Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

La petite communiste qui ne souriait jamais :))

4 Mars 2015, 20:49pm

Publié par LaSourisJOne

La petite communiste qui ne souriait jamais :))

D'abord il faut peut-être vous dire que 'la petite communiste qui ne souriait jamais', c'est Nadia Comaneci. La championne olympique de gymnastique, roumaine, aux JO de 1976. Aucune raison pour qu'à priori cette histoire m'intéresse... Et pourtant... J'ai adoré.

Je sais gré à Lola Lafon de nous donner à voir que toute biographie est toujours une fiction ; tant il est vrai que toute vie garde toujours en elle sa part de mystère, de secrets. Il n'en reste pas moins que ce livre est une touchante ôde à la complexité de la nature humaine, qui tisse ses fils de faits historiques, des archives du pays, de témoignages (à priori, mais ils peuvent aussi être de la fiction), des pleins et les creux racontés (à priori) par l'héroïne elle-même... Tout en laissant toujours la part de doutes, d'un doute délicat, respectueux quant aux hypothèses... C'est une touchante réflexion sur l'identité, la confection d'un héros, mais aussi la complexité de la condition féminine, de notre rapport au corps, tant à travers la perception intime que médiatique... En nous donnant à voir cette fillette adulée en tant que telle puis rejetée, salie, parce qu'elle grandit, parce qu'elle change, parce qu'elle devient femme, c'est un récit très fort sur le passage du temps et notre acceptation de celui-ci, qui ici s'est cristallisé dans son rejet le plus extrême... Les passages où elle parle de 'sa maladie', parce qu'elle devient femme (elle a ses règles, prend des formes, et tout cela est un frein à l'exercice pur de la gymnastique dans son excellence) sont très très forts. En nous donnant à voir l'aridité d'un régime, l'inflexibilité de celui-ci, elle nous le donne à voir à travers les commentaires de Nadia par opposition à celui auquel on le compare, qui a, lui aussi, ses déviances qu'on ne voit plus... Il est si facile de juger l'autre, beaucoup moins soi... Le régime de Ceaucescu est donné à voir de façon factuelle, sans jugement, une fois encore, malgré le fait que l'auteur- la narratrice se pose en biographe, occidentale, et qu'elle a forcément son avis. J'adore les réflexions de Nadia qui défend le régime qui l'a façonnée, par opposition à une abondance insensée, et cette conception qu'elle acceptait son destin parce que bien que très dur, il lui donnait la possibilité d'exister dans 'l'extraordinaire', par opposition au destin des femmes, au destin tout tracé, mariage, puis mère, ménagère... Rien ne se pose comme meilleur, tout est à relativiser, elle nous ote le droit de juger, elle donne à voir. Bien écrit, vraiment une très belle réussite.

C'est toi, Luocine, qui m'a donné envie de le lire, alors que j'avais dû le voir quelques dizaines de fois avant sans qu'il me tente. Merci !

Médiathèque de Pleurtuit.

. La petite communiste qui ne souriait jamais, Lola Lafon. Ed. Actes Sud, 2014.

Commenter cet article

JP Leroy 15/01/2017 20:15

Merci pour vos commentaires. Voici les miens: http://la-petite-communiste.blogspot.com

LSJ 23/01/2017 22:05

Ah. Mais vous n'avez pas à vous remercier ! Ou alors si, si vous voulez, au nom de l'amour de la littérature, et comme contribution au partage ! Parce que pour moi le livre le Lola Lafon est vraiment, vraiment, une oeuvre littéraire très forte. Je lui trouve un grand talent à travers celui-ci. Merci à vous, pour votre intérêt !

JP Leroy 21/01/2017 10:13

[réponse au message de LSJ du 20/01/2017] Je suis quelqu'un qui a lu ce livre, et je vous remercie pour avoir partagé vos commentaires via votre blog.

LSJ 20/01/2017 19:15

Qui êtes-vous ? Pour quoi me remerciez-vous ???