Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

Le roman de Louise :)

19 Mai 2016, 22:23pm

Publié par LaSourisJOne

Le roman de Louise :)

Ce roman d'Henri Gougaud nous donne à voir la vie, sous la forme d'un roman, de Louise Michel. Un roman biographique, on s'en doute, où se mèlent sa voix, ses écrits, les faits historiques de l'époque en un livre qui se lit comme un roman.

Décrite comme un beau personnage exalté, entier, viscéralement attaché aux autres, et principalement les plus pauvres, Louise Michel à travers le prisme de cet auteur suscite l'admiration, la fascination : on se demande déjà, en premier lieu, comment elle fit pour traverser une période aussi tumultueuse politiquement, et vivre jusqu'à l'âge de 75 ans, décédant d'une pneumonie ; il y a dans ce personnage une hargne au combat, à la révolution, au delà de toute peur. Seuls ses attachements peuvent la fragiliser (et la fortifier parfois) : celui à sa mère, Marianne, par dessus tout, ou à Théophile Ferré, dont elle est vraisemenblablement éperdument amoureuse, et qui tombera, victime de la révolution, quand elle ne choit pas. Malgré les procès, les emprisonnements nombreux, l'exil forcé à Cayenne... Et ce n'est pas lorsqu'elle est emprisonnée qu'elle semble le plus malheureuse ; elle nous apparaît parfois à la lisière de la folie, mais jamais sans ressources, culturelles, essentiellement. Sa résistance, sa verve provocante, sans jamais se trahir forcent le respect. C'est un beau personnage, et une histoire forte qui nous est livrée là, et qui ne manque pas de résonner aujourd'hui, alors qu'une société bascule, sans qu'on se demande de laquelle on accouchera. Louise Michel l'attendait de ses voeux pour un monde meilleur, au profit égalitaire de tous, cette révolution. Mais y est-on enfin, à la révolution qu'elle escomptait, le meilleur à la portée de tous ? Rien n'est moins sûr...

Institutrice, elle met son énergie à éduquer parce que c'est la valeur en laquelle elle croit, apporter la culture à tous ; de même qu'elle est toujours avide d'apprendre, de partages, d'écoute, comme avec le peuple canaque autour de Nouméa lorsqu'elle est exilée à Cayenne.

Une belle page d'Histoire même romancée, une leçon de courage et d'abnégation.

Médiathèque de Saint-Malo.

Le roman de Louise, Henri Gougaud, éd. Albin Michel, 2014.

Voir les commentaires

... 439

17 Mai 2016, 22:01pm

Publié par LaSourisJOne

"La poésie seule sait braver le mal et la mort. Elle est semblable au vent qui use peu à peu la dureté du monde".

Louise MICHEL

Voir les commentaires

... 438

17 Mai 2016, 21:58pm

Publié par LaSourisJOne

"Le chant des hommes est un mystère. Il garde allumée la lumière au fond des gouffres les plus noirs. Sa force apparaît dérisoire face à la tyrannie des chagrins, des douleurs, et pourtant elle est invincible, comme l'est le désir de vie".

Henri GOUGAUD

Voir les commentaires

... 437

12 Mai 2016, 19:07pm

Publié par LaSourisJOne

"L'être humain a tant de ressources, de forces, de pouvoir d'invention, de foi, même s'il ne s'en doute pas !"

Henri GOUGAUD

Voir les commentaires

... 436

12 Mai 2016, 19:06pm

Publié par LaSourisJOne

"Quand l'esclave aura découvert qu'il n'y a pas de fatalité à vivre soumis à son maître, le pas décisif sera fait".

Henri GOUGAUD

Voir les commentaires

Figurante :)

10 Mai 2016, 21:53pm

Publié par LaSourisJOne

Figurante :)

Roman.

J'ai bien aimé ce livre. Jolie balade, au gré d'une solitude, joliment écrit.

