon premier Foenkinos. J'avais déjà lu "Le potentiel érotique de ma femme", et "Nos séparations". On me parle de La Délicatesse depuis longtemps : on peut dire que c'est celui que je préfère, même si je ne suis pas une inconditionnelle de Foenkinos !

J'ai aimé les petites notes de bas de page décalées, comme celle où le personnage évoquant des soucis avec ses jambes trop longues au théâtre, l'auteur renvoie en bas de page 1. : pensée bien inutile, la location des jambes plus courtes n'existant pas. Celle-ci m'a fait rire. L'histoire ? Elle est mariée et éprise follement de son François, qui, un jour, va courir, et se fait renverser par un camion. Et meurt. On va suivre alors ce personnage féminin, son quotidien, marqué par sa souffrance. Comment elle vit avec, et comment petit à petit, à son insu, elle finit, les mois et années passant, par reprendre pied dans la vie. Il joue sur les multiples sens du mot "délicatesse", puisque le mot signifie le fait d'être sensible, délicat, mais aussi le fait d'être en délicatesse, en difficulté...

Cela dit, je trouve que ses personnages et situations ressemblent à des théories ; je trouve Foenkinos très cérébral, provoquant un plaisir fugace et juste mental, jamais émotionnel. Je ne ressens rien, à la lecture de Foenkinos... Sans doute est-ce aussi pour cela que j'oublie relativement vite ses livres ; seuls émergent encore de mon souvenir quelques épisodes suffisamment insolites pour qu'ils m'aient marqués ; toutefois, je pense que ce livre comme les deux autres, va sombrer dans l'oubli pour mon coeur relativement rapidement...

 

. La délicatesse, David Foenkinos, Folio Pocket.

Voir les commentaires

Heureux les heureux

1 Avril 2013, 13:27pm

Publié par la souris jaune

Heureux-les-heureux-Yasmina-Reza.jpgCe que ces petits textes sont habiles ! Yasmina Reza nous tisse une petite communauté d'hommes et de femmes, et braque la lumière tantôt sur l'un, tantôt sur l'autre, de l'intérieur.

Elle nous livre donc des scènes brèves, des percées dans des vies installées, des tranches de vie du quotidien. Des hommes, des femmes, saisis dans la justesse de leurs renoncements, leurs petites médiocrités, qui les rendent si humains, et si justes.

Coup de coeur pour le premier texte, qui saisit Robert et Odile au supermarché, lui tellement limité à ses propres exigences (l'écriture de son article), tellement loin des contraintes réelles (nourrir leurs deux enfants), divergence cristallisée par le choix du fromage. Et puis il y a encore la douleur pudique qui enrobe l'histoire des parents de Jacob, qui se prend pour Céline Dion... On a un peu de mal à s'y retrouver, avec tous ces noms, mais ça ne gêne en rien la lecture.

Je regrette toutefois la fin : je n'ai pas aimé qu'il nous plonge dans ces funérailles, avec ses épitaphes et ses histoires de crémation, parce qu'à mon sens, cela donne une couleur mélancolique et définitive que ce livre n'avait pas jusque là. L'humour et la légèreté finissent finalement un peu plombés... Toutefois, ce premier livre que je lis de Yasmina Reza ne m'aura pas déçu.

"Les femmes se construisent, à l'intérieur d'elles-mêmes, des palais enchantés".

 

• Heureux les heureux, Yasmina Reza, éd Flammarion. Janvier 2013

 

Voir les commentaires

Amours transversales :))

11 Juillet 2013, 22:08pm

Publié par la souris jaune

amours-transversales-catherine-cusset-9782070745296.gifSi je vous dis que j'ai lu ce livre parce que je l'ai trouvé dans une pochette-surprise, on dirait un gag, et pourtant... c'est vrai !! C'est l'idée géniale de mes chères bibliothécaires. Donc, grâce à elles, j'ai lu ces "Amours transversales", que j'ai adorées donc je les en remercie !

