Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

Les règles d'usage :))

15 Décembre 2016, 08:53am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

New-York. Sans qu'on le sache - quelle autre pire manière de flinguer son récit et son suspense aurait été que de nous le dire avant ? - on est en 2001. 11 septembre. Mais la date est trop forte, trop submergée d'informations pour être écrite comme telle et dénuée de sens pour écrire une histoire. Alors, c'est un jour comme les autres. Wendy, 13 ans, va au collège. Ses tracas de collégienne. Ses embrouilles avec sa mère... Son attachement à son petit frère, 4 ans, un peu collant. Le chéri de sa mère, chouette, parfait même, mais contre lequel elle ronchonne quand même... En cours. Et puis, soudain, par les fenêtres du collège... Un fracas... Une pluie de cendres... Le collège qu'on boucle sans rien savoir, sans rien comprendre, en attendant que les familles viennent récupérer leur enfant... Ces premières scènes, ces pages dans le quotidien de la jeune fille, alors qu'elle ne sait pas encore... 

Enfin, le compagnon de sa mère arrive, portant Louie (comme Louis Amstrong) dans ses bras. Il lui apprend ce qui s'est passé, ce 11 septembre... Or : sa mère était ce matin-là partie travailler, légère, sa robe et ses sandales à talons rouges, à son bureau, comme chaque jour... dans l'une des deux tours jumelles. 

Commence alors, à la mesure de la personnalité des trois protagonistes, l'attente. Avec ce que chacun y met. L'espoir... longtemps... Et puis Wendy comprend. Son vrai père, celui qui ne l'a pas élevée et dont sa mère, belle et lumineuse, lui traçait le portrait d'un homme vivant pour lui, sans se soucier des autres, arrive un jour, à l'improviste, et veut emmener Wendy... Alors, elle se résout à partir pour la Californie, comme un déchirement au départ... Mais elle part.

On va la voir, pas à pas, lentement, avancer. A son rythme, avec ses moyens. Les choses qu'elle met en place, le temps qui fait son oeuvre... Les rencontres qu'elle fait, alors qu'elle ne peut plus aller au collège - qui lui paraît alors si vain. Le libraire. Mais aussi cette jeune femme, si jeune, qui a donné la vie à un bébé, alors qu'elle même n'a pas fini de grandir ou presque... 

Les souvenirs affluent, à leur rythme, sans aucune maîtrise. C'est tellement juste, ça paraît tellement proche du réel... Ce passage du temps est véritablement très bien donné à voir. Et puis cette lente, inexorable reconstruction. Juste parce qu'on n'a pas le choix. Sans leçon, sans manuel, parce qu'il n'y en a pas...

Joyce Maynard une fois encore (J'avais vraiment beaucoup aimé L'homme de la montagne, déjà) s'empare d'un fait-divers - et pas des moindres, cette fois-ci, tellement indissociables d'histoires, déjà - et le travaille dans le registre de l'intime. Du point de vue de l'intériorité d'un ou plusieurs personnages.

Merci à Mélanie, pour le partage !

Les règles d'usage, Joyce Maynard, éd. Philippe Rey, septembre 2016

Voir les commentaires

461

14 Décembre 2016, 14:10pm

Publié par LaSourisJOne

"Comment est-il possible que pour certains, une terrible tragédie puisse se produire et que celle-ci semble seulement les rendre plus forts et plus déterminés à donner un sens à leur vie ? Tandis que pour d'autres, l'épreuve se borne à les broyer. Ils ne s'en remettent jamais. Ils ne sont pas moins bons, c'est juste qu'il leur manque une sorte d'instinct de conservation".

Joyce MAYNARD

Voir les commentaires

... 460

14 Décembre 2016, 08:05am

Publié par LaSourisJOne

"Si on consacre toute son énergie à rabâcher le passé, qu'est-ce qui reste à investir dans l'avenir, hein ?"

Joyce MAYNARD

Voir les commentaires

... 459

4 Décembre 2016, 16:19pm

Publié par LaSourisJOne

"Le monde serait meilleur si chacun se sentait assez libre pour arborer un chapeau et une cape de pirate quand ça lui chante".

