Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

Résultat pour “La petite pièce hexagonale”

Chère brigande, lettre à Marion du Faouët :)

5 Août 2018, 11:02am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Ou Lettre romanesque ?

Balade avec l'auteure sur les traces de la jeune femme Marion du Faouët, aujourd'hui... J'aime être avec l'auteure, dans sa vie de tous les jours, et frappée par cette femme, rousse, SDF à Paris, qui l'intrigue, qu'elle veut aider celle-ci ne se laissant pas faire, et un jour, elle disparaît. Et à sa place, il reste un prénom, Marion... Alors elle partira sur les traces de Marion du Faouët, jeune voleuse dans une Bretagne où tout manque pour les gens pauvres, ayant décidé de ne pas tuer mais de rééquilibrer un peu les richesses, au XVIIIe siècle. 

Elle lui écrit cette lettre, où elle s'emploie à la faire revivre, par ce qu'elle sait d'elle, mais aussi en se rendant sur les lieux qui l'ont vue passer. 

Agréable, et je me découvre vraiment attachée à l'écriture de l'auteure, même si peut-être je suis restée un tout petit peu sur ma faim. Cependant, cela n'a pas la prétention d'être un roman historique, bien une lettre et donc un texte incantatoire destiné à cette femme oubliée de l'Histoire.

Médiathèque de Saint-Malo.

. Chère brigande, Lettre à Marion du Faouët, Michèle Lesbre, éd. Sabine Wespieser, 2017.

Voir les commentaires

Le rocher de Tanios :)

25 Juin 2019, 08:59am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Prix Goncourt 1993.

Bon, bon, bon. Un "sourire" seulement... Pourtant j'ai aimé le style, la façon dont l'histoire nous est racontée, le suspense des enchâssements... Mais je l'ai trouvé - c'est un point de vue très personnel - trop empêtré dans la politique. Ainsi, l'histoire de ce Tanios s'inscrit trop dans un contexte d'opposition entre les peuples et entre les religions ici, en tout cas c'est ce qui m'a freinée dans mon élan, parce que cela le rend parfois bien compliqué. D'autant qu'on peut s'y perdre un peu, parfois, avec les personnages, les différents peuples, j'avais parfois du mal à m'y retrouver.

L'organisation sociétale faisait penser à une organisation moyennageuse, autour d'un seigneur. L'histoire se passe dans les montagnes libanaises essentiellement.

L'histoire du petit Tanios, et de tout son environnement, un Tanios marqué par une histoire d'amour qu'il ne vivra pas, et les décisions des autres ! Son destin sera emprunt de cela finalement.

Le choix meurtrier de son père, leur exil, et puis la suite.

Il y a ce beau choix qu'il fait, lui, son amour pour l'éducation qu'il reçoit d'un couple Anglais, en dépit de tout.

Cependant, c'est un Tanios qui est marqué par le destin...

Ce livre mériterait sans doute d'être relu, pour être vraiment goûté, je suppose.

Pour lors, je garderai un bon souvenir de l'atmosphère...

. Le rocher de Tanios, Amin Maalouf, Grasset 1993 ; Le Livre de Poche 2014.

Voir les commentaires

Vaincre à Rome

7 Octobre 2019, 20:59pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Il y a des livres... qu'on est contents de finir ! Celui-ci en fait malheureusement partie. Et je dirais même, si je voulais être cynique, que le dernier paragraphe signé de Giono sur ces jeux m'aurait finalement largement suffi.

J'avais bien envie de lire ce livre grâce auquel on se mettrait dans la peau de ce coureur égyptien qui remporta le marathon de 1960, en courant pieds nus, si tel est comme dans le roman... Mais je dois avouer que je me suis souvent ennuyée, que mon attention était volatile, et que j'attendais la fin du marathon mais pour de tout autres raisons...

C'est bien écrit, c'est truffé de références lettrées, littéraires, c'est mis en regard de commentaires un peu décalés, médiatiques, ce qui est une bonne idée... mais... le rapport au corps ne m'a pas intéressée, sa volonté de revanche d'un pays non plus, finalement...

