Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

Le bal des folles :))

11 Novembre 2019, 11:00am

Publié par LaSourisJOne

Roman.

Rentrée littéraire 2019.

C'est un premier roman pour la jeune Victoria Mas. A saluer !

Le roman se passe au XIXe siècle, aux alentours de 1885-1890. A la Salpêtrière. Lieu d'emprisonnement (mot approprié), d'internement des femmes à l'époque contre leur volonté, selon les desiderata d'un homme de leur entourage. Qui un père, un mari... Mon Dieu... N'oublions pas le chemin parcouru !

Le roman est passionnant, on s'attache aux personnages tout autant qu'on vit à leurs côtés, apprenant le fonctionnement de cet endroit. On sent que l'autrice s'est véritablement fidèlement documentée. Ainsi cotoie-t-on Charcot, le grand Charcot (père de l'explorateur), son aura avant de le rencontrer vraiment...

Les protagonistes ? Une jeune femme, Eugénie, intelligente et fine. Qui aura le malheur de faire confiance à une personne... (pas facile de ne pas divulgacher ! )... Elle va se retrouver internée... 

Et puis Geneviève, Madame Geneviève, la rigide surveillante, convaincue de sa mission, à la Salpêtrière... Les autres femmes... quelques hommes aussi... Une fois par an se déroule là le bal de la mi-carême, très attendu par les internées... et aussi par le gratin du tout Paris, puisque d'aucuns, devenant voyeurs, participent à ce bal, curieux de voir les "aliénées"...

Nous sommes dans l'agitation de ces préparatifs... C'est palpitant, le suspense est là, pour l'intérêt de lecture...

Ce roman nous fait ressentir la grande injustice de l'enfermement malgré soi ; on ressent une grande révolte à imaginer, à repenser à ce qu'on a décidément fait aux femmes, au fil de l'Histoire, et là... 

C'est un roman qui parle des chemins de vie, de la foi ; du dehors et du dedans... Et bien sûr de la liberté, de cette complexe liberté... Certains sont libres alors qu'ils sont enfermés, pour d'autres sont enfermés par leurs croyances alors même qu'ils ne sont pas contraints de vivre entre quatre murs...

Evoque bien entendu le sujet de La télégraphiste de Chopin (la visitation des défunts), mais j'ai trouvé que cela l'était avec plus de poésie, plus de délicatesse...

. Le bal des folles, Victoria Mas, éd. Albin Michel, 2019.

Commenter cet article
D
Les filles, j'en reparlerai avec grand plaisir avec vous...Là je suis encore "sous le choc", je l'ai fini hier soir, et effectivement je ne retiens pas du tout "la discussion avec les morts" qui m'a pourtant dérangée (j'ai posé le bouquin, j'ai voulu l'arrêter puis je l'ai repris et super ravie de l'avoir lu en entier), mais je retiens tout, tout, tout le reste : liberté, enfermement, choix de vie, frontière si infime et si arbitraire entre normalité et folie...bref, beaucoup, beaucoup aimé.
Répondre
L
Je suis beaucoup plus réservée que toi sur ce roman. Je ne comprends pas pourquoi sur ce sujet si important l’auteur a choisi comme personnage principal une médium à laquelle les morts dictent la conduite. Je trouve que ça enlève du poids à sa thèse sur l’internement abusif des femmes.
Répondre
L
Je me dis que c'était un sujet qui lui tenait aussi à coeur et qu'elle voulait également aborder ? Finalement j'ai trouvé qu'elle avait su rendre "anecdotique" le motif face à la toute puissance du père qui, elle, est très bien rendue... Celle balade en calèche où E. rêve à son avenir et qui l'amène en captivité à son insu...