Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

Résultat pour “La petite pièce hexagonale”

Syngué Sabour :))

19 Mars 2016, 20:22pm

Publié par LaSourisJOne

Syngué Sabour :))

Le plaisir de lire, et le sens de la lecture est revenu avec ce livre-là.

Ecrit comme une pièce de théâtre, autour d'un personnage féminin central et de ce qu'on pourrait imaginer des didascalies. En narration extérieure.

On assiste au monologue intérieur, comme une confession, de la femme, qui veille son mari blessé. Son mari dont elle attend un geste, pour penser qu'il est vivant. Pourtant il respire. Malgré la balle qu'il a reçue dans la nuque. Et elle l'alimente, patiemment, le soigne... Et se confie à lui, comme à une 'Syngué Sabour', une pierre précieuse, une pierre de la patience qui une fois qu'elle a reçu toutes les confessions explose et guérit... On a là un récit touchant, d'une femme, qui oscile entre la raison et la folie, gorgée de frustrations, pragmatique... On lit une sacrée satyre de la masculinité musulmanne, ou d'une certaine masculinité musulmanne. Qui fait la guerre, prend, possède, ne respèce pas, ne considère pas la femme... Elle, dans son attente douloureuse de sa résurrection va raconter, ses blessures, son histoire intime, et parler à son mari comme elle ne lui a jamais parlé... Toute cela sur fond de guerre, de bombes, de kalachnikov dans la rue, d'intrusions, de murs soufflés... Monde, réalité rude, plus que rude.

Mais on garde en mémoire ses mots, et chaque image que fait naître le récit, dans cette chambre où elle prend soin de ce mari, pourtant : le matelas, au milieu de la pièce, le rideau vert derrière lequel elle finit par le cacher, le rideau aux oiseaux migrateurs bleu et jaune, et puis les insectes, plus libres d'aller et venir que les humains, y compris dans les corps...

C'est vraiment un beau récit.

Merci à Charlotte, qui m'a donné envie de le lire.

. Syngué Sabour, Atiq Rahimi, éd. POL 2008, Folio 2010.

Voir les commentaires

... 263

22 Janvier 2014, 21:05pm

Publié par LaSourisJOne

"Comme tout le monde, elle transportait partout avec elle un million de peurs, de phobies, de tremblements et de sujets d'anxiété, dont la plupart étaient sans fondements, comme dans une jolie petite boîte de fer-blanc, comme celles dans lesquelles les grand-mères rangeaient les perles et les boutons, une boîte pleine de petits poissons, d'étoiles et de breloques".

Laura KASISCHKE

Voir les commentaires

Le malentendu

20 Avril 2019, 14:51pm

Publié par LaSourisJOne

Théâtre.

Bon, bon, bon. Etre heureuse de découvrir, encore et encore, et là, le théâtre de Camus. Savoir que je n'en suis pas fan... Enfin : je dirais que je pourrais en aimer l'écriture, mais pas les idées, tant pis pour les puristes et amoureux de l'auteur.

Je trouve plus de lumière dans une tragédie d'Anouilh. Et je m'autorise à les rapprocher parce que ces deux pièces ont vu le jour exactement à la même période.

Mais bref, tentons de dire ici ce qu'il en est : 

Une mère, une fille. (Martha est jouée lors de la première représentation, par Maria Casarès, la maîtresse de Camus dans la vraie vie, donc). La mère et la fille tiennent une auberge ; on comprend à travers leurs conversations qu'elles règlent leur compte à certains clients, pour leur prendre leur argent, lorsqu'elles pensent que c'est sans danger ; elles lui font boire un thé empoisonné et ensuite s'en débarassent dans la rivière. La mère en est lasse, la fille veut continuer, parce qu'elle rêve d'ailleurs, du soleil de l'Algérie. Comme une échappatoire, enfin, à leur vie, le fils y ayant eu droit, lui ? 

Et justement, un jour, là, c'est le fils qui revient. Son frère, mais elles ne le reconnaissent pas. Lui veut les aider enfin. Elles vont mener à bien une fois de plus leur dessein sans savoir à temps que cette fois-ci... elles tueront leur fils et frère.

Ce côté inexorable que l'on voit arriver est intéressant ; cependant, je me retrouve très peu dans la noirceur humaine de Camus.

Merci à Delphine, qui m'a permis cette découverte. Mille mercis.

. Le malentendu, Albert Camus, 1944.

Voir les commentaires

...102

22 Janvier 2012, 14:10pm

Publié par la souris jaune

"On 'est jamais trop prudent avec les pensées, certaines se présentent avec un petit air d'ingénuité hypocrite et ensuite, mais c'est trop tard, elles révèlent toute leur perfidie".

José SARAMAGO

Voir les commentaires

...24

15 Mai 2010, 23:20pm

Publié par la souris jaune

"Le petit avion passe sans sourciller

sous le grand sablier

qui efface le ruban de la mémoire.

Il n'est pas donné à tout le monde de renaître".

 

Dany LAFERRIERE

Voir les commentaires

... 472

27 Février 2017, 09:10am

Publié par LaSourisJOne

"Tous les écrivains nourrissent l'ambition de fixer le temps, de le retenir ne fut-ce qu'un instant grâce à un petit barrage de castor construit avec des mots".

Rosa MONTERO

Voir les commentaires

... 703, le symbole de la civilisation

16 Mai 2020, 10:29am

Publié par LaSourisJOne

"Quand on songe à la charrue, à l'épée et à la roue, on peut dire que tout ce que la civilisation offre de bien et de mal sommeille dans le fer. C'est en petit toute la victoire de l'homme sur la nature".

Karen BLIXEN, 1937

Voir les commentaires

566, Dieu et l'homme

23 Août 2018, 17:34pm

Publié par LaSourisJOne

"Dieu ne demande rien d'extraordinaire aux hommes. Seulement d'avoir confiance en cette petite part d'eux-mêmes, qui est Lui. Seulement de prendre un peu de hauteur. Après Il se charge du reste". 

Jean ANOUILH

Voir les commentaires

... 352

21 Avril 2015, 22:16pm

Publié par LaSourisJOne

"Le deuil est un pays qui s'explore à petits pas. On ne peut vaincre le destin en l'ignorant, en le mettant à distance. On ne meurt pas des coups durs, on meurt quand on oublie qu'ils existent et qu'ils vous frôlent à chaque instant".

Frédérique DEGHELT

Voir les commentaires

... 386

2 Octobre 2015, 12:57pm

Publié par LaSourisJOne

"Vous finissez par y tenir à votre métier de compagnie, à cette petite technique acquise qui s'accroche, qui vous retrouve et continue à faire battre votre coeur d'artisan, au milieu de vos autres coeurs arrêtés".

Antoine SENANQUE

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>