Je ne peux m'empêcher de penser au magistral "La Petite communiste qui ne souriait jamais" (tiens, ce coureur non plus, ne sourit pas...), de Lola Lafon, et qui retrace aussi une aventure de sportif, et sa projection intime, et vraiment, je ne peux m'empêcher d'admirer toujours et encore, par opposition, la prouesse de Lola Lafon...

Paradoxalement, je ne me suis sentie guère proche de ce coureur qui finalement nous parle bien peu de lui...

Je pense que je suis restée en dehors de ce livre comme avec le Goncourt L'Ordre du Jour d'Eric Vuillard...

. Vaincre à Rome, Sylvain Coher, éd. Actes Sud, sept 2019.

Voir les commentaires

Fuki-no-tô :)

3 Février 2020, 19:53pm

Publié par LaSourisJOne

Roman. 

Petite respiration, avec cette auteure qui parvient à faire que je ne lâche pas ses livres, comme avec Maïmaï... Un style sec, sans gras, simple, dont je ne suis pas forcément fan mais qui fonctionne bien et emporte, il faut le reconnaître. Et puis le jeu toujours, autour de l'identité de ses personnages et de leur nom ; ici, Fukito, la jeune femme rencontrée au lycée, est tout entière incluse dans ce titre "Fuki-no-to", qui désigne le lieu où l'héroïne, Atsuko, fait pousser des fuki, bambous, une plante spécifique... Délicatesse des sentiments, délicatesse des personnages, c'est sans doute cela aussi que j'aime trouver chez cette auteure.

Ici... une famille, celle d'Atsuko, qui vit à la campagne, puisqu'elle a choisi de reprendre la ferme de son père. Deux enfants. Un mari urbain mais qui l'a suivie, après sa liaison avec une maîtresse, parce que, découvert, il ne voulait pas perdre sa famille. Et puis... Atsuko a besoin d'une employée, et sans le savoir elle va embaucher... Fukito, celle de son adolescence. A l'époque, les sentiments ne sont pas affirmés, compliqués par la société ; chacune fait sa vie ; mais elles se retrouvent et découvrent la force de leurs sentiments...

Comment les vivre dans une société très intolérante à l'homosexualité ? 

C'est un récit court, pur, très beau.

. Fuki-no-tô, Aki Shimazaki, éd. Actes Sud, 2017.

Voir les commentaires

Vous descendez ?

16 Septembre 2010, 22:05pm

Publié par la souris jaune

9782259202015-1-.gif Ce livre est un des livres les plus MAL ECRITS que j'aie jamais lu. D'ailleurs, je ne sais pas si c'est une indication pour vous, mais pour moi je pense que c'en est une, j'ai mis 16 bons jours à le lire. Autrement dit beaucoup. Il a été traduit de l'anglais par un certain Nicolas Richard, il restera donc toujours le bénéfice du doute : le traducteur était-il très mauvais, ou bien était-ce l'auteur ??? Ou bien les deux ?? Si l'on parvient à s'accrocher malgré tout (ce qui est difficile, quand même, vu le style relâché - en outre, l'édition est elle aussi pourrie, truffée de fautes grrrrr.), on y trouvera peut-être quand même un certain intérêt. Voire un certain plaisir, comme celui de regarder une série débile à la télé. Bon, je suis dure. L'histoire et le postulat de départ étaient séduisants : quatre personnes, un 31 décembre, se retrouvent en haut de la Tour du Saut, en Angleterre, pour se jeter dans le vide et se suicider. Quatre personnalités très différentes (dommage que cela n'ait pas été marqué dans le style, étant donné, que chacun racontre à tour de rôle, ce qui donne une multitude de petits chapitres au nom des quatre protagonistes - JJ, Martin, Jess et Maureen - enchâssés les uns dans les autres). Et l'un empêche l'autre ou les autres de sauter. Qu'est-ce qui fait que l'on donne alors plus de poids à la vie d'un autre qu'à la sienne ? Qui est suicidaire, qui ne l'est pas ? qu'est-ce qui fait qu'on passe à l'acte, ou pas ? La réflexion est assez intéressante, mais menée de façon très bordélique... Alors à vous de voir... 

