Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

Résultat pour “La petite pièce hexagonale”

Le temps des vrais bonheurs :)

14 Décembre 2014, 10:41am

Publié par LaSourisJOne

Le temps des vrais bonheurs :)

C'est un récit qui prend son temps, avance comme les ricochets d'un galet sur l'eau : un récit antérieur en chasse un autre, celui du présent, avant de revenir au présent. Au présent de trois personnages, du point de vue duquel la narration se place successivement : Jazz, Aruna, et Hassan. Aruna et Jazz se connaissent depuis leur petite enfance, depuis qu'ils se sont choisis ou 'reconnus' dans la cour de l'école, et plus quittés. Jusqu'à peut-être se tromper en se choisissant aussi comme compagnons de vie... La vie, peut-être se charge de leur rappeler que ce choix est peut-être contre-nature... Il y a les fausse-couches, et... les interrogations d'Aruna.

Et puis Hassan, le père de Jazz. A l'hôpital de Kuala Lumpur, en fin de vie. Espérant la mort, que son fils Jazz, qu'il n'a pas vu depuis deux ans, lui refuse obstinément. Ce qu'il croit savoir de l'histoire de ses parents lui occulte toute la vue, et il condamne son père à priori. Les mots seuls permettent de guérir et de sortir de ses oeillères, là encore Jazz l'apprendra sur le fil, tardivement, regrettant amèrement ces deux ans perdus. Le poids des secrets, sur les épaules des enfants qui ne peuvent que se faire des idées, et qui laisse ses mauvaises traces dans les vies, est aussi au coeur de ce récit.

Aruna est partie précipitamment, sur un coup de tête, loin ; à Londres, elle refait sa vie, mais sans finalement 's'impliquer à fond'. Tout simplement parce qu'elle ne peut pas. Trop de choses pas réglées... Son identité (qui sont ses vrais parents ?), quelle histoire avec Jazz ? Alors, une phrase d'un livre, un jour, suffisament forte la fait monter dans un avion sur les traces de la compréhension, à l'assaut des questions, loin de la fuite : retour vers Jazz et Hassan, ses racines... J'aime assez comment les choses avancent dans ce livre là, par petites touches lentes et douces ; et cette phrase, qui déclenche les départs et les retours, et qui me touche beaucoup : "Il est temps de cesser le combat et de rentrer".

J'avoue par contre ne pas vraiment comprendre l'adéquation entre le titre et l'histoire puisque c'est véritablement tout le contraire ; à moins peut-être que 'Le temps des vrais bonheurs' se rapporte à la toute fin du livre, à ce qu'on ne lira pas, mais que le livre a préparé, c'est à dire un temps qui suit le travail que l'on a fait pour régler son passé, et pour être disponible pour un vrai bonheur... :)

Merci chaleureux à Delphine, qui a pris soin de débusquer ce livre pour moi. :))

Le temps des vrais bonheurs, Roopa Farooki, éd. Gaïa, juin 2014.

Voir les commentaires

La fin d'une liaison :)

16 Janvier 2015, 21:58pm

Publié par LaSourisJOne

La fin d'une liaison :)

J'ai beaucoup aimé ce livre. L'ambiance de celui-ci. Etre plongée dans les sentiments de trois personnages principaux, autour d'une passion amoureuse, dévastatrice. Décriptée, passée au crible comme un kaléidoscope, sous toutes ses faces ou presque. Avec la retenue des temps passés, et les limites de l'époque. Pendant la seconde guerre mondiale. Les bombardements sont là, ont leur place sur l'avenue des Allées à Londres, mais ils sont presque comme en retrait, tant on est 'à l'intérieur' des personnages. Et même si l'un des bombardements a des conséquences cruciales, sur l'histoire des protagonistes, même si c'est de façon inattendue (via le serment à Dieu que si son amant s'en sort, elle le laissera vivre sa vie, et ne le reverra plus).