Une jeune femme vit en Province, et travaille dans un hôtel, en tant que femme de chambres, et serveuse. Elle partage sa vie avec Marc. Un jour à l'hôtel, une équipe de tournage s'est installée, et un vieux monsieur lui demande des croissants, à une heure où le service est passé. N'écoutant que son coeur, elle lui apporte les croissants. Ce monsieur se révèle être un réalisateur, et il voit en elle, une jeune femme avec un regard, une jeune femme qui pourrait être actrice, le premier rôle dans son prochain film... A partir de là, sa vie chancelle. Ou plutôt, celle qui vivotait, s'ennuyait, subissait, va interroger le sens des événements, et avec pragmatisme, pousser l'exploration jusqu'à savoir, comprendre... Le tout parallèlement à ses histoires de famille en pleine cristallisation, puisque son père est en train de mourir, et qu'elle n'a jamais connu sa mère. Elle va fouiller chez son père et découvrir un peu qui était sa mère... avant de tout quitter pour partir explorer son destin, quitte à revenir, sereine, après avoir vu.

J'aime bien, ce cheminement. Elle voit. Elle vivote, elle découvre qu'elle n'est pas heureuse, elle va chercher autre chose et comprendre que ce qu'elle trouve n'est pas pour elle, pour lui donner envie de sa vie d'avant ; je trouve que ça a beaucoup de sens. J'aime beaucoup ce personnage qui tatonne, la manière dont c'est écrit, décrit, avec poésie parfois.

C'est un joli livre sur les vies simples, les espoirs, les choix de vie.

Médiathèque de Saint-Malo.

. Figurante, Dominique Pascaud, éd. La Martinière, 2015.

Voir les commentaires

... 435

10 Mai 2016, 13:20pm

Publié par LaSourisJOne

"Le wagon vole et la ville, château de cartes, dominos de sucre, vient à elle comme les lueurs des étoiles sur la peau de l'oiseau qui sommeille".

Dominique PASCAUD

Voir les commentaires

Monsieur l'archéologue

7 Mai 2016, 21:21pm

Publié par LaSourisJOne

Monsieur l'archéologue

Roman.

Roman, court, ou roman ado, c'est possible aussi...

L'histoire d'une jeune fille de 16 ans, qu'elle nous raconte 30 ans plus tard. Pas de quotidien 30 ans plus tard, ne cherchez pas ; juste l'histoire, le rapport au père, pendant ces années-là, un exercice de souvenir peut-être, sur quelques étés. D'autant qu'on comprend que l'auteur a ces souvenirs émus de son père, ça ressemble à un hommage, une tranche d'autobiographie, même si le personnage principal est une jeune femme, peut-être pour provoquer la distanciation, Ariane. Histoire de ces étés, où elle est avec son père, archéologue, qui fait des recherches dans un tout petit village de Grèce. On vit le décalage entre ceux qui savent, ceux qui cherchent, et ceux qui vivent là, ceux dont le village périclite, et qui fondent tous leurs espoirs sur les trouvailles de ces archéologues ; ce décalage entre les trouvailles, et les attentes : les trouvailles ont du sens du point de vue de l'archéologie, mais pas pour le commun des mortels, pas pour celui qui espère une renaissance par le tourisme, par le biais de ces trouvailles... Même s'il y a de la démesure dans ce récit, il y a quand même cette leçon donnée par le village aux scientifiques, aux chercheurs, qui reconstituent, pugnaces, la cité de leur rêve, en pierre, loin de la véracité historique... Il y a cet épisode touchant. Sinon, il y a la constitution d'une personnalité, d'une fille, en demande du regard de son père ; la construction, le dégagement d'une icône, pour grandir, et être soi.

Je ne sais pas ce qui fait que je n'ai pas été plus emballée que ça ; il y a un côté féérie, ou incarnations de la nature, qui ne m'a pas enthousiasmée, dans ce récit ; je ne sais pas pourquoi je ne l'attendais pas forcément là. Pourtant, on peut imaginer qu'il va bien avec un peuple méditérannéen, marqué par ses croyances ?

