Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

Résultat pour “La petite pièce hexagonale”

Entre Dieu et moi, c'est fini :)

17 Juillet 2011, 22:53pm

Publié par la souris jaune

9782742796755-1-.jpgVous connaissez sans doute l'auteur : Katarina Mazetti. C'est elle qui nous a offert ce très drôle et maintenant très couru "Le Mec de la tombe d'à côté". Ce petit livre-là se lit d'une traite, avec tout autant de plaisir. Les chapitres se succèdent, encore apportés par des titres intriguants, et originaux. Et qui ne déçoivent, ou en tout cas ne créent pas d'attente inassouvie. Nous suivons cette fois-ci les méandres de la pensée d'une jeune fille, Linnéa, 16 ans, au lycée, dont on apprend très vite qu'elle a perdu sa seule et unique amie, Pia. Qu'elle n'aura connu que 120 jours.

Le récit est à la Mazetti, drôle, dur et tranchant. 

Linnéa va nous donner à voir son petit univers, faisant renaître l'insolente Pia, jusqu'à sa mort... Dans le petit monde de Linnéa aussi, les garçons, une grand-mère extravagante et bonne, et puis bien sûr sa mère, et son jeune frère. Comme toujours chez Mazetti, les cellules familiales sont à l'image d'un monde d'aujourd'hui, fait de séparations. Sa mère est encore une femme séparée, besogneuse, dépassée par une seconde union peu satisfaisante ; et l'homme apparaît une fois encore comme peu armé pour le monde moderne, comptant sur la femme, dilapidant l'argent du foyer pour ses seules intentions créatrices.

"En fait, j'avais quelque chose à oublier. Et pour pouvoir l'oublier, il fallait d'abord que je m'en souvienne, c'est ce que ma grand-mère m'avait dit".

Ce petit texte se lit vite, et se savoure comme un petit bonbon acidulé...

 

. Entre Dieu et moi, c'est fini, Katarina Mazetti.

Voir les commentaires

La modiste :)

3 Septembre 2012, 19:56pm

Publié par la souris jaune

20 1363468[1]Ah, quel plaisir que ce livre ! Sa principale qualité, ce qui ne gâche rien, est d'être vraiment drôle... J'ai beaucoup ri avec ce livre, et ça n'arrive pas si souvent, finalement.

L'histoire se passe dans un petit village d'Italie, Bellano, en Lombardie. Le maire, le correspondant de presse, le commandant de la caserne de gendarmerie, le caporal-chef, le veilleur de nuit, mais aussi les petits délinquants sont quelques uns des personnages dont vont nous être donnés à voir le quotidien, et les petites manies... Car tous ont leurs obsessions ou leurs travers, qui la chasse, qui les odeurs de ses canalisations ou les voleurs...

Sans oublier bien sûr la modiste Anna Montani, pivot de cette histoire ; la très jolie modiste, qui a décidé de s'élever sur l'échelle sociale, et qui compte bien sur ses charmes pour y parvenir... Malheureusement, le sort ne sera guère de son côté !

Tout cela est très bien ficelé, à partir d'un fait-divers raté plutôt cocasse et monté en épingle : une poignée de malfrats de petite envergure s'est introduit par effraction dans la mairie... Sans y dérober pour autant quoi que ce soit... Les personnages sont attachants, qu'ils soient idiots (le veilleur de nuit !), rusés ou obstinés... On passe un très bon moment avec tout ce petit monde !

 

. La modiste, Andréa Vitali, éd. Buchet-Chastel. Paru en août 2011 (paru en italien en 2008).

Voir les commentaires

Profanes :))

29 Mars 2013, 15:16pm

Publié par la souris jaune

9782330014285.jpgOctave a 90 ans et c'est dans sa vie et ses pensées que nous voila entraînés.

Petite pensée inévitable pour Mon Couronnement, de Véronique Bizot, qui a le même point de départ, mais la ressemblance s'arrête là. Beaucoup d'humour dans le second, et une belle vision de "ce qui se perd" en vieillissant, qui n'est pas du tout le sujet du premier.

Octave, donc, a 90 ans, et est un ancien chirurgien du coeur. Ancien chasseur également. Qui donne la vie d'un côté (sans jamais se prendre pour Dieu !) et l'ôte de l'autre. Une forme d'équilibre. C'est pourquoi il cessera de chasser quand il cessera d'opérer... Bref.