Catherine Cusset entre ici dans l'interstice des cassures, ou des histoires qui s'essouflent pour nous raconter comment les personnages (nous autres) rebondiss(ons). Elle choisit de donner à voir ces "petites histoires", parallèles à la grande, qui ne font à priori pas dévier une trajectoire... Ces amourettes, ces histoires vécues pour combler un manque, nourrir un besoin... Intenses et brèves, souvent.

Elle raconte les croisements, les rendez-vous manqués, avortés ; ce qu'on est prêts à lâcher pour une passion, alors même que l'autre pas. Cette injustice implacable dans les élans, cette inégalité, parce qu'on n'a tout simplement pas mis les mêmes attentes, les mêmes enjeux...

Avec finesse, elle donne à voir aussi les assauts de la raison qui se heurtent à la force du désir, à la lame de fond même de l'élan sexuel, du désir, qui contraint la raison à de petits arrangements jusqu'à se couler dans l'acceptation de ce désir. Elle étudie aussi brièvement (et c'est un tout petit passage du roman) les causes du désir, féminin notamment, au delà du "pic" de désir correspondant au milieu de cycle...

On entre avec gourmandise dans la vie de chaque personnage, dont les chemins s'entrecoisent, Camille, le chirurgien marié, Myriam, Luis etc... Les personnages secondaires sont eux aussi instructifs. Une très belle découverte.

 

. Amours transversales, Catherine Cusset, éd. Gallimard, NRF, 2004.

Voir les commentaires

Featherstone

25 Avril 2020, 11:40am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Bon, bon, bon. Cette petite ville d'Angleterre qui porte en elle le nom de la pierre et de la plume, ville paisible, où il ne se passe que de la vie quotidienne, va être au coeur de ce récit. Il y a une arrivée comme un souffle, celle d'une jeune fille du passé dont on ne sait pas bien si elle est réellement là, ou imaginée par quelques uns des protagonistes ; ou juste symbole d'autre chose... Bref, ce souffle qui passe sur la petite ville, et qui touche quelques uns. Et puis il y a Sonny, le vieillard qui vit seul, nostalgique de sa soeur Nonna et cette jeune fille, sa petite-fille, justement, Francie, visité par un jeune homme Johnny bienveillant qui l'a pris sous son aile pour veiller sur lui ; Margaret, qui tient le bistrot-hôtel ; Renée, qui l'aide en cuisine ; sa fille, la très jeune Marie-Susan qui veut grandir, rêve d'être mannequin et quitter ce trou paumé, Ray et une poignée d'autres encore qui constitue la vie de cette bourgade... Ah oui, j'oubliais le pasteur, et sa femme... On voyage comme une plume en eux, au plus proche de leurs fêlures, et de leurs manques... Et puis il y a ce drame central qui arrive à la fillette... qui est formidablement raconté, mais étrangement traité "après"...

Le style est de qualité, les personnages ont de quoi être attachants, mais pour moi la mayonnaise n'a pas pris... En outre, j'ai détesté la fin, qui est sans doute poétique, mais que j'ai trouvée trop plombée.... 

Vous l'avez compris, ce n'est pas un coup de coeur pour moi.

. Featherstone, Kirsty Gunn, Christian Bourgois éditeur, 2002.

Voir les commentaires

A la lumière du petit matin :))

19 Septembre 2019, 21:48pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Décidemment, je suis toujours aussi fan des romans d'Agnès Martin-Lugand. Cela faisait un moment que je n'en avais pas lu un, je constate que le charme opère toujours, j'ai aimé celui-ci autant que son second, Entre mes doigts le bonheur se faufile.

En fait, il n'y a que ses titres, que je n'aime pas ! Et certains tics de langue, m'enfin, vraiment, sinon, je suis très fan. 