Alors nous avons le personnage principal, écrivain, qui semble s'ennuyer, finalement. Ecrit des livres qui sont souvent des commandes. Rencontre Sarah, la femme d'un dignitaire de l'Etat anglais, et se met en tête de capter des éléments sur lui, ou sur sa fonction, pour ses romans. Et finalement, on ne sait pas si c'est l'amour, le désoeuvrement ou l'intérêt qui l'emporte ; toutefois, il vit petit à petit une passion amoureuse avec elle. Elle, bien que mariée, mais extraordinairement loin de son époux par la pensée, s'éprend semble-t-il plus sincèrement de cet amant. Et avec une grande naïveté, sincérité, humilité quant à elle même, elle entre dans sa vie. L'autre (l'amant) est rongé de jalousie (sans doute par orgueil), très vite, jalousie destructrice de leur idylle cachée.

Et puis il y a cet homme qui donne des conférences sur l'avenue des Allées, là où tout le monde se croise; et puis le détective privé, chargé d'enquêter finalement d'étrange manière sur Sarah. Beaucoup de lâcheté de beaucoup de personnages, de faiblesse aussi, comme chez ce mari, donné à voir comme peu aimable, tant il est veule, et dépendant (malgré ses hautes fonctions) ; et puis ces attachements naissants de tous, à l'égard de Sarah, qui se dévalorise tant, et s'accroche à son sermon fait à un Dieu auquel elle ne croit pourtant pas. La question de la foi, est finalement assez centrale dans ce livre, tout autant que celle de l'amour, la passion, l'amour de soi, la vie, ses choix, et la mort. Des réflexions nourries qui viennent étayer et donner une densité supplémentaire à ce roman, sans que ce ne soit jamais indigeste.

La fin d'une liaison, Graham Greene (Anglais). éd. 10/18. 1951.

Voir les commentaires

Ce que je sais de Véra Candida ::))

30 Octobre 2009, 21:28pm

Publié par la souris jaune

Il s'agit ici de trois histoires de femmes. Et peut-être même quatre, d'ailleurs. En une seule, bien sûr. La grand-mère, la fille, la petite-fille. Et puis encore la fille de la petite-fille. Des destins de femmes marqués par le sexe de l'homme, qui prend, s'empare sans se soucier des conséquences. Les conséquences, ce sont les histoires des femmes, justement. Le récit commence avec sa fin : le retour de Véra Candida sur les traces de son passé, sur l'île - inventée - de Vatapuna, alors qu'atteinte d'un cancer, il ne lui reste plus que six mois à vivre. Alors qu'elle n'a que 39 ans. Elle retourne sur les traces de sa grand-mère, qui l'a élevée, et qui est morte, elle le découvre, 2 ans auparavant. Elle avait pris la poudre d'escampette il y a 15 ans, sans explication, alors qu'elle venait de se faire violer par son propre grand-père. Pour vivre loin de ça. Et élever sa fille. Il y a ces fortes femmes, où plutôt ces femmes fragiles qui s'efforcent d'être fortes, et de tracer leur route, pour leur fille. Et puis il y a cet homme, Itxaca, ce journaliste qui croise la route de Véra Candida. Qui tombe sous son charme et reste fou d'amour pendant deux ans, jusqu'à ce qu'un possible naisse ; naît alors la belle parenthèse de Véra Candida, qui élève seule sa fille, la belle parenthèse enchantée par l'amour de ce magnifique personnage. Et puis l'on sait, puisqu'on l'a lu depuis le début, que Véra Candida pourtant, nous attend plus loin dans l'histoire avec seuls six mois à vivre, et leur histoire à tous deux, pourtant tellement improbable est si belle, qu'on n'a pas envie qu'elle se termine.
C'est beau, gai, malgré la tragédie qui accompagne les destins. Touchant, superbe.


Ce que je sais de Véra Candida, Véronique Ovaldé, Ed. de l'Olivier. Parution : août 2009

Voir les commentaires

Continuer :)))

30 Novembre 2016, 07:48am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Je suis entrée doucement, à petits pas, dans ce livre. Un peu déconcertée par l'emploi du présent et les paysages. Et puis plus le récit avançait, plus j'étais prise. Captivée, capturée par cette histoire...