Joyce MAYNARD

Voir les commentaires

Continuer :)))

30 Novembre 2016, 07:48am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Je suis entrée doucement, à petits pas, dans ce livre. Un peu déconcertée par l'emploi du présent et les paysages. Et puis plus le récit avançait, plus j'étais prise. Captivée, capturée par cette histoire...

Alors : ce fils de 16 ans qui déraille, qui s'isole, s'emprisonne dans un monde de plus en plus dénué de mots, et amorce une grosse connerie... La mère, qui l'élève, comme elle peut, avec sa volonté, sa force et ses faiblesses humaines, regarde, voit, et décide... La beauté de cette décision qui va tout changer ! La luminosité d'un choix qui porte parce que c'est celui qu'on avait l'impression devoir faire ! La petitesse de ce père qui revient épisodiquement, qui se croit au dessus d'eux, d'elle, et qui est au dessous de tout... Mais rien de trop psychologique, là dedans. Un merveilleux dosage sans pathos non plus. 

Les temporalités du récit s'emmêlent très naturellement et se donnent de la force mutuelle pour éclairer qui le présent (la chevauchée à cheval), qui le passé (du fils, de la mère). Je sais que l'épopée sauvage ne m'aurait pas suffi en elle-même qu'elle est amplifiée par ces morceaux de quotidien d'avant.

Il y a du David Vann dans ce Laurent Mauvignier, dans ce face-à-face entre cette mère et son fils de 16 ans. Rugueux sur l'intériorité de chacun, sans consession, sans faux-semblant jusqu'à l'âpreté. La fragilité, les failles, la grande errance qui est la notre, les tatonnements... 

Ca interroge beaucoup sur ce qu'on fait, et sur cette vigilance que malgré le tourbillon de la vie, il ne faut jamais perdre. C'est touchant, merveilleusement touchant et source d'espoir de voir le progressif retour à la vie de l'adolescent, venu d'une volonté, et du retour à l'essentiel. Ca donne la foi en ce que l'on croit et qui est si souvent mis à mal par beaucoup de choses alentours (les bien-pensants, le temps, la course au temps, ...). C'est une magnifique trouée de lumière, qui donne envie d'y revenir. Je pense d'ailleurs que j'aurai envie de le relire, ce livre.

Un grand merci à Sandrine pour sa transmission :)

Bibliothèque d'Evran.

. Continuer, Laurent Mauvignier, éd. de Minuit, septembre 2016

Voir les commentaires

... 458

27 Novembre 2016, 18:19pm

Publié par LaSourisJOne

"Rien n'est promis à personne s'il n'y tient pas absolument, le bonheur est à conquérir chaque jour". 

Laurent MAUVIGNIER

Voir les commentaires

... 457

27 Novembre 2016, 18:16pm

Publié par LaSourisJOne

"Ce qui est dit est dit, même si on essaie de se rattraper en prétendant qu'on s'est laissé emporter par la colère, l'émotion, par ce qu'on voudra, prétendant que les mots ont dépassé la pensée. Les mots qui sont dits sont juste ceux qui ont assumé la vitesse de la pensée".

Laurent MAUVIGNIER

Voir les commentaires

24 heures de la vie d'une femme :))

23 Novembre 2016, 22:14pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Parfois, revenir aux fondamentaux fait du bien. C'est étonnant toutefois de voir que je garderai encore en tête précisément les scènes, les passages, qui y étaient déjà gravées : celles des mains, fascinantes, au casino, et celle de la balade en fiacre, au long de la corniche, ce moment de partage, serein, suspendu, entre ces deux protagonistes... Le reste se diluait dans ma mémoire, et ma mémoire travaillera de même, je pense avec le reste du texte. Alors, sauver de l'oubli, cette mise en situation, chère à Zweig, d'un début qui fait naître l'histoire, mais qui n'est pas l'histoire ; un début qui évoque au protagoniste une scène de son souvenir, une tranche de son histoire, et qui va nous la livrer. Là, la disparition de Mme Henriette, accusée par certains de s'être envolée en une nuit avec un homme inconnu encore la veille... Le narrateur, ou celui qui écoutera l'histoire de la protagoniste, va encore se révéler dans ce qui est cher à l'auteur : l'absence de jugement. Et c'est ce qui fera venir, naître la confidence, la confession. 

