Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

... 767, le goût des choses

26 Mai 2022, 16:33pm

Publié par LaSourisJOne

Vouloir, agir, créer... (...) Tu as une idée, tu te bats pour elle, tu l'enfonces à coups de marteau dans la tête des gens, tu la vois grandir et triompher..."

Emile ZOLA

Voir les commentaires

Le professeur :)))

22 Mai 2022, 10:02am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Je sais que ce roman est présenté comme malhabile, "de jeunesse"...

C'est en effet le premier roman (même s'il est publié après sa mort en 1857) de Charlotte Bronté, qu'elle écrit avant Jane Eyre. Pourtant, j'ai éprouvé un profond plaisir à lire ce livre, sans doute du même ordre qu'en lisant le Delphine de Mme de Stael. J'ai beaucoup aimé suivre ces personnages à pas lents, tout près de leur psychologie, à travers des analyses de caractères denses. 

J'ai aimé aussi trouver les traces du 19e siècle dans cette oeuvre, "même" chez une auteure anglaise : ainsi le Romantisme s'exprime à plein ici : la nature n'est jamais en ce qu'elle exprime de l'homme n'est jamais très éloignée dans cet ouvrage ; les personnages ne manquent pas de lyrisme et d'exaltation des sentiments.

Le narrateur est donc un jeune homme anglais ayant perdu ses parents, et qui doit se débrouiller au monde avec ce handicap. En premier lieu pour gagner sa vie. Il commence par rompre ses attaches de famille encombrantes, ce qui n'est pas pour faciliter sa tâche, puis ira travailler chez un irascible et odieux frère aîné... C'est à Bruxelles que cette ultime rupture lui vaudra de poursuivre son chemin, encore une fois pour essayer de survivre en trouvant un emploi. Le hasard des événements finit par le faire professeur, dans un, puis deux pensionnats, de jeunes garçons puis de jeunes filles. Là, des rencontres... Le directeur du premier lieu, la directrice du second.. Une élève-professeure méritante... Des scènes, des tranches de narrations qu'on aime... Les balades au jardin... Une fenêtre obstruée qui nous rappelle des morceaux de Stendhal...

J'oublie un étrange ami anglais, étrange, vraiment, ambivalent, Hudsen, dont on ne saura finalement tout au long du roman s'il est bénéfique, machiavélique, manipulateur ou bienveillant... La force de la romancière sans doute résidera entre autre dans la conception d'un tel personnage complexe...

Quant à l'écriture de ce roman... Moi qui lis abondamment Jules Verne... Je dirais que Charlotte n'aurait pas à rougir de son écriture ! 

Une savoureuse découverte.

. Le Professeur, Charlotte Bronté, 1857.

 

Voir les commentaires

... 766, mariage et divorce

22 Mai 2022, 09:28am

Publié par LaSourisJOne

"Si une femme éprouve de la répulsion à l'égard de son mari, le mariage devient un esclavage. Tout être qui pense doit se rebeller contre l'esclavage, et quand bien même la torture serait le prix de la résistence, il faut affronter la torture".

Charlotte BRONTE (in : Le Professeur, écrit avant 1846, publié à titre posthume en 1857 ; date du divorce en Angleterre : 1857).

Voir les commentaires

... 765, relativité des points de vue

21 Mai 2022, 08:57am

Publié par LaSourisJOne

"Les mots "étroit" et "large" ont un sens très relatif, n'est-ce pas ? Ma vie entière peut vous sembler étroite ; et la vie de la taupe qui habite sous terre paraît étroite à mes propres yeux".

Charlotte BRONTE

Voir les commentaires

... 764, point culminant

17 Mai 2022, 13:32pm

Publié par LaSourisJOne

"Il y a un point culminant de tous les sentiments aussi bien que de toutes les situations".

Charlotte BRONTE

Voir les commentaires

Deux ans de vacances

7 Mai 2022, 17:40pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Bon, bon... J'ai encore éprouvé le besoin de me plonger dans les pages d'un Jules Verne... Arrivée au bout de celui-ci, mais non sans peine ! Je l'ai trouvé véritablement maladroit, celui-ci, un peu balourd dans le style, rédigé majoritairement à la voix passive, ce n'est pas léger léger... Surtout sur 430 pages. C'est long, long... Je suppose qu'une version "courte" serait bienvenue, et même à recommander, si elle existe, car sinon, l'histoire pourrait être palpitante ! 

C'est donc l'histoire d'une bande de jeunes garçons, 15 au total, âgés de 8 à 15 ans. Ils se retrouvent à bord d'un bateau parce qu'ils doivent prendre la mer le temps d'une excursion avec quelques adultes, mais... les adultes ne sont pas à bord la nuit qui précède le voyage et le bateau, pour une raison que nous découvrirons plus tard dans le récit est emporté en mer... et bientôt malmené, il échoue sur une terre inconnue.