Alors : ce fils de 16 ans qui déraille, qui s'isole, s'emprisonne dans un monde de plus en plus dénué de mots, et amorce une grosse connerie... La mère, qui l'élève, comme elle peut, avec sa volonté, sa force et ses faiblesses humaines, regarde, voit, et décide... La beauté de cette décision qui va tout changer ! La luminosité d'un choix qui porte parce que c'est celui qu'on avait l'impression devoir faire ! La petitesse de ce père qui revient épisodiquement, qui se croit au dessus d'eux, d'elle, et qui est au dessous de tout... Mais rien de trop psychologique, là dedans. Un merveilleux dosage sans pathos non plus. 

Les temporalités du récit s'emmêlent très naturellement et se donnent de la force mutuelle pour éclairer qui le présent (la chevauchée à cheval), qui le passé (du fils, de la mère). Je sais que l'épopée sauvage ne m'aurait pas suffi en elle-même qu'elle est amplifiée par ces morceaux de quotidien d'avant.

Il y a du David Vann dans ce Laurent Mauvignier, dans ce face-à-face entre cette mère et son fils de 16 ans. Rugueux sur l'intériorité de chacun, sans consession, sans faux-semblant jusqu'à l'âpreté. La fragilité, les failles, la grande errance qui est la notre, les tatonnements... 

Ca interroge beaucoup sur ce qu'on fait, et sur cette vigilance que malgré le tourbillon de la vie, il ne faut jamais perdre. C'est touchant, merveilleusement touchant et source d'espoir de voir le progressif retour à la vie de l'adolescent, venu d'une volonté, et du retour à l'essentiel. Ca donne la foi en ce que l'on croit et qui est si souvent mis à mal par beaucoup de choses alentours (les bien-pensants, le temps, la course au temps, ...). C'est une magnifique trouée de lumière, qui donne envie d'y revenir. Je pense d'ailleurs que j'aurai envie de le relire, ce livre.

Un grand merci à Sandrine pour sa transmission :)

Bibliothèque d'Evran.

. Continuer, Laurent Mauvignier, éd. de Minuit, septembre 2016

Voir les commentaires

Et je danse aussi :)))

14 Août 2016, 11:22am

Publié par LaSourisJOne

Et je danse aussi :)))

Roman par lettres (mails).

Evidemment comme c'est un genre de roman dont je raffole, j'avais hâte de le lire celui-ci, écrit par ce duo d'écrivains attachants. D'autant que j'avais lu un Anne-Laure Bondoux et aimé sa sensibilité. Et c'est surtout que tous ceux (celles !) qui m'en parlaient étaient très enthousiastes ! Lorsque j'ai enfin pu l'acheter, trouvé par hasard sur le stand d'une braderie cet été, j'étais aux anges :)

Et le plaisir que j'y ai pris est au delà de mes espérances.

Car il y a tous les bons ingrédients d'un roman par lettres. Evidemment, et en tout premier lieu, il y a, et on le sent dès le départ, l'absence de vacuité, autrement dit la nécessité de cette correspondance. Car rien de pire que ces romans par lettres où il ne se passe rien, et où l'auteur a imaginé des protagonistes qui s'écrivent pour passer le temps, sans que le propos n'ait aucun style, aucune saveur, aucune 'urgence'. Bref. Là, eh bien, les styles (de Pierre-Marie et d'Adeline, qui s'écrivent sans se connaître) se dessinent très vite, et assez vite encore, on sent ces deux-là liés et accrochés l'un à l'autre, trouvant dans leurs confessions un bienfait, affrontant leur solitude respective et différente à leur manière.

Evidemment, sincérité, auto-dérision, humour, absence de concessions ou de complaisance face à soi-même font partie des éléments constitutifs et qui fonctionnent. On sent naître l'attachement progressif, et se transformer petit à petit, on voit évoluer cet attachement et intérêt pour l'autre, et ça c'est très bien fait.