J'ai aimé, là, suivre le personnage d'Hortense, bien en apparence dans sa vie de prof de danse à Paris, à priori attachée à Aymeric, homme marié... Qu'on ne manque pas de trouver très vite odieux. L'auteure parvient très bien à nous le faire ressentir, et cette distorsion avec le ressenti, dupe, d'Hortense... Et puis sa maison familiale, en Provence... Qu'elle a gardée, après le décès traumatisant de ses parents... Une entorse va faire basculer sa vie, au sens premier du terme. Une entorse qui va l'obliger à repenser toute sa vie, et...

Vraiment, vraiment bien.

. A la lumière du petit matin, Agnès Martin-Lugand, Michel Lafon, 2018.

Voir les commentaires

Au pied de la falaise :))

5 Décembre 2018, 16:23pm

Publié par LaSourisJOne

BD.

Quelle tranquille et sereine balade au gré des pages de cette BD ! 

J'ai aimé l'univers, le dessin, la poésie qui ne cède rien au réel ; en Afrique, un petit village pétri des rituels, traditions, séculaires du peuple ; on va suivre Akou, l'enfant Akou, le fils du chef du village. Le temps d'histoires représentatives d'un événement estimé comme fort. Le temps passe sans qu'on s'en aperçoive, et le temps passe aussi dans la BD, pour Akou. Akou devient grand, prend femme, a des enfants, travaille la terre pour faire vivre sa famille... La sagesse qui se dégage de ces pages fait du bien. De petites phrases très justes se glanent, au fil des "leçons de vie" que le quotidien nous donne, le quotidien auquel se frotte Akou, Akou qui ne manque pas de bonté, d'authenticité et de sagesse...

C'est très beau, à tous points de vue.

Un livre qui fait du bien, à mettre entre toutes les mains pour le meilleur...

Médiathèque de Saint-Malo.

. Au pied de la falaise, ByMöko, éd. Noctambule, mai 2017.

Voir les commentaires

Cinq heures du soir à Grenade :)

6 Juin 2018, 21:23pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

J'ai bien aimé ce livre.

Je l'ai trouvé habilement structuré, bien écrit, et l'histoire nous prend, et fait naître notre intérêt, curiosité. 

En 1985, une petite fille disparaît. L'homme qui dirige le centre où elle est hébergée n'oubliera jamais. Sans savoir, sans comprendre, il y aura toujours une part de lui restée avec ce passé.

Un jour, trente ans plus tard, il a l'occasion de revenir sur cette histoire. Il la saisit. La femme qui partage sa vie, belle et lumineuse, aussi. On va aussi rencontrer le neveu, plus lunaire, mais qui participe à nous rendre cette histoire attachante. Une histoire qui se passe entre Grenade et sa région, le village de Solignac, et un petit village proche de Saint-Malo. 

J'ai vraiment bien aimé ce livre. Et il m'a donné envie d'en savoir plus et de découvrir l'écrivain Garcia Lorca.

. Cinq heures du soir à Grenade, Jacques-Yves Bellay, éd. Yellow Concept, 2018.

Voir les commentaires

Alice au pays des singes :)

27 Juillet 2013, 18:22pm

Publié par LaSourisJOne

Alice au pays des singes :)

BD

Ca commençait un tout petit peu mal, mais ça n'a pas duré longtemps, heureusement : ça m'agace toujours dans une bande dessinée la paraphrase de dessins, quand l'auteur se met à écrire des trucs que le personnage n'aurait jamais prononcé au prétexte que peut-être le dessin ne va pas suffire à nous faire comprendre (genre : "oh, je chute !!" ; j'ai toujours dans ma tête une petite voix qui s'énerve un peu, et répond "ben oui, j'le vois bien !")... Mais ça ne dure pas, et très vite, je me laisse emporter dans cette histoire loufoque ; les conversations, les décalages m'ont bien fait rire.

On suit donc le plus naturellement du monde Alice, égarée du pays des merveilles au pays des singes, guidée par Mandrill et son gun, accompagnés de la plante carnivore Ella devenue végétarienne, à la recherche de l'arbre migrateur...

Naturellement déjanté. :)

. Alice au pays des singes, Tebo et Keramidas, éd. Glénat. 2012.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>