C'est donc une "robinsonnade" : comment les jeunes garçons vont-ils se débrouiller sur cette terre dont ils ne connaissent rien ? Est-elle habitée ? Vont-ils réussir à retrouver leurs parents ?

Beaucoup d'aventures noyées dans du récit peu digeste, donc, quand même... 

Loin d'être mon préféré, qui demeure le Voyage au Centre de la terre, je pense.

. Deux ans de vacances, Jules Verne, 1888. 

Voir les commentaires

Madame Hayat :))

20 Avril 2022, 13:41pm

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Voila un moment que je souhaitais lire cet auteur, pour tout ce qu'on sait de lui. 

Ce livre est enfin tombé entre mes mains, et je n'ai pas été déçue.

C'est un livre très littéraire où le narrateur nous raconte sa perception et les événements de sa vie de jeune étudiant turc, sur fond anxiogène pour les habitants de contexte politique où la liberté se restreint de partout, de tous côtés, pour toutes les parcelles dites en opposition au régime... 

Ainsi l'on commence par voir les bouquinistes se raréfier dans cet espace si vivant qu'était un espace leur étant dédié, qui drainait tant de monde et d'animation ; et puis un jour l'étudiant s'étonne de voir moins de monde, un autre jour de moins en moins de bouquinistes et puis le lieu rasé...

Et de fil en aiguille, tout ainsi. La différence qui se paye cher...

Il y a aussi, qui s'y rattache, la difficulté financière de vivre du jeune homme, après le décès de son père ; il vit dans une espèce d'auberge de jeunesse où tous les habitants vivent heureux, en bonne intelligence, et de moins en moins au fur et à mesure que la liberté s'effrite... Et puis il y a les hommes aux gros batons qui frappent, frappent, parfois, après vous avoir traqué...

Et bien sûr, les deux personnages féminins. Rencontrés par le personnage principal dans une étrange émission de télévision, récurrente, où il se rend pour gagner un peu d'argent. Une jeune femme au même profil que lui, également suivant des études littéraires, et bien sûr... Madame Hayat. Une femme mûre, sûre d'elle, sensuelle de laquelle le personnage principal va tomber en fascination, peut-être amoureux...

C'est un roman dont j'ai aimé la structure, le style, les personnages ; l'ambiance menaçante ; on ne peut s'empêcher évidemment de penser aussi, à la biographie de cet auteur dont on sait que, journaliste, il fut emprisonné abusivement par ce gouvernement...

. Madame Hayat, Ahmet Altan, 2021, Actes Sud.

Voir les commentaires

... 763, la profondeur des sentiments

15 Avril 2022, 09:34am

Publié par LaSourisJOne

"On se ment parfois tellement à soi-même. On a beau connaître ses propres sentiments, on ne mesure pas toujours leur profondeur réelle, puis le sol s'ouvre sous nos pieds, on tombe dans ce puits, c'est la stupeur".

Ahmet ALTAN

Voir les commentaires

... 762, confiance...

8 Avril 2022, 12:48pm

Publié par LaSourisJOne

"Au delà d'une sorte de rêve d'aventureuse solitude au milieu d'un palais bâti en romans, il y avait la certitude qu'aucun de mes choix ne saurait menacer la sécurité de l'avenir qui m'était promis".

Ahmet ALTAN

Voir les commentaires

Les Jardins de Zagarand :)

8 Avril 2022, 11:04am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

J'ai pris plaisir à lire ce livre même si je me suis essouflée vers la fin. 

Cela paraît très autobiographique, fait penser à des livres de développement personnel ou à L'homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle (en mieux écrit et en plus poétique !!). 

La découverte d'une micro-société vivant sur des terres "d'où l'on ne revient jamais", aux portes du désert, et selon de très nombreux rites qui rythment les vies de chacun.

Chaque jour, chaque acte est ainsi empli de symboles, d'altruisme, de partage et d'amour. Proche de la nature, et du sens. Chaque homme et femme fait quelque chose pour sa communauté et pour les générations futures, les poètes, écrivains ont une place sensée qui apporte à la communauté...

On se dit que ça fait envie, mais que ça pourrait enfermer, tout de même, puisque sa part de manoeuvre est très réduite.... Cependant, on ne peut pas tout avoir ?

En tout cas, le personnage principal et narrateur a perdu son fils et est dans une grande douleur. J'ai passé le premier chapitre car je ne me sentais pas capable de le lire. Et puis il rejoint sa soeur qui a choisi de quitter le monde occidental pour vivre à Zagarand, intrigué... Cette expérience va profondément le marquer.

Ses rencontres, ses découvertes, ce qu'il va recevoir...

C'est à méditer, à relire pour certaines choses...

C'est intéressant à lire pour le beau qui jalonne ce territoire, cette communion avec les choses qui ont du sens et qui donnent du sens à l'ensemble...

Une belle découverte que je dois à la bibliothèque de Lanvallay.

. Les jardins de Zagarand, Eric de Kermel, éd. Flammarion, 2021

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>