Ce serait déjà pas si mal, mais évidemment, ce n'est pas tout. Une intrigue, va en plus nous tenir en haleine. Pierre-Marie confie le traumatisme qui l'a marqué, la disparition de sa dernière épouse, qu'il aimait follement, et qui a disparu du jour au lendemain sans laisser de traces. Depuis, il vit avec ça. Il nous décrit, et on imagine, ce que cela représente à l'échelle d'un quotidien, mais aussi pour les enfants qui restent, etc. Et puis on vit, au rythme de leurs confidences, la connaissance qu'ils font de l'autre... On découvre en même temps que Pierre-Marie qu'Adeline a menti sur quelques détails, on doute, on s'interroge, et on se prend à imaginer... Le récit, toujours par lettres, nous retourne comme un gant, et vraiment, j'ai adhéré à 150%. J'ai adoré, et franchement, j'ai eu du mal à m'arrêter. Quel plaisir de retrouver des lectures addictives !

. Et je danse aussi, Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat, éd. Fleuve, mars 2015 ; sorti en Poche (Pocket) en février 2016

Voir les commentaires

Le cercle des femmes :)

25 Juillet 2016, 22:27pm

Publié par LaSourisJOne

Le cercle des femmes :)

Une histoire de femmes. Une histoire de famille. Une histoire avec plusieurs générations de femmes, forcément ça me plaît... Même si j'avoue que la narratrice n'a pas emporté ma totale adhésion, alors, forcément, j'ai plus de réserves que je n'aurais pu en avoir...

Je la trouve trop enfantine, trop crédule, trop...

J'ai aimé, pourtant, me plonger dans leurs histoires, leurs rouages, ce qui a fait leurs personnalités, entre secrets, et chemins, choix de vie, dictés parfois par l'hérédité, par un destin de mère qu'on ne veut pas suivre, ou qui nous modèle...

Alors il y a le décès que personne n'attendait, de l'arrière-grand mère, Alice. Toutes se retrouvent dans la maison de celle-ci. Parlent, évidemment. Rangent, aussi, les affaires. Et découvrent (la plus jeune, qui fouine, la fille) une boîte, qui révèle le secret d'Alice. Elle a tu, toute sa vie (seule sa meilleure amie, qui est là aussi, le savait) la raison de la disparition de son mari. Parti, l'abandonnant, pour une vie simultanée d'abord, puis pour cette autre, ailleurs. Par fierté ? Par honte elle a gardé ce secret ? On imagine que les choix de vie de cette famille, de toutes les femmes de cette famille, eurent pu être changés, le sachant....

Ces femmes qui perdent l'arrière-grand-mère, dont on apprendra petit à petit les secrets, évidemment, cela concerne ; il y a ces silences, parce qu'on ne peut faire autrement, et qui, si l'on s'en était dispensé, auraient marqué différement une vie. On le sait, mais peut-on faire autrement ? Cela concerne, mais à aucun moment ça n'a réussi à me toucher ; c'est sans doute finalement essentiellement ce que je reproche à ce livre-là.

Merci à Luocine pour la découverte.

. Le cercle des femmes, Sophie Brocas, éd. Juliard, mai 2014.

Voir les commentaires

Les vies multiples d'Amory Clay :)))

5 Juin 2017, 21:00pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Quel vif plaisir de lecture ! Je souhaitais tout à la fois avancer très vite, et que cette lecture ne se finisse jamais. Je n'ai pas lu beaucoup de William Boyd, mais je n'ai jamais été emportée ainsi par un de ses livres. 

La première prouesse réside dans le miracle d'incarnation de ce personnage féminin. On est elle, on est avec elle, et c'est merveilleux, et troublant d'imaginer qu'un homme peut créer cela avec une telle justesse. Ensuite, autre prouesse, on a la sensation que cette femme éxiste vraiment (mais là j'avoue, je n'ai pas vérifié) entre autres parce qu'on a ses photos, en noir et blanc, prises par elle, légendées... Bref, un mystère merveilleux de véracité. Et il me va de ne pas en savoir plus (mais ma curiosité me poussera peut-être, sûrement même, à vérifier si elle a existé ou non réellement). 