Je n'ai pas véritablement vibré, en tout cas. Peut-être que je suis restée un peu sur ma faim. Peut-être que j'aurais aimé en savoir plus sur l'après ; c'est vrai qu'on a une retrouvaille dans le métro, rapide, où l'on apprend ce que tous sont devenus ; mais voila, on ne se projette pas dans sa vie à elle, et finalement, que ce récit ne soit pas mis en regard de ce qu'elle est devenue m'a sans doute manqué pour adhérer.

. Monsieur l'archéologue, François Coupry, éd. Gallimard, 1994.

Voir les commentaires

Le grand n'importe quoi :))

1 Mai 2016, 11:56am

Publié par LaSourisJOne

Le grand n'importe quoi :))

Roman.

Ah, qu'est ce que ça fait du bien ! Pour ce livre, ça ne peut être que le coup de coeur, ou le rejet absolu, je préfère vous le dire. Pour moi ça a été le vrai coup de coeur. J'ai adoré, et vraiment beaucoup ri.

C'est comme son nom l'indique, un "grand n'importe quoi", mais pas que ; sinon ce ne serait pas drôle. C'est plutôt bien fichu, bourré de références littéraires en tout genre, plein de pieds de nez à tous les niveaux ; le livre prend souvent les codes narratifs à rebrousse-poil, il s'en joue, et ça fait du bien.

Donc : comment vous dire de quoi il s'agit... Un roman de science-fiction ? Sans doute, puisque ça se passe en 2042, le 7 juin 2042 plus précisément... Et la réflexion sur la science-fiction, avec toujours une tonne d'humour et de distance est au coeur du roman, avec surtout la réflexion sur 'Les Autres' ; aussi l'auteur développe t-il, en marge de son histoire, qu'il mèle au grand n'importe quoi, et qui est elle aussi considérée comme du grand n'importe quoi, une réflexion sur notre rapport à l'Autre depuis la genèse de l'humanité (les mythes, la religion - Dieu, la science, et aujourd'hui, c'est quoi ?? Mystère, mais... il va vous le révéler dans 'L'Incroyable Révélation', Editions Betelgeuse, 2042, dont on lit des extraits on ne peut plus sérieux, et ça devrait vous plaire !!).

Il joue avec les codes narratifs, et de science fiction, mais tout cela est donc extrêmement bien structuré ; et il faut dire que nous, on joue avec lui. C'est jubilatoire !

Extrait, pour le plaisir : 1998, vous savez, la coupe du monde de foot :

"1998, époque mythique dont son grand-père, grand amateur de football, lui parlait toujours avec des trémolos dans la voix. Le vieil homme affirmait d'ailleurs ne plus croire en Dieu depuis que le sport préféré des Français était devenu le beach-volley suite à la disparition des pelouses à cause du réchauffement climatique".

Vous serez plongé au coeur d'une soirée épique dans le village de Gourdiflot-le-Bombé, une soirée d'anniversaire chez des bodybuldés qui commence mal, vous connaîtrez la grande souffrance d'Alain Delon qui a créé l'association des Homonymes anonymes tant c'est dur de porter le même nom que d'anciens hommes célèbres, vous trinquerez au Dernier Bistrot avant la fin du monde, vous rencontrerez des extra-terrestres (enfin, peut-être)... Bref, moi j'ai complètement adhéré. Je vous le recommande !

Médiathèque de Saint-Malo.

. Le grand n'importe quoi, JM Erre, éd. Buchet-Chastel, janvier 2016.

Voir les commentaires

... 434

29 Avril 2016, 13:27pm

Publié par LaSourisJOne

"Chacune de ses journées suivait un rituel immuable, l'éternel recommencement étant le meilleur moyen d'éviter ce qu'il détestait par dessus tout : les surprises."

J.M. ERRE

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>