A l'orée de sa vie, celui-ci décide de façon touchante de reprendre les rênes de sa vie, et de l'humaniser à nouveau : car petit à petit, en vieillissant, une certaine solitude inévitable l'éloigne de ses frères humains. Ca c'est touchant. Il souhaite que des personnes familières, qu'il aura choisis, s'occupent de lui lorsqu'il ne le pourra plus. Il recrute quatre personnes pour se relayer auprès de lui, en divisant chaque journée en quatre "plages" horaires.

Du coup, il y a ces inconnus, qu'il a triés sur le volet, qui l'ont touché, et dans la vie desquels nous pénétrons. Entre ces cinq-là, entre cet Octave et chacun individuellement, se tisse une histoire. Une belle histoire d'attachement, loin du pathos et des sentiments qui dégoulinent à la Et puis Paulette (Constantine, que j'aime pourtant assez par ailleurs). Ici, c'est rugueux. Aucun n'a été épargné par les cabosses de la vie. Chacun se rebricole, se reconstruit comme il peut. Et puis au coeur du récit, il y a le drame d'Octave. La perte de sa fille unique, qu'il n'a pas sauvée après un accident de voiture. Sa femme, partie après cette mort. Les stigmates de ces pertes, qui réapparaissent et rejaillissent petit à petit, expurgés dans la douleur, autour d'une cabane où l'enfant avait trouvé refuge, où il entre comme en un sarcophage, petit à petit ; et l'écho des portraits du Fayoum, qui habite ce livre, puisqu'Octave, passionné par ceux-ci, va souhaiter qu'un tel portrait puisse être réalisé pour sa fille décédée... Et tous ces profanes, ce sont tous ceux qui se coltinent à la vie, comme ils peuvent, sans le soutien de la foi (comme son épouse)... C'est humain, c'est profond, beau, mais ce n'est pas toujours léger... A lire, toutefois.

 

Profanes, Jeanne Benameur, éd. Actes Sud, 2013

Voir les commentaires

:(( Petits suicides entre amis

11 Octobre 2008, 13:26pm

Publié par la souris jaune

J'aurais pas dû. J'avais lu Le Lièvre de Vatanen, ça aurait pu me suffire d'Arto Paasilina. Eh ben non. Alors, je l'ai lu, laborieusement. L'idée de départ pousse sans doute à la curiosité : deux types au bout du rouleau, qui décident chacun de leurs côtés de mettre fin à leurs jours... Oui, mais au même endroit ! Alors ils s'en dissuadent, et passent ensemble, rapprochés par leur idée funeste, une sacrée tranche de vie. Et ils songent très vite que beaucoup doivent être dans leur cas... Alors ils passent une petite annonce dans un journal, à l'attention des futurs suicidés. Suivent alors beaucoup de réponses, un colloque, et une longue, très longue épopée en car à la recherche du lieu pour mettre fin à leurs jours ensemble... C'est long, très long, poussif, démonstratif et ça se veut très souvent édifiant. C'est écrit comme un rapport de police et je dois dire que je me suis souvent ennuyée.

. Petits suicides entre amis, Arto Paasilina.

Voir les commentaires

... 631, irrémédiable

30 Juillet 2019, 17:03pm

Publié par LaSourisJOne

"Certaines choses ne peuvent pas aller à reculons. Une fois qu'on est allé de l'avant, on a beau faire tous les efforts possibles, on ne peut plus retourner en arrière. S'il y a ne serait-ce qu'un petit rouage qui se dérègle, ensuite tout se fige et reste comme ça, de travers".

Haruki MURAKAMI

Voir les commentaires

La petite fille de Monsieur Linh :))

2 Juin 2018, 21:21pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Qu'il est beau, simple, pur, ce roman ! Un petit bonheur.

Empreint d'une mélancolie lumineuse, d'une candeur forte. Profondément humain. 

C'est l'histoire d'un vieil homme, tragiquement condamné à l'exil, ou plutôt qui choisit l'exil, parce qu'il a perdu son fils et sa belle-fille dans la guerre, et qu'il ne lui reste que le bébé de ceux-ci à sauver. Alors il prend le bateau, le bébé de quelques jours serrés contre lui, et l'amour qu'il lui porte est beau et touchant. C'est la bouée à laquelle il s'accroche, il trouve les forces pour continuer, pour elle. Elle, Sang Diu. Pour affronter ce monde nouveau, froid, inconnu d'un nouveau pays, dont il ne comprend pas les codes, la langue, les moeurs...