Nous voici donc plongés tout à la fois dans le journal, et le quotidien d'Amory Clay, photographe britannique. Aussi, le narrateur nous entraine avec une dextérité impressionnante tout autant dans son âge qu'on peut imaginer, petit à petit, et plus avance le récit, avancé, que dans son tout jeune âge. On va suivre les deux spirales jusqu'à ce qu'elles se lient. Amory est une photographe, une femme, elle va être photographe de guerre ; pourquoi ? Parce que c'est l'intensité qu'elle souhaite pour sa vie ; mais elle vivra tout en même temps ses histoires d'amour, on la suivra au fil de ses amants, ses amours, ses coups de coeur... Une vie de femme, extraordinairement bien racontée. Entre Londres, New-York, Saigon pendant la guerre du Vietnam et Paris, son chemin est souvent celui qui s'impose lorsqu'elle a un amoureux, en fonction de celui-ci ou pour exister ; il mèle l'histoire, la vraie, à l'histoire intime, c'est époustouflant, j'ai adoré. 

Merci, merci à Mélanie qui m'avait chaudement recommandé ce livre, encore une fois elle ne s'était pas trompée.

. Les vies multiples d'Amory Clay, William Boyd, 2015, Le Seuil (Poche).

 

Voir les commentaires

Les fleurs sauvages des bougainvilliers :))

19 Avril 2020, 10:33am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Rien de tel qu'un livre où l'on se sent bien, qu'on a très envie de retrouver et qu'on dévore sans avoir envie qu'il se termine trop vite, justement parce qu'on voudrait qu'il ne s'arrête jamais ! 

Les deux livres de Katherine Scholes -en incluant celui-ici - ont eu cet effet là pour moi (j'avais adoré de même La lionne, paru en 2012). Je chercherai donc évidemment à me procurer les autres, car elle en a écrit plusieurs autres, d'après ce que je découvre.

On lui passe donc ses petits défauts... Et même s'il m'est arrivée de trouver que c'était un peu long au coeur de l'histoire, ça fait partie du jeu, du plaisir !

C'est l'histoire d'une jeune femme, dont on sent qu'elle est bien contrainte par son époque, et les moeurs qui lui correspondent. Encore plus par le milieu qu'elle va adopter par amour... Bref : Kitty (oui, bon, on s'en fout du nom) est australienne (comme l'auteure) ; elle a quitté sa famille, ses parents et ses frères, la ferme familiale pour connaître la vie qu'elle rêve : elle veut être artiste. S'installe à Londres. Rencontre un certain Yuri, artiste justement, un ancien prince russe... Belle amitié que celle-ci, et le début d'un chemin pour Kitty... jusqu'à ce qu'elle rencontre Théo. Qui va devenir son mari... Ils se marient pendant la guerre, ah oui, tout cela se déroule aux alentours de la deuxième guerre mondiale (mais il n'en est pas question, juste des conséquences que celle-ci peut avoir sur les êtres et sur leur nature). Et puis... un scandale, deux mêmes... Et puis Kitty accepte tous les choix de son maris, toutes les décisions qui la concernent... en plus d'une installation pour une nouvelle vie autour d'un projet qui a vraiment existé - une absurdité des européens, on le sent tout de suite à la lecture - le plan Arachide...

Je vais m'arrêter là pour ne pas trop en dévoiler, mais il y a plein de choses dans ce livre : les rapports entre les "blancs" et les domestiques ; les rapports surfaits des sociétés qui imposent de faire semblant ; la part de liberté ou de vrai qu'on va trouver malgré tout (une amitié particulière) ; et puis, des rencontres, des belles rencontres, autour d'une mission, de prêtres, un petit singe.

J'espère ne pas en avoir trop dit ! 

Mais c'est pour vous dire qu'il va bien au delà que ses couvertures et ses titres un peu mièvres !

Merci très chaleureux à Delph qui me l'a mis entre les mains, et offert un certain jour particulier...

. Les fleurs sauvages des bougainvilliers, Katherine Scholes, (2013) ; éd. Belfond en 2015 repris chez Pocket. 

