Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de la souris jaune

Un long week-end dans les Ardennes :)

23 Décembre 2014, 13:14pm

Publié par LaSourisJOne

Un long week-end dans les Ardennes :)

C'est par hasard, que j'ai mis la main sur ce livre, chez une bouquiniste, et j'avoue ne pas l'avoir lâché avant d'en avoir terminé. J'ai aimé celui-ci, son ambiance, le lieu central de ce livre, Breidablick, vaste domaine peuplé de sapins noirs, au coeur des Ardennes... Où sa propriétaire, une certaine Edith Waldschade, pianiste de renom, vit, et surtout élève des loups... Evidemment ça m'intriguait beaucoup cette histoire. Les loups en tant que tels ne sont pas si présents, mais ce qu'ils représentent, à travers leurs multiples évocations jalonne le livre, traversé habilement par ces différentes incarnations. Aussi, plein d'histoires se mèlent ici ; celle d'Edith avec son amour, violoniste israélien, disparu brusquement ; celle du père d'Edith bien sûr, le savant, l'érudit, noble icône pour sa fille, plus trouble pour d'autres ; ce jeune journaliste, passionné par les loups, qui fera un passage par cette maison pour creuser sa passion ; et puis bien sûr, cette famille annexe, greffée sur Edith, sa soeur, son mari et leur ado de fille, qui vit à ses crochets sur les lieux, et laisse entrer des courants exploitables par les détracteurs...

Car un vaste domaine, des loups, un savant qui vécut pendant la seconde guerre mondiale et régime nazi... Bien sûr, il y a aussi la piste des clans, sectes, groupuscules d'extrême droite qui exploitent les symboles... Edith luttant de façon forcenée contre ça, au point sans doute (le doute est laissé, finalement) de ne pas vouloir voir ? En tout cas, son père avait peut-être écrit des choses pas si catholiques que ça, et le semeur de trouble, le faux-frère, celui dont la figure vient surgir dans le roman, et dans le domaine, est là pour agiter le passé, un passé, quitte à mentir, travestir, détruire ?

J'ai aimé aussi la concentration du temps en quelques jours, semaine, même si finalement, à l'échelle de ce temps court, il se passe pas mal de choses, le point de vue de la narration, avec ce naïf journaleux passionné de loups... Dommage que les loups (qu'on aurait aimé voir en tant que tels !) disparaissent très vite ; finalement, ils hantent quand même par le fait qu'on les recherche, et ils créent quand même dans le récit et pour le lecteur un horizon d'attente... De ces loups qu'Edith aime, chérit, apprivoise de loin, de très loin quand même, loups qui sont aussi incarnations machiavéliques, comme finalement, ce qu'en a fait la grande Histoire...

Je le relirai sans doute. Ah, j'oublie de dire que dans sa langue originelle (le néerlandais), ce livre s'appelait 'Fenrir' ; du sens, car Fenrir, dans la mythologie nordique, c'est le loup sombre, le loup noir...

. Un long week-end dans les Ardennes, Hella S. HAASSE, éd. Actes Sud, Babel, 2001, 2000 pour la publication originale (Pays-Bas).

Commenter cet article