 

. Vous descendez ? Nick Hornby, éditions plon, 2005.

Voir les commentaires

Des adhésifs dans le monde moderne :((

19 Juillet 2011, 17:43pm

Publié par la souris jaune

des_adhesifs_dans_le_monde_moderne-1-.jpgPage 69. "J'ai changé de sujet en me disant que ça lui ferait du bien d'évoquer des souvenirs car la plupart des personnes âgées se sentent davantage à leur aise face au passé qu'au présent". C'est là, juste là, que je décide que je n'irai pas plus loin et que ce livre me tombe des mains. C'est quoi, ce ramassis de conneries ???

J'ai détesté ce livre dès le début. Dès le début où l'auteur essaie de nous intriguer avec ce chat, première rencontre du roman, qui "pisse" sur l'héroïne. Franchement je le comprends. Euh, non, c'est pas ça que je voulais écrire. Elle ne parvient pas à soulever un de mes sourcils en guise de surprise ou d'étonnement. Tout m'agace dans ce livre. La petitesse de l'héroïne, son goût pour les "pots à brosses à dents" (franchement, je comprends que son mari l'ait quittée !), son mauvais chagrin d'amour, son inintérêt ; et cette vieille dégueulasse (elle était obligée d'être si dégueulasse, ou c'est pour rajouter du folklore ?) qu'elle rencontre dans la rue, avec son accent débile pour bien nous faire comprendre qu'elle est allemande...

Quand c'est sensé être drôle, ça ne l'est pas, c'est vulgaire ; ça ne sonne pas juste, mais caricatural...

Non vraiment, c'est gênant de flinguer un livre qu'on n'a pas fini, mais je n'irai pas plus loin, je crois que j'ai de trop belles choses à découvrir pour m'échiner sur de mauvaises intentions (comme ce titre... tiens, il me rappelle le très mauvais "Il faut laisser les cactus dans le placard", de Françoise Kerymer - que lui, j'avais lu en entier-), juste bon pour aguicher le chaland...

Oµups, pardon. J'm'arrête là !

Voir les commentaires

:)) L'Exil d'Alexandra

20 Avril 2009, 22:08pm

Publié par la souris jaune

Roman par lettres.

Très chouette. Et comme j'ai eu le privilège de rencontrer l'auteure, je dois dire que celle-ci est aussi enthousiasmante que son livre. Il s'agit d'un roman épistolaire, qui se lit vraiment bien. La vie de deux roumaines, soeurs, l'une expatriée, l'autre restée au pays, qu'on suit par le biais de leurs lettres, sur une trentaine d'années. Et le roman par lettres a le don de rendre les personnages bien réels... (A tel point qu'on est bien surpris d'apprendre que l'auteur n'a pas de soeur...). Plongée dans les personnalités, marquées et bien distinctes des deux femmes ; l'héroïne est fière, sûre d'elle, courageuse, téméraire, frondeuse... L'autre tente de se tracer une histoire dans le sillage de sa grande soeur. Sur le plan de sa carrière, de femme de théâtre, et sur le plan amoureux, puisque le petit ami de la grande deviendra l'époux de la seconde... Ce qui vaudra un silence de sept ans, chez l'aînée. Plongée aussi au coeur du régime roumain, sous le régime dictatorial des années 70 ;  et découverte du monde libre et capitaliste en parallèle par l'oeil de l'expatriée. Deux belles tranches de vie, qu'on a vraiment pas envie d'oublier.

. L'Exil d'Alexandra, Anca Visdéi, Actes Sud.

Voir les commentaires

La Patience des buffles sous la pluie :)

25 Décembre 2012, 15:46pm

Publié par la souris jaune

la-patience-des-buffles-sous-la-pluie-1-.jpg"Alors, parfois, pour me rassurer et parce que je refuse de me battre inutilement contre ce qui me dépasse, je songe à ces buffles dans ces plaines africaines qui, lorsque l'orage s'abat sur la savane, se maintiennent solidement sur leurs quatre pattes, baissent la tête et attendent, immobiles, que cesse la pluie".

La Patience des buffles sous la pluie est une succession de petits textes très courts, qui font tous mouche.

