Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

Le ravissement de l'été :)

16 Décembre 2012, 21:55pm

Publié par la souris jaune

9782221116463.main-1-.pngC'est un roman choral, à trois voix. J'ai aimé l'histoire, les points de vue, le rapport entre les personnages, neufs, enfin...

L'histoire se passe dans le pays basque espagnol. Commence à travers la voix de Raul, fils assez antipathique de la belle Isabel. Isabel qui apparaît cela-dit, à travers ce premier chapitre, femme froide et sans coeur. Mais bref. On découvre ce héros (ou anti-héros : faussement doux, assez naturellement préoccupé de soi...) âgé d'une trentaine d'années, et aux prises avec des difficultés financières. Il va quémander à sa mère, riche, de le sortir de son mauvais pas, et de lui donner cet argent. Celle-ci l'éconduit, et il reçoit son refus comme un camouflet humiliant et douloureux... Il va alors souhaiter l'atteindre, la faire plier... S'introduire dans son univers, celui qu'elle garde secret, un appartement à St-Jean-de-Luz, et dérober une part de son passé. Vient alors la voix de Fermin, camarade de vacances de Raul, lorsqu'ils étaient jeunes. Adolescents, compagnons malgré eux, au cours de deux étés, eux qui pourtant ne se sont jamais aimés, ni estimés... Or Raul découvre que quelque chose lie sa mère à ce Fermin... La troisième voix sera celle de la mère, et on rentrera dans les entrelacs de son passé, de ses souvenirs, et de sa mémoire.

Un beau récit que celui-ci, poétique, accompagné d'une belle réflexion, induite, sur ce qui nous fait ; sur les souvenirs et sur l'acte de mémoire. Avec une belle invitée, tout au long de ce roman : la vigne. La vigne, et le vin. Passions de Fermin, depuis toujours, indissociable de ce qu'il est, et qui lui confère sa profondeur. Sa lenteur, sa détermination, sa force, c'est la vigne qui la lui a conférée... La vigne, et la terre. Passion qu'on découvre avec émotion renforcée pour tenter de toucher peut-être un jour, celle qu'il aura aimée fébrilement, douloureusement, tacitement, pendant quinze ans.

Un joli roman, sans doute à relire, pour goûter ce qui ne se donne pas dès la première lecture, et apprécier comme avec un bon vin, sa saveur...

 

. Le ravissement de l'été, Luisa Etxenike, éd. Robert Laffon, avril 2012.

Commenter cet article

LSJ 17/12/2012 20:38

oh, c'est mignon...
Oui, c'est celui-ci qui me le redonne, le plaisir des livres, après deux mois de carence et d'indifférence ! Sera-t-il durable ? Je ne sais. Mais c'est au moins ça de pris ! Je ne m'explique pas
forcément pourquoi celui-ci... Les points de vue, peut-être, qui m'ont semblé nouveaux... ? En tout cas, je serai curieuse de savoir ce que tu en auras pensé, s'il te passe entre les mains. Gros
bisous, Luocine !

Luocine 17/12/2012 10:33

je vois que tu as retrouvé le goût des livres ... moi je sors d'un voyage magnifique (en livre) et j'hésite à me replonger dans les mesquineries familiales , mais si ton livre est en bibliothèque ,
je sais que je vais le prendre en me demandant pourquoi une petite souris a trouvé de quoi grignoter...
Luocine