Voir les commentaires

Le château des Carpathes :)

12 Septembre 2020, 11:15am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Je me suis prise à deux fois pour lire ce roman de Jules Verne, mais finalement je ne regrette pas. L'entrée dans le livre n'est pas facilitée par toute une situation géographico-lexicale un peu complexe, un peu jargonnante, comme Jules Verne sait si bien faire quel que soit son sujet... Alors, je trouve qu'ici tout particulièrement, ça ne facilite pas la lecture, car il faut vraiment se demander de quoi il nous parle parfois, étant donné qu'il situe son histoire en Transylvanie. Cependant, ne raisonnons pas par l'appauvrissement ! Ainsi, j'espère que je ne pourrai oublier qu'on désigne bel et bien dans cette langue le château par un burg, puisque c'est ainsi qu'il nous le désigne tout au long du récit. Mais bref !

Passé ce barrage, je suis rentrée avec bonheur dans l'histoire ! Celle d'un petit village retiré, forestier, arriéré, dont on suit la petite agglomération d'habitants à commencer par son berger, vivant dans le sillage d'un vaste château éloigné et craint... Où depuis au moins cinq ans semble régner une certaine malédiction, dont il est préférable de ne pas s'approcher... Jusqu'au jour bien-sûr, où un duo un peu comique comme Jules Verne les affectionne décide de s'y rendre : il s'agit du courageux jeune Nic, le forestier, et le médecin de fortune du village Patak, qui puisqu'il fanfaronnait auparavant est désigné pour accompagner le premier ! Evidemment, les peurs et les freins de Patak rendent le récit très attachant, et on savoure... Evidemment leurs péripéties sur place attisent notre curiosité... L'auteur va faire entrer en deuxième partie de roman plusieurs autres personnages centraux, notamment le jeune comte qui vécut une idylle tragique avec une cantatrice de Naples dont il était follement épris jusqu'au jour où elle mourut sur scène... Quel lien peut-il bien y avoir avec le fameux propriétaire du château ? 

Savoureux, même si l'auteur ne se prive pas pour jouer avec nos nerfs et allonge le suspense avec aisance...

. Le Château des Carpathes, Jules Verne, 1892.

Voir les commentaires

Le rayon vert :)

9 Décembre 2020, 15:53pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Ce livre-là figurait sur ma PAL, peu connu de Jules Verne j'avais bien envie de le découvrir. Les grands esprits se rencontrant, une personne qui me connaît bien me l'a offert, sans savoir que je souhaitais le lire... Qu'elle en soit ici remerciée (oh non, cette dernière tournure de phrase m'évoque Jules Verne, voila que je vais me mettre à écrire comme lui !! ). 

Plaisante lecture, légère, charmante à souhait, digeste... Certes sans doute redondant par moments, bien que pourtant court, cependant, j'ai été bon public, et plutôt contente de ma balade aux côtés de ces personnages à la recherche du rayon vert... 

Alors, alors, où sommes nous ? En Ecosse. Aux côtés d'une petite communauté familiale très aisée, donc oisive : les deux frères presque siamois, la cinquantaine, qui assurent déjà une partie de l'arrière-plan comique ; leur nièce, sur laquelle ils veillent en vieux gâteux absolument dévoués à celle-ci et ses caprices ; les deux domestiques principaux de cette maisonnée (la famille a deux demeures dont une dans un vaste cottage écossais), et puis... il y a le savant, le prétendant, coopté par les deux frères pour épouser la nièce Héléna Campbell... Seulement, ce savant-là est dépeint par Jules Verne (contrairement à ceux de ses autres romans) ridicule, extrêmement agaçant, absolument pas sympathique ! Alors quand le petit groupe décide d'aller à la recherche du rayon vert à la demande d'Héléna qui décrète qu'elle ne se mariera que quand elle aura vu le rayon vert... rien ne se passe bien sûr comme prévu, le suspense est là, et un certain personnage va prendre bientôt une bien jolie place dans cette histoire...

C'est assez savoureux et je suis bien contente de cette découverte et lecture, merci à la personne qui me l'a offert qui se reconnaîtra !

. Le rayon vert, Jules Verne, 1882.

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 30 > >>