Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

Une vie pleine

30 Juillet 2011, 13:23pm

Publié par la souris jaune

Une-vie-pleine-Kristin-Kimball-1-.jpgPas mécontente de l'avoir lu, mais surtout pas mécontente de l'avoir fini !

Une femme, citadine, raconte son épopée ou comment elle a rencontré lors d'une interview un agriculteur, dont elle est rapidement tombée amoureuse, et a tout quitté pour créer une ferme avec lui... Le grand écart, en terme de changement de vie, autobiographique. Ce qui déconcerte un peu, c'est que l'histoire est racontée sans mise en perspective des événements, et c'est là qu'on prend conscience que ce n'est généralement pas le cas. Aussi, tout ce qui arrive est raconté sur le même plan, comme si tout avait le même poids, la même importance. C'est un parti-pris qui cela dit peut se comprendre : tous les événements ne sont-ils pas à mettre bout à bout pour constituer un chemin de vie ? Je pense toutefois que cela contribue dans ce cas précis à rendre le récit assez monotone, même si heureusement, elle n'y met pas que des faits, mais aussi de temps à autres des affects, ressentis. Les rares et épais chapitres correspondent aux saisons (l'été, l'hiver, le printemps..), ce qui contribue à l'aspect linéaire du tout. La narratrice se forge en tout cas, et avec une sourde détermination, une seconde nature de fermière, découvrant tout, avide d'apprendre. Et on va assister à la naissance de la ferme à partir de rien : de batiments et de champs à l'état d'abandon, le couple va, à la force de sa volonté, construire, mettre sur pied une exploitation. Avec un challenge en tête : que les membres (qui finiront par être une centaine) payent une certaine somme d'argent à l'avance par an, et que la ferme les fournisse en légumes, mais aussi viande, lait, oeufs...

C'est intéressant, et on voit bien son désir de nous retracer ici l'extrême difficulté du défi ; cela dit, comme elle ne nous épargne rien (configuration des champs, descriptions des machines agraires, des animaux, de la course effrénée pour tout mener à bien en une journée mille fois renouvelée, etc.), ça finit par être fastidieux. Mais tout cela vise à nous montrer que c'est le sens qu'elle a trouvé à sa vie. Face à l'inconsistance et au manque de valeurs du monde moderne ; on sent à travers ce personnage une grande peur face à ce monde, et on comprend que tout cela, malgré (ou à cause de) l'envergure de la tache, l'a rassurée, ancrée sur un socle, tel un refuge. A partir d'une foi indestructible, et aux côtés d'un homme à la personnalité forte, et sûr de sa différence.

Si on aime la démonstration et on admire le chemin, on est pas mécontent d'arriver au bout de la lecture !

 

. Une vie pleine, Kristin Kimball, éditions Fleuve Noir, avril 2011.

Commenter cet article

LSJ 01/08/2011 00:25


Ben c'est moi qui te remercie ! Mais c'est vrai, j'avais oublié les descriptions assez criantes de vérité sur les poules, les cochons qu'on tue, ou même la fin d'une vache ou d'un cheval qu'il faut
abattre parce que blessé... C'est vrai, c'est vrai ! bisous, ma frang ' !


delph 31/07/2011 19:08


Je l'ai donc lu aussi -merci la frangine!- et je l'ai trouvé très long, très très long...Et cela, malgré un intérêt ENORME pour le sujet...Trop de détails pour moi, trop de scènes 'carnivores" pour
moi...