Le voir vivre, avancer simplement est touchant. Puis, il y a ce banc, où il va s'asseoir, toujours avec sa petite-fille. Et où il rencontre un autre homme, seul, lui aussi, gentil, qui lui cause, dans sa langue qu'il ne comprend pas. Pourtant, les deux hommes se comprennent si bien...

C'est beau, beau, beau... Puissant, sur ce qui compte vraiment, le sens des liens, qui peut suffire à continuer à vivre.

Sans jamais être mièvre, au contraire.

Une très belle découverte, que je dois à Eric L. Merci, Eric.

. La petite fille de Monsieur Linh, Philippe Claudel, Editions Stock, 2005.

Voir les commentaires

Agatha Raisin, La quiche fatale

12 Décembre 2017, 14:14pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Roman, ou roman ado ? Les deux, peut-être... Y a un peu de tout dans ce livre-là, mais je n'ai pas été convaincue, emportée. Le personnage pourrait pourtant être attachant, en nuances, avec son caractère bien trempé, mais aussi ses hésitations et ses doutes (euh, pas vraiment existentiels, quand même). Mais j'ai trouvé le récit foutraque, et trainant en longueur, se ressassant pas mal. 

Une quinquagénaire (Agatha Raisin) a eu une vie trépidante à Londres, dans le monde des affaires et de la communication, et choisit de se retirer dans un petit village. Pour s'intégrer à la petite communauté, elle participe à un concours culinaire de... quiches, et elle triche. Elle ne gagne pas, mais celui qui la mange passe l'arme à gauche, empoisonné.! Agatha Raisin est furieusement tentée de mener l'enquête, quand tous voudraient bien ne pas la mener. Circonvolutions, petites péripéties, galerie de personnages ne suffisent pas, à mon sens, à emporter le récit dans un scénario que j'ai trouvé assez faible. il y avait pourtant un petit potentiel, le côté 'trash' et non-politiquement correct d'Agatha avaient leur potentiel...

La couverture du livre me laisse elle-aussi très sceptique : elle tend à brouiller les lignes, le livre n'ayant rien d'enfantin. 

Médiathèque de Saint-Malo.

Agatha Raisin, la quiche fatale, M.C Beaton, éd. Albin Michel. Juin 2016.

Voir les commentaires

Le club de la petite librairie

8 Janvier 2018, 20:48pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

J'aurais dû davantage me méfier.

C'était prometteur, mais peut-être un peu trop. L'idée de cette jeune femme qui découvre une nouvelle famille à travers les bénévoles d'une petite librairie d'occasion en plein New-York... Bon, en fait, elle m'a agacée, cette fille ! Ce qu'elle finit par accepter à la fin du livre, on le sait depuis le début (même s'il oscille, il oscille) : le type dont elle s'est entichée, le très beau Mitchell est un fieffé con ! Et ça m'a agacé de voir toutes les concessions qu'elle accepte de faire, juste pour le garder, alors que c'est un imbécile, et qui ne l'aime pas une seule seconde, qui veut juste sauver les apparences... Alors soit, ça arrive. Mais encore un livre où on nous montre une ravissante intello, sous la coupe d'un fieffé idiot, beau et plein d'argent, mais qui n'a pas l'once d'un sentiment... Pffff. 

on le sait depuis le début, que ses vraies valeurs, sur lesquelles elle ne doit pas concéder, elles se trouvent au sein de la petite librairie. Mais elle est agaçante, avec son gel hygiénique et sa trop grande candeur.

Et comme c'est pas mer-veil-leu-se-ment écrit, on s'embête un peu, quand même, souvent... 

Bref, j'ai pas été convaincue ! 

. Le club de la petite librairie, Déborah Meyler, février 2014, City Edition.

Voir les commentaires

...48

18 Juillet 2011, 20:52pm

Publié par la souris jaune

"On ne chasse pas les images, et encore moins les brèches invisibles qui se creusent au fond des ventres, on ne chasse pas les résonnances ni les souvenirs qui se réveillent quand la nuit tombe ou au petit matin, on ne chasse pas l'écho des cris et encore moins celui du silence."

Delphine DE VIGAN

Voir les commentaires

...168

19 Octobre 2012, 19:48pm

Publié par la souris jaune

"L'échec amoureux n'est ni plus ni moins qu'un calcul coincé dans les reins. De la taille d'un grain de sable, d'un petit pois, d'une bille ou d'une balle de golf, une cristallisation de substances chimiques susceptibles de provoquer une douleur forte, voire insoutenable. Qui finit toujours par s'éteindre".

Delphine de VIGAN

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>