J'avais - comment est-ce possible ! - presque oublié l'excès, qui sourd chez Zweig. L'excès en émotion, sentiment, ressenti, en première fois, en tout... Qui renforce le côté exceptionnel des instants. Et puis il y a la course après le temps, dont je ne me souvenais plus, dans ce livre précis, de l'héroïne, quel suspense, où tout va se jouer, ou se perdre, les minutes qui défilent alors qu'elle doit retrouver le jeune homme pour prendre son train à la gare, et le suivre, alors qu'il ne le sait pas... La vieille tante, qui l'accapare, Zweig a tant fait monter la pression, qu'on est agacé nous même par cette cruche qui va tout faire rater, alors que les minutes défilent, et on est las, comme l'héroïne, alors que le train part... Non, c'est impossible ! Et puis le récit ne s'arrête pas là, bien sûr... Reste encore un rebondissement, et une fin d'histoire qui n'en est pas une, qui pourrait laisser sur sa fin, comme souvent dans la vie... Ce jeune homme qu'elle retrouve, il n'a pas tenu sa promesse, elle essaye de lui faire entendre raison, à chaud il ne l'entend pas, alors déboussolée, alors qu'il ne lui donne que sa colère, elle va fuir, loin, loin... Et nous on se demande (même si on a tort de se le demander) : que se serait-il passé, si elle avait attendu ? Si elle l'avait retrouvé à froid ? Non, c'est stupide, ce qui ne doit pas être ne doit pas être, tout simplement, et Zweig excelle à nous livrer des histoires fortes et tellement proches de l'entendement humain...

Une belle plongée dans un livre aimé.

. 24 heures de la vie d'une femme, Stefan Zweig, 1ère édition 1927. (Ed. Le Livre de poche)

Voir les commentaires

... 456

23 Novembre 2016, 07:58am

Publié par LaSourisJOne

"Vieillir n'est, au fond, pas autre chose que n'avoir plus peur de son passé".

Stefan ZWEIG

Voir les commentaires

Ma mère, le crabe et moi :)

20 Novembre 2016, 19:09pm

Publié par LaSourisJOne

Roman ado.

Bon, Anne Percin, j'en ai de toute façon de bons souvenirs, volatiles, sans doute, mais bons, d'un plaisir certain ! (Comment bien rater ses vacances, 2010 notamment). Alors, ne boudons pas notre plaisir ! Evidemment, celui-là, légère réticence, puisqu'il y était question, je le savais, de cancer, du sein. Et puis me dire, si j'y arrive pas, je m'arrêterai ! Et puis, en fait, même si rien ne nous est épargné, c'est narré avec tellement d'humour, que ça fait du bien. Humour, auto-dérision de l'héroïne, 15 ans, aussi... J'adhère ! Donc, l'ado. Blog gothique, etc. Et puis la mère, avec qui elle vit seule parce que son père l'a larguée pour une pétasse, qui a un cancer du sein. J'aime la manière dont elle commence à s'en méfier, à s'interroger, regrettant, pestant contre sa mère qui fait la brave pour la protéger et tente de le lui dire au dernier moment ; j'ai aimé le côté 'deux pieds dans le plat' volontaire, plein d'humour, de l'ado ; sa façon d'affronter, parce qu'il n'y a pas le choix, parce qu'il faut bien traverser, coûte que coûte... Son soutien impulsif lorsque sa mère a honte de sortir sans cheveux et qu'elle se rase violemment la tête et les sourcils devant sa mère, lui disant mais ça repousse ! Son courage d'affronter son collège, empruntée et de plus en plus forte, avec cette toute nouvelle tête, née de l'impulsion, la complicité qui naît entre la mère et sa fille, sur le mode du rire, le discret soutien, l'affection qui se voit et s'accepte, et puis la volonté alors de l'ado, de se dépasser... Parce qu'on a qu'une vie, parce que pourquoi pas ?

Très plaisant !

Médiathèque de Saint-Malo.

Ma mère, le crabe et moi, Anne Percin, sept 2015. Prix ados 2016-2017 35.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>