C'est sans doute le miracle de ce livre : malgré la taille de chacun, souvent courte voire très courte, on y rentre instantanément, et on en goûte la fulgurance. Efficacement, David Thomas va au fond des choses, et nous asperge de temps à autres tantôt de mélancolie, souvent d'approbation. Tout en réussissant miraculeusement à éviter toujours l'étiquette de "donneur de leçon", en cela que chaque texte est donné comme une expérience unique, du quotidien, mais où pourtant beaucoup peuvent se reconnaître.

Les textes sont tour à tour introspectifs, adressés à quelqu'un ; ou sous la forme d'une lettre, de courts dialogues ; tantôt incarnant une femme, tantôt un homme... Prouesse encore que de jamais nous lasser, jamais nous laisser sceptique :

il explore à sa manière, sensible et directe les ressentis et les vécus humains. L'amour qui passe ou le miracle qui fait qu'il demeure, ses mutations obligatoires, les besoins, les manques qui font partie de nos vies...

Merci, Luocine, pour cette très jolie découverte ! C'est grâce à toi si j'ai lu, et aimé ce livre...

 

. La Patience des buffles sous la pluie, David Thomas, éd. Le Livre de Poche, 2011.

Voir les commentaires

Service clientèle

23 Décembre 2013, 15:37pm

Publié par LaSourisJOne

Service clientèle

Petit intermède de lecture. Benoît Duteurtre est une valeur sûre pour moi, j'avais vraiment adoré Le retour du Général. J'aime assez, parfois, voir avec lui toutes les incongruités de notre monde actuel... Et là, évidemment, l'absurdité de notre monde moderne version société déhsumanisée en prend pour son grade... Difficile de ne pas adhérer à son allégorie de la chose ! En effet, c'est absurde de ne plus pouvoir parler à personne, dès lors qu'on a à faire à une multinationale, et de plus en plus dans les entreprises... Il singe ici l'économie de personnel, et nous rend compte fidèlement (car on n'est évidemment pas dans la caricature, malheureusement !) des aberrations modernes... Des ponts d'or pour souscrire un abonnement, et puis plus rien, et la galère, dès lors que la panne intervient... Et il y a cette Dominique Delmarre, qui signe les courriers de services clients, qui ajoute une dimension humoristique et presque surréaliste à l'histoire... On pense un peu à Egloff, il y a évidemment de l'absurde dans ce livre-là, c'est moins bon que Le retour du Général, mais ça se lit agréablement... Un regard critique sur notre société ne fait pas de mal, même si on sait déjà tout ça !

. Service Clientèle, Benoît Duteurtre, Folio. Première parution février 2005.

Voir les commentaires

A comme Aujourd'hui :)

4 Mai 2014, 19:46pm

Publié par LaSourisJOne

A comme Aujourd'hui :)

Roman ado.

Découvert et emprunté par hasard. Vraiment chouette et raffraîchissant.

On est donc dans la peau d'un personnage vraiment particulier, au 5994ème jour de sa vie. Un adolescent de 16 ans. Qui se réveille, comme chaque jour... dans un jour différent, une vie différente, la peau d'un ado différent. Tantôt un garçon, tantôt une fille. Chaque jour, son incarnation est différente, et il n'a aucun moyen de savoir ce qui l'attend, aucun moyen non plus de modifier ou d'influer sur ce destin. Et ce 5994ème jour, il est dans la peau de Justin, dont il tombe amoureux, éperdument de la petite amie, Rhianon... Comment vivre un amour lorsque son enveloppe est chaque fois différente ? Est-ce possible ? Et au delà de cette problématique étonnante, le livre aborde avec finesse un grand nombre de thèmes, et de questions : qu'aime t-on chez l'autre ? Peut-on aimer indifféremment du genre ? Qu'est-ce qui permet d'asseoir une histoire ? Ce sont des prémisses de démonstrations, bien sûr, et la fin est assez décevante, parce que finalement elle nous laisse sur notre faim, cela dit, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre !

. A comme Aujourd'hui, David Levithan, éd. "Les grandes personnes", septembre 2013.

Voir les commentaires

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 > >>